paysages

Publié le 6 Août 2017

Petite dizaine cool (ça m'arrive, si si) à découvrir la belle région du lac de Garde. Aperçu haut en couleurs. Les commentaires sont, une fois n'est pas coutume, sous les images.

Sirmione. Campings hors de prix. Très prisée. A juste titre. La visite s'impose, d'autant qu'elle bénéficie d'une situation privilégiée (au sud du lac donc accès rapide en dix minutes depuis l'autoroute). Ne pas hésiter à avancer en voiture et tenter de trouver une place au dernier parking juste avant l'entrée dans la ville ancienne.
Sirmione. Campings hors de prix. Très prisée. A juste titre. La visite s'impose, d'autant qu'elle bénéficie d'une situation privilégiée (au sud du lac donc accès rapide en dix minutes depuis l'autoroute). Ne pas hésiter à avancer en voiture et tenter de trouver une place au dernier parking juste avant l'entrée dans la ville ancienne.

Sirmione. Campings hors de prix. Très prisée. A juste titre. La visite s'impose, d'autant qu'elle bénéficie d'une situation privilégiée (au sud du lac donc accès rapide en dix minutes depuis l'autoroute). Ne pas hésiter à avancer en voiture et tenter de trouver une place au dernier parking juste avant l'entrée dans la ville ancienne.

Riva del Garda
Riva del Garda

Riva del Garda

Riva ancora. Une de mes préférées. Jolie ville ancienne tout au nord du lac avec prédominance de bâtiments anciens. On ne s'y est pas senti dans la foule comme à Sirmione ou a Malcesine mais cela peut être aussi dû à l'heure ou une moins grande affluence ce jour-là.
Riva ancora. Une de mes préférées. Jolie ville ancienne tout au nord du lac avec prédominance de bâtiments anciens. On ne s'y est pas senti dans la foule comme à Sirmione ou a Malcesine mais cela peut être aussi dû à l'heure ou une moins grande affluence ce jour-là.
Riva ancora. Une de mes préférées. Jolie ville ancienne tout au nord du lac avec prédominance de bâtiments anciens. On ne s'y est pas senti dans la foule comme à Sirmione ou a Malcesine mais cela peut être aussi dû à l'heure ou une moins grande affluence ce jour-là.

Riva ancora. Une de mes préférées. Jolie ville ancienne tout au nord du lac avec prédominance de bâtiments anciens. On ne s'y est pas senti dans la foule comme à Sirmione ou a Malcesine mais cela peut être aussi dû à l'heure ou une moins grande affluence ce jour-là.

Arco. Notre camp de base, un peu par hasard. En fait, ce fut un très bon choix car l'accès est relativement aisé hormis ce rond-point de merde à Nago et, de par sa situation à 5 km au nord du lac, permet d'éviter la foule sur les rives de ce dernier et de s'évader si-besoin plus au nord sur les montagnes. En outre, c'est un spot majeur de l'escalade mais pas avec les températures estivales. Il faudra y revenir à la mi-saison. Le fiume Sarca est bien agréable pour la baignade. Pas mal de petites randonnées pour les heures fraîches et un bien beau village avec un magasin de grimpe tous les dix mètres !!!
Arco. Notre camp de base, un peu par hasard. En fait, ce fut un très bon choix car l'accès est relativement aisé hormis ce rond-point de merde à Nago et, de par sa situation à 5 km au nord du lac, permet d'éviter la foule sur les rives de ce dernier et de s'évader si-besoin plus au nord sur les montagnes. En outre, c'est un spot majeur de l'escalade mais pas avec les températures estivales. Il faudra y revenir à la mi-saison. Le fiume Sarca est bien agréable pour la baignade. Pas mal de petites randonnées pour les heures fraîches et un bien beau village avec un magasin de grimpe tous les dix mètres !!!
Arco. Notre camp de base, un peu par hasard. En fait, ce fut un très bon choix car l'accès est relativement aisé hormis ce rond-point de merde à Nago et, de par sa situation à 5 km au nord du lac, permet d'éviter la foule sur les rives de ce dernier et de s'évader si-besoin plus au nord sur les montagnes. En outre, c'est un spot majeur de l'escalade mais pas avec les températures estivales. Il faudra y revenir à la mi-saison. Le fiume Sarca est bien agréable pour la baignade. Pas mal de petites randonnées pour les heures fraîches et un bien beau village avec un magasin de grimpe tous les dix mètres !!!

Arco. Notre camp de base, un peu par hasard. En fait, ce fut un très bon choix car l'accès est relativement aisé hormis ce rond-point de merde à Nago et, de par sa situation à 5 km au nord du lac, permet d'éviter la foule sur les rives de ce dernier et de s'évader si-besoin plus au nord sur les montagnes. En outre, c'est un spot majeur de l'escalade mais pas avec les températures estivales. Il faudra y revenir à la mi-saison. Le fiume Sarca est bien agréable pour la baignade. Pas mal de petites randonnées pour les heures fraîches et un bien beau village avec un magasin de grimpe tous les dix mètres !!!

Tout est grand à Arco : le topo épais comme un dictionnaire, le piolet, le sac à dos et même la pizza !
Tout est grand à Arco : le topo épais comme un dictionnaire, le piolet, le sac à dos et même la pizza !
Tout est grand à Arco : le topo épais comme un dictionnaire, le piolet, le sac à dos et même la pizza !
Tout est grand à Arco : le topo épais comme un dictionnaire, le piolet, le sac à dos et même la pizza !

Tout est grand à Arco : le topo épais comme un dictionnaire, le piolet, le sac à dos et même la pizza !

Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.
Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.
Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.
Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.
Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.
Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.

Verona. Une journée s'imposait. La ville est fidèle à sa réputation.

Torbole. Haut spot de Windsurf. Accès en voiture sur-merdique. On a fait l'aller-retour à vélo depuis Arco (une petite vingtaine de kilomètres avec variantes de visite). La bonne surprise fut ces pistes cyclables. Je ne pensais pas l'Italie si bien équipée. On en trouve de partout, bien individualisées (pas de simples bandes le long de la chaussée) y compris en montagne. La France ferait bien de prendre modèle. De manière générale, on a trouvé les infrastructures cyclables meilleures qu'en France, les commerçants plus accueillants y compris en ces sites touristiques.
Torbole. Haut spot de Windsurf. Accès en voiture sur-merdique. On a fait l'aller-retour à vélo depuis Arco (une petite vingtaine de kilomètres avec variantes de visite). La bonne surprise fut ces pistes cyclables. Je ne pensais pas l'Italie si bien équipée. On en trouve de partout, bien individualisées (pas de simples bandes le long de la chaussée) y compris en montagne. La France ferait bien de prendre modèle. De manière générale, on a trouvé les infrastructures cyclables meilleures qu'en France, les commerçants plus accueillants y compris en ces sites touristiques.
Torbole. Haut spot de Windsurf. Accès en voiture sur-merdique. On a fait l'aller-retour à vélo depuis Arco (une petite vingtaine de kilomètres avec variantes de visite). La bonne surprise fut ces pistes cyclables. Je ne pensais pas l'Italie si bien équipée. On en trouve de partout, bien individualisées (pas de simples bandes le long de la chaussée) y compris en montagne. La France ferait bien de prendre modèle. De manière générale, on a trouvé les infrastructures cyclables meilleures qu'en France, les commerçants plus accueillants y compris en ces sites touristiques.
Torbole. Haut spot de Windsurf. Accès en voiture sur-merdique. On a fait l'aller-retour à vélo depuis Arco (une petite vingtaine de kilomètres avec variantes de visite). La bonne surprise fut ces pistes cyclables. Je ne pensais pas l'Italie si bien équipée. On en trouve de partout, bien individualisées (pas de simples bandes le long de la chaussée) y compris en montagne. La France ferait bien de prendre modèle. De manière générale, on a trouvé les infrastructures cyclables meilleures qu'en France, les commerçants plus accueillants y compris en ces sites touristiques.

Torbole. Haut spot de Windsurf. Accès en voiture sur-merdique. On a fait l'aller-retour à vélo depuis Arco (une petite vingtaine de kilomètres avec variantes de visite). La bonne surprise fut ces pistes cyclables. Je ne pensais pas l'Italie si bien équipée. On en trouve de partout, bien individualisées (pas de simples bandes le long de la chaussée) y compris en montagne. La France ferait bien de prendre modèle. De manière générale, on a trouvé les infrastructures cyclables meilleures qu'en France, les commerçants plus accueillants y compris en ces sites touristiques.

Limone sul Garda. Une classique. Bien belle également mais trop "Riviera" à mon goût.

Limone sul Garda. Une classique. Bien belle également mais trop "Riviera" à mon goût.

Malcesine. Magnifique et à la hauteur de sa fréquentation.
Malcesine. Magnifique et à la hauteur de sa fréquentation.
Malcesine. Magnifique et à la hauteur de sa fréquentation.

Malcesine. Magnifique et à la hauteur de sa fréquentation.

Desenzano sul Garda. Sympathique avec large vue le sud du lac. A faire à l'aller ou au retour sauf si on est basé à proximité.

Desenzano sul Garda. Sympathique avec large vue le sud du lac. A faire à l'aller ou au retour sauf si on est basé à proximité.

De citrons, des Giulietta e Romeo !!
De citrons, des Giulietta e Romeo !!

De citrons, des Giulietta e Romeo !!

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #paysages

Repost0

Publié le 16 Juillet 2017

La découverte de cette région atypique pour la faune se termine. Au-delà de ces observations et de ces nouveaux décors, nous avons rencontré des gens adorables dont le seul défaut reste leur conduite sur route, dignes descendants de Fangio (ce ne sont peut-être pas les mêmes par ailleurs...). Un accueil fort agréables, mais aussi une différence de gestion de l'espace.

Nous n'avons pas parlé du pastoralisme. Ici, les moutons sont rares. Vaches, chevaux, chèvres occupent l'essentiel du paysage agrico-montagnard. Les patous locaux (bergers des Abruzzes) sont paisibles et nous n'avons pas observé un seul aboiement. A la limite, ils seraient pénibles pour venir quémander de la nourriture. La chasse est absente mais même en dehors du parc, elle n'a pas l'héritage catastrophique des chasses françaises d'antan. Ni même l'intensité que nous connaissons dans l'hexagone. En outre, le nombre d'ongulés implique forcément le nombre de carcasses. Le loup est donc beaucoup charognard ce qui protège les troupeaux. Il serait peut-être bon de s'y inspirer même si tout n'est pas parfait.

Pour cette dernière matinée, l'affût du matin capote en raison du brouillard qui tapisse la plaine. Du coup, plan B avec balade sur un site que j'ai repéré la veille et qui semble très fréquenté par les sangliers.

Sanglier mâle dans la rosée du matin

Sanglier mâle dans la rosée du matin

Ils sont bien là
Ils sont bien là

Ils sont bien là

Un autre mâle très clair en plein soleil

Un autre mâle très clair en plein soleil

Des toiles d'araignées par milliers dans les prairies ; autant de motifs pour les photographes

Des toiles d'araignées par milliers dans les prairies ; autant de motifs pour les photographes

Abruzzo 2017 J9

Je reviendrai !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0

Publié le 15 Juillet 2017

Les levers aux aurores s'accumulent. La fatigue qui va avec aussi. Une semaine avec une moyenne de quatre à cinq heures de sommeil par nuit. Bien sûr, nous emportons les petits matelas gonflables pour faire la sieste à l'ombre durant les heures chaudes mais cela ne suffit pas à rattraper le retard. Ayant accumulé suffisamment d'informations sur la présence du loup sur des secteurs de proximité, les deux dernières journées verront le lever a minima (vers 4h30 quand même...) afin d'être sur place au lever du jour.

Ce samedi ne sera pas plus fructueux que les autres jours. Nico s'est fait une petite entorse la veille et préfère se reposer. De mon côté, je pars sur une boucle "découverte" de trois heures de marche sans trop traîner. Rendez-vous est donné à la mi-journée.

L'après-midi, un bel orage s'invite (enfin) et immédiatement après, les cerfs sortent dans le village de Villetta Barrea. Villeta, c'est le village des cerfs. Ils sont là toute l'année et peu farouches, habitués à ne plus être chassés depuis des années.

Vous êtes prévenus

Vous êtes prévenus

Ce cerf fait du "mal" dans un verger

Ce cerf fait du "mal" dans un verger

Cette biche également. Les habitant ont fait le choix, soit d'accepter de n'avoir plus aucune branche à moins de trois mètres du sol, soit de grillager sévèrement leurs vergers.

Cette biche également. Les habitant ont fait le choix, soit d'accepter de n'avoir plus aucune branche à moins de trois mètres du sol, soit de grillager sévèrement leurs vergers.

Les cerfs sont paisibles ici. C'est assez insolite

Les cerfs sont paisibles ici. C'est assez insolite

Images prises au 70-200 (+ extender) plein format

Images prises au 70-200 (+ extender) plein format

Le soir, re-affût comme le matin. A défaut de loup, ce sera un festival de sangliers.

Jusqu'à dix-huit animaux sur ce groupe de laies et de leurs marcassins

Jusqu'à dix-huit animaux sur ce groupe de laies et de leurs marcassins

Sangliers dérangés par des chiens, fuyant sous une pluie battante

Sangliers dérangés par des chiens, fuyant sous une pluie battante

Cochons encore

Cochons encore

La plaine après une averse

La plaine après une averse

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0

Publié le 14 Juillet 2017

Cette journée aura une saveur particulière. Partis de nuit en direction de la valle Lunga, nous arrivons au lago Vivo au lever du jour. Une cinquantaine de cervidés paissent tranquillement au milieu des chevaux. Pour la première fois du séjour, nous ressentons la fraîcheur. La température a chuté de cinq degrés. La brume entoure la jolie clairière.

Un cerf et des chevaux. Image informative

Un cerf et des chevaux. Image informative

Lago Vivo et sa brume. Splendide !

Lago Vivo et sa brume. Splendide !

Dans le rétro, le soleil qui se lève

Dans le rétro, le soleil qui se lève

Un peu plus haut, le loup a laissé sa trace. Nous balaierons aux jumelles toute la montagne une bonne partie de la matinée : cerfs, biches, sangliers, chevreuil... mais point de loup.

Un peu plus haut, le loup a laissé sa trace. Nous balaierons aux jumelles toute la montagne une bonne partie de la matinée : cerfs, biches, sangliers, chevreuil... mais point de loup.

Une biche, son faon, une autre biche

Une biche, son faon, une autre biche

Nous bouclons par un autre itinéraire afin de découvrir au maximum cette région. Sur le sentier, nous ne croisons pas un seul humain mais un chamois un peu isolé de ses congénères.

Nous bouclons par un autre itinéraire afin de découvrir au maximum cette région. Sur le sentier, nous ne croisons pas un seul humain mais un chamois un peu isolé de ses congénères.

Après nous avoir toisé un bon moment, il prend la poudre d'escampette.

Après nous avoir toisé un bon moment, il prend la poudre d'escampette.

Une fois de retour au parking, nous repartons pour notre baignade habituelle au lac de Barrea. Quelle n'est pas notre surprise de découvrir une trace de loup sur "notre" plage privée !

Canis lupus was here

Canis lupus was here

Le soir, nous repartons sur notre plaine favorite pour rechercher le loup. Nous croisons un italien fort sympathique qui nous montre les photos du matin, lorsque nous étions à Lago Vivo. Si nous avions été là... Cela s'est joué à pas grand chose. Le loup était là. Nous chercherons jusqu'à la nuit. Mais il ne se montrera pas à nouveau

Nico en pleine prospection

Nico en pleine prospection

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0

Publié le 13 Juillet 2017

Nouvel affût (très) matinal sur un secteur favorable au loup sur lequel nous avions déjà essayé. Une heure après le lever du jour, ni loup, ni ongulé. La fois précédente, un accompagnateur italien semblant bien renseigné nous avait dit qu'en temps normal, les cerfs sont dans le secteur et qu'il avait observé trois jours auparavant une attaque de loup. Mais avec cette chaleur, les animaux sont soit plus haut en altitude, soit en forêt.

Des traces de loup de la nuit sur le sentier (par endroit poussiéreux) nous poussent à aller donner de la jumelle plus haut. Tout le long de la montée, nous suivons ces traces. Nous sommes donc sur la bonne route. Les ongulés sont là, par dizaines dans l'alpage.

Chardon bleuChardon bleu

Chardon bleu

Jeune pie-grièche écorcheur

Jeune pie-grièche écorcheur

Il est passé là cette nuit !

Il est passé là cette nuit !

Une des cabanes ("stazzo") du parc, fermée

Une des cabanes ("stazzo") du parc, fermée

Encore une trace du grand prédateur, un peu plus ancienne. La preuve qu'il passe souvent par ici !

Encore une trace du grand prédateur, un peu plus ancienne. La preuve qu'il passe souvent par ici !

Troupeau de biches

Troupeau de biches

Un autre

Un autre

Les yeux scrutent le moindre versant, le moindre vallon. Il faudra se résoudre une fois de plus à ne pas rencontrer le sommet de la chaîne alimentaire. En bouclant par le sommet puis par un autre versant moyennant trois kilomètres de route pour finir, nous continuons de découvrir les lieux et les sentiers des Abruzzes.

On ne montera pas plus haut

On ne montera pas plus haut

Autre cabane dans la redescente côté ouest sur Opi

Autre cabane dans la redescente côté ouest sur Opi

L'après-midi, alors qu'il fait chaud mais que des cumulus apportent enfin un peu de répit, nous faisons le tour de Villetta Barrea, le village des cerfs.

Biche cherchant la fraîcheur elle-aussi

Biche cherchant la fraîcheur elle-aussi

Nous apprenons l'existence d'un poste d'observation dominant une vallée régulièrement fréquentée par le loup et ne nécessitant que... deux minutes de marche. Nous allons y passer la soirée et pas mal de temps avant de rentrer. Au menu de ce soir, un beau coucher de soleil, du cerf, du sanglier, du renard...

Coucher de soleil depuis la zone d'affût

Coucher de soleil depuis la zone d'affût

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0