Brame 2016 (XVIII) : faces à faces

Publié le 6 Octobre 2016

Et c'est reparti pour un tour du soir. A peine arrivé sur les lieux, ça brame dans tous les sens. Nous sommes entrés dans la période d'intensité maximale sur mon secteur depuis deux ou trois jours.  Durant l'approche, je crois déranger une biche qui passe en courant avec un cerf derrière mais en fait, je m'aperçois que les animaux s'arrêtent pas très loin de moi et que le cerf se met à bramer. Coup de chance, il vient dans ma direction. Etant en tenue d'affût mobile, je m'immobilise le long d'un tronc dans la forêt.

Pour le coup il vient pile sur moi ; il faut dire que vu l'état du terrain, je profite de leurs sentes pour me déplacer et c'est ce qu'il fait également. Et comme il est sur ma sente (ou plutôt je suis sur la sienne), il me vient dessus et finit par s'arrêter et bloquer sur cette masse au milieu de son passage. Pour moi, ce sera la plus belle image de la soirée. 

Un beau 10 cors (4+6, comme celui d'hier... moi qui disait que je n'avais jamais vu pareille dissymétrie... deux animaux différents en deux jours). A force de me plaindre, je vais faire cette fois de l'auto-compliment car j'adore cette image entre l'ambiance de la forêt automnale et l'attitude de l'animal. Noter qu'à 3200 ISO sur le 6D, c'est parfait !

Un beau 10 cors (4+6, comme celui d'hier... moi qui disait que je n'avais jamais vu pareille dissymétrie... deux animaux différents en deux jours). A force de me plaindre, je vais faire cette fois de l'auto-compliment car j'adore cette image entre l'ambiance de la forêt automnale et l'attitude de l'animal. Noter qu'à 3200 ISO sur le 6D, c'est parfait !

Il passe derrière deux épicéas, brame hors de portée de l'appareil (dommage) puis se rapproche. Il m'aurait fallu un 70-200 mais bon, encore une bien belle image. Propre !

Il passe derrière deux épicéas, brame hors de portée de l'appareil (dommage) puis se rapproche. Il m'aurait fallu un 70-200 mais bon, encore une bien belle image. Propre !

Il finit par partir mais sans s'affoler. Je l'entends bramer à moins cent mètres. Un autre cerf s'excite non loin de là. Je m'en rapproche jusqu'à l'apercevoir dans l'épaisse forêt puis attends. Je le verrai passer derrière deux biches entre deux rangées de résineux.

Encore un 10. Où sont les 12 et 14 (dont celui que j'ai vu ici le 19 septembre) de l'an dernier ?

Encore un 10. Où sont les 12 et 14 (dont celui que j'ai vu ici le 19 septembre) de l'an dernier ?

J'entends toujours le précédent, celui qui est venu me rendre visite. Je reste en place. Le voilà qui revient dans ma direction. Le "jeu" va durer un bon moment. L'avantage de l'affût mobile en période de brame quand il est bien fait c'est que l'animal ne peut pas identifier un humain autrement que par l'odorat et il peut même penser à un congénère donc il vient souvent essayer de voir ce que c'est. Je n'aurai pas la chance de le photographier bramant mais de tirer quelques sympathiques portraits jusqu'à ce qu'il fasse véritablement le tour pour prendre le vent. Il finira par partir mais sans crier (ce fameux rot d'alarme) et sans détaler. Je l'entendrai même un peu plus haut continuer à bramer. Il n'a probablement pas vraiment identifié son ennemi numéro un : l'homme.

Le revoilà qui revient. A un moment, je pense qu'il va partir...

Le revoilà qui revient. A un moment, je pense qu'il va partir...

Mais il sort de côté à proximité sans le moindre bruit. 6400 ISO. Je ne reviendrai jamais du plein format

Mais il sort de côté à proximité sans le moindre bruit. 6400 ISO. Je ne reviendrai jamais du plein format

Je réussis un pivotement éclair au moment où il passe derrière deux larges troncs donc n'ayant pas la possibilité de me voir. On remarquera qu'entre temps, il aura pris le temps de se rouler dans une souille d'où un poil de cou bien marqué (mouillé) et un peu de boue sur les bois par rapport aux premières images

Je réussis un pivotement éclair au moment où il passe derrière deux larges troncs donc n'ayant pas la possibilité de me voir. On remarquera qu'entre temps, il aura pris le temps de se rouler dans une souille d'où un poil de cou bien marqué (mouillé) et un peu de boue sur les bois par rapport aux premières images

A force de dire que cette saison de brame est bizarre, il va bien falloir reconnaître que depuis huit jours, les belles sorties s'enchaînent. Vivement la suite !

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost 0
Commenter cet article

bleicher veronique 11/10/2016 07:19

Encore de superbe photos .Je suis impatiente chaque jours de voir ce que tu vas nous "rapporter".
Merci du partage

lta38 11/10/2016 13:04

Merci à toi pour les encouragements. Repos pendant (au moins) deux jours ; à voir la suite avec le mauvais temps. j'espère qu'il va y avoir encore de belles choses à voir courant octobre.