Publié le 4 Décembre 2020

La première neige de la saison (on mettra de côté l'épisode de fin septembre qui était forcément amené à être rapidement volatilisé) est arrivée. Elle a commencé par les Alpes du sud puis celles du nord. En Isère, on ne prévoyait pas plus de 20 à 30 cm et encore, en montagne. En début de nuit, la neige s'invite jusqu'en plaine ce qui n'était pas vraiment prévu. Mais surtout, elle semble se bloquer sur les massifs grenoblois. La chute de neige est intense ; sans le parapluie, on est rapidement mouillé. Le cumul atteindra une quinzaine de centimètres à Bernin en l'espace de 2h30. Les filles réclamant un petit tour pour en profiter, il n'était pas question de le leur refuser. Aucun modèle météo n'avait vu venir cette chute de neige qui aura apporté jusqu'à 60 cm localement en Chartreuse à 1000 m d'altitude. C'est quand même bon de vivre encore parfois des imprévus.

Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #balade, #paysages, #nivo-météo

Repost0

Publié le 3 Décembre 2020

Courte fenêtre de grand beau et petite neige : il n'en faut pas moins pour me motiver à aller voir cela en direct. Je déteste marcher dans la neige. Bon ; "déteste" est sans doute exagéré. Mais la marche dans la neige est un effort pénible : on glisse, on s'enfonce. Toutefois, avec de faibles quantités en place (entre 5 et 15 cm), avec une mini-guêtre et des baskets Gore-tex, s'il fait bien froid et que la neige n'est pas humide, on y éprouve un certain plaisir. Et à la descente, l'amorti procuré est excellent et les déplacements optimisés. On est plus efficace qu'en mode estival. Ce sont exactement les conditions rencontrées ce jour sur le merveilleux plateau du Grand Rocher, lors d'une petite traversée des crêtes avec montée/descente par deux itinéraires différents.

Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 1 Décembre 2020

Bon, il ne s'agit pas vraiment de la première chute de neige de la saison avec ce qui est tombé fin septembre et en octobre mais on sait que tant que décembre n'est pas là, le capital acquis n'est point garanti et que la température globale de nos Alpes demeure trop élevée pour une bonne conservation. Novembre ayant été sec de chez sec, on peut dire que c'est aujourd'hui la première véritable offensive de l'hiver, pour le premier jour de l'hiver (l'hiver météorologique, le seul, le vrai, qui englobe les mois de décembre à février).

Le mot offensive pourra paraître exagéré en terme de précipitations : 5 cm de neige à 1200 m mais 5 cm aussi à 2500 m. Pas de quoi faire le moindre virage à skis. Mais les flocons se sont invités jusqu'en plaine et les températures sont régulièrement négatives ces derniers jours. On a relevé jusqu'à - 3°C en Grésivaudan et -10°C dans les "fosses à froid" du Vercors ou du Jura. Et si les modèles ne voient pour l'instant pas de grosses précipitations en vue sous quinzaine, en revanche, les températures devraient perdurer sur la lancée. Il semblerait par ailleurs que les Pyrénées pourraient recevoir une bien meilleure couche de neige que les Alpes en cette fin de semaine. A suivre.

En attendant, et juste à temps avant la fermeture de la route du col du Coq ce midi, une petite dent (de Crolles) à pied pour s'imprégner de l'ambiance, au milieu des becs-croisés très actifs. A noter pour les "piétons" que ce fut la Dent la plus glissante que j'ai faite (sur plus de 200 passages) en montant par le trou du Glaz et en descendant par le pas de l'Oeille. En baskets, je la déconseille fortement au randonneur sans expérience et pied alpins. Mieux vaut attendre dix centimètres de plus pour une meilleure "accroche" !

Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée

Becs-croisés des sapins et mésange huppée

Ambiances
Ambiances

Ambiances

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive, #animaux

Repost0

Publié le 29 Novembre 2020

C'était le week-end de la reprise. Du monde en montagne. Normal. Mais en cette période pré-hivernale, le soleil est au plus bas. En observant le profil et le matériel de beaucoup de randonneurs croisés, il était facile de conclure à une présence massive de néophytes. Des personnes qui sortent de temps à autre mais pas aussi souvent que les passionné(e)s. L'occasion de leur apporter une modeste aide dans la préparation des itinéraires.

Si les canicules estivales nous voient préférer des montées à la fraîche, le soleil de cette fin novembre n'est pas un frein à l'effort. Au contraire, c'est en sa présence qu'on sera le mieux et aussi, qu'on pourra éviter les versants ombragés glissants avec parfois des obstacles glacés difficilement franchissables en sécurité. Ce dimanche, j'avais envie de faire le tour des lacs de la Pra, sans doute praticables en patin à glace et pour venir ici, il existe globalement trois itinéraires à la journée : l'Oursière, le Crozet et le Grand Colon. Et j'ai clairement pu constater que les deux premiers ont été de loin les plus fréquentés alors qu'ils sont en grande partie désertés par le soleil. Pour choisir son itinéraire, il faut tenir compte de deux paramètres :
- l'azimut de lever et de coucher du soleil. Si en été, tous les versants non verticaux sont éclairés du fait d'un lever proche du nord-est et d'un coucher proche du nord-ouest, en ce moment, ce n'est vraiment plus le cas : quand le soleil se lève, l'heure est déjà avancée et il se situe presque au sud-est (et sud-ouest au coucher par symétrie). Le moindre versant nord-nord-est ou nord-nord-ouest restera baigné dans l'ombre.
- la hauteur apparente du soleil dans le ciel. En été, le soleil "monte" au zénith jusqu'à 68° sous nos latitudes. En hiver, il ne dépasse pas 22° !!! Et du coup, la moindre pente qui lui tourne le dos ne verra pas le soleil, le moindre fond de vallée barré au sud par une pente non plus etc.

Pour vous faciliter la tache, l'appli Peak Finder permet de voir le mouvement apparent du soleil (entre des tas d'autres fonctions) en n'importe quel point (il suffit de rentrer ses coordonnées GPS ou, si c'est un point connu - sommet, village etc - entrer son nom). Elle doit coûter autour de 15€ (une fois pour toutes) et rend des services bien supérieurs à son modeste coût. A avoir sans faute sur son smartphone.

Bon, et sinon, un bon bol d'air pur et surtout de soleil en ce beau dimanche au-dessus de la mer. A noter, pour couper court à toute polémique, que bibi a certes dépassé les trois heures autorisées mais est muni d'une dérogation professionnelle. En outre, ma présence aura peut-être prévenu un accident en tirant d'un mauvais pas un randonneur dans des pentes raides en partie glacées de la Grande Lauzière.

Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!
Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!

Du soleil, la mer, de la glace et une hermine !!

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Repost0

Publié le 28 Novembre 2020

Les filles ont été privées de nature durant un mois. Privées d'escalade, de marche, d'évasion. Pas de dérogations pour elles. Et je ne suis pas allé jusqu'à les considérer comme modèles pour mes reportages photographiques professionnels quoique c'eut été tout à fait justifiable. Fort heureusement, le collège a permis le maintien de liens sociaux.

Nous n'étions pas les seuls là-haut. Un parking plein comme je ne l'ai jamais vu. Et beaucoup de néophytes, facilement identifiables à leur équipement. Un besoin d'espace et de "liberté" pour tous même si on ne peut pas comparer ce type de confinement avec ce qu'ont vécu nos ancêtres durant la seconde guerre mondiale. Cependant, et malgré cette affluence, un tel week-end de "libération" ne verra pas un rebond de l'épidémie à cause de ça car le virus ne s'attrape pas en extérieur et les gestes-barrières sont désormais bien intégrés. En espérant que les politiques l'intègrent une prochaine fois si besoin.

Lumière toujours aussi terrible là-haut en fin de journée.

La Dent de la libération
La Dent de la libération
La Dent de la libération
La Dent de la libération

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive

Repost0