Articles avec #tetras-lyre tag

Publié le 27 Septembre 2020

Transition brutale. 50 cm de neige à 2000 m en moyenne sur Belledonne. Toujours un grand moment attendu cette première neige mais si là, c'est vraiment tôt. Comme prévu elle est donc arrivée. Il faut remonter à septembre 2007 pour trouver une telle quantité en moyenne montagne. C'est donc un événement peu fréquent de par son ampleur. Généralement, en septembre, la neige s'abaisse rarement en-dessous de 2000 m, souvent par le petit coup de froid de fin d'épisode qui vient saupoudrer la forêt. Cette fois-ci, le décalage a eu lieu 800 m plus bas !!!

Une neige qui contrarie un peu mes projets mais c'est aussi ce qu'on aime dans nos activités. Devoir sans cesse s'adapter aux conditions. Deux sorties pour aller voir tout ça ; le samedi skis aux pieds avec un départ un peu élevé. Ca passait remarquablement bien, sans toucher. Les premiers coups de ski habituels de décembre ne sont pas toujours aussi bons ! Le dimanche, rebelote mais à pied en partant de plus bas et j'ai bien brassé sur la partie haute.

Un coup de neige qui n'aide pas au démarrage du brame du cerf ; mais avec le recul, septembre demeure en demi-teinte sur mon massif préféré avec, hormis deux ou trois journées ponctuelles, une activité réduite. Ce n'est qu'en octobre que le brame bat son plein et ce, jusqu'en fin de mois. De très belles rencontres d'autre part : trois chevêchettes en deux jours (c'est la meilleure période pour celle-ci - c'est le moment de la rechercher) ; des groupements de tétras-lyres dans les bouleaux, des champignons dans la forêt en-dessous de la limite de la neige (et probablement sous la neige). Bref, des images d'automne et d'hiver plein la tête !

Ambiances
Ambiances
Ambiances
Ambiances
Ambiances

Ambiances

Chevêchettes
Chevêchettes
Chevêchettes
Chevêchettes
Chevêchettes
Chevêchettes
Chevêchettes

Chevêchettes

Champignons encore
Champignons encore

Champignons encore

Tétras-lyres

Tétras-lyres

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #chevechette, #tétras-lyre, #ski-glisse, #récoltes

Repost0

Publié le 19 Mai 2020

Habitué des affûts au tétras-lyre, je ne me lasse pas de la petite sortie annuelle pour aller observer de près les pariades de ces animaux passionnants. La formule est assez simple ; le plus exigeant consistant à trouver une place intéressante. A cette époque de l'année, le jour se lève tôt ; les coqs aussi. Du coup, je choisis la montée la veille. Préparation rapide du matériel au retour de la grimpe. Ne rien oublier... Départ de la maison après le dîner. Tente montée à la tombée de la nuit. Pile-poil. Le lendemain matin, les oiseaux sont au rendez-vous dès 4h45. Il fait encore nuit pour voir quelque chose. On profite de l'oreille, qui décèle en même temps la hulotte, la Tengmalm, la bécasse des bois, le rouge-queue à front blanc...

Check liste affût coq :
- tente affût
- matelas gonflable (qui sera ensuite roulé et gonflé dans le sac à dos vidé pour faire office de siège)
- sac de couchage trois saisons
- trépied
- boitier
- téléobjectif
- jumelles
- micro doudoune (le sac de couchage fera office de grosse doudoune)
- bonnet
- eau
- petit truc à grignoter

La magie du matériel numérique ; et encore, on peut gratter un diaph' avec les meilleurs boitiers actuels et un autre avec un objectif ouvrant à f/2,8 !!! Image à 12800 ISO, 1/50 s, f/4

La magie du matériel numérique ; et encore, on peut gratter un diaph' avec les meilleurs boitiers actuels et un autre avec un objectif ouvrant à f/2,8 !!! Image à 12800 ISO, 1/50 s, f/4

Peut-être ma préférée du jour malgré les gros plans qui vont suivre

Peut-être ma préférée du jour malgré les gros plans qui vont suivre

Sympathique proximité chamois/tétras

Sympathique proximité chamois/tétras

Ambiance... Dommage que le second coq de cette petite place soit resté toujours derrière un bosquet.
Ambiance... Dommage que le second coq de cette petite place soit resté toujours derrière un bosquet.

Ambiance... Dommage que le second coq de cette petite place soit resté toujours derrière un bosquet.

Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.
Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.
Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.
Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.
Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.
Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.

Gros plans du jour. Tout au 300 f/4 plein format.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #tétras-lyre

Repost0

Publié le 2 Mai 2019

Je n'aime pas trop lancer des pavés dans la mare à répétition mais l'actualité me l'impose. Vivement le retour du vrai printemps qu'on passe plus de temps à raconter de belles rencontres et de belles sorties ! En attendant, je suis monté sur mon habituelle place de tétras pour un premier affût. Il y a deux ans, j'avais écrit un mode d'emploi à l'attention des personnes intéressées par l'observation et/ou la photographie du tétras-lyre. Lors de ce premier affût 2019, aucun coq n'est venu devant la tente. Les trois oiseaux observés sont restés à distance dans les arbres, peu actifs et mobiles. Une première pour moi. Certes, un randonneur est passé à 5h15, au moment où ils devaient être en train d'arriver ce qui a dû les retarder. Mais quand même. Je me suis interrogé. Serait-ce uniquement dû à la diminution de la population (voir ici, cette année, pour le moment, je note 3 coqs seulement) ? J'ai fini par avoir un élément de réponse en fin de séance d'affût. Voici donc le "tétras-lyre, mode d'emploi", autre méthode, mise en place ce matin par deux chasseurs en mission de comptage...

- Montez sur les places de chant en pleine période de pariades au lever du jour, si possible à deux.

- Répartissez-vous la tache, chacun restant sur une même direction mais en formation de battue histoire de bien compter selon la fuite des oiseaux.

- Comptez les oiseaux à vue, sans affût, sur les places de chant puis une fois qu'ils s'envolent.

Voici donc que, sous prétexte de dénombrer les populations, on s'octroie, certes, sur une seule journée, le droit de déranger la reproduction. Sauf que le lendemain, ce sera un randonneur. Puis le surlendemain la pluie et le vent. Sauf qu'entre la météo que l'on ne peut régenter, un touriste non-informé et un dérangement volontaire (alors qu'on pourrait faire autrement, certes, avec davantage de moyens), il y a une limite qui me fait bondir.

Au-delà de cette technique, j'ai été stupéfait d'apprendre que huit coqs avaient été abattus dans le secteur sur les neufs bracelets autorisés à la saison de chasse dernière. Contrairement à ce que m'avait dit un chasseur en qui j'avais confiance et qui me paraissait être un connaisseur des lieux et des pratiques, il y a donc des prélèvements, et significatifs en plus. Pour une espèce en grand danger. (Je précise que ces prélèvements sont autorisés et donc légaux).

Le loup, le tétras et tant d'autres, que ce soit par une chasse en décalage avec la réalité (d'autant plus pour le tétras dont personne ne se plaint des éventuelles nuisances), la fréquentation humaine de la montagne en toutes saisons, l'exploitation de la forêt, des alpages, l'artificialisation progressive des biotopes naturels, la pollution et j'en passe, sont aujourd'hui le symbole d'une biodiversité dont nous ne prenons pas suffisamment soin malgré les cris d'alarme de la planète.

Le tétras-lyre perché dans les arbres, assez loin de l'affût habituel

Le tétras-lyre perché dans les arbres, assez loin de l'affût habituel

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre, #Belledonne

Repost0

Publié le 4 Novembre 2018

Voici une présentation de cette année passée à essayer de rencontrer le loup dans nos montagnes. Il y a encore beaucoup à apprendre, tant sur notre nature que sur la maîtrise des techniques de prises de vues et de montage mais je confesse éprouver une certaine satisfaction à partager ces images aujourd'hui.

J'espère que vous prendrez autant de plaisir à les regarder que je n'en ai pris à les faire et à les exploiter.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #brame du cerf, #tétras-lyre, #loup

Repost0

Publié le 16 Mai 2018

C'est assez impressionnant la rapidité de la fonte des neiges. Je me répète mais si on m'avait dit qu'on en serait là alors qu'on cumulait à onze mètres de neige à l'Aigleton début avril, je n'y aurai pas cru. Si bien que j'ai dû modifier mes plans sur cette place. La neige ayant fondu totalement à ma grande surprise, je n'ai pas pu tailler une terrasse dans la pente pour y mettre ma tente affût à plat. Du coup, changement de programme au dernier moment et essai d'un nouveau point de vue. Et au final, une bonne surprise avec des images sympathiques à contre-jour qui collent à ma volonté de varier un peu les plans et les cadrages.

Je ne peux pas m'empêcher de faire quelques commentaires sur cet oiseau un peu emblématique. Les populations décroissent de manière inexorable. Sur cette place, un constat, indiscutable :

2013 : 9 coqs
2014 : 7 coqs
2015 : 7 coqs
2016 : 6 coqs
2017 : 6 coqs
2018 : 5 coqs

De même que tous les gallinacés de montagne, le tétras-lyre est à protéger de toute urgence. Des initiatives telles biodiv'sports sont encourageantes mais ce n'est pas assez. Ces oiseaux sont victimes d'une pression de plus en plus importante de l'homme, à commencer par la confiscation croissante de son domaine vital. Le dérangement est aussi une facteur important. Par ces images, j'espère faire prendre conscience du rôle que nous avons à jouer pour sa préservation. D'avril à début juin, si nous les entendons avant 8h du matin, nous sommes très probablement à proximité d'une place de chant. Ne l'approchons pas et modifions notre itinéraire à cet endroit.

Une autre mesure très simple à mette en place est l'arrêt de la chasse. Soyons clair d'entrée de jeu : la chasse n'est pas responsable de cette régression et reste un facteur limité à côté de ceux cités. D'autant que la poule est protégée depuis fort longtemps. Mais avec les effectifs actuels, si nous pouvons sauver deux à trois coqs par massif, ce sera toujours ça de pris et j'avoue ne pas comprendre, étant donnés les faibles prélèvements, l'intérêt de les poursuivre.

En lisant le dernier arrêté concernant la prochaine saison de chasse en Isère, on sera surpris de lire :
- Que la bartavelle, le tétras-lyre, le lagopède et la gélinotte sont chassables
- Que le tétras l'est y compris dans la réserve naturelle des Hauts Plateaux du Vercors, secteur où normalement toute chasse est interdite comme le veut le statut de réserve naturelle
- Que le tir du lagopède est interdit en Chartreuse (ça nous fait une belle jambe ; il n'y a pas de lagopèdes en Chartreuse)
- Que le lièvre variable subit le même sort. Vous en voyez souvent vous du lièvre variable ?

Une de mes photos préférées de la matinée

Une de mes photos préférées de la matinée

Essais en vol (cliquez sur les images pour les agrandir). Beaucoup de déchets...Essais en vol (cliquez sur les images pour les agrandir). Beaucoup de déchets...
Essais en vol (cliquez sur les images pour les agrandir). Beaucoup de déchets...Essais en vol (cliquez sur les images pour les agrandir). Beaucoup de déchets...

Essais en vol (cliquez sur les images pour les agrandir). Beaucoup de déchets...

Images à ras du sol
Images à ras du sol

Images à ras du sol

Deux coqs lors d'un petit affrontement

Deux coqs lors d'un petit affrontement

Une belle lumière ce matin
Une belle lumière ce matin
Une belle lumière ce matin

Une belle lumière ce matin

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost0