paysages

Publié le 1 Janvier 2022

On continue les randonnées au soleil en allant cette fois sur le secteur du lac du Salagou. Entouré de terres rouges, ce site est très prisé des touristes et ce, toute l'année. Lors de notre petit tour "post-rando" au village (en cours de restauration) de Celles, nous aurons pris toute la mesure de cette fréquentation. On imagine ce que cela doit être à la belle saison !! C'est dommage d'un certain côté mais il est probable qu'on arrive à des règlementations plus sévères dans les années à venir avec l'afflux de " véhicules-dortoirs". Comme pour les caméras automatiques ou les drones, les vans et les camping-cars pourraient être la cible de mesures restrictives de la part des autorités si les utilisateurs n'adoptent pas un comportement plus responsable. Les deux grands problèmes qui se posent restent la sur-fréquentation sur des sites "à cocher" et le côté sanitaire (déversement des eaux usées ou besoins directement sur les sites dortoirs quand le véhicule n'est pas équipé de toilettes)... 

Revenons à notre secteur. La randonnée du jour démarre à Liausson, petit village situé au sud du lac et au pied d'une petite montagne le séparant de Mourèze. La montée se fait par un sentier ombragé ; il y fait assez frais et humide. Petit aller-retour sur les crêtes jusqu'à l'ermitage, pour la vue et le soleil, avant de descendre s'imprégner des curiosités géologiques du versant sud où là-aussi nous aurons été saisis par la foule. Gros contraste avec la veille à Navacelles. Il faut dire que l'accès est rapide depuis les agglomérations de Montpellier ou de Béziers, d'autant que toute la côte vit sous un épais brouillard depuis trois jours, conséquence du contraste entre une masse d'air exceptionnellement chaude (plus de 10°C au-dessus des normales saisonnières) et une Méditerranée déjà bien refroidie.

Ceci étant, la majorité des randonneurs se contente du crique de Mourèze, une partie de ceux-ci poussent jusqu'à la crête mais il ne semble pas y avoir d'élan pour une boucle plus longue telle que nous l'avons faite, partant du versant nord, descendant versant sud puis réalisant le retour par un autre sentier. Ce n'est pourtant pas très long (environ 13 km) et cela permet de faire vraiment le tour du propriétaire au tarif "demi-journée".

Une bien belle "région" que ce département entre mer et Cévennes.

Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou
Autour du Salagou

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 29 Décembre 2021

Ne souhaitant pas faire du ski dans des conditions de neige détestables (il y a tant d'autres belles choses à faire...), fuyons quelques jours au sud avec des températures carrément printanières. L'occasion de découvrir l'arrière-pays héraultais. Première étape du côté de St-Guilhem et randonnée depuis le bas du village jusque sous et au-dessus du roc de la Bissone. Petit repérage pour aller voir l'ambiance de la Carmina qui était un des objectifs potentiels. Malheureusement, le mal de dos occasionné par le Covid aura raison de ma motivation dans les jours qui suivront. Ca a quand même l'air d'être la voie à faire dans ce secteur avec une ambiance de dingue.

Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !
Courage, fuyons !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #paysages

Repost0

Publié le 29 Novembre 2021

Finalement, la neige est arrivée en quantité. Une chute pas si fréquente que ça à cette date (et surtout à ces altitudes) sans pour autant être qualifiée de rare. Et cette fois-ci, l'essentiel des précipitations s'est concentré sur les massif de l'ouest isérois. On relève en moyenne 60 centimètres à 1000 m d'altitude sur la Chartreuse, le nord Vercors et le nord Belledonne (Haut Bréda). Et un peu plus au-dessus.

La première trace est pénible, y compris pour le chasse-neige qui s'arrête au col du Baure ; du coup je laisse tomber l'hypothétique Pravouta pour remonter les pistes de Saint-Hilaire. Là-encore, les locaux ne se seront pas bousculés au portillon malgré l'heure tardive (9h) et je devrai rapidement me coller à la trace jusqu'en haut. Dur pour une reprise. A la descente, il y en a même trop et on fait du tout droit... quand on ne pousse pas sur les bâtons. Cela devrait aller mieux avec une nuit claire.

Une sortie très bof pour le ski donc (un peu comme la première de l'an passé, à quelques jours près, au même endroit) mais un réel plaisir de retrouver la neige. Et il paraît que la suite arrive.

Première offensive
Première offensive
Première offensive
Première offensive
Première offensive
Première offensive
Première offensive

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #ski-glisse, #paysages

Repost0

Publié le 24 Novembre 2021

Les quantités de neige ne seront sans doute pas extraordinaires mais la première offensive de l'hiver semble se préparer. Les versants ombragés ne voient définitivement plus le soleil. Les sources et lacs sont gelés. Les sentiers restant à l'ombres deviennent verglacés suite aux passages successifs des randonneurs, de plus en plus nombreux au fil des années malgré la neige. Prudence car c'est clairement une source d'accident. D'un autre côté, les esprits se sont un peu apaisés entre certains médecins et certains professionnels du ski. Il semblerait comme souvent, que la difficulté de "lecture" d'un message écrit par rapport à une conversation en direct soit une nouvelle fois responsable de mésententes. Cela confirme ce que j'ai déjà pu dire à plusieurs reprises sur ces pages et à propos de sujet divers et variés : on ne s'improvise pas "auteur" et encore moins "écrivain". L'internet a donné le droit de parler en public à tout le monde. C'est donc à la fois un bien et un mal. Que le lecteur ne se gêne pas pour me dire lorsque je ne semble pas suffisamment clair dans mes propos. Ici, la critique, constructive, est acceptée.

Par ces conditions parfois délicates pour les piétons en montagne et qui le deviendront autrement avec l'ouverture des stations de ski et la vitesse observée sur les pistes, il me semble que nous sommes donc tous d'accord pour rappeler que le droit d'être secouru (et soigné) en France par les meilleures équipes du monde, ne doit pas occulter le devoir de notre propre responsabilité puisque nous sommes tous responsables du système à notre petite échelle. Par ces temps compliqués dans notre système de santé, professionnels de la montagne, médecins et pratiquants dont je fais partie rappelons que la casse de notre service public par les gouvernements successifs, avec une goutte d'eau qui a fait déborder le vase, nommée Covid-19, est responsable d'une tension importante dans notre système de santé et qu'il faut s'attendre, au moins pendant un temps (on peut toujours rêver d'une futur équipe présidentielle qui comprennent enfin ces enjeux majeurs), à ce que les soins ne soient pas aussi rapides que ce à quoi nous avions l'habitude en France. A nous d'être vigilant sur le terrain. Bien sûr en montagne mais pas que car la montagne dont le ski n'est qu'une infime pourvoyeuse de blessés.

En allant vérifier que le terrain était bien prêt à accueillir la manne blanche, nous en avons parlé avec les filles. Il est important que les générations futures aient conscience de ce problème. A nous d'y participer quotidiennement. Et aussi dans les urnes quand c'est le moment en sanctionnant sans appel ceux qui continuent à ne pas faire l'effort de sauver notre service public dûment façonné par nos aïeux. Le lac de la Sitre était superbe, recouvert d'une fine couche de neige sur la glace bien épaisse. Il faut dire que dans son écrins niché sous la Petite lance du Crozet, il ne voit plus le soleil depuis plusieurs semaines et est passé dans l'hiver bien avant tout le monde. En face, sur les adrets bien ensoleillés, il était encore possible de tomber la chemise (polaire). Mais ce rayon de soleil fort agréable après des jours de crasse en vallées était sans doute le dernier de l'automne. Nous basculons dans l'hiver météorologique la semaine à venir, tant au niveau de la date qu'au niveau du ciel. Nous sommes fin prêts. L'hiver peut arriver.

Bonne saison à tout le monde.

L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver
L'hiver peut arriver

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 13 Novembre 2021

Le mois de novembre, c'est parfois la meilleure période pour observer l'hermine. Toute de blanche vêtue, elle a du mal à se confondre avec la neige... quand il n'y a pas (ou peu) de neige ! Ce qui veut dire que la neige sera pour un peu plus tard ; probablement en décembre. En partant pour une petite boucle en Vercors, j'espérais bien faire de sympathiques rencontres. Celle-ci à elle seule aura contenté ma journée. Après l'avoir repérée, je m'approche doucement. Je suis immédiatement détecté. A un moment, l'hermine se cache dans une anfractuosité de rocher. Il n'y a plus qu'à se poster et attendre. Parfois, cela ne marche pas. Elle ressort par ailleurs, sans qu'on la voit, et disparaît. ou ne ressort pas du tout. Cette fois-ci, ce sera bon. Et comme la miss est curieuse, elle s'approche même du photographe bien immobile et calé.

Pour le reste, ma sortie aura consisté à monter par le pas Ernadant au-départ de Saint-Andéol avec retour par le pas Morta. Cela fait bien quinze ans que je l'avais fait. C'est quand même une belle cochonerie. Il y a largement plus de quoi se tuer ici que dans une voie d'escalade. A noter qu'il y a pas mal de pitons (disons, une dizaine - assez récents pour la plupart) sur la fin de l'itinéraire (où la chute est interdite), ce qui peut permettre d'assurer des personnes peu aguerries. Reste quand même la montée initiale dans le couloir et ses risques de chutes de pierres, notamment à cause es bouquetins. Tant qu'à prendre une corde, j'ajouterais deux friends (0,5 et 0,75). La descente par le pas Morta est nettement plus facile mais faut quand même pas tomber dans le haut et il n'y a pas de pitons pour s'assurer (je n'en ai pas vu en tout cas). Et le risque de chutes de pierres demeure bien présent. Prudence donc dans ces randonnées du vertige, ce jour quasi totalement déneigées (juste deux ou trois pas dans la neige dans le pas Morta).

A défaut de l'habituel lever de soleil sur le balcon est...
A défaut de l'habituel lever de soleil sur le balcon est...

A défaut de l'habituel lever de soleil sur le balcon est...

La fameuse hermine
La fameuse hermine
La fameuse hermine

La fameuse hermine

Bref coup de projecteur

Bref coup de projecteur

Les habituels bouquetins
Les habituels bouquetins
Les habituels bouquetins

Les habituels bouquetins

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Vercors, #animaux, #paysages, #randonnée sportive

Repost0