balade

Publié le 11 Septembre 2019

Petit tour en Chartreuse avec les filles. La rentrée a modifié les rythmes comme à l’accoutumée ; aussi je n’insiste pas pur la Dent et on prend à gauche au col des Ayes pour un tour de Pravouta en passant par le sommet du roc d’Arguille qu’elles ne connaissaient pas. A noter que le sommet et ses pentes sont complètement massacrés par les moutons. Des millions de crottes, pratiquement plus d’herbe. Il a fallu redescendre pour se trouver un coin à peu près propre pour se poser. Il paraîtrait pourtant que les troupeaux entretiennent les montagnes...

On en profite pour faire un peu de bloc ; il y a de quoi jouer dans le secteur. Belle lumière, les véritables ambiances d'automne sont imminentes. On s'en délecte d'avance. Retour par le habert et le versant ouest.

Balade récréative et ressourçante.
Balade récréative et ressourçante.
Balade récréative et ressourçante.

Balade récréative et ressourçante.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #escalade-alpi, #Chartreuse

Repost0

Publié le 16 Août 2019

Je les néglige chaque année. Je les préfère pourtant aux myrtilles en confitures (les goûts et les couleurs...) alors qu'en tartes, c'est l'inverse.

Connaissant cette grande coupe de bois en Belledonne et ses multiples framboisiers, je propose aux filles d'aller s'y servir. Bien évidemment, on peut très bien acheter de la confiture industrielle voire artisanale. J'ai récemment goûté l'une d'entre elles, certainement fabriquée en petites quantités et dont le goût se rapproche de la mienne. Et même si elle est fort chère (au regard des grandes "marques"), cela reste beaucoup moins coûteux que notre sortie, le déplacement...

Pourtant, chaque année, nous faisons nos petites balades champignons / fruits des bois... C'est toujours un plaisir d'agrémenter notre envie d'être dehors et le côté culinaire. Reste plus qu'à aller chasser ! (non, ce n'est pas au programme !)

Après trois semaines (assez) loin d'ici (Norvège essentiellement), voici bientôt la fin de la troisième à côté de la maison, dans Belledonne majoritairement.

PS : après l'avoir goûtée, sans prétendre que ce soit la meilleure du monde et j'imagine que la plupart de ceux qui font de même ont un goût similaire, notre confiture demeure sans commune mesure avec la meilleure confiture que l'on trouve en petite surface. Sans aucun doute, la qualité des baies de pleine nature, associée à du "vrai" sucre et pas de la "daube" blanche, font toute la différence.

Framboises
Framboises
Framboises
Framboises
Framboises

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #récoltes, #Belledonne

Repost0

Publié le 15 Août 2019

Chaque année, vers où juste après la mi-août, nous faisons cette sortie tous les quatre.

Ça commence par une marche sur un chemin en pente douce. Parfois, nous y ramassons des cèpes mais c’est souvent un peu plus tard en saison. Une petite halte dans une clairière nous accueille pour la pause déjeuner. Les framboises sont sur place pour le dessert. Nous poursuivons dans la forêt que je connais par cœur. Les chanterelles sont toujours là. Même peu nombreuses, elles font passer l’ascension sans effort. Et puis nous terminons par deux spots. Tout en haut. Ces deux-là, à eux seuls, font les trois-quarts de la récolte. Même une petite année comme 2019 (à ce jour) ils sont fructueux. Quelques kilogrammes plus tard, les mains jaunies, les myrtilles font le goûter. Avant la longue descente jusqu’au parking. Belledonne forever. J’ai tout ce qu’il me faut ici.

La journée se termine à la maison avec les amis, agrémenté du combo risotto / tarte aux myrtilles.

Les chanterelles (ou girolles), sont bien là
Les chanterelles (ou girolles), sont bien là
Les chanterelles (ou girolles), sont bien là
Les chanterelles (ou girolles), sont bien là
Les chanterelles (ou girolles), sont bien là

Les chanterelles (ou girolles), sont bien là

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #recoltes, #Belledonne

Repost0

Publié le 24 Juillet 2019

Quelques (demi-)journées passées dans de plus ou moins grandes villes du nord. Par beau temps, et dans une optique de détente, ça reste de bons moments de dépaysement. On flâne ici et là à observer comment vivent les gens, on se rend compte que c'est comme chez nous, mais un peu différent à la fois. On découvre les mentalités, les rapports au vélo, à la voiture, l'habitat, la gastronomie locale (bon, dans le nord, c'est vraiment pas top mais ça on le savait : grosso modo peu varié, assez industriel et très cher). On essaie de s'imprégner un peu de la langue, on utilise notre Anglais quel qu'il soit... Passage par (= arrêts à) : Aarhus, Aalborg, Odense (DK), Stavanger, Bergen, Trondheim (N), Malmö (S), Fribourg-em-Brisgau, Hambourg et Baden-Baden (D).

Quelques remarques pour accéder à ces villes où la voiture n'est pas forcément la bienvenue.
- Aarhus, Aalborg, Odense : parkings payants classiques en extérieurs très proche du centre. RAS
- Stavanger : trouvé un parking couvert non loin du centre. RAS
- Bergen : ça a l'air merdique. Garé au parking de la gare ferroviaire. Couvert, payant.
- Trondheim : trouvé (facilement) une place gratuite dans de petites rues en pentes situées juste en-dessous (sud-ouest) du château de Kristiansten. Centre-ville à portée de jambes.
- Malmö : trouvé parking extérieur (payant) proche de la gare
- Fribourg : apparemment, il faut une pastille verte pour accéder à la ville et ses alentours. Je ne sais pas quelles sont les conditions pour les étrangers et les démarches pour l'obtenir si nécessaire. On est quand même passé... parking payant en extérieur trouvé facilement non loin du centre.
- Hambourg. Même pas essayé. C'est quand même la mégapole. On s'est garé (gratuitement) dans la banlieue, le plus près de l'autoroute et d'une station de métro. Parking gratuit. Ticket de métro journalier illimité famille (jusqu'à 5 personnes) pour 12€. Hyper pratique.
- Baden-Baden. C'est plus petit mais bien règlementé. Trouvé facilement un parking couvert payant proche du centre.

Fribourg-em-Brisgau
Fribourg-em-Brisgau

Fribourg-em-Brisgau

Aarhus

Aarhus

Aalborg
Aalborg
Aalborg

Aalborg

Stavanger
Stavanger
Stavanger
Stavanger
Stavanger

Stavanger

Bergen
Bergen
Bergen
Bergen
Bergen
Bergen
Bergen
Bergen
Bergen

Bergen

Trondheim
Trondheim
Trondheim
Trondheim
Trondheim
Trondheim

Trondheim

Malmö
Malmö
Malmö
Malmö
Malmö

Malmö

Odense
Odense
Odense
Odense
Odense
Odense

Odense

Hambourg
Hambourg
Hambourg
Hambourg
Hambourg
Hambourg
Hambourg

Hambourg

Baden-Baden
Baden-Baden
Baden-Baden
Baden-Baden

Baden-Baden

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #paysages, #Norvège

Repost0

Publié le 22 Juillet 2019

C'était au programme de ce séjour. Partager en famille si possible quelques observations d'espèces endémiques ou, tout du moins, que l'on ne rencontre pas en France, et qui restent accessibles. Il n'était pas question d'y consacré des jours entiers car le programme était chargé et éclectique mais tout au moins une virée pour chacune des trois espèces visées : l'élan, le boeuf musqué et le renne.

Pour le premier, nous avons opté pour les zones humides de Hjerkinn dans le Dovrefjell. Un bon plan car la marche reste limitée et on sera déjà sur place pour les boeufs musqués le lendemain. La sortie du soir, entre 20 et 23h, sera fructueuse. Après un premier affût, nous observons de loin aux jumelles un premier élan. Puis, un peu plus tard, un second qui vient se nourrir pas très loin de l'affût. La soirée est déjà réussie. Elle sera complétée par une mère et son petit à peine retournés au véhicule et deux autres à la tombée de la nuit, proches de notre campement mais surtout à une distance réduite. Réussite totale. Le lendemain, il nous faudra plusieurs heures de marche pour observer les boeufs musqués dont un individu de près. Les jumelles nous auront été d'un grand secours pour les localiser car, sans la neige, c'est quand même moins évident que l'hiver.

Enfin le renne. Beaucoup plus aléatoire car ce sont des animaux extrêmement craintifs et qui bougent beaucoup. Malgré de bonnes informations de Thomas et de Sylvain (merci à eux), nous ne les verrons pas. Ce n'est pas grave et au contraire, cela ne donne que plus de valeurs aux observations réussies. Si c'est trop facile, l'intérêt n'en est que diminué. Et puis, quand on voit les 24h passées dans ce massif du Forollhogna, loin de tout, à se baigner dans les rivières, dormir au milieu de la wilderness ou encore marcher jusqu'à la nuit tombante sur des plateaux sans fin, on sait qu'on a absolument rien raté. D'autant qu'on reviendra avec un bois de renne trouvé par Emie. Nous étions bien au pays du père Noël.

A la recherche des élans de Hjerkinn
A la recherche des élans de Hjerkinn
A la recherche des élans de Hjerkinn
A la recherche des élans de Hjerkinn
A la recherche des élans de Hjerkinn
A la recherche des élans de Hjerkinn

A la recherche des élans de Hjerkinn

A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell
A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell
A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell
A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell
A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell
A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell

A la recherche des boeufs musqués du Dovrefjell

A la recherche des rennes du Forollhogna (dernière image pipeautée, évidemment)
A la recherche des rennes du Forollhogna (dernière image pipeautée, évidemment)
A la recherche des rennes du Forollhogna (dernière image pipeautée, évidemment)
A la recherche des rennes du Forollhogna (dernière image pipeautée, évidemment)

A la recherche des rennes du Forollhogna (dernière image pipeautée, évidemment)

Au passage, rencontre de deux (un seul sur l'image) lièvres variables

Au passage, rencontre de deux (un seul sur l'image) lièvres variables

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #animaux, #Norvège

Repost0