Publié le 23 Septembre 2019

Retour en images sur cette attraction qui se déroule chaque année à la même époque à côté de la maison.

Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare
Les montgolfières de la coupe Icare

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vol, #Chartreuse

Repost0

Publié le 23 Septembre 2019

Le journal numérique Haut Alpin D!ci, réputé pour ses papiers à sensations vides d'enquêtes est passé définitivement maître dans l'art de remuer la merde. Dernier billet en date d'aujourd'hui intitulé : "un couple attaqué par un jeune loup". Voici le courrier que je viens de leur envoyer :

Bonjour

Je me permets de vous signifier la grossière erreur que vous faites en publiant un nouvel article polémique sur le loup. Dans le billet en question, vous évoquez une attaque qu'auraient subi des randonneurs en plein bivouac dans le parc national des Ecrins. Personne ne peut affirmer que le loup n'attaquera jamais l'homme mais pour une première depuis son retour en 1992, il me semble qu'il faudrait un argumentaire solide. Or, à la lecture de l’article, je constate qu’il n’y a aucune argumentation ; le journaliste se contentant de décrire l’histoire racontée par les deux protagonistes. Je me permets de vous poser les questions suivantes :

- Y avait-il des témoins pouvant confirmer la version ? Apparemment non ! Ne peut-il pas s’agir d’une histoire inventée par deux personnes farouchement opposées au loup ? Ou un des cas suivants ?

- L’identification d’un loup en pleine journée étant déjà rendu compliqué,  quel crédit peut-on apporter à une telle affirmation en pleine nuit avec des yeux à moitié ouverts ? Ne peut-il pas s’agir d’un chien, d’un chien-loup, voire d’un gros renard ? J'ai des amis qui ont confondu loup et renard (si si) ; il a fallu leur photo pour qu'ils rectifient.

- Aucune morsure identifiée loup n'a pour le moment été déclarée. Aucune morsure tout court d'ailleurs.

- Est-ce que le fait de déchirer une tente est suffisant pour conclure ? Comme le font parfois les renards, ne peut-t-il pas s’agir d’un animal affamé simplement attiré par la nourriture présente dans le sac à dos, la déchirure de la tente étant le résultat de la panique suite au réveil des deux randonneurs ?

Ne serait-ce que pour ces trois raisons indiscutables, conclure en gros titre qu'il s’agit d’une attaque de loups sur des humains est a minima un manque de professionnalisme au pire une imposture.

Le sujet est déjà un sujet brûlant. Les éleveurs sont parfois mis en grande difficulté par les loups. Des scientifiques travaillent d’arrache-pied en étudiant le comportement des loups et des chiens de protection pour les aider. Et compte tenu de l’état de notre planète, l’homme doit mettre toute son intelligence en oeuvre pour trouver des solutions protégeant à la fois les éleveurs et les loups. Dans ce contexte tendu, votre billet attise un feu qui n’en a pas besoin d’autant plus qu’il le fait sans la moindre argumentation. On a l’impression d’avoir à faire à un journaliste anti-loup de base qui cherche tous les moyens pour faire passer son point de vue. Je vous rappelle que le journalisme est un métier qui consiste à enquêter pour tirer d’éventuelles conclusions et à défaut émettre seulement (et éventuellement) des hypothèses. Le contenu de votre billet ne permet de tirer aucune conclusion et surtout pas celle d’une première attaque de loups depuis son retour en France en 1992. Je tenais donc à démentir cette information : à ce jour il n’y a aucune attaque de loups recensée sur l’homme en France en 27 ans.

En publiant un tel billet vous n’aidez ni les éleveurs ni le loup ni les hommes de manière générale. En revanche, vous portez la responsabilité de monter les gens les uns contre les autres alors que le sujet impose de travailler tous ensemble.

Cordialement

Lionel TASSAN

 

PS : suite à mon courrier, pas de réponse, courrier (que j'avais posté en commentaire) supprimé (!!!!!) mais pris en compte car titre changé et "bémolisé" et addendum incitant à une grande prudence au niveau de cette information.

Archive : loup mâle alpha en Belledonne en mai 2019 (photo lta38)

Archive : loup mâle alpha en Belledonne en mai 2019 (photo lta38)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #loup

Repost0

Publié le 22 Septembre 2019

Je serai moins assidu cette année. Il faut dire qu'avec vingt-cinq sorties en deux mois pendant cinq années consécutives, cette activité aura bien occupé mes derniers automnes et j'estime aujourd'hui avoir fait le tour de la question. Pour autant, c'est une période que j'adore et je vais m'octroyer quelques sorties tout le long de la saison de brame sans aucune pression. L'idée sera d'en profiter sans être forcément à chaque fois un forcené de l'affût, une sorte d'immersion mais je garde quand même dans un coin de ma tête quelques images particulières que j'aimerais essayer de faire avec deux ou trois affûts bien ciblés.

Ce matin, je pars donc léger : un sac de vingt litres (certes, chargé à bloc) avec le téléobjectif monté sur le 6D, le petit GM5 sur la bretelle en complément pour un éventuel paysage, un mini trépied, une paire de bâtons, une paire de jumelles de poche, une doudoune, un petit filet de camouflage, la gourde souple filtrante (qui n'aura jamais plus de 30 cl d'eau) et de quoi grignoter léger. J'ai en effet choisi d'aller dans un secteur fort excentré où je suis sûr d'être tranquille et les animaux assez actifs même en journée. En contre-partie, il va falloir marcher.

Au final, un beau moment de brame avec trois cerfs bien en voix qu'il m'aura fallu trouver (deux heures trente de marche...) car ça n'a pas encore démarré partout. De belles écoutes et observations entre 7h et 10h avant de rentrer pour midi à la maison.

Lever du jour : ça bouge !

Lever du jour : ça bouge !

Celui-ci brame couché et ne s'approchera pas

Celui-ci brame couché et ne s'approchera pas

Le deuxième qui se montre dans une trouée

Le deuxième qui se montre dans une trouée

Egalement deux cerfs "satellites" (jeunes), silencieux mais qui observent les "anciens" avec attention

Egalement deux cerfs "satellites" (jeunes), silencieux mais qui observent les "anciens" avec attention

Cerf et biche

Cerf et biche

Petite erreur d'affût qui me vaudra la crainte d'être repéré mais finalement ce cerf ne s'enfuira pas et va même me gratifier d'un beau passage à proximité

Petite erreur d'affût qui me vaudra la crainte d'être repéré mais finalement ce cerf ne s'enfuira pas et va même me gratifier d'un beau passage à proximité

Le voilà donc qui passe dans la meilleure ouverture (la plus proche) que j'avais
Le voilà donc qui passe dans la meilleure ouverture (la plus proche) que j'avais

Le voilà donc qui passe dans la meilleure ouverture (la plus proche) que j'avais

Plus haut, image d'ambiance d'automne avec des cerfs qui traversent les prairies

Plus haut, image d'ambiance d'automne avec des cerfs qui traversent les prairies

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #Belledonne

Repost0

Publié le 21 Septembre 2019

En passant près du lac Achard récemment, j'ai observé un peu plus attentivement les dégâts occasionnés par les feux. Et je dois dire que c'est catastrophique. Faire un feu est toujours un moment sympa. Loin d'être extrémiste, je pense qu'un feu "bien choisi" demeure acceptable. C'est-à-dire, un feu réalisé par exemple devant une cabane à un emplacement prévu et perpétué, ou au niveau d'un parking à proximité d'une forêt d'épicéa où le bois mort est abondant (et toujours au même endroit). Pourquoi pas ! Mais c'est tout ! Certes, en fouinant sur ces pages, vous trouverez quelques (rares) images de feux réalisés hors de ces conditions. Mais ça c'était avant. Comme souvent, il faut observer pour prendre conscience et c'est ce que j'ai fait. Désormais, je m'interdis les feux dans la nature. Autour du lac Achard, c'est une véritable catastrophe. Des foyers (vous savez, des ronds de pierres tout noirs à l'intérieur) par dizaines et surtout, un carnage sur les pins à crochets. Le site, classé Natura 2000, est assez unique en Belledonne. Il subit une pression exceptionnelle en raison de sa beauté et de sa proximité. Il sera difficile de lutter contre le piétinement mais de grâce, laissons les arbres tranquilles ! La plupart des pins sont mutilés sur leurs premiers deux mètres quand ce n'est pas davantage. Pour quelques minutes de flammes et quelques saucisses souvent de premier prix de supermarché, on détruit ce que la nature a mis des dizaines voire des centaines d'années à fabriquer. C'est complètement irresponsable.

Le pire dans tout ça, c'est que la majorité de ces foyers sont réalisés à la belle saison à des altitudes où les températures sont alors clémentes. Une micro doudoune suffit pour le confort dans ces conditions. Certains vont jusqu'à faire des feux au-dessus de la limite des derniers arbres, détruisant les quelques arbustes alors présents à ces endroits-là.

Faire un feu en montagne doit être désormais pris comme un acte destructeur. Au-delà du fait que c'est généralement interdit, il faut garder présent à l'esprit que lorsqu'on fait un feu, on oeuvre contre la nature. Et c'est bien pire que ce que l'on croit. Cela fait quelques années que cette alerte me trottait dans la tête. Voilà qui est fait : plus de feux en montagne ! Merci !

Un aperçu (capture geoportail) du piétinement autour du lac Achard

Un aperçu (capture geoportail) du piétinement autour du lac Achard

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #humeur, #Belledonne

Repost0

Publié le 21 Septembre 2019

Tout le monde connaît la chanson de Nino. En ce moment, elle me trotte dans la tête car Emie l'apprend avec sa maitresse d'école. Je l'ai trouvée toute désignée pour le titre de ce billet car elle correspond bien à l'ambiance qui règne dans le petit coin de Belledonne visité ce jour. C'est assez exceptionnel ici pour être remarqué. En effet, le massif cristallin des Grenoblois est on ne peut plus humide, essentiellement recouvert d'une pessière versant Grésivaudan et d'une hêtraie-sapinière versant Eau-D'Olle. Et pourtant, la partie supérieure du versant Romanche, i.e. au-dessus de 1300 m entre Chamrousse et Rochetaillée, plein sud, présente des airs de sud. Du vrai sud : des pins à crochets comme en Corse, dans le Mercantour ou dans les Pyrénées.

C'est ici que l'on est allé jouer avec François ce samedi et on n'a pas été déçu. D'abord une première voie facile de neuf longueurs dont nous délaisserons les trois dernières (les six premières parcourues en moins d'une heure à corde tendue) pour aller tirer des rappels et faire une belle ligne en 6a homogène sur trois longueurs avec un très beau dièdre. Pour finir, nous nous amuserons sur la partie supérieure qui présente un pinacle avec des voies de deux longueurs dont certaines anciennes et un peu engagées et qui contrastent avec les récentes à l'équipement abondant. La plus difficile (et la plus belle ?) suit un dièdre raide dont la sortie présente un crux bloc (6b/b+) heureusement mieux équipé que la première partie en 6a où il vaut mieux éviter de tomber au moment de clipper.

Une bien belle matinée et c'est sûr, je vais revenir sur ce nouveau secteur dont je ne donne pas davantage de détails pour l'instant car c'est encore en chantier. En attendant, si vous êtes adhérent de l'ECI, le topo devrait paraître au printemps prochain dans le bulletin du club. Merci à Damien Vaugoyeau, Stéphane Vallon et leur acolytes pour le travail effectué ici. Une très belle trouvaille et un gros boulot de la part de passionnés qui oeuvrent pour la communauté. Sachons les remercier pour leur travail.

Ambiances du jour
Ambiances du jour
Ambiances du jour
Ambiances du jour
Ambiances du jour
Ambiances du jour
Ambiances du jour

Ambiances du jour

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Belledonne

Repost0