Régressions

Publié le 27 Mai 2016

Notre société progresse. Quand on voit quels étaient les droits de l'homme durant l'Antiquité, le Moyen-Age... on est plutôt heureux d'être né au XXe siècle. L'abolition de l'esclavage, les droits de la femme, la discrimination, même si tout n'est pas parfait, nous montrent qu'on peut espérer être sur la bonne voie, tout au moins en France. La société progresse techniquement : ordinateurs, appareils photos...

Mais en parallèle, il y a des régressions. Certaines sont acceptables, comme la durée des déplacements en automobile qui est de plus en plus grande, car au bénéfice de la sécurité (limitations vitesse, détours, feux, ronds-points, ralentisseurs chicanes...). D'autres non.

Ce qui me pousse aujourd'hui à en dire deux mots ici, en rapport avec le thème de ce blog, ce sont les décisions de certains dirigeants complètement dépassées, inappropriées, faisant fi d'un problème épineux dont tout le monde est au courant, comme si ces gens-là n'avaient point de descendance, se foutant éperdument de la suite de l'homme sur Terre. Après moi le déluge. Deux exemples, l'un local, l'autre international.

Notre région à élu démocratiquement une personne du nom de Laurent Wauquiez. Ce bonhomme, très certainement doté de grandes qualités pour tenir ce rôle et dont une partie du programme est intéressante, vient d'annoncer un plan "neige". Il est vrai que c'est un peu la crise dans les stations. Le principal responsable ? La stagnation voire la très légère diminution de la demande depuis trente ans, qui pourrait être principalement due au niveau social requis pour pratiquer le ski dit alpin. La population de la France n'augmente pas de manière suffisante (et c'est tant mieux) et le niveau social moyen est plutôt en baisse ; cela ne suffit sans doute pas à absorber les dépenses des gestionnaires de remontées mécaniques toujours plus importantes pour se mettre aux normes, participer à la course à l'armement pour devancer le voisin ou encore les charges du personnel.

En Isère, l'argument du réchauffement climatique s'ajoute à ces difficultés avec des stations de basse altitude et très à l'ouest (comprendre : les plus exposées aux redoux). L'enneigement très tardif (mi janvier en 2014, début février en 2015 et fin février en 2016) de la moyenne montagne n'est pas une constante au regard des des huit (sur dix) bonnes années y ayant précédé mais est sans doute amené à être de plus en plus régulier certes.

Pour autant, la solution est-elle dans le canon à neige ? Peut-être en partie. Le canon est intéressant pour permettre de finir d'enneiger une portion de piste, par exemple, afin de revenir à la station. Il permet aussi d'enneiger correctement les jardins des neiges et autres secteurs débutants souvent situés en bas du domaine. Mais très franchement y a-t-il un intérêt à skier, comme on le voit souvent dans les Alpes du sud, des pistes entières sur des centaines de mètres de dénivelé et entourées d'une nature complètement sèche ? Economiquement, peut-être, éthiquement et écologiquement, non. Si dans les Alpes du sud, les canons restent pourtant un investissement économiquement fiable (leur problème, c'est la sécheresse, pas les températures), il n'en va pas de même en Isère. Ici, il pleut souvent (donc il neige). Le problème, c'est l'altitude de la limite pluie/neige en début de saison. La meilleure façon serait de décaler le gros de la saison de ski (novembre à février => janvier à avril) mais les moeurs ne suivent pas. Alors Monsieur Wauquiez a pensé aux canons à neige. Cet hiver nous a démontré que les Sept-Laux avaient été incapables de s'en servir pour enneiger Prapoutel (1300 m) faute de températures suffisantes. Le canon à neige ne résoudra pas tout et à coup sûr l'investissement sera bien supérieur au retour en terme d'euros. Mais peu importe. Peu importe l'impact climatique (certes ce n'est pas non plus une centrale nucléaire mais c'est avec les petits ruisseaux que l'on fait les grandes rivières non ?). Peu importe ce regard à court terme. Peu importe si on ne cherche pas de vraies solutions pérennes de transition pour les villages de montagne. Peu importe si on préfère "gaspiller" l'argent public. On tente, on essaie et on verra bien. Sur un malentendu, ça peut marcher. Laurent Wauquiez et son équipe proposent donc un plan d'investissement de deux-cent millions d'euros (je me suis bien relu ; je ne me suis pas trompé) pour les stations de la région en terme d'enneigement artificiel !! Et en parallèle, Mountain Wilderness (association qui milite pour la protection de l'environnement montagnard, basée à Grenoble et qui avait notamment dénoncé cet investissement) se voit supprimer les vingt-mille euros annuels de subvention de la région. Punition de la maîtresse ou oubli ?

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? La ratification de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneurs de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Abasourdi...

Memento mori.

Prapoutel le 9 janvier 2016. Les canons inopérants

Prapoutel le 9 janvier 2016. Les canons inopérants

Second exemple hors du temps. J'ai nommé Donald Trump. Ce magnifique et grand personnage qui vise la Maison Blanche est rempli de belles idées pour son pays. La dernière en date du cowboy ? Le rejet de l'engagement pris par son futur prédécesseur, Barack Obama, durant la COP21 pour limiter le réchauffement climatique avec, entre autres, l'exploitation massive du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique de son pays. Remarquez, à moyen terme, c'est sans doute une bonne idée. Tout comme celle de LW & co. Mais après ? 

Si pour Rhône-Alpes-Auvergne, c'est mort, pour les "States", on peut encore espérer. Si toutefois Hillary prenait l'investiture. Parlant d'Hillary, le fameux ressaut du nom de l'alpiniste éponyme de celle qui fut la Première Dame dans les années 90, est cette année dans des conditions débonnaires compte tenu de l'enneigement. Cela a permis à quatre-cents personnes de fouler le toit du monde après une absence de deux ans suite aux événements au Népal. La vie continue, faisant fi de l'actualité. Un autre exemple de cette vie qui trouve toujours son chemin au milieu/loin des (avec les) cons est à mettre à l'actif de notre beau département de l'Isère. On se rappelle du randonneur de vingt ans qui avait trouvé la mort à Freydières dans le massif de Belledonne à l'automne dernier, tué par un chasseur. Une pancarte avait été posée ce printemps en sa mémoire, sur le lieu du tragique accident. Dix jours plus tard, cette pancarte avait disparu.  L'auteur du (mé)fait ne s'est pas (encore) manifesté à ma connaissance.  Quel courage ! Abasourdi...

Memento mori.

Rédigé par lta38

Publié dans #humeur

Repost 0
Commenter cet article