Articles avec #materiel tag

Publié le 9 Septembre 2017

Par ce temps pluvieux, quelques images non publiées de l'été dernier, puisque nous sommes officiellement entrés depuis quelques jours dans l'automne météo.

On a sorti les gros

On a sorti les gros

Petite année à myrtilles

Petite année à myrtilles

Tarte aux myrtilles et bière dans les Aravis. Ravito après la course.

Tarte aux myrtilles et bière dans les Aravis. Ravito après la course.

Un bon hamburger chez Elevation. La base à Chamonix après une belle course.

Un bon hamburger chez Elevation. La base à Chamonix après une belle course.

Thibaut dans un 6a(+) à la Floria

Thibaut dans un 6a(+) à la Floria

Votre serviteur sur l'aiguille du Peigne (photo : Thibaut Florant)
Votre serviteur sur l'aiguille du Peigne (photo : Thibaut Florant)

Votre serviteur sur l'aiguille du Peigne (photo : Thibaut Florant)

Quand on n'a pas de tête, on a un porte-monnaie. Pour remplacer le trépied oublié dans les Abruzzes sur un parking (si si), j'ai choisi ce Rollei Traveller Carbon n°1. 200€ seulement et moins d'un kilo sur la balance, rotule ball comprise. Censé supporter jusqu'à 8 kg. Faut pas rêver mais j'ai été surpris par la stabilité avec mon matériel animalier (boitier + téléobjectif = 2500 g)

Quand on n'a pas de tête, on a un porte-monnaie. Pour remplacer le trépied oublié dans les Abruzzes sur un parking (si si), j'ai choisi ce Rollei Traveller Carbon n°1. 200€ seulement et moins d'un kilo sur la balance, rotule ball comprise. Censé supporter jusqu'à 8 kg. Faut pas rêver mais j'ai été surpris par la stabilité avec mon matériel animalier (boitier + téléobjectif = 2500 g)

Demande conseil à Jean-Marc Peillex. J'hésite sur le matériel pour l'arête des Bosses.

Demande conseil à Jean-Marc Peillex. J'hésite sur le matériel pour l'arête des Bosses.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel, #escalade-alpi, #paysages, #récoltes

Repost 0

Publié le 26 Août 2017

Je me suis lancé dans cette passionnante utilisation que sont les pièges d'images (dits "pièges photographiques") avec lesquelles je vais essayer de faire des images animées d'animaux sauvages.

C'est quand même génial de pouvoir observer la faune sans la déranger. Ca fait aussi de belles images complémentaires pour les petits films. Et bien sûr, une information sur ce qui se passe à cet-endroit-là. On va commencer par le brame du cerf ; ensuite, on verra en seconde partie d'automne mais les idées ne manquent pas. Il y a plusieurs étapes à suivre scrupuleusement si on veut réussir son aventure. Je n'ai absolument rien découvert seul sur ce coup-là. Un grand merci à Olivier Janet qui m'a tout expliqué. Un véritable spécialiste passionné à qui je tire mon chapeau. Grâce, à lui, j'ai économisé des mois de déboires. J'aime beaucoup apprendre seul comme je l'ai fait pour beaucoup de choses partagées sur ce blog : ski, escalade, photo... Parfois avec d'inévitables défauts qui restent en place. Mais c'est également appréciable d'être coaché. Voici donc tout ce que j'ai fait/appris en un mois.

- Choix du piège. Ils sont nombreux. Celui qui surpasse les autres serait le Browning Spec Ops Extreme Full HD. Il faut l'acheter ici sur le site de l'importateur. Grâce à Olivier, vous bénéficierez automatiquement d'une remise de 15% avec le code ALPINE1. Pour les spécifications, on notera outre la vidéo Full HD : APN 20 mp, écran de visualisation couleur 2" (et ça c'est top), vidéo diurnes jusqu'à 2 min et nocturnes jusqu'à 20 sec avec délai de reprise de moins d'une seconde, accepte les cartes SD très haute capacité (XC jusqu'à  512 Go...), finition camo bien classe, pas de vis pour montage sur pied... mais surtout une qualité d'image au top !

- Alimentation. 8 piles AA. Il faut mettre des piles lithium (un peu moins de 10€ les 4 - en cherchant bien, on peut approcher les 15€ pour le jeu de 8) qui dureront bien plus longtemps que les alcalines. L'idéal est d'avoir un petit testeur pour vérifier le voltage des piles et garder des piles ayant déjà perdu de leur force pour les pièges de proximité (où l'on a l'occasion d'aller plus souvent et où on pourra donc remplacer les piles facilement - rien de plus rageant que d'avoir un piège qui ne marchera plus faute de piles et qu'on n'aura pas relevé compte tenu de son éloignement)

- Mémoire. Si on utilise la définition maximale (et c'est le but) et 60 im/sec pour les ralentis, une vidéo de nuit pèse 50 Mo et une de jour 140 Mo. En considérant une utilisation nuit/jour de 2/1, on peut raisonnablement tabler sur une moyenne de 80 Mo par vidéo. Avec une carte de 32 Go, cela laisse la possibilité de faire 400 vidéos. Cela me paraît pas mal. Compte tenu du prix actuel des cartes, ne pas hésiter à prendre plus grand. A noter qu'il faudra deux cartes par piège : quand on va relever, on met une nouvelle carte et on rapporte la carte pleine à la maison pour décharge sur l'ordinateur. Attention à bien prendre uniquement des cartes formatées pour cette utilisation. En cas de carte issue d'un appareil photo par exemple, on s'expose à des bugs.

Bon le piège est prêt à être utilisé. Enfin, pas tout à fait. Le plus gros du travail reste à repérer les endroits favorables et ça, je laisse à chacun le soin de le faire. Mais auparavant, reste l'éternelle question de la protection. Il y a plusieurs options possible :

- Mettre le piège dans un boîtier de protection

- Végétaliser le piège afin de le rendre quasi invisible

- Rien du tout

Bien évidemment, cela dépend de l'endroit où l'on désire le placer. Il y a des endroits où je ne serais pas inquiet de mettre un piège non végétalisé et non caché. Par expérience, Olivier nous dit que tous ses amis qui ont décidé de mettre le piège dans un boîtier de protection se sont, tôt ou tard, fait voler l'un d'entre eux. Si le piège est repéré, le gars revient un pu plus tard avec le matériel adéquat !

J'ai donc choisi de végétaliser en rajoutant une petite protection (câble python Master Lock Camo trouvé à moins de 30€ chez l'excellent Digit Photo) : le piège passe ainsi inaperçu et si malgré tout, il venait à être repéré, il y a une protection obligeant le voleur à revenir "armé". Le fait d'avoir cette protection montre aussi que le matériel est protégé : prendre un piège posé sans rien est très tentant ; s'il y a un cadenas, on sait qu'on va faire un "mauvais" geste. Par contre, je ne mets pas de petit cadenas sur la porte. Si le piège est repéré et que l'inconnu n'a pas envie qu'on voit sa bobine sur la carte, il va tout défoncer alors que là, il ouvre, récupère la carte et s'en va. C'est un moindre mal.

Venons-en à la végétalisation. Le protocole appris grâce à Olivier est le suivant :

- Acheter du fil électrique noir ou marron 2,5 mm2 et le dénuder. Virer le câble et garder les cylindres plastiques creux d'environ 8 mm de longueur. Les coller à la colle hybride en différents endroits du piège.

- Acheter du petit fil vert Nortène pour horticulture, couper des morceaux d'environ 18 cm et les enfiler dans les cylindres.

- Fixer le piège à l'endroit choisi et utiliser les fils Nortène pour y attacher la végétation (mousse, lichen, branches...)

Attention à ne pas obstruer les éléments nécessaires à la photo. Sur le dessus du piège par exemple, ne pas végétaliser en avant. Penser que le vent, la pluie, risquent de faire bouger la végétation et créer des éléments gênants sur l'image, tout particulièrement de nuit.

On apprendre beaucoup sur le terrain. Il me reste beaucoup à apprendre. La meilleure utilisation est sur un passage d'animaux de profil avec une zone de détection un peu en-dessous d'une ligne horizontale médiane si j'ai bien compris.

Pièges, piles, carte

Pièges, piles, carte

Fil électrique 2 mm2, Nortène, colle hybride et pistolet

Fil électrique 2 mm2, Nortène, colle hybride et pistolet

Pièges prêts à être placés

Pièges prêts à être placés

Détail de la fixation

Détail de la fixation

Vu ?
Vu ?

Vu ?

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel, #animaux

Repost 0

Publié le 26 Août 2017

De retour d'Ubaye, impossible d'allumer mon petit Lumix GM1.

L'interrupteur est bloqué. Rien n'y fait. Il va falloir passer par le SAV. J'expédie le tout à Nikken, la boite qui sous-traite les SAV de Pana, Olympus, Tamron, Pentax, Sony... en espérant que ce soit réparable.

En attendant, je regarde les occasions sur LBC. On trouve des boîtiers nus à 175-200€.

Comme à leur habitude (j'ai déjà eu à faire trois fois à eux), la réponse ne traîne pas. Si la rapidité d'action est un point positif de cette boite, le tarif de la réparation de l'interrupteur tombe comme un couperet : pratiquement 250€ !!!! Les trois fois précédentes, bien que sous garantie, j'avais eu accès aux factures et avais noté que si cela avait été à ma charge, je m'en serais tiré autour des 120€. Acceptable. Je m'étais dit : "Au pire, tu t'en sors pour 150€". Et bim !

Le lecteur ne peut s'empêcher de se poser une question : les tarifs sont-ils "gonflés" parce l'appareil n'est plus sous garanti ? Restons objectif et ne dévions-pas comme sur les "fora poubelle". Je ne suis pas compétent en la matière et n'émettrai donc aucun jugement. Cependant, 250€ pour un interrupteur (et la main-d'oeuvre qui va avec certes), c'est niet. D'autant que j'avais payé (avec 100€ de cashback certes) l'appareil photo 500€, objectif compris. C'est aujourd'hui le tarif magasin (Darty...) du GM5 en kit, modèle qui a succédé à mon GM1 et quasi identique. Le petit pancake livré en kit se vend seul (avec bouchon arrière - non fourni dans le kit - boîte...) aujourd'hui à 300€. En considérant que le constructeur en sacrifie le tarif pour vendre le kit, on peut donc considérer que le boitier nu neuf du GM1 (non proposé par le fabricant) coûte autour de 300€ soit à peine plus que la réparation !!

Je n'ai donc pas fait réparer. Ce choix me coûte. D'abord il me coûte plus cher pour le moment (on verra plus tard). Ensuite, il me coûte en décision "durable" : je vais devoir racheter du matériel. Mais je repars avec du matériel neuf garanti deux ans (alors que rien ne dit que je n'aurais pas eu un autre problème dans les semaines à venir avec mon GM1 réparé) et je sanctionne la politique tarifaire de Nikken sur ce coup-là. (On notera au passage l'abus avec les plus de 14€ TTC de l'envoi Colissimo qui est normalement de 6,10€ pour un particulier !!! Si le reste est calculé sur les mêmes bases...)

En admettant que le bénéfice de l'entreprise soit limité sur cette réparation, je les invite quand même à revoir leur copie et à participer activement au développement durable. Mon idée c'est que pour tout matériel réparable (je ne parle pas d'un boiter tombé par terre dans lequel il faut changer la moitié des composants), le tarif ne devrait pas être dissuasif.

Voici donc un retour d'expérience. Si même mésaventure vous arrivait, vous économiserez 33€ de devis (c'est ce que j'ai dû payer pour récupérer mon appareil non réparé ; sinon, ils le gardent). J'ai donc acheté un GM5 en kit 12-32 neuf à 490€ avec en cadeau une carte 16go rapide (environ 15€) dont j'avais besoin de toutes façons et un demi-étui de protection.

L'idée c'est de revendre du matériel pour au final, retomber sur les 250€ que m'aurait coûté la réparation mais avec du matériel neuf garanti deux ans :

- 12-32 f/3,5-5,6 du GM1 (couleur métal) côté 210/155€ sur Chassimages (bon/moyen) en bon état mais sans boîte et avec bouchon générique. Je me cale sur la côte basse : une affaire. 150€

- Lumix GM1 pour pièces

- Petit flash externe du GM5 (qui n'a pas de flash pop up comme le GM1) car je ne l'utilise pas. 

- Batterie BLH7 (j'en ai déjà 3)

- Chargeur pour batterie BLH7 (que j'ai en double)

Et pour finir sur une note réaliste. Si effectivement je retombe sur mes 250€ d'investissement, compte tenu du sort que je fais subir à mon matériel en courant, pendu au baudrier, les changements d'objectif, la poussière... il faut reconnaître que changer un petit boîtier tous les trois/quatre ans, ce n'est pas anomal. La miniaturisation a ses limites. Pour autant, j'ai confiance dans les objectifs. Mais ces tous petits boîtiers me paraissent bien fragiles. Si nous les maltraitons, tôt ou tard, ils nous le font savoir.

Pannes, SAV, obsolescence (programmée ?)...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel, #humeur

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2017

Voilà maintenant un mois que j'ai un sac à dos (modèle Alpisack) fabriqué par le constructeur "franco-japonais". Je l'ai utilisé par deux fois "sous-rempli" lors de randonnées à la journée. Mais aussi chargé avec le matériel photo durant les neuf jours dans les Abruzzes. Et enfin lors de la montée en cabane avec les filles en Belledonne avec tout le matériel de couchage y compris les matelas en cas de besoin. Donc plutôt bien rempli. J'avais pour 9400 g de matériel (sac compris) auquel il faut rajouter la nourriture pour trois repas (+ un goûter) pour trois personnes.

Premier retour sur ce matériel ultra léger.

- Caractéristiques (options choisies personnellement sur le site du constructeur à partir du modèle de base "nu") : compartiment principal à entrée supérieur d'environ 40 litres (au lieu des 50 du modèle de base), poche frontale filet d'environ 10 litres + cordon de serrage , 2 poches mesh latérales, rabat supérieur amovible d'environ 5 litres, sangles latérales de compression, deux porte-piolets/bâtons, rappels de charge , sangles de portage sur ceinture ventrale, étui sur bretelle. J'ai également choisi de prévoir des encoches dans le dos afin d'y glisser un petit tapis de sol (pratique pour poser les fesses au sec ou un peu de confort quand, par exemple, je me pose pour scruter un vallon aux jumelles en animalier). Tapis découpé dans un ancien matelas mousse Thermarest (Z-Rest) et pesant 56 g (27x50 cm). Poids du sac avec/sans rabat : 660/590g

- Remplissage : j'utilise le filet extérieur pour des objets pas trop lourds à accès rapide => mini trousse pharmacie perso (95g), lampe frontale, paille filtrante LifeStraw, casquette, lunettes, crème solaire, jumelles... Quant à l'étui sur la bretelle, il accueille les papiers, le téléphone, le couteau, une batterie de rechange, une carte mémoire, la clé de la voiture, une clé allene, un buff. Les poches mesh latérales reçoivent les bouteilles d'eau, tandis que le rabat supérieur, les barres de céréales et autres vivres de course entre autres.

- Pratique : l'accessoirisation est tip-top. Au besoin, on peut y rajouter deux poches (environ 1 litre chacune) amovibles sur la ceinture. Je n'ai pas choisi cette option car je trouve que ça bouge toujours un peu et ça entrave parfois les mouvements mais cela reste un choix personnel. Jusqu'à présent, le filet et le rabat supérieur ont toujours été sous-utilisés. Lors de remplissage moyen, le rabat saute au profit d'une fermeture par cordon + sangle de serrage.

- Solidité. Ben c'est trop tôt pour le dire mais tout cela inspire confiance dès le départ. Des retours d'autres utilisateurs depuis plusieurs années le confirment.

- Confort. Et c'est là la bonne surprise. Malgré l'absence d'armatures, je n'ai senti aucun souci jusqu'à un remplissage d'environ 12 kg. Le fabricant annonce "up to 12 kg ; je dirais donc "jusqu'à plus de 12...". Le seul défaut de ce système (mais on a rien sans rien) est de ne pas permettre l'aération du dos qui reste collé (et aussi, il faudra s'appliquer à faire son sac un peu plus qu'à l'accoutumée). Pour les personnes sensibles à la transpiration ou parcourant des régions chaudes, il faudra être au courant. On pourrait rajouter l'absence d'un zip permettant l'accès directement à n'importe quelle partie du sac. Il serait bon de voir avec le fabricant si cette option est possible car cela reste vraiment très pratique.

Parti pour deux jours avec mes filles en autonomie (il ne manquait que la tente - 1300g en ce qui me concerne pour ma 3 places, possibilité de la fixer à l'extérieur grâce aux anneaux présents), il me convient donc parfaitement et me fait donc encore économiser du poids. Compte tenu de ce que j'ai expérimenté, je pense qu'il doit convenir pour un jour de plus. N'étant, jusque là, jamais parti avec mes filles plus de trois nuitées consécutives, je me dit qu'au pire, dans ce cas extrême, il doit convenir (le problème, ce qui pèse, ça reste la bouffe) quitte à être un poil chargé le premier jour.

Pour cette raison, j'ai décidé de me séparer de mon excellent (mais plus lourd) Lowe Alpine Makalu TFX 65 + 20. Très bon état. Recommandé pour gros portages (plus de 15 kg). Je le cède pour 95€ (vs >200€ prix magasin). Me contacter par mp si intéressé (voir photos plus bas).

Bravo à Laurent (KS-Ultralight Gear) pour cette réalisation qui répond aujourd'hui à mes attentes.

L'Alpisack avec rabat supérieur

L'Alpisack avec rabat supérieur

Sans le rabatSans le rabat

Sans le rabat

Côté dos, sans le rabat

Côté dos, sans le rabat

Le petit étui bretelle. Remarquer le tapis de sol dans son compartiment

Le petit étui bretelle. Remarquer le tapis de sol dans son compartiment

Le Makalu 65+15 à vendre

Le Makalu 65+15 à vendre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2017

Dix-huit ans au service de l'Education nationale. Et bientôt quinze ans de partage éditorial professionnel au service de l'outdoor.

Après la création de mon blog version 1 au printemps 2000, ma première contribution professionnelle sur le ski-alpinisme est parue en décembre 2002 avec les deux Toponeige Ecrins Est/Sud en compagnie de Louis Volle.

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et en plus de contributions ponctuelles (info et/ou photo) à tel magazine, telle revue ou tel ouvrage, les publications se sont multipliées.

Un grand merci aux éditeurs qui m'ont fait (et me font) confiance, dans l'ordre chronologique : Volopress, Nivéales, VTopo, Wadoo. Et aux soutiens matériel : Adidas Terrex, Petzl, Pierre Gignoux Carbon Skiboots.

De gauche à droite : Montagnes Magazine (Nivéales), Toponeige (Volopress), Belledonne Escalade (VTopo), Carte postales et calendriers (Wadoo)

De gauche à droite : Montagnes Magazine (Nivéales), Toponeige (Volopress), Belledonne Escalade (VTopo), Carte postales et calendriers (Wadoo)

La rythme s'accélère depuis quatre ans. Un grand plaisir de travailler avec Ulysse Lefebvre.

La rythme s'accélère depuis quatre ans. Un grand plaisir de travailler avec Ulysse Lefebvre.

Autre témoin du temps qui passe. En lien avec un autre billet récent : les faces nord des Agneaux et de la roche de Jabel (désormais rocheuse) dans "Cimes et Visages du Haut Dauphiné", Félix Germain (1945). Les connaisseurs apprécieront la déglaciation...

Autre témoin du temps qui passe. En lien avec un autre billet récent : les faces nord des Agneaux et de la roche de Jabel (désormais rocheuse) dans "Cimes et Visages du Haut Dauphiné", Félix Germain (1945). Les connaisseurs apprécieront la déglaciation...

Le temps peut aussi paraître assez long. C'est le cas aujourd'hui durant ces quatre heures passées à l'affût du terrier à renardeaux trouvé la veille sans observer la moindre activité. On ne gagne pas à tous les coups.

Au retour, je "tombe" sur un joli cerf en "refait" et profite de quelques belles lumières forestières.

Petit affût à distance

Petit affût à distance

Le petit cadeau de la soirée

Le petit cadeau de la soirée

Sympa ce mode (quasi) macro (0,7x) du 24-70 f/4 L IS USM. Ne faisant que de la macro occasionnellement, je ne voulais pas réinvestir dans un véritable objectif dédié au plein format après la vente de mon (très bon mais EF-S donc uniquement pour APS-C ; vous suivez ?) 60 mm f/2,8. Du coup, ce zoom transtandard est vraiment parfait : couvre les focales de base, est excellent au niveau qualité, fait quasiment de la macro et est très léger (600 g) ! S'il vous intéresse, ne traînez pas ! Canon offre ce mois de juillet 200€ de remboursement sur cet objectif soit près de 25% de remise différée !!! On ne trouvera jamais mieux.

Sympa ce mode (quasi) macro (0,7x) du 24-70 f/4 L IS USM. Ne faisant que de la macro occasionnellement, je ne voulais pas réinvestir dans un véritable objectif dédié au plein format après la vente de mon (très bon mais EF-S donc uniquement pour APS-C ; vous suivez ?) 60 mm f/2,8. Du coup, ce zoom transtandard est vraiment parfait : couvre les focales de base, est excellent au niveau qualité, fait quasiment de la macro et est très léger (600 g) ! S'il vous intéresse, ne traînez pas ! Canon offre ce mois de juillet 200€ de remboursement sur cet objectif soit près de 25% de remise différée !!! On ne trouvera jamais mieux.

Ambiances forestières du soir
Ambiances forestières du soir

Ambiances forestières du soir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost 0