Articles avec #tetras-lyre tag

Publié le 14 Mai 2017

Peut-être le dernier affût aux tétras car je ne pourrai pas remonter avant la première décade de juin. N'ayant pas goût à aller skier, sans doute en raison des événements de ces derniers jours, je profite de la sortie de la veille pour affiner ma connaissance de ce secteur. J'étais parti pour faire plutôt du foncier mais je laisse cela pour la sortie du lundi soir : les jours sont longs et j'aurai largement de quoi faire du dénivelé.

Retour donc sur ce site de tétras-lyres où je n'étais pas très bien placé la veille. Les repérages (c'est la troisième fois que je viens ici) m'ont montré deux autres endroits favorables. Je vais donc tester l'un des deux.

Arrivé sur place à 4h. Deux réveils en pleine nuit de suite, ça commence à piquer. Ca chante déjà mais ils semblent dans les arbres et éparpillés. Il faut vite monter la tente et s'installer. Tout comme la veille, c'est grâce au GPS, après avoir pointé les emplacements de jour, que je retrouve l'endroit facilement. Sans ces outils, c'eut été plus compliqué.

Trois coqs arriveront sur la place à 4h45 et resteront jusqu'à 7h30 avant de partir subitement. Deux d'entre eux ne bougent pas beaucoup et restent à quarante mètres l'un de l'autre. Le troisième fait la girouette de l'un à l'autre et provoque quelques rixes. Ce n'est pas l'animation de la place en Belledonne que je suis depuis 2013 mais c'est fort sympa et le biotope est vraiment classe.

Je poursuis dans la matinée en me baladant dans le secteur : grâce à mon package ultra light (tout le matos photo dont le trépied, tente affût... bref, tout le sac à dos à 9kg200), je peux naviguer sans trop de souci.

Une matinée de véritable quiétude puisque je ne croiserai pas âme qui vive et n'entendrai aucun bruit de la civilisation (mis à part les avions), chose de plus en plus rare. Et beaucoup de belles rencontres/écoutes : chamois, chevreuil, renards, blaireau, chouette hulotte, chouettes de Tengmalm, marmottes, bécasse des bois...).

5h20. Mon oeil distingue à peine les coqs. Le 6D réussit à faire la mise au point grâce au contraste. Photo complètement sous exposée histoire de ne pas dépasser les 25600 ISO et avoir une vitesse suffisante pour espérer une image à peu près nette au 70 mm (1/6è sec). Retouche LR pour un résultat au bruit dépassant l'acceptable mais j'aime bien l'ambiance qu'elle donne, avec les ombres dues au clair de lune gibbeuse.

5h20. Mon oeil distingue à peine les coqs. Le 6D réussit à faire la mise au point grâce au contraste. Photo complètement sous exposée histoire de ne pas dépasser les 25600 ISO et avoir une vitesse suffisante pour espérer une image à peu près nette au 70 mm (1/6è sec). Retouche LR pour un résultat au bruit dépassant l'acceptable mais j'aime bien l'ambiance qu'elle donne, avec les ombres dues au clair de lune gibbeuse.

Toujours bien bruité en raison d'une sous-exposition. Je suis passé à 12800 ISO pour diminuer le bruit mais en sous-exposant pour avoir une vitesse correcte, il faut ensuite rattraper les ombres ce qui met en valeur le bruit. Du coup, j'ai des doutes sur le choix ISO effectué.

Toujours bien bruité en raison d'une sous-exposition. Je suis passé à 12800 ISO pour diminuer le bruit mais en sous-exposant pour avoir une vitesse correcte, il faut ensuite rattraper les ombres ce qui met en valeur le bruit. Du coup, j'ai des doutes sur le choix ISO effectué.

Ce coq est venu juste devant ma tente. Après s'être à nouveau un peu éloigné, une première image assez propre au 200 mm (seulement) et 8000 ISO. Ca a du bon le plein format.

Ce coq est venu juste devant ma tente. Après s'être à nouveau un peu éloigné, une première image assez propre au 200 mm (seulement) et 8000 ISO. Ca a du bon le plein format.

Ambiance

Ambiance

Le coq de droite

Le coq de droite

Celui qui fait la girouette

Celui qui fait la girouette

Le coq de gauche et la girouette

Le coq de gauche et la girouette

Petite image verticale sympathique avec ce beau pin en arrière plan

Petite image verticale sympathique avec ce beau pin en arrière plan

Droite et girouette durant une explication

Droite et girouette durant une explication

Dans la forêt lointaine...

Dans la forêt lointaine...

Tchou-issschhh !

Tchou-issschhh !

Arrivée du soleil... et déclin des chants

Arrivée du soleil... et déclin des chants

J'aurais dû fermer davantage le diaph pour que le second coq soit moins flou

J'aurais dû fermer davantage le diaph pour que le second coq soit moins flou

La girouette durant son dernier passage

La girouette durant son dernier passage

Pin à crochet

Pin à crochet

Un premier chamois passe
Un premier chamois passe

Un premier chamois passe

Une petite harde suit
Une petite harde suit

Une petite harde suit

Une belle chèvre
Une belle chèvre

Une belle chèvre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre, #animaux

Repost 0

Publié le 13 Mai 2017

On ne peut pas réussir à tous les coups. La technique expliquée ici reste la bonne mais ne marche pas forcément dès le premier repérage. La précédente sortie avait vu un coq venir jusqu'à cinq mètres de la tente. Ce fut encore le cas (exactement au même endroit) aujourd'hui (le même coq, reconnaissable à une marque près du bec) mais cette fois, l'arrivée plus tardive de cinq oiseaux avec combats n'aura pas lieu.

Il semblerait que sur ce secteur, les tétras soient assez éparpillés et bougent pas mal. Selon l'emplacement des poules aussi. Il me reste beaucoup à apprendre sur cet oiseau.

Quelques images de cet affût sympathique partagé avec Thomas et du seul coq venu nous rendre visite à portée de téléobjectif (images au 70-200).

Tétras 2017 (V)
Tétras 2017 (V)
Tétras 2017 (V)
Tétras 2017 (V)
Branché

Branché

Un congénère s'approche... mais n'ira pas plus près

Un congénère s'approche... mais n'ira pas plus près

Le biotope du tétras ici. Une vaste forêt clairsemée de pins à crochets où de sérieux repérages seront nécessaires pour trouver le meilleur emplacement (si toutefois il y en a un)

Le biotope du tétras ici. Une vaste forêt clairsemée de pins à crochets où de sérieux repérages seront nécessaires pour trouver le meilleur emplacement (si toutefois il y en a un)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost 0

Publié le 29 Avril 2017

Je devais aller skier. Mais entre la nivologie délicate pour une grande course dans les hauts massifs, la non-envie de refaire une balade tranquille dans "mon jardin" et l'opportunité de compléter ma collection d'images de tétras-lyres avec des ambiances hivernales...

Me voici donc pour la première fois cette saison à monter sur mon spot habituel skis aux pieds. Il fait déjà -5°C au parking à 4h du matin et il fera jusqu'à -8°C sur place. Heureusement, j'avais pris la tenue vestimentaire adaptée.

Les oiseaux sont arrivés plus tard que prévus (5h45) et sont repartis assez vite (7h45). Peu d'activité sur la place ; trois ou quatre combats au total. Les chants durent quelques minutes et sont interrompus par des périodes de repos. Le froid y est sans doute pour quelque chose. En revanche, une très belle ambiance hivernale et des images qui sortent un peu de l'ordinaire. Et au final, je redescends satisfait de ce quatrième affût de la saison en un mois.

Les camaïeux
Les camaïeux

Les camaïeux

Les roses
Les roses

Les roses

Les orange
Les orange
Les orange
Les orange
Les orange

Les orange

Parenthèse hivernale

Parenthèse hivernale

Le lièvre s'est invité sur la place avant mon arrivée

Le lièvre s'est invité sur la place avant mon arrivée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost 0

Publié le 22 Avril 2017

On me demande souvent des informations sur les conditions de prise de vues, notamment en animalier ; parfois, "on" pousse le bouchon un peu plus loin en essayant d'avoir des précisions sur les spots. Je l'ai déjà dit sur ce blog : c'est avec plaisir que j'échange autour de nos passions communes. Si je peux aider à ce que chacun s'émerveille, j'aurai en partie réussi mon partage. En revanche, sauf pour quelques espèces peu sensibles, c'est niet pour les coins. C'est un peu comme les coins à champignons. Les raisons sont multiples :
- Egoïsme. Quelle que soit l'activité, un de mes grands plaisirs est de me retrouver au calme loin des foules, comme beaucoup d'entre nous.
- Protection. Exposer au grand public des espèces sensibles au dérangement leur serait préjudiciable.
- Self made man. C'est quand même autrement plus gratifiant de réussir quelque chose par soi-même que si ça tombe tout cru.

Revenons donc sur la partie partage. Observer à proximité et photographier le tétras-lyre est un des sujets spectaculaires de nos Alpes les plus faciles à mettre en place. Pour cela, il faut suivre un cheminement cadré en cinq étapes. Ce procédé reste relativement peu contraignant pour qui voudrait se lancer dans l'aventure.

1- Se documenter sur l'espèce. Pour moi, c'était Eric Dragesco et ses travaux sur la faune des Alpes. De nos jours, les publications se sont multipliées. On en apprend sur la biologie de l'oiseau, ses moeurs, son biotope.

2- Se rendre un matin de nuit sur un lieu où on en a déjà entendu chanter au printemps (ce qui suppose donc d'avoir déjà parcouru le secteur ; à défaut, se rendre sur un coin supposé favorable au regard de ce qu'on aura appris en 1) et localiser à distance la place de chant. Surtout ne pas s'approcher. Observer aux jumelles si possible.

3- Retourner sur ce site en pleine journée (lorsque les coqs sont absents) et essayer de localiser la place : traces de piétinement si neige fraîche, crottes et surtout plumes témoins des bagarres entre coqs. Imaginer alors l'emplacement de l'affût, pas trop près dans un premier temps.

4- Monter un soir (au début, c'est mieux pour retrouver le spot ; quand on maîtrisera le coin, on pourra monter le matin de nuit) et installer son affût. Etre prêt à l'intérieur de l'affût avant l'arrivée des coqs. C'est impératif.

5- Quitter les lieux après le départ des coqs.

Ainsi, on profitera de ce magnifique spectacle sans impact sur la nature. 

Après avoir entendu plusieurs coqs sur ce secteur lors d'une montée nocturne, j'y suis retourné un matin pour localiser la place à distance (donc) puis ai trouvé deux lieux de combats (plumes). Me voilà donc pour une première sortie ici. Je monte le soir pour être sûr de retrouver l'emplacement facilement (même si je l'avais géolocalisé) et installe la tente. Le coucher de soleil est splendide, suivi d'un concert de chouettes hulotte et de Tengmalm.

Pelle indispensable pour faire sa terrasse sur la neige.

Pelle indispensable pour faire sa terrasse sur la neige.

Intérieur de la tente. J'ai pris le gros duvet (-8°C confort) car la température est bien froide pour la saison (il fera -5°C dans la nuit). Le tapis de sol sera roulé puis gonflé dans le sac à dos pour remplacer le tabouret. Et avec le gros duvet, je fais l'impasse sur la veste... en duvet : je resterai assis dans le sac de couchage pour faire les images. Je ne suis donc pas tant chargé : tout le matériel rentre dans un sac de 40 litres. A la matinée (donc sans le sac de couchage, avec un demi-litre d'eau au lieu de un litre et juste quelques vivres), tout rentre dans un sac de 30 litres (la tente étant dehors en travers) !

Intérieur de la tente. J'ai pris le gros duvet (-8°C confort) car la température est bien froide pour la saison (il fera -5°C dans la nuit). Le tapis de sol sera roulé puis gonflé dans le sac à dos pour remplacer le tabouret. Et avec le gros duvet, je fais l'impasse sur la veste... en duvet : je resterai assis dans le sac de couchage pour faire les images. Je ne suis donc pas tant chargé : tout le matériel rentre dans un sac de 40 litres. A la matinée (donc sans le sac de couchage, avec un demi-litre d'eau au lieu de un litre et juste quelques vivres), tout rentre dans un sac de 30 litres (la tente étant dehors en travers) !

Extérieur

Extérieur

Le soir, un coq s'est approché et chante dans un arbre

Le soir, un coq s'est approché et chante dans un arbre

Coucher de soleil exceptionnel

Coucher de soleil exceptionnel

Après m'être endormi vers 22h, je suis réveillé vers 1h. J'en profite pour faire quelques images nocturnes

Après m'être endormi vers 22h, je suis réveillé vers 1h. J'en profite pour faire quelques images nocturnes

Dans le début des chants, un coq vient se poser à cinq mètres de la tente. Il y restera une heure !!! 300 mm plein format sans recadrage ! Le convertisseur 1,4x restera dans son étui toute la matinée. Noter la gestion du bruit à 4000 ISO

Dans le début des chants, un coq vient se poser à cinq mètres de la tente. Il y restera une heure !!! 300 mm plein format sans recadrage ! Le convertisseur 1,4x restera dans son étui toute la matinée. Noter la gestion du bruit à 4000 ISO

Il recule de deux mètres, me permettant de faire une image verticale. La prochaine fois, je serai encore plus léger en ne prenant que le 70-200 !!

Il recule de deux mètres, me permettant de faire une image verticale. La prochaine fois, je serai encore plus léger en ne prenant que le 70-200 !!

Après être parti, le coq revient sous un autre fond. Il est suivi par quatre autres oiseaux !

Après être parti, le coq revient sous un autre fond. Il est suivi par quatre autres oiseaux !

Deux prêts au combat

Deux prêts au combat

Quelle bagarre !
Quelle bagarre !
Quelle bagarre !

Quelle bagarre !

Cache-cache

Cache-cache

Une dernière image d'ambiance que j'aime bien

Une dernière image d'ambiance que j'aime bien

Première expérience réussie ici. La photothèque "tétras-lyre" commence à être bien remplie. On va maintenant essayer de varier les images. A suivre.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost 0

Publié le 11 Avril 2017

Le film de ce beau week-end avec Stella au milieu des coqs. Les habitués auront remarqué que les dernières images (gros plans) sont issues de ma première sortie solo. Toutes les autres proviennent bien de ce week-end avec ma grande fille.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost 0