Publié le 1 Février 2020

En attendant de possibles chutes de neige à très basse altitude en fin de journée de mardi, quelques idées en vrac autour du mot étoile.

- Ce week-end a lieu la compétition de ski-alp' la Belle Etoile. Quelques images ci-dessous mais j'en garde sous le coude et n'en dis pas davantage pour le moment, en raison d'une publication dans un futur proche. Un seul mot : quelle organisation !! Bravo aux organisateurs et à tous les coureurs, notamment Samuel Equy et Thibault Anselmet qui s'adjugent la victoire sur le parcours A.

- La Belle Etoile (la course) doit son nom à la Belle Etoile (le pic) qui fut ma première vraie course (au sens "randonnée", vous suivez ?) de ski en 1991. J'en avais bien gavé. C'était déjà, et c'est toujours, une très grande classique du massif de Belledonne.

- Les étoiles, ce sont aussi une façon de coter la qualité de la neige sur Skitour. Le 5 est censé représenter la sortie exceptionnelle comme on en fait peu (ou pas) dans une saison, les niveaux 3 et 4 les sorties plutôt bonnes à très bonnes. Au risque de me répéter, je ne vois pas comment l'internaute peut aujourd'hui faire confiance à cette notation quand on voit sur les sorties de ce samedi que, sur les massifs Isérois que je fréquente et connais bien, les notes annoncées ne descendent pas sous le niveau 3 !! Pour info, il a plu très haut jeudi soir et on ne trouve pas de trace de neige froide sous 2400 mètres ! Il y a clairement une confusion entre le plaisir que l'on a pu prendre lors de la sortie (y compris en skiant) et la qualité réelle de la neige. En ce moment, c'est franchement moche sauf peut-être à haute altitude et rien ne mérite davantage que les deux étoiles en Chartreuse, Vercors et Belledonne.

- Pour les amateurs de vraies étoiles (plutôt planètes...), quelques rendez-vous à ne pas manquer. En ce moment et pour plusieurs semaines, l'éclat de Vénus haut dans le ciel du soir ; le 18 février le rapprochement croissant de Lune / Mars à l'aube puis, le lendemain, le même croissant encore plus fin avec Jupiter et enfin, avant la nouvelle Lune, le 20 avec Saturne à ras l'horizon.

Préparatifs à Pipay
Préparatifs à Pipay
Préparatifs à Pipay

Préparatifs à Pipay

Le staff en pleine effervescence

Le staff en pleine effervescence

Un coureur lambda apprend à mettre ses peaux

Un coureur lambda apprend à mettre ses peaux

Départ sur les pistes de Pipay

Départ sur les pistes de Pipay

Suite dans les couloirs de Bédina

Suite dans les couloirs de Bédina

Un décor assez plaisant

Un décor assez plaisant

Avant la pluie

Avant la pluie

Sur la ligne d'arrivée, c'est du sérieux

Sur la ligne d'arrivée, c'est du sérieux

Arrivée au sommet du Chamois

Arrivée au sommet du Chamois

Le mardi précédent avec les boss ; sortie de repérage. Autre ambiance, autre neige.
Le mardi précédent avec les boss ; sortie de repérage. Autre ambiance, autre neige.

Le mardi précédent avec les boss ; sortie de repérage. Autre ambiance, autre neige.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0

Publié le 30 Janvier 2020

Personne n'en doute : le redoux accompagné de pluie va s'imposer sous moins de 24 heures. Un petit tour en Chartreuse était toutefois réalisable soit la nuit, soit le jeudi matin. Il fallait choisir car j'ai aussi pas mal de boulot sous la main. Alors, plutôt qu'une énième sortie en terrain connu, j'opte pour la nocturne. Je n'en avais pas encore fait cette saison. L'ami Nico, d'habitude peu enclin à ce genre de sorties, est motivé et c'est toujours un plaisir de le partager ensemble.

La neige est bien humide du parking au col du Coq. Le matin, ce sera croûté. Au-dessus, elle est restée froide. Bien densifiée par le vent. Sur Pravouta, les conditions paraissent stables. On enfonce de seulement quinze à vingt centimètres en traçant et à la descente, c'est du ski vraiment facile, homogène, sans surprise. Petit plaisir nocturne. Il ne fait même pas froid. Je viens de voir qu'à Chamonix, c'était la première fois que le mercure n'avait pas encore affiché de très fortes gelées (i.e. <-10°C) à ce stade de l'hiver avec, comme Tmin : -8,3°C. Une preuve de plus de cet hiver extrêmement doux. De ma propre mémoire aidée par les notes que j'ai pu prendre, il me semble que depuis l'hiver 1997 (avant je ne sais pas), ce soit l'hiver le plus doux en Dauphiné (et probablement ailleurs).

Et quelle suite ? Redoux accompagné de pluie dans les jours à venir. Les quantités et les timing sont encore très divergents mais il y a concordance sur la poursuite d'un hiver doux. Même si c'est encore loin, il n'y a pas l'once d'un véritable refroidissement avant la mi-février. Et au-delà, on ne sait pas. Certains doivent se réjouir de ne pas grelotter le matin et d'évoluer sur des routes sèches. Pour ma part, et cela n'a finalement rien à voir avec le ski (certes, un peu, mais au final, on skie quand même, beaucoup même en ce qui me concerne, on se fait plaisir et ce n'est pas le plus important), cela m'attriste. J'aime l'hiver et ai toujours été émerveillé par la neige en plaine même si ça casse les pieds pour les déplacements, le givre sur les arbres, la glace (sans faire de la cascade), et tout simplement la forêt enneigée de manière durable.

Avant la pluie (II)
Avant la pluie (II)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #ski-glisse

Repost0

Publié le 29 Janvier 2020

Si les prévisions s'avèrent exactes et c'est bien parti pour l'être, ce sera le troisième épisode de neige intense en un mois suivi d'un réchauffement brutal et rapide avec, pour les Alpes du nord, la pluie à plus de 2000 mètres. Prémices des hivers à venir ? En attendant, très bon moment père-fille une fois de plus avec une virée dans les forêts de Chartreuse. La neige, humide sous 1400 m, devenait fort intéressante au-dessus avec des paysages comme on les aime. Dommage que cela ne dure pas. Si vous souhaitez aussi en profiter, le meilleur sera certainement... cette nuit. Dès la seconde partie de nuit en effet, l'isotherme zéro remontera brutalement et le ciel, déjà encombré de nuages dès demain matin, risque rapidement de faire effet "couvercle". Vivement l'hiver !

Avant la pluie
Avant la pluie
Avant la pluie
Avant la pluie
Avant la pluie
Avant la pluie
Avant la pluie

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #ski-glisse

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

Quand on ne fait que rester sur les pistes, le ski de randonnée est un autre sport. Les filles en ont déjà fait un peu. Mais j'ai toujours choisi des conditions quasi parfaites : itinéraires damés par les passages, neige de printemps juste revenue, névé ou encore dix centimètres de poudreuse sur un fond tassé. Aujourd'hui, je sais que les conditions seront variables. Il y aura aussi des conversions à faire et des passages un peu raides. Ce ne sera pas très long mais il y aura largement de quoi apprendre.

On part tard car la sortie n'était pas prévue. Cette vilaine luminosité qui se répète depuis quelques jours n'est pas très agréable. Mais le ciel semble s'éclaircir alors go ! Stella est motivée pour un petit tour. Vu l'heure, on prend les remontées mécaniques jusqu'à La Croix de Chamrousse. Première descente sur les Escombailles où la neige est bonne. Petit hésitation avec les Vans mais il est déjà tard et il y a ensuite le retour un peu plus long. Du coup, au col des Lessines, on bascule au nord pour traverser les lacs Robert et monter au Grand Eulier. Entre conversions et passages un peu raides, on s'arrête et on répète les manips. Sentir l'accroche des skis, faire pivoter le ski aval en l'enroulant autour de la chaussure amont. Y'a du boulot. Retirer les peaux au sommet : on se baisse, on passe en position descente mais sans chausser, on retire la peau d'un coup sec. Là aussi, ça ne se fait pas en un claquement de doigts.

Bonnes conditions à la descente finalement : la neige commence à transformer sur ce versant sud puis une fois passée la brèche Robert nord, on retrouve la poudre. Au choix, ce sera poudre ou neige tassée par les passages.
"On se croirait au Canada" me dit Stella, qui ne connaît le Canada que par des images. Il faut bien reconnaitre que ce secteur des Pourettes est vraiment classe. Rappelons au passage qu'il abrite la cembraie la plus occidentale de toutes les Alpes et c'est effectivement un arbre qui a de la gueule. De mon côté, le fait de connaître ces lieux par coeur est sans doute bien différent. J'imagine volontiers ce que peut ressentir un enfant de douze ans en passant ici pour la première fois de sa vie en hiver et cette impression d'être complètement "ailleurs". A noter toutefois que le par coeur reste relatif. Je me laisse entraîner par des traces mal placées, ce qui n'évite pas une petite partie de ski sanglier avec un ressaut raide et étroit à déraper, quelques vernes et passages cailloux. Belledonne ne serait pas Belledonne sans ça et c'est parfait pour l'apprentissage du vrai ski de montagne. Ces quasi 900 mètres de dénivelé descente depuis le sommet (incluant la petite remontée intermédiaire des Pourettes) nous auront occupé une quarantaine de minutes. De quoi apprendre, sentir les cuisses chauffer, et avoir l'impression d'une longue descente.

Arrivée au col des Lessines depuis les Escombailles

Arrivée au col des Lessines depuis les Escombailles

Descente du col des Lessines

Descente du col des Lessines

Traversée des lacs Robert

Traversée des lacs Robert

Montée à l'Eulier
Montée à l'Eulier

Montée à l'Eulier

Contents !

Contents !

Neige pas mal du tout pour la descente
Neige pas mal du tout pour la descente

Neige pas mal du tout pour la descente

Fin de journée dans les Pourettes

Fin de journée dans les Pourettes

Le chasse-neige : l'indispensable sur les tous-droits obligatoires étroits où l'on prend de la vitesse

Le chasse-neige : l'indispensable sur les tous-droits obligatoires étroits où l'on prend de la vitesse

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0

Publié le 22 Janvier 2020

Nous l'avons évoqué lors de notre sortie de samedi dernier... Qu'en est-il d'abord de la fréquentation hivernale de nos montagnes entre l'année 2000 et aujourd'hui par exemple ? Je n'ai aucun chiffre. Et je ne sais pas si quelqu'un en a de manière précise. Il faudrait peut-être voir du côté des ventes de skis et accessoirement de raquettes. En revanche, visuellement, le constat est sans appel. Ce que je ne suis pas capable de dire, c'est par quel nombre (supérieur à 2 sans aucun doute), il faut multiplier la fréquentation hivernale de la montagne sur vingt ans. Et c'est probablement nettement plus que 2. Pourtant, le nombre de décès par avalanche ne bouge pas d'un iota. Il n'y a en fait aucun lien avec cette augmentation. Cela dépend des hivers. Certains sont plus piégeux que d'autres. Mais globalement, on peut même dire que le nombre de morts est en baisse. Cela veut-il dire que les randonneurs / hors-pisteurs sont plus raisonnables qu'avant ? Je ne le pense pas. Il suffit de regarder les traces dès après une chute de neige. Parfois dans des endroits vraiment osés. Il y en a toujours un pour placer une courbe à un endroit complètement déraisonnable. Un des derniers exemples qui me vient en tête, est celui-ci : il fallait vraiment ne pas être au courant des événements et ne pas savoir observer le terrain une fois sur placer pour aller placer une courbe ici ce jour-là !!! (NB : pente > 35°, large donc sans ancrage, bombée, orientée sud-est, le lendemain d'une chute de neige de 40 cm avec vent de nord-ouest...). Fort heureusement a priori, pas de gravité pour cet incident et c'est tant mieux. La montagne est souvent (mais pas toujours) "gentille" ; on le savait déjà. Mais alors pourquoi le nombre de décès par avalanche est-il, proportionnellement au nombre du pratiquants, en régression ? Quelques éléments de réponse personnels.
- une succession d'hivers parsemés de coups de redoux stabilisant la neige. D'après les modèles, il semblerait que cette situation soit de plus en plus la norme. C'est à mon avis la première raison de la baisse d'accidents.
- une augmentation de la fréquentation qui a pour conséquence la stabilisation (relative certes) des pentes. Le "damage", le lissage, le "crayonnage", écrase les couches fragiles, tasse a minima la neige... Dans des massifs très fréquentés comme ceux autour de Grenoble ou d'Annecy voire maintenant certaines vallées du Queyras, je n'ai aucun doute sur l'effet bénéfique quant au risque d'avalanche.
- La vitesse de descente associée à la boucle. Il y a vingt ans et plus, très souvent, on remontait une pente avant de la descendre. Aujourd'hui, on essaie beaucoup plus de faire des boucles, c'est tellement plus esthétique. En choisissant généralement d'éviter de remonter les parties les plus raides que l'on se garde pour la descente. Ainsi, l'ascension se fait régulièrement par un versant facile et potentiellement moins dangereux avant de descendre à-vue. Et avec le matériel d'aujourd'hui, on skie un peu plus vite et si ça part, on peut réussir à s'en échapper en prenant rapidement la tangente. Cela doit arriver régulièrement.
- Tout le monde est a priori équipé du DVA, de la pelle et de la sonde. Les sauvetages sont réguliers. Bien évidemment, il ne faut pas compter dessus pour augmenter sa prise de risque même si inconsciemment, c'est certain que cela se produit ainsi. On ne ferait sans doute pas les mêmes choses seul dans un vallon désert...
- Et sinon, il y a certes beaucoup de monde mais surtout beaucoup de monde sur les grandes classiques surtracées et les sorties de style ski-fitness. Les traceurs en terrain vierge ne se bousculent pas au portillon, beaucoup de skieurs venant de la piste ou du freeride et donc, ont en tête une certaine envie de "rentabilité". Tracer pendant trois heures pour dix minutes de descente ne vaut pas le coup.

Autres réflexions de la semaine :
- sortie du mardi matin : de la peau dans les arbres, là où la neige serait sans doute la meilleure. Et ce fut bien le cas. En haut c'est soufflé et même craignos. On note plusieurs départs d'avalanches relatés par les skieurs. Le risque (d'avalanche) chiffré annoncé ne permet pas du tout de conclure en terme de probabilité de déclenchement. Il faut aller plus loin en lisant le bulletin mais surtout en observant sur le terrain. Après une chute de neige, on a rapidement une idée globale de ce qui se passe. Par exemple : risque 4 et personne ne se fait prendre. Situation in fine plus stable qu'on ne le supposait. Bonne liaison avec la sous-couche, vent moins important que prévu, pas de cohésion de la nouvelle couche... Inversement : risque 3 et ça part dans tous les sens. De la cohésion dans la nouvelle couche, etc. Nous sommes bien dans ce second cas et il y a fort à parier que ce n'est pas terminé. Il faut, à mon humble avis, s'abstenir pour le moment d'aller dans les grandes pentes, surtout d'orientation nord à ouest (vent d'est fort mardi matin). Cette recommandation n'est finalement pas très contraignante car le meilleur ski est plus bas, on n'aura de toutes façons pas de la neige de cinéma, la lumière est blafarde en ce moment, les visibilités pas au top ; en gros, on ne rate pas le super sortie. Tout ça étant pour se faire plaisir, j'ai toujours du mal à comprendre que, et notamment les gens qui sortent beaucoup (et donc ne sont pas "en manque"), n'arrivent parfois pas à avoir cette lucidité, surtout aujourd'hui avec les moyens de communications que nous avons et qui informent de tous ces "voyants allumés" ! Bon, du coup je me suis appliqué cette règle ce mardi matin. Tricotage dans les arbres du côté de Pipay/Grand Rocher. Quelques bons moments de ski, malheureusement trop courts car en forêt sous 1500 m, ça devient délicat par manque de neige.
- sortie du mardi après-midi : sur les pistes de Pipay avec Henri-Luc et Mathieu, sous les conseils de Mathieu. Skis de spécial avec rayon de 12,5 m. Je n'en avais jamais fait et j'ai pris une bonne leçon. Mais ça donnerait presque envie de s'y mettre. On a bien rigolé à (essayer de) tailler des courbes sur les carres. Ca redonnerait de l'intérêt à la piste en ce qui me concerne.
- sortie du mercredi après-midi, toujours sur les pistes des 7 Laux avec Emie cette fois. On bosse les pistes noires non damées. On aura fait les vallons mais aussi les Plagnes avec un mur bien raide qui l'aura impressionnée. Je me suis mis en-dessous au cas où ! En tous cas, d'excellentes conditions jusqu'en bas avec un bon enneigement sur l'ensemble du domaine et quasi toutes les pistes ouvertes.

Excursions dans la poudre le mardi matin. Trace très pénible. Y'en a trop.
Excursions dans la poudre le mardi matin. Trace très pénible. Y'en a trop.

Excursions dans la poudre le mardi matin. Trace très pénible. Y'en a trop.

Spécial l'aprem. Ouch les cuisses !
Spécial l'aprem. Ouch les cuisses !

Spécial l'aprem. Ouch les cuisses !

Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.
Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.
Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.
Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.
Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.

Super les burgers des Cortillet. Je recommande. Loin de la mal bouffe. Y'a juste les frites qui restent des surgelés mais bon, pour un restau sur les pistes, franchement, c'est à retenir. Pour le reste, vallons du Pra excellents, Plagnes excellents, pistes excellentes en général. Et quelques réserves de neige de culture pour colmater. Les conditions sont globalement très bonnes sur l'ensemble du domaine si ce n'est une neige qui colle un peu sous 1500 m.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0