velo

Publié le 28 Juillet 2021

Maintenant que les filles sont capables de faire de belles étapes à vélo y compris avec du dénivelé, les horizons s'ouvrent pour découvrir un coin, une région, un pays... selon ce mode de locomotion qui permet toutes les haltes souhaitées sans les contraintes de la voiture, tout en liant le côté sportif. L'actualité sanitaire aura finalement dicté mes choix. L'arrivée des vaccins aura permis de réduire les cas graves "Covid". Une très bonne chose après un an et demi de complications de nos quotidiens. Seulement voilà. Il y a la maladie (indépendante de notre volonté), il y a les vaccins (que des scientifiques éclairés ont mis au point ; merci à eux) mais il y aussi la politique qui, une fois de plus, m'aura bien déçu. Si le vaccin est une bonne chose, le passe-sanitaire aura achevé de me démoraliser. Ses effets néfastes sur le "vivre ensemble" (clivage entre les uns et les autres) comme sur certaines professions (restaurateurs...) déjà bien massacrées par les mesures sanitaires depuis un an m'ont quelque peu cassé le moral. C'est pourquoi je ne souhaitais pas faire du passe-sanitaire un outil "touristique". Aussi, je resterai en France et éviterai les lieux soumis au passe. Et au final, j'ai pu constater avec soulagement que malgré les injonctions gouvernementales, de nombreux professionnels soumis au passe étaient remontés comme ce gérant d'un camping eu au téléphone :
- On est soumis au passe et on le demande mais si vous ne l'avez pas on fait quoi ? On vous interdit l'entrée ? Vous arrivez à vélo en itinérance trempés comme des rats et on vous refuse l'hospitalité ? Pour le coup, le remède ne serait-il pas pire que le mal ? C'est comme notre salle "détente". En théorie, on doit la fermer mais avec la météo de cet été on laisse les campeurs sous tente sans autre abri ? Ce n'est pas la conception de notre métier. Donc on vous accueillera. On vous refusera peut-être une table au restaurant en intérieur mais vous pourrez planter votre tente et accéder aux sanitaires en respectant bien les gestes barrière. Fin de la démonstration.

C'est donc parti pour une traversée du Jura. L'idée de base, c'était de s'approcher de la frontière puis de cheminer à cheval entre la France et la Suisse en traversant par des pistes forestières. La météo en décidera autrement mais le "jeu" et le piment de ces petites aventures n'est-il pas justement là ?

Etape 1 :
- Voiture jusqu'à Oyonnax. Parking gratuit (non surveillé) devant la gare.
- Train jusqu'à Bourg-en-Bresse. Changement.
- Train jusqu'à Besançon, arrivée à 16h09.
- Vélo jusqu'à Baume-les-Dames : 45 km le long du Doubs sur voie verte en guise de prologue tranquille.

Recommandations :
- Avec un ou des enfants de moins de 12 ans, bonne réduction sur les TER (40%) pour l'enfant et l'adulte qui l'accompagne mais à condition de rester dans la région. Du coup, ne pas prendre le billet "Oyonnax - Besançon" mais le couper en 3 : Oyo - BnB + BnB - St-Amour + St-Amour - Besançon. Ainsi, seule la deuxième section (BnB - St-Amour) est à cheval sur AURA et BFC et donc sans réduction. Un peu dommage que la SNCF nous "oblige" à être malin pour profiter de la réduction sans tricher.
- Eviter la D50 pour aller au camping de l'Ile de Pont-les-Moulins (gavée de camions) et passer par la paisible D331 (petite bosse supplémentaire)

Réflexion personnelle :
La France est un des pays au monde les plus variés en terme de...beaucoup de choses dont le paysage et le patrimoine. Pourquoi aller chercher si loin ce qu'on peut vivre tout près ? Il est clair que je continuerai à aller voir un peu plus loin régulièrement (comme en Norvège que j'adore en tout premier lieu) mais je prends autant de plaisir à parcourir et découvrir notre belle France.

Stop à Chanaz (74)

Stop à Chanaz (74)

En gare d'Oyonnax (01)

En gare d'Oyonnax (01)

Passage rapide à Besançon (25)

Passage rapide à Besançon (25)

Pont sur le Cusancin, affluent du Doubs à Baume-les-Dames

Pont sur le Cusancin, affluent du Doubs à Baume-les-Dames

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 7 Juillet 2021

La météo capricieuse de cette semaine nous a fait changer les plans et mettre de côté un petit séjour alpin de trois-quatre jours en autonomie. Et compte tenu de cette vilaine journée de mercredi en montagne (et de la suivante d'ailleurs), on n'a pas regretté. Comprenant qu'en s'éloignant du relief le ciel est plus clément, on part pour un petit dépaysement à cheval sur l'Isère et la Drôme.

On laisse la voiture un peu avant midi à la gare de Moirans pour quelques minutes de train jusqu'à Rives, point de départ d'une traversée des Chambaran, soit jusqu'à Saint-Marcellin, soit intégralement jusqu'à Romans si la météo et le timing le permettent.

Après quarante minutes de vélo, le repas est (déjà) réclamé. On se pose à Saint-Paul-d'Izeaux puis on repart. Les routes sont très peu fréquentées ; pratiquement aucun véhicule sur notre trajet. Le paysage contraste et on se croirait loin de chez nous : ici, c'est la vraie campagne. Les routes empruntées dénivellent modérément en montée ce qui permet de conserver un rythme tout à fait correct. Je commence à avoir le compas dans l'oeil pour les déceler à la seule lecture de la carte. Les petits cols s'enchaînent. Le soleil nous prend à Roybon ; malheureusement, il va falloir faire l'intégrale ! ahahahah !

La suite est essentiellement en faux plat descendant dans la vallée de la Verne puis celle de l'Herbasse. Seule la fin sera un peu pénible avec un peu de circulation et deux gros camions se retrouvant sur des routes secondaires. Arrivée à Romans à 16h45. On peut commencer à envisager des étapes intéressantes pour de l'itinérant.

Détail du parcours :
- Rives => Beaucroissant => Izeaux => Saint-Paul-d'Izeaux => la Forteresse => col Lachard => croix de Genevay => col de la croix de Toutes Aures => Roybon => Marquise => vallée de la Verne => Montrigaud => vallée de l'Herbasse => Crépol => Margès => Peyrins => Romans

- Km = 72
- Dénivelé = environ 900 m (d'après GPS, sans doute 5-10% en moins en réalité)

Un aperçu du parcours en images. Photos Dji Osmo Action.

Prêtes

Prêtes

Montée à Saint-Paul-d'Izeaux
Montée à Saint-Paul-d'Izeaux

Montée à Saint-Paul-d'Izeaux

Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures
Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures
Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures
Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures
Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures

Petites routes parfaites entre la Forteresse et le col de la croix de Toutes Aures

Roybon, coeur de Chambaran
Roybon, coeur de Chambaran

Roybon, coeur de Chambaran

Soleil retrouvé dans la descente sur la Drôme
Soleil retrouvé dans la descente sur la Drôme
Soleil retrouvé dans la descente sur la Drôme

Soleil retrouvé dans la descente sur la Drôme

Arrivés !
Arrivés !

Arrivés !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 3 Juillet 2021

Il est décidément compliqué de prévoir l'intensité et le moment de ces pluies de type "orageuses" que nous subissons depuis près d'un mois. L'idée était de partir de Saint-Pancrasse et de donner quelques coups de pédales sur la route des plateaux de Chartreuse et ce, jusqu'à Chapareillan, avant de revenir par la vallée. Je serai alors l'esclave pour remonter chercher la voiture, probablement à pied par le sentier du facteur, en rentrant ou le lendemain matin.

Mais avec cette météo taquine, l'idée de se retrouver au plus loin de la maison (60 km quand même en tout) au moment des possibles intempéries ne m'enchante guère. Du coup, on part pour un petit aller-retour, en cédant aussi à la mode (gravel). Ce sera la piste de ski de fond depuis l'ancien centre Rocheplane jusqu'au col de Marcieu puis retour par la route. Arrivés à Marcieu, le ciel est clément. Nous poursuivons mais sans vouloir aller au bout car le choix du gravel nous aura fait perdre pas mal de temps : davantage de dénivelé et une vitesse moyenne beaucoup plus lente sur le non-goudron. Nous descendons sur la Flachère.

Au final, de bons coups de pédale, pas de pluie (tout au plus quelques gouttes) et quand j'esclave remonte le sentier du facteur pour aller récupérer le véhicule, il se prend la plus grosse averse de la journée. Le soir, ce sera grand beau et plus un nuage !

Montée de Rocheplane

Montée de Rocheplane

Traversée par la piste forestière vers Marcieu
Traversée par la piste forestière vers Marcieu

Traversée par la piste forestière vers Marcieu

Au pied du Grand Manti

Au pied du Grand Manti

Ravito. Le chef d'équipe avait oublié sa gourde !

Ravito. Le chef d'équipe avait oublié sa gourde !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #vélo

Repost0

Publié le 19 Juin 2021

La partie nord du Vercors porte le nom de Quatre Montagnes. Est-ce vraiment quatre montagnes (lesquelles ?) ou quatre villages ? Peu importe. Notre idée est de relier les (en fait) cinq villages du plateau (Lans, Villard, Corrençon, Méaudre, Autrans) en empruntant le moins possible les grands axes et en passant par quelques points remarquables.

Le départ se fait le vendredi soir depuis la Sierre après un rapide aller-retour au centre de Lans pour y déposer une voiture. Une courte montée aux Allières nous mène un peu plus loin au Belvédère où nous bivouaquons. L'avantage de ce bivouac est multiple : passer une nuit agréable en montagne, passer une nuit au frais en altitude plutôt que dans la cocotte minute de la cuvette, profiter d'une soirée (et d'un réveil) en pleine nature... mais aussi être prêt le lendemain à 9h sans lever les filles aux aurores.

En route pour les Allières

En route pour les Allières

On roule vers le Belvédère
On roule vers le Belvédère

On roule vers le Belvédère

Bivouac
Bivouac
Bivouac
Bivouac

Bivouac

La journée du samedi commence par une descente un peu "technique" puis se poursuit dans les vertes prairies de Machiret jusqu'à la Conversaria. On retrouve la "via Vercors" sur les hauts de Villard-de-Lans. C'est un itinéraire créé récemment et permettant de rejoindre les villages entre eux par des petites routes et pistes. On quitte cette via à Corrençon où l'équipe attaque la montée sur les pistes de fond jusqu'à l'auberge de Malaterre. La fraîcheur de la forêt est appréciée.

Tout le monde est fin prêt

Tout le monde est fin prêt

La partie clé de la descente

La partie clé de la descente

Machiret

Machiret

Villard
Villard

Villard

En approche de Corrençon

En approche de Corrençon

La halte à l'auberge est bien appréciée (attention, pas de CB) puis s'ensuit une longue descente vers Bois-Barbu puis les Jarrands où l'on retrouve la via Vercors dans les gorges du Méaudret. L'itinéraire est un peu exigeant (plusieurs montées pour redescendre juste derrière) mais permet d'éviter l'étroite route des gorges et ses véhicules. Les passages sur passerelles et pontons sont ludiques. Baignade à l'arrivée et poursuite de la via. Méaudre, Autrans. La partie entre ces deux villages ne m'a pas convaincu car elle fait quelques détours et est essentiellement en graviers. On a tout autant intérêt à prendre la petite route (goudronnée et peu fréquentée) qui longe la montagne allant de hameau en hameau pour un meilleur "rendement". Cela permet aussi de récupérer avant la montée au col de la croix Perrin qui passera crème pour toutes les filles après la glace à Autrans. Il n'y a plus qu'à retrouver la voiture à l'Aigle et aller récupérer l'autre à quelques minutes de là.

Une très belle façon de parcourir les Quatre Montagnes à vélo "gravel" comme on dit aujourd'hui. Cependant, si on veut limiter la difficulté (1000 m de dénivelé ; 56 km pour notre circuit), réduire un peu la distance et éviter de côtoyer les voitures dans le col de la croix Perrin, il sera bienvenu de partir de Lans (vers la maison du parc), attaquer par la via Vercors et finir sur Autrans, par exemple vers les Griats avec dépose de voiture. On doit passer à 600 m de dénivelé et 40 à 45 km selon l'itinéraire choisi.

 A noter que le matériel emporté pour mes deux filles et moi-même rentrait intégralement dans le sac de 49 litres porté par la carriole ZAP, les filles ayant chacune une petite sacoche de guidon et encore, j'avais pris quelques vêtements inutiles... Bien entendu, le matériel de couchage et de cuisine est optimisé pour être des plus légers et des moins encombrant...

Malaterre

Malaterre

Halte verdoyante

Halte verdoyante

Devenue indispensable cette petite ZAP

Devenue indispensable cette petite ZAP

Pontons du Méaudret

Pontons du Méaudret

Autrans

Autrans

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Vercors, #vélo

Repost0

Publié le 6 Juin 2021

On n'en finit pas de découvrir notre région. On croit qu'on connaît tout... mais on est loin de tout connaître. J'ai découvert le belvédère de Luce récemment. J'y suis retourné dans la foulée pour essayer d'autres lignes. Les voies sont vraiment sympa, quoique les difficultés sont assez courtes. Dans le 6c de gauche, tout se joue au départ sur six mouvements en dévers. Dans celui de droite, c'est au contraire en haut que ça se corse et c'est en dalle. Le passage est toutefois moins dur qu'il n'en a l'air et s'enchaîne bien sans tirer sur les bras, pour peu qu'on soit bien placé.

Avec les filles, nous avons également découvert un petit site sympa dans les Bauges au-dessus de Jarsy, sur le sentier de la croix d'Allant (15 minutes d'approche, 170 m de dénivelé). Les voies ne dépassent pas les 25 m (corde de 50m suffisante) et se déroulent sur un beau calcaire à trous. C'est assez rare pour être signalé. Bon, ce jour, c'était bien humide (tous les noms sont des dérivés dd "mousse"... on a compris pourquoi) et on passait de prise trempée, à un bain de boue pour les doigts voire un bénitier. Sans parler des zipettes de pied. Mais heureusement, les trous sont pour la plupart excellents. Les filles auront enchaîné en tête jusqu'au 5c malgré ces conditions.

Le petit site du Coudray en Bauges.

Le petit site du Coudray en Bauges.

A vélo, on attend toujours la passerelle du passage le plus dangereux de France : la jonction rive gauche - rive droite de l'Isère entre Brignoud et Crolles. C'est incroyable que cette traversée ne soit pas aménagée a minima. On en parle... mais pour quand. En attendant, il paraît que des travaux devraient débuter sur une autre traversée peu commode mais nettement moins dangereuse : celle de la Bâtie. Apparemment, on ne va pas au plus urgent... De notre côté, on a "découvert" les coteaux de Chartreuse. Les montées de Barraux, de la Flachère... petites montées certes, sont désormais faciles pour les filles qui ont appris à gérer cet effort lors du tour du Lubéron (ici le J2). Il faudra aussi aller faire un tour pour voir la nouvelle passerelle entre la Buissière et le Cheylas.

Les coteaux de Chartreuse orientale. Image IPhone 7. En mode pano, ça passe !

Les coteaux de Chartreuse orientale. Image IPhone 7. En mode pano, ça passe !

Les filles ont également découvert le guêpier d'Europe sur le site où j'ai pris ces photos. Pas de nouvelle photo pour ma part mais une belle observation à distance avec elles ce soir-là, grâce à la "longue-vue" constituée de mon 70-200 et de l'adaptateur Kenko (160€, grossissement 20 fois). Bon c'est dommage ; maintenant que je suis passé en monture RF, je ne peux pas l'utiliser sur mon téléobjectif principal (le 100-500) car du coup, c'était la longue-vue à 150 grammes !!! En tous cas, plus je l'utilise, plus je trouve la qualité remarquable. Juste le champ et la luminosité qui pêchent un peu.

Adaptateur Kenko sur EF 70-200 f/4 L

Adaptateur Kenko sur EF 70-200 f/4 L

Du côté du matériel, j'ai également découvert les petites bouteilles Klean Kanteen (oui je sais tout le monde connaît déjà). Mais ce qui m'intéresse, c'est que ces bouteilles inox avec bouchon "pipette" (24€ chez Au Vieux Campeur) ont exactement le même diamètre que ces gourdes de vélo en plastique dégueulasse et qu'elles ont (donc) commencé à les remplacer.

Ainsi que dans les petites pharmacies "Pharma Voyage" que je personnalise en ajoutant une pince tire-tiques, le pack de glace instantanée (je ne connaissais pas) qui pourrait bien dépanner. Si je n'ai pas l'habitude m'encombrer de ce genre de choses pour moi (peut-être à tort), j'ai systématiquement une petite pharmacie de secours quand je pars avec les filles (y compris à la journée), et une un peu plus grande pour les périples de plus 4 jours (ou à vélo).

Bouteille Klean Kanteen ; kit Pharma Voyage Pocket
Bouteille Klean Kanteen ; kit Pharma Voyage Pocket

Bouteille Klean Kanteen ; kit Pharma Voyage Pocket

Ah et j'oubliais : une petite tournée morilles également. C'est en retard en altitude ; il devrait y en avoir encore pendant quelques jours...

Quelques découvertes récentes
Quelques découvertes récentes

A noter que je continue à partager min expérience dans la presse dite "outdoor". Et notamment deux publications récentes :
- Trek' magazine n°204 (mai 2021) : 50 mini treks en France (3 à 4 jours) dont une quarantaine pour ma pomme.
- Montagnes Magazine n°491 (juin 2021) : 50 pages sur la montagne en famille (escalade, randonnées, bivouac... pour tous)

Bonnes lectures !

Quelques découvertes récentes

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #vélo, #matériel

Repost0