devoluy

Publié le 9 Mai 2021

Il fallait profiter de cette fenêtre météo clémente entre deux grosses périodes de perturbations. Deuxième jour de ce circuit et le sentier de ronde envisagé pour revenir est délicat : pas mal de traversées de couloirs raides entre 1700 et 1800 avec quelques mètres encore enneigés où la glissade est absolument interdite. Et j'ai fait l'impasse sur la corde. Du coup, on passera par le pic de Gleize qui, bien que plus haut, est quasi entièrement déneigé. Seul un passage oblige à mettre les pieds dans la neige pile à l'endroit où il faut rejoindre l'attaque du (seul) passage délicat. Evidemment, sinon, ce ne serait pas drôle. On s'en sortira en passant un peu à gauche par un pas de 3 (quatre mètres de haut, peu exposé). La suite (sentier "classique") est très facile mais vraiment très exposé. A noter que des spits sont en place pour assurer le passage si besoin, notamment si on est à la descente. La suite est évidente : pic puis col de Gleize. Retour en tentant le pointillé non balisé du vallon du col de de Gleize : splendide et sauvage jusqu'à la Rivière ! Une belle ambiance de temps couvert comme je l'aime, sans vent alors que paraît-il, plus au nord (Matheysine), il y avait des trouées de ciel bleu mais un vent à décorner les boeufs. On ne pouvait guère rêver mieux comme fenêtre pour ce week-end.

Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.
Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.

Montée au pic de Gleize. Les anémones sont de sortie.

Et la suite en descente jusqu'à Rabou : vraiment une boucle somptueuse.
Et la suite en descente jusqu'à Rabou : vraiment une boucle somptueuse.
Et la suite en descente jusqu'à Rabou : vraiment une boucle somptueuse.
Et la suite en descente jusqu'à Rabou : vraiment une boucle somptueuse.

Et la suite en descente jusqu'à Rabou : vraiment une boucle somptueuse.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Dévoluy, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 8 Mai 2021

24 km avec les filles sur cette splendide boucle au départ de Rabou. Un bivouac et deux demi-journées de marche plus tard, une impression de bout du monde au coeur des Hautes-Alpes.

A noter les paysages variés, les passages à gué sur le Petit Buëch, les passerelles ayant été enlevées, un passage du sentier de Chaudun éboulé (bien délicat avec les enfants) et le sentier de ronde présentant encore quelques couloirs très raides enneigés nous ayant fait préférer la traversée du pic de Gleize malgré le passage expo (mais sec) du versant nord.

Malgré ces petites surprises, nous avons littéralement adoré ce petit week-end, avec pas mal d'animaux observés.

J'en profite pour faire quelques retours matériel :
- Tente Nemo Dragonfly 3P : 1500 g, deux entrées latérales avec abside pour mettre le matériel, intérieur spacieux à trois, montage fort rapide (auto-portante, code couleurs sur les arceaux et attaches => ultra facile pour les nuls). Bien appréciée.
- Sac de couchage Kayu Women's 30 (350 g de duvet d'oie 800 CUIN ; 865 g ; +1°C confort). RAS. Emie l'a trouvé très confortable et n'a pas eu froid (bon la température n'est pas descendue sous les 5°C). Pour l'avoir essayé, j'ai apprécié son "toucher" intérieur. A voir l'efficacité (et donc l'intérêt) des deux aérations originales sur l'avant en cas de forte chaleur.
- Matelas Nemo Tensor insulated. 420 g avec le sac "vortex" de gonflage hyper pratique. Fini les gonflages à la bouche qui essouflent, font tourner la tête ou font pénétrer de l'eau à l'intérieur des matelas. A ce propos, j'ai deux anciens matelas qui contiennent désormais de la moisissure à l'intérieur, sans que ce soit gênant pour le moment (pas d'odeur). Mais cela remet en question les gonflages à la bouche. Stella ayant eu froid dans la nuit avec son matelas classique, je lui ai proposé l'échange en ajoutant une petite couche de vêtement. Elle a pu dormir sans souci. Le petit vêtement a-t-il suffit ou le matelas a-t-il aussi joué son rôle ?
- Trek N Eat (lyophilisé). Nous avons testé les pâtes au pesto de saumon (160 g) et les pâtes à la crème, au poulet et aux épinards (150g). Emie et moi avons trouvé que ça n'avait pas suffisamment le goût du saumon (poisson que nous aimons bien). Stella ne partage pas cet avis. Idem désaccord sur l'autre plat. Emie et moi avons bien aimé (on sentait bien le goût des épinards) alors que Stella était plus réservée. Stella note avec raison qu'on avait mis trop d'eau. Pourtant, il me semble avoir mis un tout petit peu moins que ce qui était recommandé.
- Coup de coeur encore et toujours (oui je sais déjà dit à moult reprises ici et ailleurs) : les gourdes filtrantes Katadyn Be Free. Du coup, maintenant, chacun a la sienne. Le seul bémol vient du filtre qui semble s'encrasser plus vite que prévu. J'ai en partie résolu le problème en le laissant tremper dans de l'eau chaude : mon tout premier (trois ans d'utilisation intensive), commençait à perdre nettement son débit. Il demeure toutefois moins performant qu'un neuf. On m'a conseillé d'essayer de le laisser tremper dans de l'eau avec une pastille de Micropur. Ce sera le prochain essai.

Allez, les photos parleront d'elles-mêmes !

Première partie : splendide sentier des Bans
Première partie : splendide sentier des Bans
Première partie : splendide sentier des Bans

Première partie : splendide sentier des Bans

Entrée du lit du Petit Buëch : verdure et hêtraie
Entrée du lit du Petit Buëch : verdure et hêtraie
Entrée du lit du Petit Buëch : verdure et hêtraie
Entrée du lit du Petit Buëch : verdure et hêtraie

Entrée du lit du Petit Buëch : verdure et hêtraie

Gorges du Petit Buëch et bois du Chapitre : splendide malgré quelques passages délicats
Gorges du Petit Buëch et bois du Chapitre : splendide malgré quelques passages délicats
Gorges du Petit Buëch et bois du Chapitre : splendide malgré quelques passages délicats
Gorges du Petit Buëch et bois du Chapitre : splendide malgré quelques passages délicats

Gorges du Petit Buëch et bois du Chapitre : splendide malgré quelques passages délicats

Chaudun : havre de paix
Chaudun : havre de paix
Chaudun : havre de paix

Chaudun : havre de paix

En route pour l'alpage
En route pour l'alpage

En route pour l'alpage

Installation.
Installation.
Installation.
Installation.

Installation.

Observations
Observations
Observations

Observations

Soirée
Soirée
Soirée
Soirée

Soirée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Dévoluy, #animaux, #randonnée sportive, #ultralight, #matériel

Repost0

Publié le 30 Mai 2020

Un demi-créneau, un petit risque d'orage, un petit orteil très provisoirement abîmé... Il n'en faut pas davantage pour trouver un objectif adapté pas trop difficile. Va pour la belle falaise du Pierroux en Dévoluy, au-dessus des Hauts Gicons. J'adore ce site de par la qualité du rocher, de l'escalade et du décor. Le tout associé à un accès et un retour rapides. J'avais déjà fait la fameuse "dent perdue", magnifique et homogène dans le 6b/6c(+) puis une voie que l'on peut qualifier de mix "Abert/Devantay/Mussato", très belle également mais plus difficile et plus hétérogène. Aujourd'hui, ce sera globalement plus facile (6b assez homogène) sauf la longueur clé en 7b annoncée 6c+ obligatoire (voire 7a par certains...) ce qui serait une erreur d'équipement compte tenu du niveau de tout le reste. "On" parle même d'emporter en joker un crochet à gouttes d'eau. C'est donc Ju' qui s'y colle, vu que c'est bien dans son niveau et le voilà qui enchaîne la longueur à vue. Bravo ! Pour ma part, l'option sans sac (nous avions pris le parti de hisser, ce qui est moyennement pratique dans cette voie mais pas si pire non plus) me permet de n'avoir aucune excuse. Après un départ déjà très laborieux qui doit coter 7a, je suis incapable de tenir les prises (très "à doigts") du passage en traversée à gauche vers le bac salvateur permettant de clipper le 4è point. Merci donc à la dégaine. A partir de là, il me faut encore une pause pour sortir au relais la seconde partie (qui doit aussi valoir son 7a). En résumé, une longueur splendide soutenue. Le reste se déroule sur du beau 6b à silex et un dernier passage en 6c sur le haut, promenade de santé au regard du crux. Pour en revenir à cette histoire d'obligation, je confirme l'appréciation du topo Cambon qui annonce, a contrario des autres, la valeur de 6b+ (6c éventuellement). Sauf peut-être pour un petit.

Une très belle voie malgré un petit goût de "pas assez" et un excellent caillou. Ce qui répond à l'interrogation du nom de la voie "y a-t-il des vers dans le reilip ?" (reilip = pilier en verlan). Merci aux ouvreurs (Blache / Leydon) mais quand même une petite question : qu'est-ce que c'est que ce nom de voie ??

L2. Pas très photogénique mais fort agréable

L2. Pas très photogénique mais fort agréable

Crux (L3)
Crux (L3)
Crux (L3)

Crux (L3)

L5

L5

L7

L7

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Dévoluy

Repost0