Publié le 21 Février 2017

Rendez-vous au col du Coq pour un échange/Interview avec Igor sur le sujet dont on entend beaucoup parler ces derniers temps : comment concilier les pratiques hivernales et la protection de la faune.

N'hésitez pas à le contacter via la structure Semper-virens si vous avez besoin d'outils et d'aménagements pédagogiques pour la protection de l'environnement et la valorisation du territoire.

Etant sur place, il n'était pas possible de ne pas faire une Dent (de Crolles). Ma dixième de l'année (bien parti pour le challenge 52 dents en 2017 bien que ce ne soit pas du tout un objectif). Etant donné les conditions (nuit cachée donc peu de regel, température printanière), il n'y avait pas grand chose d'autre à faire dans le secteur.

Skiera-t-on la Dent en mars cette année ? Sur ce qu'il reste de neige en Chartreuse, probablement pas mais n'oublions pas que l'hiver n'est pas encore fini et que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Pas de fenêtre durant la montée

Pas de fenêtre durant la montée

Fenêtre au sommet
Fenêtre au sommet

Fenêtre au sommet

Fenêtre sur Belledonne de retour dans la vallée

Fenêtre sur Belledonne de retour dans la vallée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 20 Février 2017

Encore deux belles journées au soleil. La première le dimanche : seul en montagne dans un petit coin de Belledonne. A l'opposé de celle d'aujourd'hui en station où il y a un peu de monde. Pour la première, c'était de la belle wilderness comme prévu. Pas vu un seul bipède, les premières nivéoles avec une dizaine de jours de retard par rapport à l'an dernier (qui n'était pas une référence), la tengmalm qui m'accompagne par son chant en plein jour et un petit couloir fort sympathique avec une neige à l'opposée de la poudre qu'on vient chercher en hiver : un bain de printemps en somme. Rebelote aujourd'hui avec une neige bien revenue (mais pas trop) en début d'après-midi sur les pistes du Collet d'Allevard avec Stella et les copains Léo et Julia accompagnés par Nico.

Nivéoles
Nivéoles

Nivéoles

Un ciel printanier

Un ciel printanier

Une neige printanière

Une neige printanière

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 19 Février 2017

Mon ami Stan Laurent et sa fine équipe ont remonté récemment ce magnifique itinéraire du Dévoluy en bouclant classiquement par la voie normale. Je profite de cette période de repos de début de vacances (si si, ça m'arrive, j'en ai besoin et je profite de conditions moyennes en montagne pour préparer tranquillement le printemps) pour revenir sur cette ligne exceptionnelle (une des plus belles de toutes les Alpes sans aucun doute). Elle vaut le coup d'être parcourue à la montée par des skieurs-alpinistes moyens (mais un peu alpinistes quand même hein ?) avec redescente par la voie normale (4.1/E2/AD pour l'ensemble). Pour la skier, il faut être patient et guetter les conditions idéales.

A noter que pour un retour au parking dans le cadre de la boucle, une curieuse habitude fait remettre les peaux à l'immense majorité des prétendants pour franchir le pas de la Cloche. Au demeurant très beau et permettant d'arrondir le dénivelé si on n'en a pas assez, ce circuit reste facultatif car une étude attentive de la carte et/ou du terrain nous montre qu'il est possible de revenir par gravité sans remettre les peaux et sans sacrifier la qualité de ski en tirant main gauche après les pentes sommitales vers le vallon Girier.

Historique des descentes

- Le 25 mars 2006, l'infatigable collègue skieur matheysin Olivier Salésiani remonte les deux chourums et redescend en skiant le trou supérieur, évitant celui du bas par les larges vires de la rive gauche. C'est la première mention connue de descente de cette face.
- Le 25 février 2009 avec David Ronayette (salut l'ami si tu nous lis), nous avons skié les deux chourums, le plus spectaculaire étant l'inférieur mais avec un petit rappel de quinze mètres pour passer un bout de mixte dans le haut du trou supérieur. C'est la première mention de descente de la voie des chourums.
- Le 28 février 2009 les regrettés Nicolas Wirsching et Stéphane Brosse ont repris cette descente à vue en enchaînant la traversée du Dévoluy vers le nord et finissant par la face nord de l'Obiou !
- L'année suivante a vu les premiers passages en évitant le petit rappel.

Difficultés

- Il faut un bon remplissage des trous. Le cas contraire (comme cette année), moyennant quelques pas de mixtes un peu plus difficiles mais rien d'exceptionnel à condition d'avoir du matériel adapté, la voie reste intéressante à remonter avec descente par la voie normale. 
- A skis, le plus raide est le mur au-dessus du trou supérieur et le haut du trou inférieur (deux fois 50 m à 50 degrés). La neige reste bien poudreuse à l'intérieur, souvent transformée dans l'entrée du trou inférieur (qui regarde le sud) et dure sous le sommet (vent).
- L'exposition est maximale sous le sommet et importante tout le long. 5.2/E4

Photos pas terribles prises avec un Lumix de base (TZ5). J'y retournerai dans d'excellentes conditions avec un "vrai" appareil photo.

Chourum Olympique (inférieur) à la montée
Chourum Olympique (inférieur) à la montée

Chourum Olympique (inférieur) à la montée

Chourum supérieur, entrée
Chourum supérieur, entrée

Chourum supérieur, entrée

Chourum supérieur, sortie. Une cordée devant nous (partie seulement pour remonter ici et descendre la voie normale) que l'on va dépasser à la sortie du trou
Chourum supérieur, sortie. Une cordée devant nous (partie seulement pour remonter ici et descendre la voie normale) que l'on va dépasser à la sortie du trou
Chourum supérieur, sortie. Une cordée devant nous (partie seulement pour remonter ici et descendre la voie normale) que l'on va dépasser à la sortie du trou

Chourum supérieur, sortie. Une cordée devant nous (partie seulement pour remonter ici et descendre la voie normale) que l'on va dépasser à la sortie du trou

Pente raide à la sortie des arches

Pente raide à la sortie des arches

Même endroit, dans l'autre sens

Même endroit, dans l'autre sens

Entrée dans le chourum du haut

Entrée dans le chourum du haut

Anecdote. Le piton universel était en place mais par précaution, j'ai rajouté la lame supérieure. Lors du passage trois jours plus tard de Nico et Steph, l'universel a lâché !

Anecdote. Le piton universel était en place mais par précaution, j'ai rajouté la lame supérieure. Lors du passage trois jours plus tard de Nico et Steph, l'universel a lâché !

Grand ski dans le chourum supérieur, sous les yeux d'une autre cordée (l'itinéraire est devenue très classique à la montée depuis cette saison là) qui s'écarte pour éviter d'en prendre plein la figure

Grand ski dans le chourum supérieur, sous les yeux d'une autre cordée (l'itinéraire est devenue très classique à la montée depuis cette saison là) qui s'écarte pour éviter d'en prendre plein la figure

Plongée dans le gouffre béant
Plongée dans le gouffre béant

Plongée dans le gouffre béant

Entrée mort raide dans le chourum Olympique

Entrée mort raide dans le chourum Olympique

Neige parfaite dans l'Olympique
Neige parfaite dans l'Olympique
Neige parfaite dans l'Olympique

Neige parfaite dans l'Olympique

En rouge, la voie des chourums et en jaune, la variante Salésiani lors du premier passage à skis trois ans avant nous

En rouge, la voie des chourums et en jaune, la variante Salésiani lors du premier passage à skis trois ans avant nous

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Repost 0

Publié le 18 Février 2017

On peut dire que cette semaine aura été celle du plein air :
- Lundi : dent de Crolles du soir
- Mercredi : ski de piste au Collet avec les filles et les copains. Tout le domaine est ouvert ; les quantités de neige ne sont pas énormes mais pour le moment, on ne gratte pas les cailloux.
- jeudi : ski de fond au col de Porte avec ma classe puis dent de Crolles du soir pour bien finir la journée
- vendredi : ski de fond au col de Porte encore.
- samedi : re ski en famille/amis au Collet !!!
Et il reste le dimanche ;)

A défaut de grosses quantités de neige, ça skie (il en faudrait quand même encore pas mal pour assurer la saison de printemps). Sur la Dent, j'ai réalisé deux petites variantes cette semaine sur le pas de l'Oeille. Pas de quoi en faire un plat mais c'était histoire de trouver de la neige vierge alors que le pas lui-même devient presque une piste de ski. C'est aussi intéressant de voir à quel point les barres rocheuses se comblent même avec des enneigements médiocres par accumulation de neige sur les vires.

Sur l'image :
- rouge : pas de l'Oeille classique 4.1/E4
- jaune : rive droite 4.1/E4
- vert : Oeille rive gauche 4.1/E4
- Violet : directe 4.1/E4

- orange : voies de la Barrère 4.2/E4
- bleu foncé : voie des chamois 4.1/E4
- bleu clair : pilier sud 4.1/E4 (jamais fait pour ma part)
- noir : couloir à Boris 5.1/E4 (skié par Boris Dufour le 01/04/2013 avec enchaînement du couloir "Poussez pas derrière" qui n'est pas sur la photo)

Les variantes du pas de l'Oeille

Les variantes du pas de l'Oeille

Variante de la Barrère (cliquer sur les images)Variante de la Barrère (cliquer sur les images)Variante de la Barrère (cliquer sur les images)

Variante de la Barrère (cliquer sur les images)

Derniers feux
Derniers feux

Derniers feux

Une bonne semaine aussi sur les pistes
Une bonne semaine aussi sur les pistes
Une bonne semaine aussi sur les pistes

Une bonne semaine aussi sur les pistes

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 13 Février 2017

Partager la Dent avec quelqu'un qui n'y a jamais mis les pieds en hiver est un réel plaisir. On s'est raté avec François (pour le but de) la veille. Restant dans les parages aujourd'hui, je lui conseille d'aller faire un tour à l'Aup du Seuil de matin et de skier le rideau est des Lances de Malissard. Une belle façon de découvrir la Chartreuse hivernale sans prendre de risques inconsidérés côté nivologie.

Après sa face est du matin, nous (avec Steph) retrouvons François au parking pour la face ouest de l'après-midi et vous aurez compris laquelle.

Montée dans une neige humide un poil collante mais qui nous réservera du bon ski. Le pas de l'Oeille commence à être bien tracé mais le pourcentage des skieurs (et quelques piétons) qui dépassent le haut de la prairie reste extrêmement faible. François confirme (comment pourrait-il en être autrement) le caractère exposé mais ô combien photogénique du pas de l'Oeille.

Pas de vent au sommet. Sans l'approche de la nuit, on y serait peut-être resté davantage pour papoter.

Encore un bon moment de partage entre copains et toujours un plaisir de retrouver la gentillesse de François comme les discussions avec Steph non sans une certaines satisfaction de voir qu'on parle bien le même langage et partage les mêmes idées sur l'activité.

A ce sujet, je partage aussi avec mes lecteurs un premier retour de mon nouveau matériel light que je n'avais pas encore étrenné. Pour mémoire, l'idée était de le remplacer (Dynastar PDG 65 au patin + Plum 165) par du matériel plus "skiant" (donc avec au moins 80 au patin) sans prendre de poids de manière significative. Plus large au patin signifiant aussi des peaux plus lourdes, cela ne pouvait passer que par le choix d'un ski vraiment léger pour sa catégorie et également par un allègement de la fixation. Tout en restant dans un tarif raisonnable (hors de question de regarder les skis carbone à 800 ou 900 euros).

Le choix fut l'ensemble Blizzard zero G 85 en 164 cm avec des Pomoca Race et des fixations Gignoux Ultimate. Voic le premier retour après la première sortie sur le terrain (j'avais déjà essayé le ski mais avec un modèle en 171 prêté par Blizzard et Montagnes Magazine et montée en Plum Guide Rental).

- Poids montée : perte de 100g/pied sur l'ensemble ski/fix/peau/tendeur (1300 vs 1200 g). Cela reste très raisonnable au regard du poids du matériel du compétiteur moyen (ski = 750 ; fix = peau = 150). A noter que n'ayant pas encore limé mes skis pour fixer une attache peau élastique, j'ai utilisé deux tendeurs Pomoca pesant 70 grammes la paire. Je dois donc pouvoir grapiller une trentaine de gramme par pied.

- Pour avoir fait plusieurs sorties récentes avec mon matériel lourd (2100 g par pied) j'ai eu l'impression de "voler" à la montée

- On m'avait dit de me méfier d'éventuels déchaussages intempestifs de la fixation Ultimate à la montée. J'ai été vigilant. Tout s'est très bien passé.

- L'association de cet ensemble avec la Gignoux Black est excellent. Le chaussage est rapide ; le déchaussage demande un peu de force et d'habitude mais après quelques essais dans mon salon, cela va déjà beaucoup mieux et je ne perds pas de temps sur un système classique.

- Très bonne skiabilité à la descente comme je l'avais relevé au Pelvas. Steph avait ses Elan Himalaya et dans cette neige un poil lourde, nous faisions jeu égal.

Ciel du matin

Ciel du matin

Pas de l'Oeille, partie basse

Pas de l'Oeille, partie basse

Chamechaude tel un volcan

Chamechaude tel un volcan

Avant la traversée sur la vire

Avant la traversée sur la vire

Sous le sommet

Sous le sommet

Le matériel en question : Blizzard zéro G 85, Gignoux Ultimate, Pomoca Race, Gignoux Black. Au total (ski+fix+peau+chaussure) = 1900 g/pied

Le matériel en question : Blizzard zéro G 85, Gignoux Ultimate, Pomoca Race, Gignoux Black. Au total (ski+fix+peau+chaussure) = 1900 g/pied

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0