ski-glisse

Publié le 29 Décembre 2016

Rebelotte. On change de domaine et c'est à côté de la maison. Départ à pied du chalet vers 12h30 et retour par la piste de Valpréveyre avec navette depuis le Roux pour finir.

Belle session encore avec les filles, les copains et les copines ainsi que Patricia pour encadrer tout ça avec bibi afin de tempérer parfois les ardeurs des kids. Goûter au coucher du soleil à la Colette puis plongée dans l'ombre du versant Valpréveyre en guise d'épilogue.

Gros bémol cependant sur la gestion tarifaire de la station. Sans doute le signe d'une mauvaise santé financière mais qui pourrait rebuter le touriste. La veille c'était un poil cher à Saint-Véran mais tout à fait acceptable au regard du domaine. Ici, c'est deux fois plus petit en terme de pistes : la partie basse à seulement 1500 m n'est pas toujours en bonnes conditions ; aussi, on se cantonne sur les trois téléskis du haut au débit limité. Ca bouchonne vite. Jusqu'à dix minutes d'attente à Noël ; je n'imagine même pas en février... La superbe descente de Valpréveyre reste peu fréquentée car l'arrivée est loin du domaine et il n'y a pas de remontée pour y revenir mais un système de navette qui prend du temps.

On pourrait comparer (même si ce n'est pas du tout le même style) ce domaine avec celui du Collet-d'Allevard en Isère que je connais bien. Et encore : au Collet, l'espace est un peu plus grand, les domaines débutants sont importants (tapetto + petit tk à la station puis téléskis du soleil à la station "haute") ; ici, le domaine débutant se résume à une bricole au pied des pistes qui passe dans l'ombre dès 13h à cette période de l'année : rebutant.

Si on compare les tarifs :

- Journée adulte : Collet => 22,50€ ; Abriès => 28,50€ !!
- AM adulte : Collet => 19,50€ ; Abriès => 24,80€ !!
- Matinée adulte : Collet => 19,50€ ; Abriès => 28,50€ !!!!! (pas de forfait matin)
- Enfants : Collet, tarif réduit jusqu'à 17 ans puis jusqu'à 29 ans si étudiant ; Abriès tarif réduit seulement jusqu'à... 11 ans !!! (réductions de 3 à 5€)
- Hors vacances scolaires et week-end : Collet => 16€ adultes, 10€ enfants/étudiants ; Abriès => plein pot !!!

Le constat est sans appel. D'autant plus que le Collet dispose d'un système de cartes permettant de charger son forfait en ligne et ne pas passer à la caisse. Autre écueil : la petite station queyrassine ne délivre le forfait après-midi qu'à partir de 12h45. Il faut donc venir un peu en avance faire la queue alors qu'il serait tellement plus simple de le délivrer à n'importe quel moment de la matinée et ne laisser passer les skieurs au télésiège qu'à partir de 12h45 (contrôle systématique de toute façon). 

Un conseil : venez dans le Queyras pour le côté authentique de cette magnifique vallée, faites du ski de rando, du ski nordique, des balades à pied ou à raquettes, allez faire de l'alpin à Saint-Véran mais fuyez Abriès mais aussi Arvieux (guère moins cher et encore plus petit). A la limite Ceillac mais pas à Noël car vous n'y verrez que peu le soleil.

​​​​​​​Je comprends très bien les difficultés financières des petites stations de la vallée mais je ne suis pas sûr qu'une telle politique tarifaire ne se retourne pas contre elle. Il suffit de voir le sort destiné à Aiguilles qui a définitivement fermé ses portes il y a quelques années.

 

Ca s'amuse

Ca s'amuse

La troupe !

La troupe !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 28 Décembre 2016

L'idée de ces quelques jours dans le Queyras était de satisfaire les filles en demande de ski et de retrouver les copains.

Le programme des sorties s'annonçait le suivant : une randonnée pédestre en arrivant dans l'après-midi du premier jour (près de trois heures de voiture depuis Grenoble quand même), deux journées de ski-alpin et une rando pour bibi (quand même !) le dernier jour.

On commence par Saint-Véran, plus haut village d'Europe (2040 mètres) dont le domaine de ski est relié à celui de Molines. Deux télésièges, six grands téléskis (plus quelques petits appareils pour l'initiation) dont cinq en fonctionnement et beaucoup de pistes bien exposées au soleil avec des dénivelés intéressants. J'ai trouvé le domaine vraiment sympathique avec du beau ski à faire en famille. L'altitude permet un enneigement souvent satisfaisant en hiver et les canons à neige viennent compléter le retour station skis au pied si besoin, de manière mesurée et pas comme certaines usines à skis (Vars-Risoul pour ne pas les citer) qui arrosent artificiellement jusqu'au sommet de leur domaine skiable (!!!).

Le tarif est un poil élevé compte tenu de la taille du domaine skiable (30€ la journée), d'autant plus qu'il n'existe pas de forfait matin. En famille, quatre heures suffisent généralement pour contenter tout le monde d'autant plus sur les petits domaines où l'on est amené à refaire les mêmes pistes. Un forfait matin, en plus du forfait après-midi, serait bienvenu. Et les enfants à partir de onze ans paient plein pot. On a vu mieux mais c'est franchement le seul bémol que nous avons relevé. Nous avons skié non stop de 12h45 à 16h45 et on peut dire que compte tenu du peu de monde sur les pistes (coup de chance sur cette journée ou habituel ?), on a bien amorti le forfait.

Conseil : préférer le stationnement à Molines. Moins de route à faire, grand parking proche des pistes (possibilité de dépose) et dernière grande descente (près de 1100 m de dénivelé) en épilogue.

Une belle entrée en matière !

Des pistes quasi désertes

Des pistes quasi désertes

Bon enneigement mais on voit déjà les talus

Bon enneigement mais on voit déjà les talus

Neige et soleil

Neige et soleil

Arrivée sur Saint-Véran

Arrivée sur Saint-Véran

Sommet du domaine

Sommet du domaine

Satisfaction

Satisfaction

Pause avant la dernière descente

Pause avant la dernière descente

Lumière du soir

Lumière du soir

Dernière descente de plus de 1000 mètres de dénivelé : à mi-hauteur, nous passerons dans l'ombre

Dernière descente de plus de 1000 mètres de dénivelé : à mi-hauteur, nous passerons dans l'ombre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 4 Décembre 2016

On ne peut pas réaliser une magnifique sortie à tous les coups...

Je reste dans l'idée de ne pas trop faire de voiture pour aller skier. Et étant donné que cet anticyclone semble parti pour durer (au moins) jusqu'à Noël, je me dis que ça vaut quand même le coup, étant données les conditions de neige en Belledonne au-dessus de 2300 m, de refaire un gros tour ce week-end avant de faire un pause en attendant la vraie arrivée de l'hiver.

Avec Eric, direction l'envers de Belledonne grâce à une idée de Sam. Ca chausse à cinq minutes de la voiture grâce à la route de Frémezan qui mène à 1700 m d'altitude sans pneus neige.

Près de mille mètres plus haut, nous voici au sommet des rochers de Vallorin qui comptent quelques couloirs "école". Pensant avoir la petite poudre sur fond dure retrouvée dans la fin de l'approche en face nord, nous fonçons bille en tête dans le couloir du Natey. Le haut est bien raide et la neige très moyenne. On descend quand même voir. Ca s'arrange un peu mais vient une première étroiture. Ca passe quand même. Puis, la neige se durcit de plus en plus avec quelques zones un peu irrégulières. Pas du grand ski. Au fur et à mesure de la descente, c'est de plus en plus béton. Heureusement que la pente n'est pas trop forte. Au final, ce sera la plus mauvaise descente de la journée. 1950 m. Content de remettre les peaux ; ce sera nettement moins fatiguant que de se faire secouer sur la tôle.

Autant voir du pays. Direction le lac de la Colombière. Après une (trop) courte descente pas mal du tout en ouest (mais enneigement minimaliste), troisième remise des peaux jusqu'à la brèche de la Passoire, la convoitée face nord de l'Aup du Pont ne faisant pas envie. Puis à gauche au rocher des Pâtres. Là encore, on laisse tomber le couloir nord-est, pas bon, tout comme ceux du Villonet. En revanche, bonne transfo dans le petit couloir sud-est puis poudre sur dure dans le vallon du Villonet. On remet les peaux à 2250 m. retour au col éponyme. Eric, qui a fait le trail d'Autans la veille, en a assez et file faire la sieste au col des Balmettes. Je rempile dans la trace faite deux heures plus tôt vers les rochers Vallorin et descend par un petit couloir nord-ouest en bonne neige. Re-peaux à 2300 puis je rejoins Eric. Dernière descente sur la voiture. Transfo en haut mais trop de relief à mon goût, petite poudre sur dure bien agréable au-dessus du lac des Balmettes puis tôle bien fatiguant jusqu'à la bagnole. Une moyenne de ski acceptable entre les bonnes portions et les moins bonnes mais soit la situation s'est un peu dégradée depuis le week-end dernier, soit le coin a davantage été soumis aux vents que le secteur des Sept-Laux visité il y a une semaine.

Dans tous les cas, les conditions se dégradent ici et après avoir mieux démarré que l'année dernière, il va falloir attendre que ça s'améliore. En tous cas, encore une jolie "petite" (2400 m de dénivelé quand même) boucle dans la wilderness de Belledonne.

Au niveau du lac des Balmettes

Au niveau du lac des Balmettes

Traversée en nord-ouest pour rejoindre à peaux le sommet du rocher de Vallorin

Traversée en nord-ouest pour rejoindre à peaux le sommet du rocher de Vallorin

Couloir du Natey, partie médiane

Couloir du Natey, partie médiane

Montée nord de l'Aup du Pont

Montée nord de l'Aup du Pont

Bonne descente dans le couloir nord-ouest du Vallorin

Bonne descente dans le couloir nord-ouest du Vallorin

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 27 Novembre 2016

Grimpe ? Photo animalière ? Et pourquoi pas ski ? SMS à 21h15 à Steph' : ils montent à Pipay pour aller à la Belle Etoile car y'en a (de la neige). Effectivement ; la webcam de Pipay montre qu'il reste de la neige jusqu'au parking. Les compères ont prévu un retour pour 13h en partant à près de 9h30. Ca ne va pas chômer. Il va falloir que je tienne leur rythme à ces joyeux lurons tous équipés de belles combinaisons moule-burnes et d'allumettes en guise de skis. De mon côté, les Black sont immobilisées pour montage de nouvelles fixations sur nouveaux skis. Me voilà donc l'intrus. Sans doute l'un des rares skieurs du jour ici avec 95 au patin et des chaussures autres que Gignoux ou Alien.

Montée 1 : l'Oursière. Le rythme est soutenu mais ça va bien. 
Descente 1 : fond du Pra. Béton comme prévu avec slalom entre les pierres.
Montée 2 : l'Evêque. Le groupe récupère des amis en cours de route. Tout le monde se connaît là-haut. Partis à 7, nous voilà 9. 
Descente 2 : On garde les peaux car à peine 100 mètres.
Montée 3 : Belle Etoile. Je ne dis rien mais j'ai un début de fringale. A chaque manip', les zozos prennent quelques graines. Je n'avais pas prévu le coup. Tout est dans le sac. Si je m'arrête pour sortir à manger, je prends cinquante mètres et ne reviendrai jamais. Ouf, ça se pose un peu au sommet après avoir récupéré David, Seb et Loïc. Je peux m'alimenter. L'équipe s'apprête à repartir en nord pour rentrer mais moi, j'ai envie de soleil et d'un peu plus. Loïc est partant.
Descente 3 : Belle Etoile couloir sud. Dur en haut (ne pas tomber) puis pas mal.
Montée 4 : Ilettes. 20 de poudre. Le meilleur.
Descente 4 : Ilettes puis jusqu'à 2300 m. Petite poudre sur dure.
Montée 5 : dent du Pra sud-est. Chaleur. Loïc doit rentrer et me quitte par le couloir nord.
Descente 5 : sud-ouest jusqu'aux lacs du Vénétier. Petite poudre sur dure. Bon ski.
Montée 6 : cime de la Jasse. Coup de pompe. Le dénivelé commence à peser et surtout, je paie les premiers 1500 m bien intensifs. Je m'octroie un quart d'heure de sieste au soleil allongé sur les skis, après avoir fait le plein d'eau dans le ruisseau. Top !
Descente 6 : un peu de nord quand même : je prends le plus long des couloirs nord de la Jasse (tout est relatif, seulement 200 m, ski = 4.2). Petite poudre sur dure encore.
Montée 7 : Guère plus de cent mètres pour regagner le col du Pouta.
Descente 7 : par les pistes jusqu'au télésiège de l'Eterlou. Le haut est sympa, le bas est béton.

Montée 8 : Dôme des Oudis où je rencontre pour la troisième fois cette saison Benoît, avec deux potes.
Descente 8 : Mataru sur Pipay pour finir avec un court déchaussage vers le grand cerf (une minute).

Six heures sur les skis et ma foi, du ski loin d'être "dégueu" même si on est loin de l'orgasme du début de saison ici. Et de quoi se préparer pour d'autres projets : 8 montées + 8 descentes = 3000 (m de dénivelé).

​​​​​​​Quelques photos (pas beaucoup, pas eu le temps d'en faire jusqu'à la Belle Etoile).

Ilettes face ouest

Ilettes face ouest

Dent du Pra versant sud-est

Dent du Pra versant sud-est

Dent du Pra versant sud-ouest

Dent du Pra versant sud-ouest

Mer de nuages en formation sur le Grésivaudan

Mer de nuages en formation sur le Grésivaudan

Un aperçu des bonnes portions de ski du jour

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 19 Novembre 2016

Le rêve ?

Bon je n'ai rien inventé. Il s'agit juste d'une remise perso au goût du jour du "rêve du petit Michel" de Doisneau, génialissime photographe. Le réveil sera douloureux. Avec le foehn en action, le compteur va très vite être remis à zéro sur Chartreuse, Bauges et Vercors. Belledonne tirera mieux son épingle du jeu grâce à l'altitude mais l'altitude des points de départ restera un handicap. On a bien fait d'en profiter. Cette première parenthèse de l'hiver est désormais refermée. On va peut-être ressortir les chaussons.

Le rêve ?
Le rêve ?

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0