brame du cerf

Publié le 16 Octobre 2016

Ca brame ? Ca brame plus ? On arrive en fin de brame et les jours d'activité sont moins nombreux. On verra pendant les vacances si on peut observer une "reprise de brame" sur mes spots mais en attendant, on assure pour la journée en choisissant un terrain d'altitude où je suis au moins sûr d'en observer dans les alpages.

Peu après le départ, une chevêchette chante au sommet d'un pin. On note soigneusement l'endroit pour le retour si des fois elle voulait se montrer de jour. Un peu plus haut, trois jeunes cerfs se nourrissent sur le sentier d'accès. Ils vont devoir se déplacer car votre serviteur n'était pas assez vigilant. Une biche fait également partie du groupe.

Biche surveillant une trouée dans la forêt

Biche surveillant une trouée dans la forêt

Jeune cerf alerte

Jeune cerf alerte

Et puis, ça brame. Deux cerfs se répondent mais sur deux vallons différents. Le premier évolue avec une petite harde de biches.

Cerf et biches (et chamois)

Cerf et biches (et chamois)

Le second se situe en plein alpage. Il faut aller se poster sur cette crête semi-boisée pour pouvoir observer. Un chamois s'y trouve et ses sens sont en éveil. Au-dessus, un cerf surveille du haut de son rocher, un peu comme dans Bambi.

Chamois

Chamois

Cerf et biches

Cerf et biches

Pour le reste, une bonne partie de la journée va se passer à observer une troupe de cinquante-cinq biches et cerfs en plein alpage dont le maître des lieux, un huit cors peu corpulent mais qui bramera toute la journée sans répit. D'autres observations vont avoir lieu et pas des moindres : aigle royal, autour fauve, gypaète barbu, grands corbeaux, tétras-lyre mais aussi renards, lièvres. Superbe journée !!!

Le huit cors et une (petite) partie de la troupe
Le huit cors et une (petite) partie de la troupe
Le huit cors et une (petite) partie de la troupe
Le huit cors et une (petite) partie de la troupe

Le huit cors et une (petite) partie de la troupe

Vautour fauve
Vautour fauve

Vautour fauve

Grand corbeau "crou crou crou"

Grand corbeau "crou crou crou"

Casse-noix moucheté

Casse-noix moucheté

Quelques couleurs mais ça traîne vraiment à démarrer cette année !

Quelques couleurs mais ça traîne vraiment à démarrer cette année !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 14 Octobre 2016

La saison de brame n'est pas encore terminée mais voici un premier montage d'images animées. C'est très difficile de photographier et de filmer en même temps, surtout dans un secteur aussi "fermé" et où les animaux bougent beaucoup, encore plus avec un seul boîtier. Au-delà, je ne suis pas satisfait de la qualité d'images vidéos y compris avec le reflex, si bien que je me demande s'il n'y a pas un réglage que je maîtrise pas. Pour moi, malgré les vingt megapixels, c'est inférieur à ce que j'obtiens avec la GoPro. Si on peut me tuyauter... Pour homogénéiser l'ensemble, également avec les quelques plans du piège photo, j'ai donc tout transféré en HD "seulement" soit 1080. Inutile de passer en plein écran, à moins d'avoir encore un bon vieux dix-sept pouces.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 13 Octobre 2016

Nouveau tour du soir sur le secteur "bas". Pas un son. L'humidité, le froid, l'absence de raires... m'incitent à ne pas faire d'affût et à monter jusqu'au sommet du secteur. Afin de limiter le dérangement, le resterai sur les chemins. La pluie rend la progression plus discrète que les jours précédents. J'arrive sur une zone que je sais être favorable. J'avance prudemment. Tout à coup, je distingue une masse rougeâtre dans une éclaircie de la forêt. Un cerf est là, couché, silencieux.

Je n'ose plus bouger. Je sais par habitude qu'ils lèvent la tête très régulièrement pour scruter les alentours; S'il le fait au moment où je bouge, c'est mort. Je ne suis pas très bien caché mais je me fais le plus petit possible, pose le trépied au sol et attend.

Au bout d'un moment, il lève la tête, puis la repose.

Il finira par regarder dans ma direction et s'inquiéter. Sans se presser il se lève et se déplace, sans doute pas très loin. Je n'insiste pas. C'est le même que celui de jeudi dernier.

Le dix (4+10) cors de jeudi dernier, couché sur un replat
Le dix (4+10) cors de jeudi dernier, couché sur un replat
Le dix (4+10) cors de jeudi dernier, couché sur un replat

Le dix (4+10) cors de jeudi dernier, couché sur un replat

Je poursuis la route et atteins le sommet après avoir dérangé deux biches. Des traces, il y en a. Des odeurs aussi. Le brame n'est pas fini, c'est sûr. Mais aujourd'hui en tous cas, il est plus silencieux. Je décide d'aller voir un peu plus haut où je ne suis jamais allé et c'est la surprise : une magnifique zone de clairières, sans doute la plus belle de tous le secteur avec des traces, des places de brame. Je photographie quelques mésanges qui batifolent mais de cerf, point. Il faudra en tous cas revenir en cet endroit qui se prête merveilleusement bien à l'affût avec de beaux points de vue.

Une vue de la clairière découverte (image IPhone 5c brute)

Une vue de la clairière découverte (image IPhone 5c brute)

Mésange noire

Mésange noire

Mésange bleue

Mésange bleue

Les jours raccourcissent à vitesse grand V. Je descends avant la nuit et "tombe" sur un daguet qui s'alimente sur le chemin. Il n'a rien vu. Je m'accroupis au milieu de petit sapins en bordure du sentier et attends qu'il se montre un peu plus. Je fais une série d'images à 12800 ISO à 1/8è de secondes autant dire qu'on voit mieux sur l'écran après avoir déclenché qu'en vrai. J'attends qu'il s'éloigne... ce sera quasi la nuit. J'allume la lampe frontale et rentre.

Daguet (12800 ISO)

Daguet (12800 ISO)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 12 Octobre 2016

Dernier jour de beau temps avant un passage perturbé puis un week-end bien rempli pour les filles ; aussi, je leur propose d'aller manger le soir au niveau d'une cabane avec l'espoir d'entendre et voir quelques animaux. L'idée est accueillie positivement. Il n'en reste pas moins qu'il faut gérer la montée en la meublant avec des histoires, des discussions. Le petit défi du jour consiste en ce que les filles identifient tout ce qu'elles voient ou entendent durant la marche.

Citons pêle-mêle le brame du cerf toujours au rendez-vous, un chevreuil sur le chemin, des traces de sanglier, des arbres (épicéa, sorbier, noisetier...). Un peu plus loin, un pic noir passe devant nous et se pose sur un tronc.

- Il creuse des trous occupés ensuite par la chouette de "Tegmam", nous dit Emie.

Nous gagnons une superbe boulaie. L'heure du goûter. Puis la cabane. Il fait bien froid mais un petit feu nous permettra de conserver une température supportable. Durant le dîner, une chevêchette se fait entendre, ainsi que la troupe de becs-croisés qui la houspillent.

Descente à la tombée de la nuit. Ca brame encore un peu. Stella voudrait sortir sa frontale mais je l'encourage à essayer encore de s'en passer car on distingue suffisamment le sentier. C'est alors qu'un animal s'agite dans un bosquet. Il nous a repérés. Il s'enfuit en courant sur une piste forestière si sèche qu'on croirait entendre un cheval sur le bitume ! Puis il remonte, traverse le sentier devant nous à une trentaine de mètres. Dans une semi-obscurité, nous distinguons des bois, alors qu'il ralentit comme pour nous saluer en coupant notre itinéraire. Un raire. Le cerf disparaît dans la sombre forêt.

Quelques champignons durant la montée

Quelques champignons durant la montée

Une montée paisible et variée

Une montée paisible et variée

Des feuilles mauves !

Des feuilles mauves !

La superbe forêt de bouleaux/sorbiers

La superbe forêt de bouleaux/sorbiers

Pause goûter

Pause goûter

Sorbier

Sorbier

Pause dîner

Pause dîner

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #paysages, #balade

Repost0

Publié le 9 Octobre 2016

Et c'est reparti, cette fois pour une journée complète. Je pars bien chargé avec pas mal de bouffe d'autant que je suis parti sans "petit-déjeuner", mais sans eau car le stock est déjà sur place. Il n'en reste quasi plus d'ailleurs.

Arrivé à l'affût du haut après une marche nocturne sous un concert de cerfs, il n'y a que deux animaux qui donnent de la voix sur mon secteur. Il fait vraiment très froid ; aussi je reste sur l'idée initiale d'aller voir aux lisières et ne m'attarde pas dans l'affût. C'est le calme total. Pourtant, il y a des traces et des crottes fraîches. Mais pas un raire. Comment les repérer ?

Fort heureusement, le paysage est splendide et j'en profite pour faire des photos. Un cerf au milieu eut été une image de carte postale !

Givre automnal sur palettes de myrtilles
Givre automnal sur palettes de myrtilles
Givre automnal sur palettes de myrtilles

Givre automnal sur palettes de myrtilles

Palette de bouleaux
Palette de bouleaux

Palette de bouleaux

Je persiste jusque vers onze heures en faisant tranquillement le tour du propriétaire. Sans succès. Je me résous à redescendre d'un étage et là, ça brame ! Je suis dans le bon sens question vent et j'en profite pour prendre le son d'un cerf tout proche mais invisible dans la végétation. Un autre lui répond un peu en-dessous de moi. Je suis sur un vieux chemin abandonné non répertorié et je me place assis au milieu de petits épicéas au cas où.

Quelques minutes plus tard, celui du bas sort sur le chemin.

Un joli dix cors

Un joli dix cors

Il décide de prendre le chemin et en plus dans ma direction. Je suis immobile, le 300 mm sur le trépied. L'animal fait une vingtaine de mètres dans ma direction puis disparait dans la forêt.

Il s'approche petit à petit
Il s'approche petit à petit

Il s'approche petit à petit

Dernier plan, plein cadre

Dernier plan, plein cadre

Je file ensuite me placer à l'entrée de la clairière que je surveille régulièrement et où j'ai aménagé un petit affût. A peine arrivé, ça brame. je n'ai pas le temps de me mettre dans l'affût qui est en contre-bas et me place le plus discrètement possible en haut. Le son semble venir dans ma direction et cette fois, j'ai le vent de face. Il se rapproche, c'est sûr. Le voilà, il sort...

Pas beaucoup de cors, mais une bien grosse ramure

Pas beaucoup de cors, mais une bien grosse ramure

De tous les ongulés, le cerf est quand même le plus fascinant de tous. L'observation de durera pas très longtemps car il va poursuivre sa course dans le bois et la fenêtre n'était pas très large mais c'est toujours un grand moment que d'observer un grand cerf. Ce sera le second coup de chance de l'après-midi. Je me posterai ensuite à proximité d'une souille mais sans succès. Je vais même y faire une (courte) sieste, couché dans la mousse. Je rentre à la voiture après onze heures d'immersion au milieu des cerfs.

Un peu de repos maintenant. Je ne remonterai pas ici avant jeudi au plus tôt.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0