brame du cerf

Publié le 21 Septembre 2016

Nouvelle sortie avec l'idée d'aller jusqu'en-haut relever la carte mémoire du piège sur la place de brame. Je commence par faire un petit tour à l'affût du bas. Je dérange trois biches (quasi impossible de faire autrement), pour me rendre sur la place, suivies par un cerf. Je le prends quand même en photo de dos histoire d'essayer de l'identifier : il s'agit du fameau 14 cors vu à deux reprises l'an dernier dont cette fois où il est venu à moins de dix mètres de moi. Bonne surprise !

Le 14 cors de l'an dernier est toujours là

Le 14 cors de l'an dernier est toujours là

A peine plus loin, ça bouge encore. Dans la forêt, trois autres biches se nourrissent. Je me poste en lisière et attends. Elles viennent dans ma direction. Je fais quelques images animées puis elles se déplacent dans un talweg où je les perds de vue. J'attends encore. Des fois que... Deux minutes plus tard, un cerf est sur leurs traces. La fenêtre est serrée. Je commence par un plan video (qui s'avérera flou) mais très vite je n'arrive plus à le suivre avec ma rotule inadaptée et passe en mode photo. Enlever le live view a pour conséquence de faire claquer le miroir ce qui alerte monsieur. Fort heureusement, je suis immobile et bien confondu avec la végétation. 

Première belle proximité de cette saison 2016

Première belle proximité de cette saison 2016

Je gagne l'affût après que le cerf a lui aussi suivi ses biches dans le talweg. Ca brame en amont. Je filme deux biches qui passent dans une trouée et attends. De cerf, point. Silence. Avec l'humidité ambiante et le peu de clarté dans ces bois en raison du brouillard, je ne m'attarde pas trop et monte en direction de la zone supérieure. Une heure plus tard, j'atteins mon affût et nouvelle surprise : il a été saccagé !!! Tout un côté est abîmé. Les branches ont été tirées et mises au sol. Peu de place au doute : c'est probablement un bipède bien que sur la place de brame quinze mètres en amont, un cerf soit passé dans la journée et ait fait pas mal de dégats (tronc complètement abîmé, herbes et broussailles arrachées...). Le doute m'envahit quand même mais il n'y a pas de trace de cerf autour. Et vu qu'il ne passe pratiquement personne ici (seulement deux chasseurs observés le même jour en une trentaine de sorties en période de chasse), ce ne peut être qu'un chasseur, peut-être le jour de l'ouverture. Sur le coup, je suis abattu et sidéré de voir qu'il y a autant de cons sur cette planète. En quoi cela peut-il les gêner ? 

Rapidement, je fais face. Je remonte tout en quelques minutes (il n'a pas arraché les montants). A chaque nouvelle montée ici, je vais avoir le stress de ce que je vais trouver. Mais restons optimiste. L'an dernier, rien n'avait bougé. 

Un tronc bien lacéré ce jour même

Un tronc bien lacéré ce jour même

La bonne nouvelle, c'est que ça brame en amont et en aval aussi : cinq cerfs en tout. Un beau concert durant une demie heure puis on retrouve le calme. Dans une trouée, j'aperçois les bois d'un de ces messieurs. Et puis calme plat. J'attends dans l'affût. 

Où est Charlie ?

Où est Charlie ?

19h. Il commence à faire sombre d'autant que le brouillard est bien présent. Une chevechette vient se poser sur une branche devant l'affût ! Incroyable. Elle est hyperactif nerveuse et remue dans tous les sens. Pourtant, je n'avais pas imité son chant. Les cerfs reprennent de plus belle. A chaque raire, elle sursaute.

Chevêchette du soir

Chevêchette du soir

La nuit tombe. Il est temps de descendre. Les cerfs continuent de bramer en amont mais se sont un peu éloignés. Je change la carte du piège photo et prends la direction de la vallée. Sur celle-ci, trois séquences datant de la nuit précédente (trois cerfs différents). En 24h on est passé ici d'une quasi absence d'animaux à une belle présence. Ça bouge vite 

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 19 Septembre 2016

Changement radical en deux jours : des traces, fort nombreuses, des odeurs. Ca bouge ! Direction l'affût numéro 5. Durant l'approche, j'alerte un groupe de biches. La première traverse la trouée devant moi de trois-quart dos. S'en suit une autre, les jeunes, un daguet... La dernière s'arrête pour scruter les environs alors que je me suis immobilisé contre un tronc. J'ai tout le temps de faire des images. Le mode silencieux est vraiment appréciable. Je les retrouve un peu plus loin juste en-dessous de l'affût. Elles n'ont donc que peu été dérangées et ça me plait.

Dernière biche et son faon de l'année du premier groupe rencontré

Dernière biche et son faon de l'année du premier groupe rencontré

Je m'installe et attend. C'est bien humide mais cette fois, il ne pleut pas. Ca brame en contre-bas. J'attends toujours. Ils sont deux à se répondre. Ce n'est pas le concert des grands moments mais cette fois on peut dire que c'est parti pour de bon. Un petit groupe de biches passe à proximité de l'affût mais point de cerf.

Les biches lèvent le cou façon "girafe" pour récolter les feuilles tendres

Les biches lèvent le cou façon "girafe" pour récolter les feuilles tendres

19h. Il ne me reste que trois-quarts d'heure de lumière. Rien ne se passe ici. Ca brame cent mètres plus bas (en dénivelé). Je vais faire un tour ; d'autant que c'est sur le chemin du retour. Ils sont dans un secteur bien compliqué et très boisé et ne semblent pas bouger. Je profite du son mais ne tente pas d'approche en mode "affût mobile". Il est (déjà) l'heure de quitter les lieux. Je redouble de prudence sur un passage où il y a toujours "du monde". Bingo, deux daguets traînent par là.

Un daguet qui m'a détecté bien que partant sans s'affoler

Un daguet qui m'a détecté bien que partant sans s'affoler

20h. La nuit tombe. Et soudain, une odeur. Forte. Un cerf est passé par là entre mon arrivée et maintenant. Il y a une souille pas loin. Je scrute. Je cherche. On y voit encore un peu. Je ne vois ni n'entends quoi que ce soit. Puis, d'un coup "il" est là. Enorme. Quel cerf ! Je ne l'avais jamais vu ici celui-là. Il était à dix mètres au milieu de fougères. Quelle surprise ! Entre l'obscurité et le sol humide, je n'avais rien entendu, rien vu. Quelle proximité. Il traverse le chemin juste devant moi et s'immobilise. Je tente une image à main levée ce qui a la conséquence de le faire remarquer ma présence. Aussitôt, il s'enfuit dans l'épaisse forêt.

Un énorme cerf

Un énorme cerf

Cette première sortie animée laisse présager une belle suite. Cette fois, les animaux sont là et actifs. Brame du cerf 2016, c'est parti !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 17 Septembre 2016

C'est sous un beau clair de Lune que j'avais quitté le site le dernier jour des préparatifs. Tout était calme. Tout était en place : trois affûts, piège photo.

Brame 2016 (VII)

Pour cette première sortie véritablement dans la période du brame, les conditions ont bien changé. On est passé de trente à quinze degrés en plaine. D'un franc soleil à une fine pluie continue. J'espèrais une météo plus clémente mais au fil des jours, ce samedi s'annonçait vraiment maussade. Le dernier résistant était le site "Météo Grenoble" (chaîne Guillaume Séchet) qui n'annonçait que des pluies intermitentes. Mais non, il n'eut pas le privilège de sortir la météo improbable du jour. Ce sera bien humide. Montée à la nuit et balayage de tout le secteur pour n'entendre qu'un seul raire dans la matinée. Il faut dire qu'avec le parapluie (indispensable), le bruit des gouttes qui tombent limitent la portée de l'écoute. Mais comme les années précédentes, ici, ça ne démarre pas avant le 20. On y arrive ; il faut attendre encore quelques jours.

Les premières traces d'une fréquentation plus importante sont là. Les souilles bien remplies par ces pluies.

Les souilles se remplissent et vont devenir de bons points d'observation

Les souilles se remplissent et vont devenir de bons points d'observation

Ici, des crottes fraîches qui n'y étaient pas le week-end dernier. Là, une couche. Les animaux retrouvent peu à peu leurs quartiers et leur activité d'automne.

Une couche

Une couche

Mais pas encore de présence sur les places de brame. J'avais placé le piège photo sur un important point de passage durant le brame : pas le moindre cerf depuis samedi dernier ! Cela devrait démarrer la semaine prochaine. En attendant, on commence à croiser les biches : sept animaux rencontrés ce matin dont un cerf. Allez, tout ça est imminent.

A très vite.

 

Brame 2016 (VII)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 10 Septembre 2016

Petite sortie pour voir, sans trop d'espoir compte tenu de la date et des températures estivales. Relevé du piège photo : un sanglier semble être passé dans le coin. Et effectivement, ce sera le seul animal qui aura emprunté cette sente pourtant "boulevard" en plein brame, en six jours.

Où sont-ils ? Y a-t-il toujours des cervidés dans le secteur ? On est en droit d'en douter compte tenu du peu de traces observées. Mais avec un peu d'habitude, on relève les premiers indices d'une petite augmentation d'activité. Il faut dire qu'avec ce temps chaud et sec depuis trois semaines, il n'est pas facile de faire le point.

La météo nous annonce un temps automnal à partir du milieu de semaine. Si en fin de brame, une chaleur anormale a tendance à prolonger l'excitation des animaux, au contraire, au début, j'ai souvent remarqué que c'était la baisse des températures qui lançait les "hostilités".

J'en ai profité pour aller repérer les lieux sur ce que je sais être la plus belle place de brame de tout le secteur "haut", sur ces deux dernières années d'observation. Le problème reste l'accès. J'y étais allé il y a deux ans un jour plutôt calme en milieu de matinée et avais pu photographier un beau cerf depuis un affût sous ghillie. L'année dernière, j'étais sagement resté plusieurs fois à attendre dans mon affût cinquante mètres plus bas alors qu'ici, ça bramait dans tous les sens, sans oser venir m'y poster de peur de tout déranger. Aujourd'hui, j'ai placé une branche en travers à cet endroit et rajouté quelques branchages d'épicéas afin de faire une petite palissade derrière laquelle un observateur en ghillie pour se positionner et ne pas être obligé d'être absolument immobile. Ce sera l'affût numéro 6. Le plus difficile en sera l'accès car il s'agira de ne pas déranger pour prendre place. Cette place de brame se situe au coeur de la forêt dans un talweg très réculé et pas facile d'accès. C'est souvent un endroit où les cerfs se posent en journée et brament sans trop bouger. J'imagine donc plutôt m'y poster en fin de nuit lorsqu'ils sont davantage en vadrouille et attendre le lever du jour et la matinée. Bref, nous verrons bien.

Petit tour aux lisières au crépuscule et pas âme qui vive. Prochaine sortie pas avant le week-end prochain.

Beau douze cors photographié en octobre 2014 depuis la place de l'affût #6

Beau douze cors photographié en octobre 2014 depuis la place de l'affût #6

Petit affût numéro 6 et son champ de visionPetit affût numéro 6 et son champ de vision

Petit affût numéro 6 et son champ de vision

Piège photo : pas un cerf mais un sanglier

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 7 Septembre 2016

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0