paysages

Publié le 4 Décembre 2020

La première neige de la saison (on mettra de côté l'épisode de fin septembre qui était forcément amené à être rapidement volatilisé) est arrivée. Elle a commencé par les Alpes du sud puis celles du nord. En Isère, on ne prévoyait pas plus de 20 à 30 cm et encore, en montagne. En début de nuit, la neige s'invite jusqu'en plaine ce qui n'était pas vraiment prévu. Mais surtout, elle semble se bloquer sur les massifs grenoblois. La chute de neige est intense ; sans le parapluie, on est rapidement mouillé. Le cumul atteindra une quinzaine de centimètres à Bernin en l'espace de 2h30. Les filles réclamant un petit tour pour en profiter, il n'était pas question de le leur refuser. Aucun modèle météo n'avait vu venir cette chute de neige qui aura apporté jusqu'à 60 cm localement en Chartreuse à 1000 m d'altitude. C'est quand même bon de vivre encore parfois des imprévus.

Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !
Totalement imprévu !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #balade, #paysages, #nivo-météo

Repost0

Publié le 3 Décembre 2020

Courte fenêtre de grand beau et petite neige : il n'en faut pas moins pour me motiver à aller voir cela en direct. Je déteste marcher dans la neige. Bon ; "déteste" est sans doute exagéré. Mais la marche dans la neige est un effort pénible : on glisse, on s'enfonce. Toutefois, avec de faibles quantités en place (entre 5 et 15 cm), avec une mini-guêtre et des baskets Gore-tex, s'il fait bien froid et que la neige n'est pas humide, on y éprouve un certain plaisir. Et à la descente, l'amorti procuré est excellent et les déplacements optimisés. On est plus efficace qu'en mode estival. Ce sont exactement les conditions rencontrées ce jour sur le merveilleux plateau du Grand Rocher, lors d'une petite traversée des crêtes avec montée/descente par deux itinéraires différents.

Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 30 Octobre 2020

J'habite face à Belledonne. Pile en face. Chaque jour où je suis chez moi, c'est une des premières images que j'ai au réveil, hormis les journées où la magnifique est prise dans les nuages. Avec ce nouveau confinement, c'est l'occasion de la regarder encore plus souvent. Quelques images de ces derniers jours...

A noter la proche parution d'un livre d'images sur Belledonne, aux éditions Panoramalpes, auquel j'ai participé. Plus d'informations dès la parution très bientôt !

PS : à partir de ce jour, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement. (dans l'immense majorité des billets de ce blog, la date de la publication correspond à la date de la sortie sauf exception - à un ou deux jours près - ou mention contraire ; mais ce ne sera plus le cas durant le confinement).

Lever du jour par fort flux de sud
Lever du jour par fort flux de sud
Lever du jour par fort flux de sud

Lever du jour par fort flux de sud

Fin de journée par flux de nord
Fin de journée par flux de nord
Fin de journée par flux de nord

Fin de journée par flux de nord

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages

Repost0

Publié le 27 Octobre 2020

La seconde partie de ces congés était prévue sudiste. C'est ici que j'ai appris à grimper, tout comme beaucoup d'autres grimpeurs du sud : le Grec Georges Livanos ; le Marseillais Gaston Rébuffat. C'était en 1994 avec l'ami Philou. Notre première grande voie, après s'être entraînés sur le rocher de Château-Virant, fut la Lézarde au rocher Saint-Michel d'Eau-Douce, en chaussures de randonnée (nous n'avions pas encore de chaussons). Cette rencontre avec l'escalade fut pour moi un excellent liant avec le sud dans lequel je ne voulais pas m'exiler après dix-sept années passées dans les Alpes. Et pour garder le contact avec les Alpes, je décidais dans le même temps de m'équiper de skis de randonnée. Si mes parents n'avaient pas choisi les Bouches-du-Rhône comme destination professionnelle, je ne serai probablement jamais venu à la montagne au point où je la pratique aujourd'hui. Moi qui ai eu un peu de mal à m'adapter à ce changement de résidence, je ne peux que les remercier aujourd'hui, même si tout cela reste le fruit du hasard et des rencontres et n'était nullement écrit. Comme quoi, bien malin qui sait de quoi sera fait demain...

Durant ce petit séjour au sud, nous avons d'abord randonné dans le secteur de Saint-Cyr-sur-Mer avec le frangin puis grimpé sur le curieux poudingue du cap Canaille, extrémité est du parc national des Calanques. Dans le secteur de la calanque de Figuerolles que je ne connaissais pas, un petit site peu fréquenté nous aura réservé de superbes envolées. Les enfants ont adoré.

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)
Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles

Accès à la calanque de Figuerolles

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #escalade-alpi, #paysages

Repost0

Publié le 18 Octobre 2020

Je n'ai pas spécialement idée d'essayer de valider une année glissante sur "mes" massifs, mais après la sortie ski de (fin) septembre, voici celle d'octobre. C'était trop tentant d'aller faire un tour en altitude alors que la moyenne montagne est encore sous la crasse et bien évidemment, skis aux pieds. La réouverture du col de la croix de Fer est une tentation : on est à pied d'oeuvre à plus de 2000 m et ça ne devrait pas trop porter... Sur le terrain, ce sera exactement ça : après dix minutes de marche à plat sur la piste, une fois dans l'axe de la montée, ça chausse. A la descente, il faudra déchausser sur cinquante mètres de dénivelé car c'est inskiable, et faire attention sous 2300 m mais une fois arrivé au col qui permet de basculer sur les lacs, l'optimisme est de rigueur.

La balade passera par le dôme des Cochettes, l'aiguille Noire et l'aiguille de Laisse. Une belle remise en jambes, un bol d'air pur, un plein de soleil et de neige, et de forts beaux virages excepté dans le couloir nord de l'aiguille Noire où je trouverai tantôt un fond dur surmonté de dix centimètres de poudre, tantôt une neige plaquée croûtée, le tout allant en s'améliorant vers le bas et devenant excellent dans le cône : quinze à vingt centimètres de superbe poudre.

Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre
Ski d'octobre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Grandes Rousses, #ski-glisse, #paysages

Repost0