Articles avec #randonnee sportive tag

Publié le 25 Novembre 2020

Cette crête atypique de la chaîne de Belledonne est très connue, été comme hiver mais essentiellement sur deux itinéraires très proches et au départ du col du Barioz : le crêt du Poulet et le Grand Rocher. Pourtant, il existe plusieurs façons de la parcourir un peu plus sportivement et en chevauchant au moins toute la partie découverte entre le crêt du Poulet et le col du Merdaret. On pourra partir soit du côté Grésivaudan, soit du côté Bréda.

- Dans quel sens ? Les deux fonctionnent (nord-sud ou sud-nord)

- Où commencer ? Côté Bréda, on partira de la Ferrière avec montée au crêt du Poulet (si on opte pour le sens N-S) par le sentier passant par Montarmand. Au retour, on aura le choix entre descendre au Fond-de-France et revenir par le fond de vallée ou prendre le sentier balcon est au départ pour descendre ensuite directement sur la Ferrière. Côté Grésivaudan, on peut partir de Theys avec une approche et un retour assez longs et un peu monotone ou aller se garer à l'épingle des ruines de la Coudre à 1340 m.

- Intérêt. C'est une randonnée sans la moindre difficulté, avec un peu de distance mais tout à fait accessible à tout le monde. Son principal attrait vient des vues exceptionnelles que l'on a depuis cette crête secondaire en retrait des hauts sommets du massif. Avec un coup de coeur pour la fin du printemps (juin) et l'automne, de préférence en descendant au soleil couchant côté Grésivaudan.

- A voir. La forêt du secteur abrite la chevêchette d'Europe et la nyctale de Tengmalm pour qui saura les chercher. Les grands herbivores (cerf, chevreuil, sanglier) sont également présent et le secteur regorge de petites zones humides et toute la petite faune qui va avec.

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement.

Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher

Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 22 Novembre 2020

Avec ce circuit, on monte d'un degré en difficulté par rapport à la boucle précédente. Je la déconseille d'ailleurs en terrain glissant : temps couvert d'automne, lendemain de pluie ou restes de neige, ou alors avec un équipement de type "alpin".

J'ai essayé d'en faire un topo qui ne se perde pas dans les détails comme c'est souvent le cas tout en restant lisible. j'espère qu'il le sera... Il existe plusieurs autres versions sur le net. La version c2c est incompréhensible pour l'approche quand on ne connaît pas du tout.

On part du col de Marcieu et le plus simple, sans perdre trop de temps, est de suivre la route forestière qui part direction ouest en direction du dôme de Bellefont et ce, jusqu'à l'intersection cotée 1257 sur la carte. On peut par ailleurs rejoindre ce point plus rapidement depuis le hameau de la Bâtie. Prendre à droite un large chemin avec de vilaines balises jaunes de peinture, couper une première piste puis prendre à gauche à une intersection peu après. Le chemin monte puis finir par être presque horizontal et passe devant des réservoirs en plastique.

Peu après les réservoirs, prendre une sente à droite qui revient vers le nord : peu marquée, elle monte un instant dans la forêt avant de traverser franchement presque à plat vers le nord-est. Continuer à traverser jusqu’à un vague couloir pierreux dont on remonte la croupe rive gauche au niveau d'un gros cairn. On attaque le pas proprement dit. A partir de là, encorder des enfants ou personnes inexpérimentées.

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement.

Le couloir qui mène au pas

Le couloir qui mène au pas

Remonter ce couloir jusqu’à buter sous un ressaut : prendre en ascendance à droite pour l’éviter puis revenir à gauche au-dessus du ressaut. Traverser le couloir et remonter sa rive droite (petit passage expo en balcon juste après le couloir). On arrive sous des pentes plus raides avec une inscription jaune qui indique les deux possibilités de suite.

Un beau pilier au nord de notre itinéraire

Un beau pilier au nord de notre itinéraire

En prenant celle de droite, on remonte une sorte de couloir orientée nord-est. A sa sortie, après une légère descente, on traverse sud-ouest le long d'une barre que l’on franchira à droite par un passage en 3 (câble).

La barre qu'on suit vers le sud-ouest

La barre qu'on suit vers le sud-ouest

Le petit câble

Le petit câble

On retraverse à droite au-dessus pour sortir sur le plateau par un dernier pas d’escalade. Le retour se fait sans difficulté en allant au nord-est chercher le pas de l'Aup du Seuil.

Paysage sur le plateau

Paysage sur le plateau

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 19 Novembre 2020

C'est une des belles boucles rapides de Chartreuse. Un petit millier de mètres de dénivelé et des paysages magnifiques. Le tout début est commun à l'aller et au retour, au départ de Saint-Hilaire (se garer près de la station de ski) jusqu'à la source du Sanglier. Ensuite, on emprunte un moment le sentier balcon qui part vers le nord-est jusqu'à l'intersection de celui venant de Saint-Bernard. On remonte alors droit vers les falaises, à partir d'où le sentier repart vers le nord-est, au-delà de la limite de la forêt. Rapidement, une sente part à gauche dans un pierrier (marques discrètes bleues + cairn au départ) : elle rejoint le pas de Montbrun. Bien qu'il faille se méfier de quelques marches rocheuses et passages raides pouvant être glissants selon les conditions, le véritable danger peut provenir de chutes de pierres causées par les chamois. Il n'est pas déconseillé d'emmener des enfants, mais en plus de les encorder, il sera souhaitable de leur ajouter leur casque étant donné que leurs réflexes sont moins bons que ceux des adultes en cas de pierre intempestive. Après avoir remonté le couloir, les ressauts se raidissent mais les risques de chutes de pierres s'amenuisent : la rampe à droite permet de sortir sur une belle prairie, juste sous le plateau. On peut, avant de sortir, faire un aller-retour au sud pour voir la petite arche en contrebas de la sente bien marquée.

La suite est évidente : sentier des crêtes jusqu'au pas de Rocheplane puis descente droit jusqu'à la voiture.

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement.

Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane
Idées de sorties : boucle Montbrun - Rocheplane

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 27 Octobre 2020

La seconde partie de ces congés était prévue sudiste. C'est ici que j'ai appris à grimper, tout comme beaucoup d'autres grimpeurs du sud : le Grec Georges Livanos ; le Marseillais Gaston Rébuffat. C'était en 1994 avec l'ami Philou. Notre première grande voie, après s'être entraînés sur le rocher de Château-Virant, fut la Lézarde au rocher Saint-Michel d'Eau-Douce, en chaussures de randonnée (nous n'avions pas encore de chaussons). Cette rencontre avec l'escalade fut pour moi un excellent liant avec le sud dans lequel je ne voulais pas m'exiler après dix-sept années passées dans les Alpes. Et pour garder le contact avec les Alpes, je décidais dans le même temps de m'équiper de skis de randonnée. Si mes parents n'avaient pas choisi les Bouches-du-Rhône comme destination professionnelle, je ne serai probablement jamais venu à la montagne au point où je la pratique aujourd'hui. Moi qui ai eu un peu de mal à m'adapter à ce changement de résidence, je ne peux que les remercier aujourd'hui, même si tout cela reste le fruit du hasard et des rencontres et n'était nullement écrit. Comme quoi, bien malin qui sait de quoi sera fait demain...

Durant ce petit séjour au sud, nous avons d'abord randonné dans le secteur de Saint-Cyr-sur-Mer avec le frangin puis grimpé sur le curieux poudingue du cap Canaille, extrémité est du parc national des Calanques. Dans le secteur de la calanque de Figuerolles que je ne connaissais pas, un petit site peu fréquenté nous aura réservé de superbes envolées. Les enfants ont adoré.

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)
Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Randonnée au-dessus de Saint-Cyr (la Gâche)

Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles
Accès à la calanque de Figuerolles

Accès à la calanque de Figuerolles

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette
Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Grimpe plaisir, en tête ou en moulinette

Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé
Calanques : c'est ici que tout a commencé

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #escalade-alpi, #paysages

Repost0

Publié le 17 Octobre 2020

On se pose toujours cette question quand on voit les températures qui règnent depuis la dernière semaine de septembre. Et les conditions d'enneigement en montagne ne sont pas pires que certains Noël...

Pour ce premier jour des vacances, on s'octroie une montée à l'aube sur la dent de Crolles avec Matthieu, dans l'espoir que les derniers mètres dépassent de la couche nuageuse, très haute la veille mais prévue en baisse. Une fois dans le pas de l'Oeille on déchante : c'est bien bouché. Ce n'est qu'en arrivant à la Croix qu'un trou de bleu apparaît timidement au-dessus de nos têtes laissant entrevoir quelques étoiles. Par moment, le trou s'ouvre complètement laissant apparaître un paysage féérique mais il faut faire vite pour faire des images car cela se rebâche aussitôt. Et au final, la couche nuageuse finira par descendre un peu, nous laissant profiter de cette chance inouïe d'être là. Et en plus un très bon choix : pourtant plus de deux-cents mètres plus hauts, on voit que les grands sommets du Vercors par exemple (Moucherolle, Veymont) sont complètement dedans !

Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver
Automne ou hiver

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #paysages, #randonnée sportive

Repost0