Publié le 22 Janvier 2022

Je n'y viens pas assez souvent. Ce n'est pourtant pas très loin et surtout, la route est tout sauf pénible. La Lauzière, c'est un peu comme Belledonne pour le ski mais avec moins d'itinéraires et moins d'itinéraires techniques et grandioses. Mais c'est en revanche un secteur mieux fourni en courses faciles, avec des dénivelés plus modestes, ce qui n'empêche pas de remettre les peaux pour pousser les journées jusqu'à plus soif. L'enneigement y est excellent et le vent un peu moins présent qu'en Belledonne. Les points de départs sont toujours très bien enneigés et globalement, la forêt est moins "filtrante". Bref, c'est un massif exceptionnel pour le ski de rando et je n'en suis jamais revenu déçu.

Ce sera encore le cas aujourd'hui avec une roche Bénite dans d'excellentes conditions et un petit bonus pour aller chercher des zones entièrement vierges. Du super ski pour les filles qui ont bien envoyé à la descente.

Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !
Magique Lauzière !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Lauzière, #ski-glisse

Repost0

Publié le 21 Janvier 2022

Partis pour une balade assez courte, nous nous laissons porter un peu plus haut que prévu pour espérer passer au-dessus des nuages qui montent au fur et à mesure... que nous montons. Bonne pioche qui nous offrira la pause au soleil et relativement douce pour cette journée la plus froide de la semaine en montagne, durant laquelle il ne fallait sûrement pas viser la neige transformée comme en première partie de semaine : trop bas, on restait dans le nuage et au-dessus, il ne faisait pas suffisamment chaud pour éviter également la neige dure.

Malgré la sur-fréquentation de ce coin comme beaucoup d'autres (mes amis du mercredi d'avant diront que nos randonnées sont plus tracées que les hors-pistes de l'Ubaye), une connaissance des lieux nous aura permis de trouver des zones vierges et de faire 1000 mètres de bon ski en évitant la "trafolle".

Trois remarques :
- Toujours et encore des traces de montée trop raides. Je pose une questions aux skieurs qui tracent (ou suivent les traces) : qu'est-ce qui est plus facile, moins fatiguant ? Faire du plat ou de la montée ? Bon donc puisque le plat est plus facile que monter il en découle que monter pas trop raide est plus facile que monter raide. CQFD. Evidemment, il faut trouver un juste milieu parce que si on est quasi à plat, on fait des kilomètres pour monter. Mais une fois de plus, j'ai dû tout retracer. Les skieurs d'aujourd'hui ont-ils perdu la notion de rapport efficacité/économie d'effort ?
- Le nouveau parking (trois nouveaux parkings en fait + possibilité de se mettre à certains endroits sur le côté s'ils étaient pleins) de la route de la Betta est une superbe idée : il évite que l'approche sur la route soit trop longue et permet de parquer un bon nombre de véhicules sans bazar. Un grand merci à la commune de Laval qui devrait achever les travaux après l'hiver. Attention quand même pour les randonneurs qui seraient tentés, les jours de grande affluence, de monter dans l'après-midi. C'est une option que je déconseille compte tenu d'une route parfois glacée et de la difficulté à croiser tous les véhicules qui descendent (ceux qui auront fini leur randonnée). J'ai déjà compté dans le coin plus de 300 véhicules un dimanche.
- L'enneigement est plutôt bon dans les vallons mais les abords des crêtes, y compris dans les couloirs, sont bien pelés. De manière générale, les couloirs sont très mal enneigés et les portions supérieures possiblement en neige glacée (pluie de Noël). Un accident a eu lieu cette semaine dans un couloir de Belledonne. Prudence dans ces zones, à éviter pour le moment.

Avant le brouillard
Avant le brouillard
Avant le brouillard
Avant le brouillard
Avant le brouillard

Avant le brouillard

Au-dessus
Au-dessus
Au-dessus
Au-dessus

Au-dessus

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0

Publié le 19 Janvier 2022

Ce matin, nous étions 3 à trottiner comme des lièvres sur la montagne, lièvres dont nous verrons une fois de plus les traces mais pas le bout de la queue. En revanche, les deux grands corbeaux taquins et guettant les restes d'un repas ainsi que le gypaète Simay venus se "promener" dans le secteur seront les 3 voiliers qui nous accompagneront dans les trois faces du jas des Lièvres.

Ce jour, un mélange de poudre tassée, poudre rapportée, poudre tout court mais surtout moquette comme au printemps, sans oublier quelques zones minoritaires croutées ou dures avec parfois un peu de relief. Un ensemble de ski tout à fait correct, plutôt bon même, pour moins de 2000 m de dénivelé. 

Est + sud + sud-ouest ! Ce sera le menu du jour avec les deux ubayens venus un an jour pour jour après une journée mémorable dans ce même massif. Il faut dire que l'enneigement des Alpes du sud est catastrophique cette année (et même à partir de pas si loin au sud de Grenoble) et l'anticyclone dont on en a tous ras le bol ne semble pas prêt à lâcher l'affaire !

A noter une variante poudreuse bien sympa pour finir, sauf sur une cinquantaine de mètres sangliers, indispensables pour valider Belledonne !

3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien
3 lièvres sinon rien

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0

Publié le 16 Janvier 2022

Une semaine après une chute de neige, où peut-on aujourd'hui trouver une trace à faire du parking au sommet ? Après cinq jours, c'était un miracle de pouvoir le faire dans notre très couru massif de Belledonne. Mais ce n'était le cas que parce qu'il y a 600 m de forêt non skiable (a priori, sauf quand on connait le passage secret). Deux jours plus tard, il était pourtant possible de trouver un secteur intégralement skiable sans la moindre trace : bienvenue dans le Valgaudemar.

On me dira que le fait d'en parler va modifier cette donne. Je n'en suis pas du tout certain sur ce coup-là car dans l'augmentation de la fréquentation en montagne, on retrouve beaucoup de nouveaux adeptes du "clés en mains" : courses renseignées sur le sites communautaires, lignes tracées, approches efficaces, dénivelés abordables... Tout ce que l'on ne trouve pas en Valgau.

Il aura d'abord fallu se farcir du plat (à l'aller puis au retour), puis une pente insuffisamment enneigée avec des cailloux à éviter soigneusement (bien que la dernière chute ait été plus du double de ce qui est tombé en Champsaur), le tout suivi d'une sentier inskiable serpentant dans les barres rocheuses (évitable à la descente par un ravin mais encombré de boules gelées d'avalanches...). De quoi rebuter tout ce petit monde. On a d'ailleurs failli capituler.

Le récompense sera au-dessus : un vallon absolument vierge entièrement en poudre. Même si le ratio n'est pas exceptionnel, le côté sauvage et cette portion excellente pour la glisse nous satisferont. 

Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret
Valgaudemar secret

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Ecrins, #ski-glisse

Repost0

Publié le 15 Janvier 2022

Des années que je n'avais pas skié dans le Champsaur. Cette vallée qui m'a vu l'explorer jusque dans les moindres recoins de 2000 à 2003 incluses me fait toujours un petit pincement au coeur lorsque j'y retourne.

Nous savions que cela manquait de neige cette année mais le bulletin nivo était encourageant, parlant d'enneigement correct en nord et légèrement déficitaire en sud. Fort heureusement, j'ai gardé un réseau de connaissances sur place et nous ne nous ferons pas piéger car l'enneigement dans le Champsaur est clairement très déficitaire cette année. On n'est jamais à l'abri d'un caillou et hors terrain découvert herbeux, c'est difficilement skiable sous 1300 m en nord. Les versants plein sud raides sont pelés jusqu'à 2300 m au moins. Un vrai désastre !

Bon, l'idée était de revoir des copains, changer de massif et se faire plaisir et en cela, le secteur ne nous aura pas déçus. La petite boucle réalisée (Piolit montée par l'arête de Bonnaparé puis descente est puis Fleurendon couloir sud-ouest avec retour par le rive droite de la Rouanne et les pistes de fond) eut l'air d'un véritable petit voyage. Quand les neiges ne sont pas exceptionnelles à skier, il reste ce moyen de "promener" en liant côté sportif, variété des paysages et esthétisme du tracé. Une sortie qui m'aura aussi un peu rendu nostalgique de ces années folles d'il y a vingt ans, insouciantes et durant lesquelles, la chance m'aura accompagné pour que je puisse en parler ainsi aujourd'hui.

Bon, et sinon, à plus petite dose cause démographie différente, l'augmentation de la fréquentation se voit ici aussi. Et ainsi que les traces de montée hyper raides. A la différence de l'Isère, c'est qu'il aura fallu attendre près d'une semaine après la chute pour qu'un skieur retrace toutes les portions concernées afin de rendre la montée plus efficace et moins fatigante, pour lui-même et pour les suivants s'ils daignent l'emprunter.

Piolit
Piolit
Piolit

Piolit

Fleurendon
Fleurendon
Fleurendon
Fleurendon
Fleurendon
Fleurendon

Fleurendon

Rouanne Haute
Rouanne Haute

Rouanne Haute

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Ecrins, #ski-glisse

Repost0