Publié le 28 Juin 2016

Au risque de me répéter, le printemps n'a pas vraiment eu lieu et les rares créneaux ont été difficilement prévisibles. Depuis 2011, nous avons instauré une sortie escalade hebdomadaire after taf hors vacances scolaires avec Candice ; à partir de septembre-octobre ça se passe à Espace Vertical mais dès le changement d'heure (i.e. pour les trois mois du printemps), c'est bien sûr en extérieur. Couenne ou grande voie c'est selon.

Cette année, c'est la cata. Avec cette météo improbable et la non-possibilité de décaler notre journée en fonction du temps, le bilan est des plus minces. Pas une seule grande voie digne de ce nom ; deux sorties de voies de quatre longueurs, deux sorties couenne. Nous voulions terminer par un petit "voyage" afin de profiter du seul lundi véritablement valable malgré une certaine fraîcheur, surtout à l'endroit choisi : la face ouest de la dent de Crolles.

On perd pas mal de temps au départ : achat de quoi manger, récup' d'un coupe-vent pour Candice partie sans doute un peu trop light, détour par la Terrasse pour cause de tunnel fermé. Il est déjà 18h10 lorsque l'on commence à marcher au col du Coq. Une heure plus tard, on commence réellement à grimper. L'idée est de commencer par les premières longueurs de "brunes de l'été" et d'éviter le final bouseux par la fin des "cénobites tranquilles" a priori majeure et non parcourue cause timing lors de notre montée ici avec Thibaut il y a quelques années.

La première partie n'est pas démente mais mérite tout de même d'être parcourue malgré les nombreuses vires qui séparent chaque longueur. Des pas de bloc pas si faciles et quelques passages croustillants (et qui le resteront)  : 6b ; 6c+ ; 6a ; 6a+ ; 6a. On arrive au sangle de la Barrère.

On traverse à gauche pour trouver les deux dernières longueurs des cénobites. Depuis le temps que je passe au pied, ça a vraiment l'air majeur. Le départ est un mur déversant à trous vraiment unique. Avec la conti actuelle et le 6c annoncé sévère par les répétiteurs, ça devrait "donner". Il ne reste pas beaucoup de temps avant le coucher du soleil alors j'attaque bille en tête. Une fois clippé le deuxième point après un début en traversée, je me rends compte que le suivant est vraiment loin. Les enc... Je ne m'arrête pas et vais de trou plus ou moins bon (il y en a toujours un bon mais il faut prendre le temps de le trouver) en trou plus ou moins bon. Je suis déjà bien haut au-dessus du point et n'ai pas du tout envie de voler bien que ça déverse un peu. Et ce n'est pas encore fini. Bien daubé, je commence à amorcer une désescalade puis, dans un soupçon de réflexion ("ça va me cramer encore plus et ce sera compliqué de repartir" ou alors "il ne me reste que deux mètres") ou d'orgueil je repars vers le haut. Je "tombe" sur un trou assez bon au niveau du point. Je pose la paire. Cramé. Je n'ose pas. Si je vole, c'est pour un voyage de dix mètres. Pas envie. Je tiens la dégaine et clippe.

Longueur suivante pour Candice (chacun son fardeau). Le soleil se couche. Là encore le 6c+ est annoncé plutôt 7a. Le départ est bien retors. Puis vient le fameux pas de dalle obligatoire. Je ne vois pas ma partenaire mais on communique. Elle a déjà pas mal donné. La nuit est proche. Ca caille. En cas de chute, c'est deux à trois mètres les pieds à plat sur une dalle quasi plate. On repense à l'entorse de l'an dernier au Cornafion qui lui a causé un arrêt prolongé et l'abandon de son projet d'été du GR20. Et là, elle part dans une semaine. Ces quelques mètres valent-ils le coup de risquer la blessure à cette heure et à cette date-là ? A l'image de ce printemps, la montagne ne veut pas de nous une fois de plus. Candice essaie deux fois puis décide de s'en tenir là. Compte tenu du timing, du vent, de la température... Je décide de ne pas remonter. Il restera dix mètres de difficulté pour sortir au sommet. Ce sera pour une autre fois. Deux rappels plus tard, on est sur le sangle de la Barrère. C'était quand même une chouette soirée.

L1 (6b) des "brunes"

L1 (6b) des "brunes"

L3 (6a) des "brunes"

L3 (6a) des "brunes"

L4 (6a+) des "brunes"

L4 (6a+) des "brunes"

Le 6c(+) des Cénobites ; Candice sort du mur engagé et des difficultés (reste juste un réta un peu tordu)

Le 6c(+) des Cénobites ; Candice sort du mur engagé et des difficultés (reste juste un réta un peu tordu)

Le 6c+(7a) final des Cénobites. Déjà pas mal d'énergie dépensée pour arriver là et ce n'est pas fini.

Le 6c+(7a) final des Cénobites. Déjà pas mal d'énergie dépensée pour arriver là et ce n'est pas fini.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Publié le 26 Juin 2016

Une classique historique de Presles dans un style qui change des habituelles dalles grises ou murs jaunes à réglettes. Ouverte en 1979 par Fara, Decorps et Gardien, elle a été rééquipée sur goujons en 1999. Ce rééquipement est intelligent car il conserve l'obligatoire de l'époque (6a), les deux pas en 7a+ (et peut-être aussi le pas de 6c) ayant été réalisés en tire-clous. Du coup, il aurait été déplacé de rendre ces pas bien obligatoires. Cependant, nous avons trouvé qu'il y avait vraiment beaucoup (trop) de spits y compris dans les passages de difficulté moyenne, sauf L6 nettement plus engagée ce qui peut paraître bizarre.

Bien sûr c'est un peu patiné du fait du succès de la voie il y a quelques années ; bien sûr c'est un peu fracturé comme souvent à Presles ; bien sûr l'herbe a un peu repoussé dans les fissures ; il n'en demeure pas moins que c'est une ligne logique de fissures que tout amateur de la paroi se doit de parcourir. C'est désormais chose faite en ce qui me concerne, en compagnie de l'ami Gérald et de ses sympathiques potes lyonnais Christophe et Thierry.

Ca fait aussi du bien, en ces temps de manque de conti, de parcourir des lignes relativement faciles en ayant l'impression de dérouler (un peu moins de 3h30 pour les neuf longueurs). A noter que la voie reste à l'ombre à cette époque jusque vers 12h30 ce qui était parfait compte tenu de notre timing de départ (9h). Et pour une fois aussi, Presles en ultralight : 55 m de Joker, 14 paires Ange, 50 cl d'eau et la petite paire de sandales d'approche au baudrier, tee-shirt.

L1 (6a) et L2 (7a+)
L1 (6a) et L2 (7a+)

L1 (6a) et L2 (7a+)

L5 (7a+)

L5 (7a+)

L6 (6a+ technique) et R8L6 (6a+ technique) et R8

L6 (6a+ technique) et R8

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Publié le 23 Juin 2016

C'est sans doute (quoique...) la dernière à skis de cette saison 2016. Finalement, on y aura fait du bon ski malgré de nombreux alés climato-météo et pour ma part, un peu plus de 70000 m de dénivelé ce qui est honorable. Symboliquement, je voulais finir par une belle bambée de ski d'été dans Belledonne. Ayant déjà pas mal épuisé le répertoire dans le secteur des Sept-Laux, ce sera cette fois en face de chez moi quitte à déchausser un peu plus haut.

Le départ se fait depuis pré Clos vers 14h en direction du mont Saint-Mury puis du désersoir de la Sitre. Je laisse le short et les baskets sur le replat à 2100 m et c'est parti avec les peaux jusqu'au col des Lances où un petit déchaussage technique pour sortir sur le petit glacier de la Sitre : c'est raide, cinquante centimètre de large.

Première descente (que je n'avais faite que dans l'autre sens) jusqu'au lac Blanc où je prends le temps de profiter du paysage exceptionnel qui s'offre à moi et faire le plein d'eau.

Lac de la Sitre et PLC skiée cet hiver

Lac de la Sitre et PLC skiée cet hiver

Lac Blanc du col des Lances

Lac Blanc du col des Lances

Petit lac annexe du lac Blanc

Petit lac annexe du lac Blanc

Lac Blanc

Lac Blanc

Lac Blanc en entier avec le fish eye

Lac Blanc en entier avec le fish eye

Idem

Idem

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

 

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

 
Heureux d'être là

Heureux d'être là

Triptyque mythique

Triptyque mythique

La Croix. Ouf !

La Croix. Ouf !

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Bouquetins
Bouquetins
Bouquetins

Bouquetins

Sommet GLD ; Le Kway de sortie mais pas les gants

Sommet GLD ; Le Kway de sortie mais pas les gants

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Grande Lauzière et la Pra (à gauche le Petit Doménon)

Grande Lauzière et la Pra (à gauche le Petit Doménon)

Lac Blanc depuis le col des Lances, avec des couleurs plus chaudes qu'en milieu d'après-midi

Lac Blanc depuis le col des Lances, avec des couleurs plus chaudes qu'en milieu d'après-midi

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

Déversoir de la Sitre. Fin du ski

Déversoir de la Sitre. Fin du ski

Retour paisible au crépuscule

Retour paisible au crépuscule

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Publié le 22 Juin 2016

Il aura fallu attendre l'été calendaire. Un bon début de journée lundi mais qui n'a pas duré avec des nébulosités en altitude, un mardi très moyen pour le solstice. C'est réellement la première vraie journée digne de ce nom depuis fort longtemps, et surtout, prélude à d'autres moments ensoleillés. Bon il fait tout de suite très chaud comme souvent à Grenoble en juin mais on ne va pas (déjà/encore) se plaindre !

Ne pouvant pas décoller avant seize heures, on part pour un truc cool avec les filles et que je voulais leur faire faire depuis un moment : la via ferrata de l'Alpe-du-Grand-Serre (la Cascade).

C'est globalement facile et sans vide (paroi couchée ou courts ressauts raides et passages au-dessus du torrent à faible hauteur).

Il faut vraiment faire l'intégralité ; on débouche à un joli petit belvédère et on revient par un sympathique sentier mi-dégagé mi-forestier.

A noter les trois ponts de singe : le premier est ok, le second limite et le troisième ultra limite pour les moins de cent-vingt centimètres (bras très tendus). Heureusement, c'est court !

A noter aussi des travaux (deux alternats) sur la RD 1085 avant Séchilienne compte tenu de l'ouverture de la déviation dite "des ruines de Séchilienne" en cours de finition.

Poutre passerelle du départ

Poutre passerelle du départ

Dernier "pont de singe"

Dernier "pont de singe"

Partie supérieure

Partie supérieure

Belvédère

Belvédère

Cabane et source

Cabane et source

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Publié le 20 Juin 2016

Dimanche à attendre l'éclaircie pour monter au lac de Crop et poursuivre avec les skis sur un sommet le dominant. Pourquoi ce choix ? D'abord parce que ça skie au lac avec seulement 500 m de portage (30 min de descente) ; ensuite (et surtout) parce que cela fait un moment que je n'ai pas visité le vallon, c'est à côté de la maison et les contrastes sont fabuleux en ce moment avec cette météo capricieuse et donc les moments d'éclaircies. Dimanche était censé être un peu meilleur que samedi mais ce sera l'inverse. Complètement bouché et des précipitations pas si rares. Dix-neuf heures. Je n'ai plus le temps d'attendre ; je pars quand même lors d'une timide éclaircie espérant l'éclaircie du soir (éclaircie confirmée par tous les modèles entre le soir et le milieu de la nuit). Lac de Crop. Brouillard. Après avoir "essuyé" une première belle averse en montant, c'est la totale. Je n'y crois plus. J'attends un peu puis il faut se rendre à l'évidence ; de toutes façons, la nuit sera bientôt là. Il n'y a plus rien à espérer. Je planque tout le matos et descends en trottinant, avec une nouvelle averse me faisant finir bien mouillé. La loose totale. Hors de question d'aller bosser le lendemain en voyant le soleil me taquiner. Le réveil sonnera à 4h...

Je suis réveillé nettement plus tôt pour je ne sais quelle raison. Je tourne en rond puis me décide à me lever. J'en profite pour prendre le temps avant de partir. Un bon petit dej'.

Cinq heures. Je démarre du parking haut en traversant à gué (pieds nus avec dépose de serviette sur la rive opposé) le torrent qui déborde. C'est plein d'étoiles. Le réveil tient cette fois toutes ses promesses.

1700 m, dans la traversée à la sortie de la forêt. Le réveil

1700 m, dans la traversée à la sortie de la forêt. Le réveil

Zoom sur les massifs (hauts) savoyards

Zoom sur les massifs (hauts) savoyards

Arrivée au lac, c'est sans surprise : regel béton des névés. Ca va donner à la montée comme à la descente. Le premier névé à traverser domine (et se jette dans) le lac. Avec le relief, l'accroche des peaux est moyenne. Il ne faut pas se louper sinon c'est la baignade à zéro degrés.

Un blanchot et un déchaussage plus loin afin de monter à pied des pentes d'herbes plus commodes que le raide névé bétonné par le gel et me voilà au soleil. J'ai visé le Grand Replomb histoire de profiter de l'éclairage. Je n'avais d'ailleurs jamais fait le "couloir" est dit voie normale qui aboutit à la selle juste sous le sommet du Petit replomb, côté 3.3 dans le Shahshahani.

Le ver de soleil sur le Ferrouillet

Le ver de soleil sur le Ferrouillet

Les pentes du rochers de l'Homme bien plâtrées en arrière-plan

Les pentes du rochers de l'Homme bien plâtrées en arrière-plan

Le couloir est, en neige qui détaille déjà

Le couloir est, en neige qui détaille déjà

La suite, c'est un couloir en bonnes conditions puis du béton armé dès que l'on repasse à l'ombre, un second lièvre variable (à moins que ce ne soit le même qui ait changé de rive) et un lac de Crop sublimé par les contrastes. On remet les baskets, on trottine une demie-heure, on s'aperçoit que le gué était évitable par une passerelle en contrebas :0, on se change et on se retrouve pile à l'école à 8h31.

Le lac vu du replat vers 2250 m

Le lac vu du replat vers 2250 m

D'un peu plus bas, les skis m'amènent à ras le lac mais ça secoue bien !

D'un peu plus bas, les skis m'amènent à ras le lac mais ça secoue bien !

On ne s'en lasse pas

On ne s'en lasse pas

Dans l'autre sens ; l'itinéraire de descente encore enneigé un bon moment en acceptant deux micro-déchaussages

Dans l'autre sens ; l'itinéraire de descente encore enneigé un bon moment en acceptant deux micro-déchaussages

Fin de balade sous l'austère face nord-ouest du Ferrouillet

Fin de balade sous l'austère face nord-ouest du Ferrouillet

Midi. Je me fends d'un aller-retour à la maison pour changer le matériel et faire une (toute) petite sieste. Dix-sept heures. On enchaîne : direction le coup de Sabre pour une session grimpe avec Candice. Les temps sont durs. Sans doute un peu de manque se sommeil mais pas mal de conti aussi qui fait défaut. Les plats ne pardonnent pas. Pas de perf' ce soir mais on grimpe jusqu'à la nuit. 

Le temps de plier, rentrer, se doucher... On sent que la fin de l'année (scolaire) est proche. De trois heures du mat' à pas loin de minuit, ça fait une journée à pas loin du double tour de cadran.

C'est bien mais je ne ferais pas ça tous les jours.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #paysages, #escalade-alpi