animaux

Publié le 5 Avril 2017

Le loup est revenu en France en 1992. Depuis un quart de siècle, les arguments se multiplient pour obtenir à nouveau son éradication. Par une poignée d'hommes pour qui, il est vrai, le loup a quelque peu modifié la façon de travailler. Mais derrière tout ça, il y a surtout un métier (celui d'éleveur) qui vit une crise sans précédent pour de nombreuses raisons autres que le loup qui est le petite goutte qui fait déborder le vase. Ce malaise se retranscrit à travers la crise "loup" mais ne se résoudra pas avec la disparition du prédateur.

Depuis quelques années, l'état fait semblant d'aider les éleveurs en abattant des loups avec des quotas élevés au lieu de s'attaquer aux vrais problèmes qui perdurent (voir par exemple le dossier Lactalis, une société que je boycotte désormais : Lactel, Président, Galbani, Lepetit...).

Mais fi de ces considérations personnelles que chacun pourra discuter voire réfuter. Venons-en au factuel.

L'état vient de commanditer une étude sur le loup. Les résultats montrent que

- l'efficacité de ces tirs (au bénéfice des éleveurs) n'est pas prouvée

- ils (les tirs) mettent en danger la pérennité de l'espèce

En toute logique, si l'état se sert de cette étude pour ajuster sa politique, les tirs devraient diminuer voire cesser. Mais la logique et la politique...

Lire ici l'étude complète.

Canis Lupus. Parc des loups (Mercantour) ; août 2012

Canis Lupus. Parc des loups (Mercantour) ; août 2012

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost0

Publié le 30 Mars 2017

Avec ce beau temps, impossible de m'enfermer pour la séance du jeudi à Espace Vertical. N'ayant pas pris le temps de chercher une moitié motivée pour grimper dehors, je pars en balade. Comme chaque année en cette saison, je retourne sur les secteurs de prédilections pour la faune sauvage de montagne.

Au menu de cette soirée, la chevêchette une fois de plus, une hulotte et une Tengmalm chanteuses mais que je n'arrive pas à observer, quelques chevreuils, biches, renard, écureuil ainsi que le cortège habituel des oiseaux chanteurs.

La végétation est désormais calée jusqu'à 1500 m d'altitude sur l'année dernière qui avait elle-même une semaine d'avance sur 2015. 2015 avait pas loin de dix jours d'avance sur 2014 et 2014 dix jours sur 2013. Espérant que cette série s'arrête en 2018.

La soirée se termine par le coucher de (croissant de) Lune sur la dent de Crolles.

Chevêchette femelle

Chevêchette femelle

Pilier sud de la Dent et croissant de Lune. Une image que je suis allé "chercher".

Pilier sud de la Dent et croissant de Lune. Une image que je suis allé "chercher".

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #paysages

Repost0

Publié le 19 Mars 2017

Les jonquilles à l'apogée en vallée. La fonte des neiges. On ne gratte plus les véhicules le matin. Les jours qui rallongent. Les oiseaux qui chantent. Les cerisiers en fleurs dans la vallée... cette fois, on y est, pour de bon.

Encore quelques jours et deux mois magnifiques vont commencer. Deux voire un peu plus car avec l'altitude, on peut profiter plus longtemps des saisons intermédiaires en suivant l'étagement de la végétation et de tout ce qui va avec. Et là, je me rends vraiment compte que a contrario de la majorité des Français qui vit dans une région de plaine et ne vit l'automne comme le printemps que durant un mois (tout au plus), nous avons la chance d'en profiter pendant deux à trois fois plus de temps. Il suffit pour cela de jouer avec l'altitude.

Les balais du soir commencent. Les sorties à skis s'espacent, surtout cette année et avec les conditions du moment. Les ongulés commencent à sortir pour chercher l'herbe verte. Les passereaux font raisonner la forêt de leurs chants. La chevêchette cherche sa loge. Enfin, il est probable qu'elle l'ait déjà trouvée depuis longtemps. Mais moi, je patauge. Pas moyen de trouver cette loge. Pourtant, le couple est bien là. Bientôt viendront les premiers affûts aux tétras.

A ce sujet, je viens de commander la dernière tente affût Tragopan V5. Elle se monte un peu différemment des précédentes qui fonctionnaient comme les tentes Quechua 2 Seconds. Mais le montage reste aussi rapide d'après le fabricant et les vidéos que l'on trouve ça et là. Tout comme le pliage. Et au moins, le rangement se fait en cylindre classique, plus facile à transporter sur le sac que le gros disque. Le + : une chambre annexe à fixer afin de pouvoir y dormir les pieds au sec et avec un tapis de sol intégré. Hâte de l'essayer et de vous faire un retour là-dessus.

Ciel du matin sur Belledonne

Ciel du matin sur Belledonne

Troglodyte mignon (c'est son vrai nom)

Troglodyte mignon (c'est son vrai nom)

Chevêchette d'Europe

Chevêchette d'Europe

Tragopan V5 (images site Tragopan-shop.com) : rangée, montée et avec chambre additionnelleTragopan V5 (images site Tragopan-shop.com) : rangée, montée et avec chambre additionnelle
Tragopan V5 (images site Tragopan-shop.com) : rangée, montée et avec chambre additionnelle

Tragopan V5 (images site Tragopan-shop.com) : rangée, montée et avec chambre additionnelle

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #matériel

Repost0

Publié le 12 Mars 2017

Sans trop d'espoir je mets le réveil. J'ai pris crampons et piolet au cas où la brèche Arnaud serait skiable jusque sous le câble sommital. Sans trop d'espoir étant donnée la fonte exceptionnelle de ces trois derniers jours à ces altitudes.

Sans trop d'espoir je mets le gros appareil (je veux dire le reflex) et deux objectifs dans le sac à dos. Si d'aventure les voiles nuageux étaient moins épais que prévu et laissaient entrevoir un lever de soleil coloré.

Mais alors pourquoi partir ?

D'abord parce qu'on est mieux ici qu'au bistrot. Ensuite, même si l'objectif imaginé (et imaginaire cette fois-ci) s'avèrera en mauvaises conditions et que le soleil ne se montrera pas, la perspective d'un petit tour aux premières lueurs du jour avec retour pour le petit déjeuner en famille m'enchante. Enfin, en cette mi-mars et avec cette météo clémente, on a toutes les chances d'évoluer dans l'ambiance d'une aube printanière. Et ce fut le cas.

Tétras-lyre, chouettes hulotte et de Tengmalm, pigeons ramiers, grives et autres passereaux de montagne aux chants ; pic noir tambourinant, chamois et lièvre variable évoluant sur les prairies enneigées... On se sentait bien ici.

Je pousse les skis en restant concentré (neige dure, pente raide et fuyante, mieux vaut éviter la zipette ou le déchaussage de la mâchoire avant) et gagne la confortable vire d'attaque du pilier Tobey où le GPS indique 1930 m soit pile cent cinquante mètres sous le sommet. Un système de vires (ultra exposées et insuffisamment enneigées le cas présent) permettrait par bonnes conditions de se retrouver à l'aplomb près de cent mètres plus haut soit à peine cinquante mètres sous le sommet de Chamechaude. Je ne sais pas si un skieur a déjà chaussé à cet endroit mais ça vaudrait le coup de venir y faire un tour une autre fois par conditions adéquates.

En attendant, je chausse ici, descends la partie supérieure en neige bien dure puis la forêt en neige douce et déchausse à la voiture à 1150 m d'altitude. 8h15. Une journée qui commence bien !

Les chamois
Les chamois

Les chamois

Confortable endroit que ce pied du pilier Tobey

Confortable endroit que ce pied du pilier Tobey

Et l'après-midi, c'était vélo en famille

Et l'après-midi, c'était vélo en famille

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #animaux

Repost0

Publié le 7 Mars 2017

Avec ces conditions et cet hiver qui change très vite d'allure, il faut en profiter. Changement de secteur et direction Belledonne pour la sortie de la fin de journée.

Côté paysages, une ambiance Japon avec de la neige qui recouvre les moindres reliefs et de belles quantités dès que l'on sort de la forêt. Je suis "retardé" par ma chevêchette habituelle et essaie de faire quelques images d'ambiance ; aussi le jour commence à décroître lorsque je parviens dans l'alpage. Je ne m'attarde pas sur les photos de paysages. Je plie et skie dans une neige qui tolère toutes les erreurs. En forêt, je tente une variante un peu "serrée" et me heurte à un enneigement limite sous les épicéas vers 1300 m. Après avoir un peu raclé, je retrouve des clairières et me laisse glisser dans la pénombre au milieu des cerfs qui sortent manger.

La journée a été optimisée. Dès demain, la neige ne sera probablement plus poudreuse jusqu'à 2000 m. Mais cette nouvelle couche fait du bien et rapproche l'enneigement des normales (il en manque encore).

Montée dans le silence feutré de l'hiver

Montée dans le silence feutré de l'hiver

Les derniers arbres avant l'alpage

Les derniers arbres avant l'alpage

Elle est là !

Elle est là !

Ambiance

Ambiance

Ambiance (bis)

Ambiance (bis)

La lumière tombe : il est temps de descendre

La lumière tombe : il est temps de descendre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #animaux

Repost0