escalade-alpi

Publié le 19 Décembre 2020

C'est une situation récurrente en première partie d'hiver : des périodes de redoux alternent avec les coups de froid. Et comme l'enneigement n'est pas encore suffisant, la saison de ski demeure hachée. Cela est dû entre autres à la température de la Méditerranée qui n'est pas encore suffisamment refroidie et occasionne des flux de sud d'une certaine douceur. Ce phénomène devient plus rare à partir de janvier, même s'il ne peut jamais être exclu.

Nous avons donc eu un premier coup d'hiver avec de la neige en plaine (12 cm à Bernin). La situation hivernale aura duré onze jours (et encore, le onzième fut la transition...). Un équivalent quasi printanier a suivi ; équivalent car il devrait se prolonger jusqu'à Noël. Et, croisons les doigts, un refroidissement marqué semble se profiler à partir du 25.

On s'adapte donc aux conditions. C'est l'avantage d'avoir plusieurs cordes à son arc et habiter une région qui facilite l'adaptation avec une fourchette d'altitude disponible de 3000 mètres. C'est un peu plus difficile quand on habite à l'est. Direction le rocher. Ayant peu grimpé depuis début juillet (je veux dire, à un niveau soutenu) et la reprise prometteuse d'automne ayant été brutalement interrompue, je suis sans doute à mon plus bas niveau de conti depuis près de dix ans ! Il faut donc choisir un itinéraire facile. L'idée était d'aller à Presles mais avec le vent de sud, l'idée n'était pas bonne. Pour changer, on prend la direction d'Annecy et les Grandes Suites où le vent est imperceptible. L'occasion de faire la grande classique du coin, Harmonie. Une belle voie avec des passages variés, des gouttes d'eau, des dalles avec mouvements uniques (on se demande parfois comment on va passer). Sans doute des cotations sèches ; des cordées au niveau 6a à peine doivent se mettre quelques missions. A mon avis, le 6a est obligatoire.

Deux images faites avec la petite camera Dji Osmo Action. Que de progrès réalisés depuis ma Go Pro 4 (pas si ancienne, 5 ans seulement) ! Pour avoir un ultra grand angle permettant de bien restituer l'ambiance, c'est désormais un excellent compromis, quitte à avoir un petit appareil léger dans le sac à dos si besoin en complément.
Deux images faites avec la petite camera Dji Osmo Action. Que de progrès réalisés depuis ma Go Pro 4 (pas si ancienne, 5 ans seulement) ! Pour avoir un ultra grand angle permettant de bien restituer l'ambiance, c'est désormais un excellent compromis, quitte à avoir un petit appareil léger dans le sac à dos si besoin en complément.

Deux images faites avec la petite camera Dji Osmo Action. Que de progrès réalisés depuis ma Go Pro 4 (pas si ancienne, 5 ans seulement) ! Pour avoir un ultra grand angle permettant de bien restituer l'ambiance, c'est désormais un excellent compromis, quitte à avoir un petit appareil léger dans le sac à dos si besoin en complément.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 26 Novembre 2020

Une petite vidéo à propos d'une petite voie équipée cet été en Belledonne et parcourue en cordée autonome (leur première) par mes filles. J'ai pu réaliser ces images soit en arrivant par le haut et en fixant une corde de 25 m au relais, soit en grimpant à proximité de la ligne par des vires relativement faciles. On peut donc facilement et sans risque surveiller une cordée d'apprentis sur ces bouts de rocher, au demeurant très jolis.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 9 Novembre 2020

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement. (dans l'immense majorité des billets de ce blog, la date de la publication correspond à la date de la sortie à un ou deux jours près - sauf mention contraire ; mais ce ne sera plus le cas durant le confinement).

Non ; il ne s'agit pas d'un nouveau long métrage avec Sylvestre ou Governator mais simplement le nom d'une voie d'escalade de la falaise de Presles, ouverte dans les années 80 par la cordée Billon/Fara et rééquipée par Bruno Fara il y a une dizaine d'années, ouvrant par la même occasion la très belle longueur de sortie "temps additionnel". C'est une très belle voie à laquelle on accède par les quatre rappels (plein gaz) de Télébus (voir le topo "Escalade à Presles - édition Promogrimpe - 2019).

Le rééquipement l'a rendue très abordable et exempte de mauvaise chute mais les longueurs demeurent soutenues et les cotations des trois premières longueurs restent "old âge". La suite est plus facile et la dernière longueur, la plus dure sur le papier (6b+), est tout à fait abordable. A noter un petit passage un peu obligatoire (6a/b ou 6b) en L3 après le pas en tire-clou. Je n'avais pas encore pris le temps de faire un petit compte rendu de cette ligne réalisée pendant les vacances de Toussaint. En résumé : c'est une très belle grande voie, d'une difficulté modérée et très bien équipée. Je la conseille très fortement pour une cordée du niveau 6b à vue. Mention spéciale à un des plus beaux 5c qui soient (en L2) : 40 ou 45 mètres de gouttes d'eau !

Cliffalibur
Cliffalibur
Cliffalibur
Cliffalibur

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Vercors, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 28 Octobre 2020

Aujourd'hui, direction Sormiou. La route étant fermée à partir de 7h, on a le choix entre passer avant et marcher. On choisit l'option 2 ; en passant par le col des Baumettes depuis le parking de la route de Morgiou, c'est une vingtaine de minutes à l'aller et trente au retour. Pas si pire, sachant que la route prend quand même un peu de temps et que, si on rentre tard, il faudra passer de nuit au rond-point de la Cayolle où je me suis déjà fait agresser dans la voiture (tentative d'ouverture des portes + coffre par plusieurs individus, l'un d'entre eux ayant failli passer sous les roues quand j'ai accéléré pour quitter les lieux). Le site est connu (ou en tous cas l'était) pour ça.

Départ donc tranquille des Baumettes avec les filles puis direction le col de Lui d'Aï pour redescendre versant sud (un peu expo mais facile) jusqu'à la mer. Décor grand large ! Objectif : une voie facile nommé l'hallu nulle. Ce n'est pas la plus belle du secteur mais elle est assez longue dans un niveau (5b max) où les filles sont à l'aise et se feront plaisir. J'ai adoré la première partie : L0 qui permet d'arriver au bord de l'eau, L1 superbe et surtout L3 majeure dans ce niveau sur du beau rocher blanc (après la petite L2 en traversée à gauche). La suite est plus décousue jusqu'à l'ultime longueur en petit 5 vraiment sympa.

Une fois au sommet, il faut encore être vigilant au début de la descente (on garde la corde) puis refaire l'itinéraire d'approche dans le sens inverse. Nous prendrons notre temps afin de profiter de cette dernière journée de nature autorisée puisque notre président a décidé une nouvelle fois de nous en priver.

Sormiou

Sormiou

Cordée nous précédant

Cordée nous précédant

Ambiance
Ambiance
Ambiance

Ambiance

Pause au relais

Pause au relais

Cordées dans le secteur dièdre Guem

Cordées dans le secteur dièdre Guem

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 27 Octobre 2020

La seconde partie de ces congés était prévue sudiste. C'est ici que j'ai appris à grimper, tout comme beaucoup d'autres grimpeurs du sud : le Grec Georges Livanos ; le Marseillais Gaston Rébuffat. C'était en 1994 avec l'ami Philou. Notre première grande voie, après s'être entraînés sur le rocher de Château-Virant, fut la Lézarde au rocher Saint-Michel d'Eau-Douce, en chaussures de randonnée (nous n'avions pas encore de chaussons). Cette rencontre avec l'escalade fut pour moi un excellent liant avec le sud dans lequel je ne voulais pas m'exiler après dix-sept années passées dans les Alpes. Et pour garder le contact avec les Alpes, je décidais dans le même temps de m'équiper de skis de randonnée. Si mes parents n'avaient pas choisi les Bouches-du-Rhône comme destination professionnelle, je ne serai probablement jamais venu à la montagne au point où je la pratique aujourd'hui. Moi qui ai eu un peu de mal à m'adapter à ce changement de résidence, je ne peux que les remercier aujourd'hui, même si tout cela reste le fruit du hasard et des rencontres et n'était nullement écrit. Comme quoi, bien malin qui sait de quoi sera fait demain...

Durant ce petit séjour au sud, nous avons d'abord randonné dans le secteur de Saint-Cyr-sur-Mer avec le frangin puis grimpé sur le curieux poudingue du cap Canaille, extrémité est du parc national des Calanques. Dans le secteur de la calanque de Figuerolles que je ne connaissais pas, un petit site peu fréquenté nous aura réservé de superbes envolées. Les enfants ont adoré.

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)
Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles

Accès à la calanque de Figuerolles

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #escalade-alpi, #paysages

Repost0