Publié le 4 Septembre 2010

P1130316 - copieJe n'avais jamais grimpé avec Marco. Nous avons déjà pas mal de souvenirs enneigés ensemble mais point de rocher. Il était temps de réparer cela. Devant être de retour dans le milieu de l'après-midi, il restait à trouver un objectif compatible. Entre temps, un coup de fil de Thibault qui est dispo aussi. Je préfère grimper à deux avec les avantages que cela procure (rapidité, réversibilité) mais j'avoue que pour le coup, je suis content de faire cordée avec mes deux amis. Thibault, fort grimpeur dP1130323 - copiee 7, ira devant et nous ferons les clients. Il restait à trouver un objectif centré sur le 6 pour que Thib se fasse plaisir mais pas trop soutenu pour que les seconds puissent suivre. Après un peu de réflexion, je propose d'aller voir la voie ouverte il y a pile un an par Laurent Perrod au roc de Pendet dans le nord de Belledonne. Cette petite voie de huit longueurs annoncées peu soutenues (ce n'est pas Presles) et courtes (25-30 m par longueur), d'accès rapide et au soleil du matin, devrait contenter tout le monde. Arrivés au pied de la voie après 1h15 d'approche tout en discutant, j'annonce que les taches seront partagées. Thibault grimpera en tête, de mon côté, j'ai conduit le véhicule et donc c'est Marco qui se chargera d'assurer le leader. C'est donc dans un très grand confort que j'attaque l'escalade et que j'ai tout le loisir de prendre des photos. J'aurais presque pu prendre le reflex pour une fois. Au relais, Marco reste souriant d'autant que le zigotto qui grimpe devant avale les longueurs les unes après les autres comme on va au bistrot. C'est ainsi qu'en second, on trouve souvent des spits non mousquetonnés volontairement, car jugés trop rapprochés par l'Animal. Pourtant, quand c'est équipé proche, c'est que c'est "dur", cette voie ayant été ouverte du bas. Mais le dur (ici 6c + max) reste, comme toute chose, très relatif.
  

P1130326 - copie     P1130322 - copie

Derrière, ça discute fort dans les longueurs. Marco est tantôt devant moi, tantôt derrière. Ca discute et ça épie aussi. "Va-t-il tirer au clou là ?" Les longueurs s'enchaînent assez vite car les difficultés, à part la longueur en 6c+ et le 6a+ du haut, ne sont pas très continues. On est loin du Verdon où l'on sort parfois les bras vidés au relais. Du coup, on se demande au final si cette voie vaut la cotation globale TD+. Sûrement pas au regard de l'équipement (très bon bien qu'éloignés dans le facile sommital avec des blocs parfois douteux - mais on peut y mettre facilement des coinceurs), ni de la difficulté gloable de la voie à mon sens. Par contre, si le 6a est obligatoire, alors ce sera dur de la laisser dans le niveau TD où on reste normlement dans le 5sup oblig. Ayant grimpé en second, j'ai du mal à me faire une idée. Il faudra donc que vous alliez voir par vous-même sur le terrain.

P1130328 - copie   P1130332 - copie 

Par longueur, cela donne les cotations suivantes (très proches de celles annoncées par l'ouvreur) :
L1 : 6a (court)
L2 : 5c
L3 : 6a+ (un peu plus soutenu que les longueurs précédentes)
L4 : 6b (bloc, un pas tout en dalle bien finaud)
L5 : 6c+
L6 : 5c (bloc douteux à la sortie de la longueur dans les genévriers)
L7 : 6a+ (un peu soutenu en fissures)
L8 : 5b (un pas au début puis facile sur l'arête un peu ruinée)

En ce qui concerne l'équipement, 10 dégaines suffisent (8 points max par longueur il me semble). Rapproché dans le dur (dès le 6a) et plus éloigné en-dessous. Un petit jeu de coinceurs et sangles ne paraît pas superflu. Thibault (ci-dessous dans le crux qu'il estime à 6c+) n'en a utilisé qu'un seul dans L7 sous mes insistants conseils.

P1130336 - copie
En haut de la voie, nous avons poursuivi une trentaine de mètres jusqu'au sommet de l'arête afin de grignotter plus tranquillement qu'au relais pendu au bord du vide. Il vaut toutefois mieux s'assurer (becquet en place) pour redescendre au relais en chaussons dans les pentes d'herbes. On y jouit d'une belle vue sur les lacs et.. les parasols de la buvette du refuge. Nous avons mis (à 3) 2h30 pour gravir la voie.

La descente s'effectue en 4 rappels : c'est simple on double les longueurs avec une corde de 50 m. La paroi, dans laquelle la voie est annoncée pour un développement (probablement réel) de 240 m, ne fait donc "que" 200 m de haut. Les relais (pairs donc) servant à faire les rappels sont d'ailleurs équipés de cordelettes pour relier les deux points mais un seul d'entre eux (R2) était équipé d'un maillon rapide. J'ai rajouté des mousquetons aux autres afin de ne pas avoir à tirer les rappels sur les cordelettes. Compter 45 minutes pour ces 4 rappels.

Restait alors une petite heure pour descendre au parking. 15h tapantes à la maison pour Marco : contrat rempli. Et merci Thibault de nous avoir guidés dans cette belle voie qui s'évertue à rechercher les meilleurs passages dans cette face de granit truffée de vires herbeuses, d'où le nom de la voie.

P1130348 - copie

  

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 4 Septembre 2010

P1130304 - copieAvec ces magnifiques journées pré-automnales, au retour du boulot et avant le repas, il y a moyen de prendre l'air aux portes de la ville. Avec ma fille Stella, nous avons pris le tram ligne C jusqu'au Prisme de Seyssins et sommes montés un peu au hasard dans les ruelles, parcs, allées, chemins du haut de la ville. Outre la vue sur Belledonne, l'endroit est agréable car on ne croise que rarement des véhicules et les espaces verts tout comme les espaces construits (maisons individuelles, fontaines, église, ...) restent beaux pour les yeux.

 

P1130306 - copie

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost0

Publié le 3 Septembre 2010

gn.jpgSkieurs extrêmes, vous qui courez à la recherche des bonnes conditions dans les couloirs mythiques, pleurez un coup en regardant les vieilles images de nos glaciers.

Grand amateur de livres et notamment de vieux livres, je collectionne peu à peu les ouvrages anciens de montagne, toujours intéressants entre autres pour comparer l'évolution glaciaire. C'est assez impressionnant. En remontant seulement aux années 80, on remarque déjà que c'est énorme. Mais alors si on fouille un peu plus loin, on pleure carémment.

Le site Vallouise images, à cette occasion, nous présente, parmi d'autres sujets, de très beaux comparatifs sur les glaciers des Ecrins (lien direct sur le glacier Noir en cliquant sur l'image).

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost0

Publié le 2 Septembre 2010

Lumix-DMC-TZ3_1552.jpg

Nombre de mes sorties (escalade, ski-alpinisme, randonnées sportives, randos enfants "chargées"...) ne peuvent s'envisager avec un appareil reflex. Pour celles-ci, j'utilise depuis mars 2007 un Panasonic Lumix TZ3. Maintenant, il est largement dépasé et surtout, depuis que j'ai acquis un reflex en 2008, j'observe un gouffre entre les images produites entre les deux modèles. Autre argument, une belle rayure apparue sur l'objectif m'obligeant à utiliser un pare-soleil (ma main) dans certaines situations. Il est donc temps de le remplacer.

Les compacts ont fait des progrès en trois ans et, si ils n'également pas la qualité d'un reflex même d'entrée de gamme, certains d'entre eux s'en rapprochent, d'autant qu'il existe maintenant des compacts dits "experts" permettant de personnaliser les réglages pour de meilleures images.

Un blog peut aussi avoir cette utilité : demander conseil aux utilisateurs. Alors voilà, j'hésite entre les modèles suivants pour un achat cet automne :

=> Sony Nex (3 ou 5) + 16 mm f/2,8.
+ compacité record, super grand-angle, capteur APS-C, excellent en basse lumière (jusqu'à 3200 ISO !), video full HD
- objectif 16 mm mal coté chez Photozone, Chasseur d'Images..., pas polyvalent (focale fixe), obligation de passer par le menu pour réglages, pas de viseur


=> Canon G11
+ zoom polyvalent (28-140), "boitier" très pro avec réglages rapides, viseur optique(!), écran orientable
- encombrant (tout étant relatif), petit capteur, Grand angle "seulement" à 28 mm, video non HD

=> Olympus E-P2 + 17 mm
+ compacité pour un appareil à "grand" capteur, très "expert", hautes sensibilités jusqu'à 800-1600 ISO
- cher (900€), pas polyvalent (focale fixe), focale pas assez grand angle (équivalent 34 mm), pas de viseur

=> Samsung EX1
+ très grande luminosité (f1,8-2), très "expert", écran orientable, video full HD
- encombrant pour un compact, petit capteur, pas de chargeur (obliger de mettre l'appareil sur socle pour charger), zoom 3x, pas de viseur

=>Panasonic Lumix GF-1 + 20 mm f/1,7
+ Belle compacité pour un appareil à "grand capteur", luminosité, hautes sensibilités, très "expert"
- cher (>700€), pas polyvalent (focale fixe), pas de grand angle (eq. 40 mm), pas de viseur

=> Panasonic Lumix LX5 (successeur du LX3, sort en septembre)
+ compact, expert, zoom grand-angle (24-90 mm), lumineux (f/2-3,3), video HD, nombreux réglages rapides
- petit capteur, cher pour un petit capteur (500€), télé un peu juste (90 mm), pas de viseur

 

Je suis preneurs de conseils et avis sur ces différents modèles et notamment la qualité d'image à l'usage (pour le modèle LX5 qui n'est pas encore sorti, je suis preneur d'infos sur son prédecesseur, le LX3)
Ci-dessous, les différents modèles en images (pas à l'échelle).

SonyNEX5.jpgcanon-powershot-g11-3_4-600px.jpg  

e-p1v2-550x393.jpgsamsung_EX1_450.jpg

gf1_blanc_450.jpgpanasonic_LX5_450.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0

Publié le 1 Septembre 2010

Canon a annoncé depuis quelques jours l'arrivée de l'EOS 60D. Successeur du 50D, ils reprend les éléments forts de Canon dont le fameux capteur APS-C de 18 mp. Il vient s'intercaler entre le 550D (boitier grand public++) et le 7D (boitier expert++) et peut donc être baptisé boitier "semi-expert".

Par rapport à son prédecesseur le 50D, le 60 sera modifié sur les points suivants :EOS-60D-BODY-FRT.jpg

- vidéo full HD (pas de vidéo pour le 50D)

- écran orientable 1mp

- processeur du 7D faisant du très bon travail en haute sensibilité

- définition de 18mp (au lieu de 15)

- petites améliorations ergonomiques ça et là

- passage à la carte SD (au lieu de CF)

Ce qui est en retrait :

- la rafale (5,3 im/sec au lieu de 6 pour le 50D)

- boitier en polycarbonate (au lieu du magnésium)

Clairement, ce nouveau boitier repositionne la gamme des XXD un poil plus bas, tout en améliorant la technologie bien sûr. Le prix annoncé en France tourne autour des 1100-1200€ boîtier nu. On attend les critiques. En attendant, en cliquant sur l'image, on aura quelques premières infos sur ce nouveau modèle qui sera disponible courant septembre.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0