brame du cerf

Publié le 7 Octobre 2017

Je voulais passer une nuit sur place afin de profiter de l'ambiance et m'en imprégner encore plus particulièrement. Ce devait être le week-end précédent mais j'ai décalé en raison de la pluie. Finalement, je pars avec quelques réserves : toutes les observations semblent s'accorder sur une baisse de l'activité brame plus tôt que prévu cette année. Il faut dire qu'ils ont démarré le grand bal avec cinq-six jours d'avance par rapport aux années précédentes sur mes sites d'observation. Cela se confirme dès mon arrivée sur le terrain. C'est très calme. Quelques raires irréguliers me rappellent qu'"ils" sont bien là. Je suis mon plan initial à savoir, un affût 30 mètres plus bas que dimanche dernier. Je prends le temps d'essayer d'identifier le placement des protagonistes qui se signalent de temps à autre et je passe tout l'alpage au peigne fin. Je dois attendre qu'un gros treize cors, habitué des lieux, veuille bien rentrer à couvert avant de me risquer sur le terrain. Malheureusement, je dérange un cerf qui était posé dans un bosquet de vernes. Silencieux et invisible. Je suis assez pessimiste sur la suite quand j'en vois un second partir tout doucement dans un autre bosquet à distance. Il ne s'affole pas mais je suis persuadé que lui-aussi m'a vu.

Un bien beau décor pour la photo

Un bien beau décor pour la photo

Le treize cors en plein soleil

Le treize cors en plein soleil

Un jeune cerf m'a détecté et quitte les lieux

Un jeune cerf m'a détecté et quitte les lieux

Je m'installe. Et finalement tout s'anime à partir de 17h30. D'abord un premier cerf qui se signale sur la crête puis vient très près, trop près même, avec "sa" biche. Ils me fixent un moment puis retournent un peu plus loin avant de rebasculer sur la crête. Ils m'ont sans doute détecté mais pas identifié.

A gauche de ces arbres, un passage régulier. J'aimerais bien qu'il soit fréquenté ce soir

A gauche de ces arbres, un passage régulier. J'aimerais bien qu'il soit fréquenté ce soir

Le premier cerf qui se signale par un raire sur la crête

Le premier cerf qui se signale par un raire sur la crête

Il approche

Il approche

Et le fait savoir

Et le fait savoir

Il approche un peu trop près

Il approche un peu trop près

Avec sa biche

Avec sa biche

Le même sur la crête un peu plus tard

Le même sur la crête un peu plus tard

19h40. On n'y voit plus grand chose. Je monte d'un cran m'installer pour la nuit sur une petite plate-forme spacieuse et hors de vue de la place après avoir photographié l'habituel treize cors revenu bramer en contrebas de mon affût.

Le treize en pleine forme

Le treize en pleine forme

Il est temps de plier

Il est temps de plier

Belle lumière vespérale

Belle lumière vespérale

Bivouac sommaire mais confortable

Bivouac sommaire mais confortable

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 4 Octobre 2017

Je ne m'attendais pas à ça mais c'est ce qui fait le charme de l'observation animalière. En plein coeur de la saison de brame je me rends sur une place de brame sur laquelle je ne suis pas encore allé cette année. Il y a bien un peu de son dans les environs mais beaucoup moins que je ne le pressentais. Un vent inhabituel souffle à cet endroit. Et dans le mauvais sens. Deux cerfs tournent relativement discrètement dans la zone de myrtilles. Il est inutile d'aller plus loin. Entre le vent et le peu de son, tous les arguments sont là pour déranger. Je me poste, fais quelques photos à 12800 ISO puis ne verrai plus rien. En milieu de matinée, je descends affûter en forêt là où je sais que c'est souvent la grosse animation (ch photos forestières d'il y a dix jours). Eh bien pas un seul raire ! Pas un bruit. Pas un animal qui bouge. Je ne verrai rien de rien. A la prochaine.

L'image du jour. Un cerf qui semble m'avoir détecté (mais pas forcément identifié) au lever du jour.

L'image du jour. Un cerf qui semble m'avoir détecté (mais pas forcément identifié) au lever du jour.

Quel décor ! Dommage qu'il n'y ait pas de lumière (12800 ISO, trépied)

Quel décor ! Dommage qu'il n'y ait pas de lumière (12800 ISO, trépied)

Cache-cache

Cache-cache

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 1 Octobre 2017

Je compte beaucoup sur cette journée. Nous sommes entrés dans le pic du brame pour une dizaine de jours encore. Deux week-end qu'il faudra mettre à profit. De plus, les couleurs sont en avance. L'idée est de faire de la photo bien sûr mais accompagnée du décor qui va avec.

Le réveil sonne à 4h30. Tout est prêt. Je pars direct. Les habituels chevreuils, biches, cerfs... accompagnent le trajet jusqu'au parking. La marche débute sur un sentier bien se poursuit dans la broussaille de Belledonne pendant quarante-cinq minutes... si je ne me perds pas. La pluie de la veille complique l'affaire. Je vais y passer du temps alors, j'aimerais ne pas avoir les pieds trempés. Je passe plus de temps que d'habitude pour limiter les dégâts. Le résultat est acceptable bien que ce ne soit pas le grand confort. A peine arrivé sur les lieux qu'un magnifique douze cors occupe une place inhabituelle. Je ne peux pas traverser pour rejoindre l'endroit prévu. Je me poste sous un épicéa et attend. Le jour se lève et je fais quelques images de ce cerf. Peu de lumière mais un bien beau décor.

Le premier douze cors. Un magnifique animal. Et un bien beau décor. La journée commence bien
Le premier douze cors. Un magnifique animal. Et un bien beau décor. La journée commence bien

Le premier douze cors. Un magnifique animal. Et un bien beau décor. La journée commence bien

Je passe une heure jusqu'à ce qu'il décide de monter dans un couloir. J'en profite pour rejoindre les deux épicéas bien en vue de la place de brame principale (un peu loin mais indispensable). Je me poste trois heures sans pouvoir avancer. Les cerfs sont trop actifs et bien en vue dans l'alpage. Et puis, ils quittent l'arête pour rejoindre une zone semi-boisée dans laquelle ils brament régulièrement, me permettant d'identifier leur localisation. A l'écoute, je conclus qu'ils sont couchés. Lorsque la situation me paraît stable, je rejoins un talweg moyennant quelques instants à découvert, talweg dans lequel ils ne peuvent absolument pas me voir. Je remonte celui-ci jusqu'à sortir juste en amont de la grande place sur laquelle ils vont sortir à coup sûr en seconde partie d'après-midi. L'idée est d'aller me poster sous les dernières vernes mais une fois arrivé sur la zone, je me rends compte qu'il me manque deux mètres pour avoir la vue désirée. Je tente le tout pour le tout. Je débouche en plein alpage durant quelques secondes et me poste sur un replat (qui sert de place de brame lorsqu'ils viennent sur la partie supérieure). Je suis bien en vue mais la relative "profondeur" du replat dans la pente casse complètement ma présence. Je place un filet sur un mètre de haut, le trépied et tout le matos. Je me mets pieds nus pour faire sécher les chaussettes et chaussures et n'ai plus qu'à buller en plein soleil. Il est midi. Jusqu'à 16h30, je vais me prélasser tout en écoutant les cerfs se répondre régulièrement et observant le quatorze cors maître du secteur et qui va d'une place à une autre sur une crête semi-boisée. La journée va se terminer par trois heures d'un véritable festival.

Farniente

Farniente

Le dominant du coin. Tranquille sur sa crête

Le dominant du coin. Tranquille sur sa crête

D'abord un daguet qui sort et vient dans ma direction. Je suis inquiet car s'ils continue ainsi, il va me "tomber" dessus, m'identifier et partir. S'il alerte tout le monde, la soirée pourrait être compromise. Il s'approche jusqu'à vingt mètres avant d'infléchir sa trajectoire dans le talweg d'à-côté. Ouf ! Et finalement, c'est lui qui passera dans "ma" fenêtre désirée. A défaut d'un beau cerf, une belle image quand même !

Le daguet tout près de moi. Même pas détecté !

Le daguet tout près de moi. Même pas détecté !

Il passe là où j'aurais voulu un cerf et avec le soleil alors que j'aurais préféré sous les nuages. Difficile moi ?

Il passe là où j'aurais voulu un cerf et avec le soleil alors que j'aurais préféré sous les nuages. Difficile moi ?

Le quatorze local se lève

Le quatorze local se lève

17h30. Alors que les raires se font de plus en plus nombreux, j'entends un bruit de branche un peu en amont dans la combe. Ma pseudo-sieste est interrompue. Un gros cerf descend droit vers moi. Je crains là-aussi d'être repéré. Il s'arrête à une vingtaine de mètres et me scrute. Je ne fais pas un mouvement. Inquiet mais pas affolé, il repart vers le haut tranquillement, jouant la sécurité.  Je suis rassuré pour la suite.
18h. Que le bal commence !!!

Tout à coup, le quatorze cors débouche un peu en-dessous de mon affût. Enorme !

Tout à coup, le quatorze cors débouche un peu en-dessous de mon affût. Enorme !

C'est le maître incontesté des lieux

C'est le maître incontesté des lieux

Il traverse un peu en contre-bas. Série d'images. Une préférence ?
Il traverse un peu en contre-bas. Série d'images. Une préférence ?
Il traverse un peu en contre-bas. Série d'images. Une préférence ?
Il traverse un peu en contre-bas. Série d'images. Une préférence ?

Il traverse un peu en contre-bas. Série d'images. Une préférence ?

Il donne de la voix en permanence

Il donne de la voix en permanence

Et puis un autre gros cerf débarque un peu plus bas. Immédiatement, voici le quatorze qui descend à sa rencontre. Durant plusieurs minutes, ils brament en continu à tue-tête. Un véritable festival.
Et puis un autre gros cerf débarque un peu plus bas. Immédiatement, voici le quatorze qui descend à sa rencontre. Durant plusieurs minutes, ils brament en continu à tue-tête. Un véritable festival.
Et puis un autre gros cerf débarque un peu plus bas. Immédiatement, voici le quatorze qui descend à sa rencontre. Durant plusieurs minutes, ils brament en continu à tue-tête. Un véritable festival.

Et puis un autre gros cerf débarque un peu plus bas. Immédiatement, voici le quatorze qui descend à sa rencontre. Durant plusieurs minutes, ils brament en continu à tue-tête. Un véritable festival.

Le quatorze, un dix, deux biches. Quel concert !!!

Le quatorze, un dix, deux biches. Quel concert !!!

Quel décor ! La proximité est un moment sympa. les images piquent du tonnerre. Mais je crois que ce genre d'image me plaît encore davantage.
Quel décor ! La proximité est un moment sympa. les images piquent du tonnerre. Mais je crois que ce genre d'image me plaît encore davantage.

Quel décor ! La proximité est un moment sympa. les images piquent du tonnerre. Mais je crois que ce genre d'image me plaît encore davantage.

6400 ISO. 1/60 s. f/4. Je décide de m'en tenir là. Je ne ferai pas mieux et les cartes mémoires vont me donner du travail (2x16Go par boitier, 32 Go pour le piège, 8 Go pour l'hybride "paysages"). je reste encore une dizaine de minutes en pliant tranquillement puis quitte les lieux au moment idéal : suffisamment nuit pour ne pas être vu par les animaux mais pas non plus l'obscurité pour pouvoir me déplacer une dizaine de minutes sans lampe afin de ne pas être repéré (je ne suis pas sûr que cela les dérange mais bon...). Une fois à l'écart je me pose et range tout correctement, mange un morceau tout en profitant du concert sous la lune gibbeuse. Retour à la frontale sous les raires et encore beaucoup de rencontres, parfois impressionnantes (brame de proximité avec les yeux qui brillent et vous fixent dans la lampe...). Une journée à marquer d'une pierre blanche.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 30 Septembre 2017

Deuxième sortie pour les filles. On part le vendredi soir pour dormir sur place. Déjà beaucoup de choses avant de marcher au petit jour le samedi matin : des biches et des lièvres dans les phares, des brames de partout dont certains tous près de la voiture juste avant de s'endormir...

Le lendemain, montée sous le concerf en direction d'une zone où nous ferons de belles observations. Certaines assez proches, d'autres un peu plus loin aux jumelles. Les filles prennent l'habitude de trouver les animaux avec les jumelles ce qui n'est pas si évident. Avec l'expérience, on "pose" du premier coup les jumelles au bon endroit mais au début, ce n'est pas si simple.

En début d'après-midi, deux chevrettes nous offrent la cerise sur le gâteau en se laissant observer à quelques mètres. Une expérience enrichissante avec les enfants même si ce n'est pas évident à trois. C'est la première année que je l'expérimente. Les filles, en grandissant, sont de plus en plus efficaces mais il faut redoubler de vigilance. Cela passe, malheureusement, par quelques dérangements qu'il faut éviter d'accumuler. Du coup, je réfléchis pour l'année prochaine à carrément refaire un système d'affût fixe dans lequel elles pourraient s'installer et écouter tout en ayant "le droit" de faire quelques mouvements tant qu'il n'y a pas un cerf à proximité. 

Le premier cerf observé. Pas une belle ramure. Typique d'un cerf de montagne au régime alimentaire assez limité
Le premier cerf observé. Pas une belle ramure. Typique d'un cerf de montagne au régime alimentaire assez limité

Le premier cerf observé. Pas une belle ramure. Typique d'un cerf de montagne au régime alimentaire assez limité

Ce qui ne lui empêche pas d'avoir de la voix

Ce qui ne lui empêche pas d'avoir de la voix

Un douze cors qui ne viendra pas plus près

Un douze cors qui ne viendra pas plus près

Observations aux jumelles

Observations aux jumelles

Du monde dans l'alpage

Du monde dans l'alpage

La biche ; "l'ennemi" de l'observateur de cerf. Silencieuse, c'est souvent elle qui vous détectera en premier.

La biche ; "l'ennemi" de l'observateur de cerf. Silencieuse, c'est souvent elle qui vous détectera en premier.

Un cerf avance langue pendante derrière un troupeau de biches

Un cerf avance langue pendante derrière un troupeau de biches

Beau cerf sur un promontoire

Beau cerf sur un promontoire

Contentes !

Contentes !

Mésange boréale

Mésange boréale

Un arbre qui a bien ramassé à cause du brame

Un arbre qui a bien ramassé à cause du brame

Cerisiers en flammes

Cerisiers en flammes

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 25 Septembre 2017

Petit tour du soir dans l'idée de me poster au bel endroit de lundi dernier lorsque le cerf est passé tout près. Je ne l'atteindrai jamais. Sur mon chemin, alors que sept cerfs brament, je me retrouve encerclé par trois d'entre eux. J'ai la chance de pouvoir me dissimuler entre des troncs et d'avoir quelques trouées dans la forêt à 360 degrés pour tenter quelques images. Deux d'entre eux vont se rapprocher à une distance à laquelle il ne faut pas faire le moindre mouvement sous peine de se faire détecter et de les voir fuir. Une heure au milieu de ces deux protagonistes qui s'éloignent un peu par la suite derrière leur harem de biches respectif. La lumière décline. Je n'aurai pas le temps de monter à l'affût prévu. Je pourrais rester là jusqu'à la nuit (ils peuvent revenir) mais je ne ferai sans doute pas mieux. Du coup, je rentre plus tôt que prévu ce qui n'est pas plus mal. Il faut garder du jus pour le grand bal qui commence.

Un imposant dix cors qui réveille toute la forêt

Un imposant dix cors qui réveille toute la forêt

Un beau douze cors qui s'arrête pile dans la seule fenêtre disponible sur son passage
Un beau douze cors qui s'arrête pile dans la seule fenêtre disponible sur son passage

Un beau douze cors qui s'arrête pile dans la seule fenêtre disponible sur son passage

Le cerf surveille ses biches de près

Le cerf surveille ses biches de près

Cette biche m'a sans doute détecté mais pas vraiment identifié puisqu'il n'y aura pas de fuite des animaux

Cette biche m'a sans doute détecté mais pas vraiment identifié puisqu'il n'y aura pas de fuite des animaux

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0