Publié le 19 Septembre 2019

Demain, ce sera le coup d'envoi de ce festival dans le ciel avec ce rassemblement unique au monde qui a lieu chaque année à cette période. Le spectacle génère un déplacement de spectateurs à faire pâlir Chamonix et son UTMB et c'est fort mérité. Et il faut bien reconnaître que c'est quand même autre chose de voir s'agiter ces humains volants que ceux en collant et pipettes. En contre-partie, il ne faut pas craindre la foule pour se glisser aux premières loges. Ce qu'on adore depuis qu'on habite ici, c'est sont les vols démonstratifs de montgolfières qui, chaque année, viennent se poser à côté de la maison. Tous les enfants du village partent alors dans les rues, la tête en l'air, en essayant "d'atterrir" au bon endroit. Ici, c'est un moment très attendu.

En attendant, je m'octroie une montée express à la Dent par le pas de l'Oeille. J'y suis bien moins assidu cette année : seulement dix passages. Cela se ressent avec un chrono qui perd à chaque fois quelques secondes. Bientôt, je mettrai le même temps depuis le parking haut que mon record depuis le parking bas. Certes l'itinéraire est plus long en distance mais tout de même 170 m de dénivelé en moins...

Que de monde très tôt ce matin ! Je débarque au sommet pile au lever du soleil et il y a déjà une dizaine de personnes. Le lever de soleil est splendide avec une belle mer de nuages. Je fais quelques photos avant d'entamer la descente en courant, interrompu par quelques mots échangés avec Manu qui partait pour un tour de la Chartreuse en deux jours (avec bivouac) intégralement par les sangles. Bonne balade l'ami ! Bien rare que je ne rencontre pas une tête connue sur ce sommet phare que j'ai déjà qualifié de "meilleure montagne du monde". J'aurai l'occasion de revenir là-dessus dans quelques temps...

Quelques mots pour finir sur l'état des lieux :
- L'érosion. Elle demeure marquée. Beaucoup de traces de raccourcis de sentiers mais ça ne date pas d'aujourd'hui. Par contre, le balisage (cordage) posé commence à faire effet et les anciens raccourcis reverdissent. Reste encore, et ça prendra du temps, à combler les creusements.
- Les moutons. Comme chaque année à partir de fin août, les moutons investissent le site, nombreux. Je dois sûrement faire une fixation sur le sujet mais je trouve qu'ils sont trop nombreux et que la prairie en souffre. Après, au printemps, elle demeure fleurie et cette sur- fréquentation ne semble pas avoir d'incidence sur le long terme. A vérifier quand même. A noter un patou cette année (je ne l'avais pas vu les années précédentes mais peut-être y était-il déjà).
- Les chamois. Toujours aussi présents sur le secteur, en ce moment sur la partie hauts plateaux. Ils reviendront côté sud-ouest (Gorgette) aux premières neiges.

Magnifique début de journée
Magnifique début de journée
Magnifique début de journée

Magnifique début de journée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #Chartreuse

Repost0

Publié le 17 Septembre 2019

Grand beau et chaud. L'occasion de partir tôt, d'autant que j'ai pris l'habitude encore plus qu'à l'accoutumée de me lever tôt avec mon nouveau boulot. Avant que ne commence la belle époque du brame et ses ambiances où je vais très certainement m'octroyer quelques sorties d'observations (mais probablement moins que les années précédentes), j'en profite pour aller faire un peu de dénivelé et de distance sur ce beau GR qui a connu un succès sans précédent cet été. J'ose espérer qu'il en fut de même pour le Montagnes Magazine spécial Belledonne dont je n'ai pas encore de retour. Par ailleurs, il doit peut-être rester quelques exemplaire en kiosque pour les retardataires.

Une belle matinée en montagne et un retour en tirant un peu la langue à cause de la chaleur que je supporte de moins en moins.

Aube magnifique

Aube magnifique

Sur le GR, à l'automne

Sur le GR, à l'automne

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #Belledonne

Repost0

Publié le 16 Septembre 2019

Non ; nous ne sommes pas au centre de Grenoble mais sur un nouveau site d’escalade sorti de terre à Saint-Egrève. Tout d’abord, on ne peut qu’applaudir le travail des ouvreurs, Bernard Adourian et Henri Ligozat pour ce travail de titan. Ces « petits » sites (30 m pour les voies les plus longues quand même), redynamisent le coin dont les (très belles) dalles ont souffert de l’usure des chaussons. Les voies sont belles, surtout dans la seconde partie avec les habituels trous du secteur. Les départs sont bloc mais sans risque en raison de l’équipement généreux. On peut quand même s’interroger sur ce type d’équipement qui s’apparente à ce que l’on retrouve en salle, Ne risque-t-on pas d’habituer le grimpeur à un excès de sécurité et ne pas le former à l’espacement habituel entre les points ?

Pour le reste, on note un manque de continuité dans l’escalade ; en général, la ligne se joue sur trois à quatre mouvements. Nous avons fait :

- Moulin des Acacias (6a). Se joue au départ.

- Auprès de mon arbres (6a+). Départ malin avec l’arbre puis passage délicat à mi-hauteur

- Laisser passer la chrysomèle noire (6b). Le passage clé est bien fin.Très belle ligne

- Fontus, dieu des sources (6b+). Passage bloc au départ puis un pas technique à mi-hauteur.

- La lutinière (6c+). Départ du style de la précédente puis se joue en quatre mouvements précis sur petites arquées (et un bac) dans le mur blanc. Pas facile à vue.

Merci encore pour ces belles créations qui permettent de nous exprimer après le boulot. Actuellement, on grimpe jusque vers 20h00 sans avoir besoin de sortir la lampe.

Jardin de ville

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Chartreuse

Repost0

Publié le 15 Septembre 2019

Comme on est dans le coin et que la veille, les filles ont beaucoup marché, je propose aujourd'hui un peu de grimpe avec une approche minimaliste histoire de ne pas cramer au soleil de l'après-midi et de rentrer tôt pour bosser et faire les devoirs.

On commence par une petite voie de trois longueurs sur le site d'escalade de Saint-Sorlin-d'Arves. Une petite falaise plutôt agréable, bien préparée pour apprendre. On remet ça ensuite dans la via ferrata, courte et facile mais avec quelques passages aériens. Les filles ont regretté que je ne possède pas de poulie pour la tyrolienne finale.

Attention au retour, la route descendant sur Saint-Jean-de-Maurienne est fermée pour travaux et le GPS (Waze) ne l'indique pas ! Je me suis fait avoir d'autant que le panneau indiquait "route barrée à 2km". Je suis allé voir, ce n'était pas loin et comme ce n'était pas fermé à 2 km et que le GPS confirmait, j'ai poursuivi, pensant qu'elle était ouverte le week-end. Que nenni, elle est barrée beaucoup plus loin après plusieurs lacets. Demi-tour, re-lacets et beaucoup de temps perdu.

Moments simples mais forts
Moments simples mais forts
Moments simples mais forts

Moments simples mais forts

Un peu de grimpe
Un peu de grimpe

Un peu de grimpe

L'automne, c'est parti

L'automne, c'est parti

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #paysages, #nuitée, #Grandes Rousses

Repost0

Publié le 14 Septembre 2019

Les filles commencent à avoir un petit "bagage alpin". Je leur propose de fouler le point culminant du randonneur en Belledonne : le rocher Blanc. Je sais qu'il faudra un peu de temps pour venir à bout de cette course mais elles en ont parfaitement les moyens et avec l'habitude, on devrait être rentré suffisamment tôt pour qu'elles profitent autrement de leur journée.

Val étant en week-end entre copines, on monte dormir à Rieu Claret dès le vendredi soir. L'idée, c'est de profiter de la douceur en montagne et de profiter aussi des filles. En aller-retour de la maison à la journée, ce serait une journée speed alors que là...

Ca commence donc par un beau bivouac.

Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant

Le départ a lieu vers 8h15 après avoir été bloqués par un camion venu récupérer les moutons qui quittent l'alpage. Rapidement nous sommes au soleil avec un décor qui sent bon l'automne. La sente grimpe au milieu des myrtilles en feu et rejoins le pied du rocher Pilliozan et ses couloirs.

Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant

Une petite respiration vers 2200 m et même une légère redescente et nous voici au pied du passage le plus pénible : quatre-cents mètres de dénivelé hors sentier dans de raides pentes herbeuses. Une pause sera réclamée à son issue et une partie du repas salé du midi englouti.

Les filles au point culminant
Les filles au point culminant

A partir de là, nous évoluons dans un monde de plus en plus minéral, tantôt dans des éboulis assez commodes, tantôt sur des dalles ludiques où il faut jouer de l'adhérence. Ce petit jeu nous mène à un dernier replat avec le sommet qui accueille le lac de l'Amiante, le plus haut du massif à 2700 m d'altitude. Nous y sommes accueillis par sept lagopèdes : superbe !

Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant

La dernière section est exigeante, surtout pour Emie et ses à peine plus d'un mètre trente. Evoluer au milieu de blocs n'est jamais simple et beaucoup plus pénible que sur un bon sentier. Quand on voit que sur les sentiers de Belledonne, le temps est augmenté de 25% par rapport aux sentiers "boulevards" du TMB (Echappée Belle vs UTMB) chez les meilleurs, on peut sans souci rajouter encore autant de pénibilité lorsque l'on sort véritablement des sentiers. Ainsi, si cette ascension ne demande "que" 1200 m de dénivelé au total, les 700 hors sentier "valent" sans aucun doute le double et cette course est au moins aussi exigeante qu'une croix de Belledonne depuis Freydières et ses 1550 m. C'est ainsi qu'avec l'altitude combinée, il nous faudra un peu plus de la demie-heure escomptée pour avaler les 230 derniers mètres de dénivelé.

Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant
Les filles au point culminant

Accueillis par les vautours qui viennent frôler le sommet, nous foulons le sommet du rocher Blanc où nous resterons une bonne heure pratiquement seuls. Au loin, le Grand Pic de Belledonne, véritable culmen du massif mais qui n'est plus du domaine de la randonnée. ou en tous, une porte d'entrée de l'alpinisme.

Les filles au point culminant

Un retour en début d'après-midi laissera aux filles le loisir de profiter du soleil autrement car il était programmé de passer une seconde nuit dans le secteur avant de rentrer le dimanche à la mi-journée pour bosser un peu.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #Belledonne

Repost0