escalade-alpi

Publié le 30 Décembre 2021

Pour cette belle journée ensoleillée, direction le nord de l'Hérault au départ du village de Saint-Jean-de-Buèges pour aller grimper sur le roc de Tras Castel. Même si l'escalade n'y est pas majeure, c'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau coin. Et puis, en ce jour d'hiver, nous étions pratiquement seuls à venir se balader par ici. Le départ se fait dans le beau village de Saint-Jean qui mérite à lui seul de faire le tour de ses petites ruelles, avant ou après la grimpette.

Les voies font de une à quatre longueurs, d'orientation sud-est à ouest. Au soleil, il y faisait presque trop chaud. En début d'après-midi, plutôt que de descendre une nouvelle fois en rappel depuis la sortie des voies, nous nous laissons embarquer sur la crête et poussons de plus en plus loin sur une sente à peine marquée mais sans difficulté (cairns), si bien qu'on se retrouve au hameau de Vareilles, petit bout du monde de l'Hérault. Un vieux pont pittoresque et le sentier le long de la Buèges nous ramènent à bon port avant la tombée de la nuit. Une belle journée dans le coin mêlant escalade et randonnée.

Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges
Autour de la Buèges

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 20 Novembre 2021

Comme c'est souvent le cas durant les "basses" saisons (automne et hiver), les vallées ne sont pas forcément accueillantes : le froid s'y accumule durant la nuit occasionnant des gelées parfois plus fortes que dans les pentes, le brouillard peut s'y former, elles sont parfois recouvertes d'une épaisse couche de stratus (les fameuses mers de nuages) et bénéficient d'un ensoleillement raccourci. Dans ces cas-là, c'est en altitude qu'on trouvera le salut. Ce samedi l'aura confirmé. Il était difficile de quitter la doudoune en fond de vallées mais nous avons grimpé en t-shirt à 1500 m d'altitude.

C'était à l'Alpe-du-Grand-Serre, sur les falaises-écoles rive droite de la cascade. Un petit site fort agréable où les filles se sont régalées, grimpant du 5a au 6a. Les filles auront réussi une 6a (qui valait sa cotation, ni plus ni moins, à mon humble avis), après avoir fait un 4c+ avec plusieurs... hésitations. Ce n'est pas la première fois que je trouve les cotations ultra-sèches sur les lignes faciles et s'ajustant ensuite à partir d'un certain niveau. Exactement le contraire de ce qui se passe dans certaines grandes voies récentes où des longueurs de "pseudo-marche" sont parfois cotées 4b !! Certes, la cotation des voies d'escalade n'est pas une science exacte mais je trouve que cela peut parfois inutilement décourager les débutants. Dans tous les cas, merci aux ouvreurs locaux pour ces petits sites fort agréables et, pour les grimpeurs, essayez de grimper sans trop vous fier à la cote.

Après cette session grimpe et la réussite du 6a pour les filles, elles souhaitent rester sur ce bon point ; aussi, disposant d'un peu de temps, je leur propose une petite boucle "rando du vertige" d'une heure : montée par la via ferrata de la cascade, descente par le sentier rive gauche depuis Prévourey.

La neige n'est donc toujours pas arrivée sur les montagnes dauphinoises alors qu'on a commencé à skier tout doucement sur le frontière. Une situation assez classique mais qui n'est pas sans me déplaire, le temps de finir de profiter de ce bel automne. En décembre, la manne blanche pourra arriver !

Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe

Grimpe

Rando-via
Rando-via
Rando-via
Rando-via
Rando-via
Rando-via

Rando-via

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Taillefer, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 15 Novembre 2021

Peut-être la dernière ici avant la neige après quelques échanges avec Francky et la consultation de la webcam qui affiche un grand soleil au lieu du ciel couvert prévu. Le temps de se décider, de se préparer, de monter et d'approcher, la mer de nuages est remontée. Petit à petit. De 1000 à 1800 m d'altitude. On ne doute pas de se faire rapidement submerger.

Néanmoins, on aura le temps de faire notre petite voie sans avoir froid, avant de redescendre dans le grand brouillard. Une ambiance qui, sans le vent heureusement, ne sera pas sans rappeler ma dernière journée à Bavella le week-end précédent.

Juste à temps
Juste à temps
Juste à temps

Juste à temps

Images Franck Vullierme. Pour une fois qu'on me voit sur les images...
Images Franck Vullierme. Pour une fois qu'on me voit sur les images...
Images Franck Vullierme. Pour une fois qu'on me voit sur les images...
Images Franck Vullierme. Pour une fois qu'on me voit sur les images...

Images Franck Vullierme. Pour une fois qu'on me voit sur les images...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 12 Novembre 2021

Les sorties s'enchaînent avec des conditions favorables. J'étais venu ici avec les filles il y a deux semaines, juste avant de partir en (vraie) Corse ; m'y revoici pour cette journée où il devrait faire meilleur en haut qu'en bas. Ce secteur de grimpe en Belledonne (nommé la Petite Corse), bien qu'à 2000 m d'altitude, reste favorable à l'escalade tard en saison du fait de son orientation plein sud.

Une dizaine de longueurs ce jour dont un récent itinéraire en 6c (partie inférieure sur 5 longueurs) et une seconde partie sur « yes of corse » et ses 5 longueurs en 5c max.

A noter 12 degrés là-haut vs 7 en bas sous le stratus. Et le dégel provisoire amorcé pour les lacs : attention à ne pas aller se promener dessus !

Retour en Corse
Retour en Corse
Retour en Corse

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 6 Novembre 2021

Le mec est assez têtu. Il tenait absolument à réaliser une course sortant dans la partie haute des aiguilles et un peu "alpine" (coinceurs). Ce samedi s'annonçait enfin sans vent le matin, peu venté l'après-midi. Quand au ciel, il devait être lumineux le matin, couvert l'après-midi. C'était sans connaître le climat local de Bavella. Ma partenaire m'avait bien prévenu mais le mec est têtu on vous dit.

Arrivés au col, au sortir de la voiture, pas un souffle d'air. Grand beau. 5°C. Au soleil, ce sera parfait. Elle n'a pas l'air si loin cette arête (l'arête de Zonza à la punta di l'Acellu) ; ca devrait être vite plié. C'était sans compter sur le fait :
- L'approche est une approche corse. Ca ne déroule pas (et encore celle-ci reste assez tranquille). Le temps de chercher un peu et tout ça, on mettra bien la petite heure annoncée.
- Il a encore plu la veille ; des sections mouillées persistent. Il faut rester vigilant
- La corde emportée (60 m en simple) avait 30 m de trop (dans tous les cas, au moins 10). Il aurait été préférable de grimper en simple avec 30 m puis avoir une ficelle équivalente dans le sac à dos pour le(s) rappel(s). Du temps perdu à chaque relais, d'autant qu'il est compliqué de tirer des grandes longueurs du fait du cheminement assez tortueux. En outre, ne connaissant pas, avec des portions mouillées et des coinceurs à poser, nous tirons des longueurs dès le départ.

Peu à peu, les nuages reviennent, repartent puis reviennent et s'accrochent de plus en plus. A 11h, nous voyons le soleil pour la dernière fois. Le brouillard est de plus en plus épais et le vent se lève. Le rocher devient parfois glissant ; je sors les chaussons pour la longueur de 5c et celle de 6a. Arrivés au gendarme (R8), il reste un rappel, une longueur facile puis deux longueurs de 5c. Les conditions deviennent abominables. Un vent à décorner les boeufs, rocher patinoire. Il faut un sérieux numéro d'équilibriste pour atteindre le relais de rappel sans se la coller. Doudoune en gants sont de sortie. Il faut se rendre à l'évidence : on se casse !

Lors des deux premiers rappels, on s'en remet à Jésus et à Marie pour ne pas que les cordes se coincent. Si besoin, l'Opinel est prêt mais pourrait-on poursuivre la réchappe ? Ambiance sur-austère dans le couloir laminoir jusqu'au dernier rappel où on sait que cette fois, rien ne nous empêchera d'atteindre le sol en bon état. Bon, cela reste des petites montagnes mais dans ces conditions, elles prennent une dimension toute autre. Un guidage GPS nous permettra de rejoindre le sentier sans encombres (que ferions-nous sans ces outils aujourd'hui).

Suite de journée châtaignes, couleurs d'automne et arbouses.

Engageant
Engageant

Engageant

Hésitant

Hésitant

Repoussant
Repoussant

Repoussant

Coloré
Coloré
Coloré

Coloré

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Corse, #escalade-alpi, #paysages

Repost0