paysages

Publié le 6 Août 2021

En voyant les prévisions météo jusqu'à la fin de la semaine sur les Alpes du nord, j'ai eu envie de fuir vers le sud. En comprenant implicitement que la mise en place du pass sanitaire interdirait à un parent non détenteur de celui-ci de rendre visite à son enfant qui serait hospitalisé, j'ai eu envie de fuir toute l'information liée au Covid. J'ai l'immense chance d'avoir été jusqu'à ce jour en bonne santé, d'avoir un emploi, de vivre mes passions, d'avoir une famille, des mais et je me considère dans l'étroite sphère des gens chanceux de cette planète. Cette chance me permet d'avoir une certaine liberté : prendre la voiture, un train, (plus rarement) un avion pour changer d'air tout en coupant la radio.

En attendant le retour dans les Alpes puisque cet été sera pour moi 100% Français, petite trêve sudiste pour profiter d'un soleil pas trop chaud, de la famille, de la baignade et de l'odeur de la garrigue.

Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir
Beaux ciels du soir

Beaux ciels du soir

Balades du côté d'Aurons et de Vernègues
Balades du côté d'Aurons et de Vernègues
Balades du côté d'Aurons et de Vernègues
Balades du côté d'Aurons et de Vernègues

Balades du côté d'Aurons et de Vernègues

Le soleil et ses bienfaits. Superbe effet starburst pour le petit Canon 35 RF
Le soleil et ses bienfaits. Superbe effet starburst pour le petit Canon 35 RF
Le soleil et ses bienfaits. Superbe effet starburst pour le petit Canon 35 RF
Le soleil et ses bienfaits. Superbe effet starburst pour le petit Canon 35 RF

Le soleil et ses bienfaits. Superbe effet starburst pour le petit Canon 35 RF

Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant
Escalade au rocher de Chateau-Virant

Escalade au rocher de Chateau-Virant

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #paysages, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 23 Juillet 2021

L'automne dernier, je me posais déjà la question de la qualité du rocher. Au passage notons que l'appellation "triangle du lac Blanc" n'est pas justifiée et que je propose de le renommer "rocher du lac Cottepens". En remontant sur ces lieux maintes fois depuis le début de l'été, je me demande maintenant si ce n'est pas le plus beau décor de Belledonne, avec celui du lac Blanc de Freydane. Sans vouloir hiérarchiser tout ça, on relèvera sans ambiguïté la qualité paysagère du plateaux des Sept-Laux, ce que tous les randonneurs rencontrés et venus ici pour la première fois attestent.

Je persiste et signe à dire qu'il faut vraiment prendre le temps de monter grimper là-haut. Tous les grimpeurs ne passent pas du 7 (et plus) et ne sont quand même pas restreints par une "petite" marche d'approche. Avec le refuge justement, cette approche passera comme une lettre à la poste.

Le refuge parlons-en. Tenu depuis quatre ans par Hervé, aidé par Polo et Manon, il fut l'occasion de beaux échanges humains entre nous mais aussi avec les randonneurs venus faire étape ici. Et tout le plaisir pour moi de renseigner un marcheur avec un gros sac ou un trailer en baskets sur l'état des cols, les alternatives au parcours qu'ils envisageaient, les plus belles boucles du coin...

Cette dernière journée là-haut aura été ponctuée par quelques désagréments mineurs qui font tout le piment de ces petites aventures. Le premier fut, une fois lancé sur l'autoroute, une sursaut de mémoire : "Bon sang, j'ai oublié le casse-croûte dans le frigo, je n'ai rien à manger pour toute la journée ; en plus je n'ai pas pris de petit-déjeuner !". Pas grave, j'ai prévu de m'arrêter à la Framboisine à Goncelin : le pain y est bon et leurs quiches sont top. A l'entrée, je déchante : congés annuels. Encore pas grave, il y a deux boulangeries à Allevard. A 7h, l'une comme l'autre m'annonce n'avoir pas de salé avant 7h30 - 8h (donc au moins 8h quoi !). J'en sors avec deux pains au chocolat et un sandwich de dépannage. Autant dire qu'à 9h une fois là-haut, j'aurai tout dévoré.

Heureusement, Céline me dépanne à la Martinette avec ses paniers pique-nique. Merci à toi ! Je monte léger, le matériel étant déjà là-haut. Cela faisait un moment que je n'avais pas mis de chrono : 58 minutes jusqu'au lac Noir depuis le pont sur le Pleynet. On vieillit tout doucement... Enfin je ne me plains pas après avoir croisé des randonneurs ayant mis 4h30 jusqu'au refuge. Je bulle au refuge avec café en amuse-gueule puis attaque vers 10h. Le troupeau de brebis (et patou) sont pile sur ma cachette de plaquettes. Je ne peux les récupérer de suite ou alors il faut s'immiscer au milieu du troupeau ce qui est guère recommandé. Tant pis, je commence avec ce que j'ai. Au final, je serai quitte pour un aller-retour. Je plie à 16h et gagne le refuge pour des partages, des images, avant le repas du soir.

Après le coucher de soleil, je remplis le gros sac et descend tout le matériel. Je m'aperçois que ma frontale s'est déchargée. Ainsi, je mettrai plus de temps à descendre qu'à monter le matin. On se rend compte que l'oeil s'adapte très bien à l'obscurité tant qu'on est hors de la forêt. Le téléphone tenu à la main me dépannera sur la partie basse.

C'en est terminé des projets là-haut. Il faut savoir faire ces choses-là avec modération et ne pas vouloir créer des voies sur tous les bouts de rocher. Reste à voir quel sera l'écho reçu. En attendant, voici quelques images du décor.

Trois vues depuis des relais de "symphonie..."
Trois vues depuis des relais de "symphonie..."
Trois vues depuis des relais de "symphonie..."

Trois vues depuis des relais de "symphonie..."

Laurent dans L6 de "symphonie..."

Laurent dans L6 de "symphonie..."

Le lac Cottepens
Le lac Cottepens
Le lac Cottepens

Le lac Cottepens

D'autres vues du coin
D'autres vues du coin
D'autres vues du coin

D'autres vues du coin

Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge

Tranches de vie au refuge

Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge

Coucher de soleil depuis le refuge

Il est temps de rentrer vers la vallée

Il est temps de rentrer vers la vallée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 27 Juin 2021

Ce n'est pas le point culminant du massif mais tout simplement le nom d'un (haut) sommet. Le Toit est également appelé rocher du lac du Cos, car situé pile à l'aplomb de ce dernier. Son arête sommitale est quasi plate et sépare le sommet nord 2835 m du sommet sud 2832 m. Je l'avais déjà gravi deux fois ; probablement des deux façons les plus "classiques". Une première fois à skis lors du tour de la Pyramide au départ de Rieu Claret. Une deuxième à pied, toujours depuis le même point de départ, mais en passant par l'arête sud dite arête de l'Agnelin dans la mise à jour de mon topo Belledonne Escalade (5b non équipé).

Mon ascension de ce jour est sans doute la plus abordable car faite intégralement en baskets malgré des névés dont on contourne facilement les parties les plus raides et mal regelés aujourd'hui. Seule la pente menant au collet donnant accès à la dernière arête oblige à un court passage névé à 35°. La vue sur les lacs est superbe. Dommage que le site ne soit pas un peu nettoyé des débris humains aujourd'hui inutiles et dus à l'exploitation hydraulique. 

A la descente, je fais un détour par le lac de l'Agnelin en débâcle, superbe ! Un site à préserver à tout prix, un air de Corse ou de Mercantour en Belledonne. Et la flore en explosion : lys orangés entre 1200 et 1500 m, lys Saint-Bruno entre 1500 et 1700 m, troles entre 1700 et 1900 m, ancolies, premiers rhododendrons etc. Chez les animaux, sans chercher à voir quoi que ce soit de particulier, les habituels vautours fauves et bouquetins. Encore une belle sortie qui accuse plus de 1700 m de dénivelé et 21 kilomètres linéaires dans la matinée. On ne dirait pas ! A noter qu'il est inutile e se charger en eau : alimentation possible partout, avec filtre de préférence. Névés en versants nord et dans toutes les combes > 2200 m. Les descentes sont rapides mais gare si ça regèle le matin !

Le Grand Pic. Une heure après un lever de soleil faramineux, vu depuis... la voiture !!

Le Grand Pic. Une heure après un lever de soleil faramineux, vu depuis... la voiture !!

Troles et bouquetin(e)
Troles et bouquetin(e)

Troles et bouquetin(e)

Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin
Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin

Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin

Galipettes granitiques
Galipettes granitiques

Galipettes granitiques

Lys orangés
Lys orangés

Lys orangés

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #animaux, #paysages

Repost0

Publié le 14 Juin 2021

Depuis une semaine, on peut enfin légalement profiter des couchers de soleil en montagne. Celui-ci était fort joli, du haut de l'échine du Grand Rocher et face au Mustagh Ata local. Légalement, tant il est vrai que le couvre-feu du soir et encore plus celui du matin ne semblent pas respectés par les "montagnards", sans compter les dérogations des uns et des autres. Notre activité demeure trop marginale pour que nos politiques aient pensé l'intégrer dans leurs mesures. La faute également aux montagnard eux-même, non regroupés en une fédération solide comme le sont les chasseurs par exemple. Car "faire de la montagne" est tout autant (voire davantage) d'utilité publique que la chasse (autre débat : la chasse est-elle vraiment d'utilité publique ?). "Faire" de la montagne nous apporte un équilibre mental, un bien-être intérieur, un entretien physique, le tout, in fine, permettant de lutter plus efficacement contre les maladies et donc, favorable à tous de par l'allègement des contraintes sociales financières : assurance maladie, suivi de dépressions...

La lutte contre le coronavirus aura échoué sur au moins un point : celui de démontrer qu'être heureux, faire les choses qu'on aime faire ou encore prendre soin de son corps, étaient des facteurs importants de lutte contre cette nouvelle maladie. On aura désigné, au moins pour un temps, les libraires facultatives mais le Mac Do' indispensable. On aura autorisé la concentration dans les grandes surfaces commerciales mais interdit la dispersion dans la nature. Faute de mettre en place une formation, une information mais aussi un véritable contrôle des mesures sanitaires, on aura interdit de nombreuses choses qui n'auraient, au pire rien changé, au mieux, joué un rôle dans la lutte contre la maladie. Contre ce virus mais aussi contre d'autres maladies : cardio-vasculaires, cancers...

En attendant la suite des événements, on peut "voyager" officiellement dans nos montagnes jusqu'à 23h (enfin, heure de retour chez soi - à noter le coucher de soleil à 21h30 au solstice d'été dans nos Alpes). Et si on ne souhaite pas braver la loi, s'y poser et y dormir. C'est la bonne période pour fuir les chaleurs de la vallée.

Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #humeur, #paysages

Repost0

Publié le 12 Juin 2021

Voici un bien bel oiseau de nos montagnes, très peu connu du grand public. Autrefois appelé merle de roche, sans doute de par sa ressemblance - forme, dimensions, chant - avec le merle noir ou les grives, il a désormais pris un dérivé de son nom scientifique "Monticola" afin d'être détaché de ce rapprochement car il fait partie de la famille des muscicapidés qui regroupe entre autres les gobemouches, rossignols, rouges-gorges, rouges-queues, tariers, traquets...

Le monticole de roche est essentiellement insectivore et vit dans les pentes ensoleillées de nos montagnes, à proximité de la roche. Il aime se percher sur un promontoire bien en vue pour chanter. Ses couleurs sont chatoyantes. 

Voici donc un petit album de cet oiseau, fidèle à ma façon de faire, i.e. replacer l'animal dans son biotope

Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle

Le monticole de roche, mâle

Le lever de soleil du jour
Le lever de soleil du jour

Le lever de soleil du jour

D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux

D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux

Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille
Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille
Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille

Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #Grandes Rousses

Repost0