randonnee sportive

Publié le 3 Décembre 2020

Courte fenêtre de grand beau et petite neige : il n'en faut pas moins pour me motiver à aller voir cela en direct. Je déteste marcher dans la neige. Bon ; "déteste" est sans doute exagéré. Mais la marche dans la neige est un effort pénible : on glisse, on s'enfonce. Toutefois, avec de faibles quantités en place (entre 5 et 15 cm), avec une mini-guêtre et des baskets Gore-tex, s'il fait bien froid et que la neige n'est pas humide, on y éprouve un certain plaisir. Et à la descente, l'amorti procuré est excellent et les déplacements optimisés. On est plus efficace qu'en mode estival. Ce sont exactement les conditions rencontrées ce jour sur le merveilleux plateau du Grand Rocher, lors d'une petite traversée des crêtes avec montée/descente par deux itinéraires différents.

Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige
Trottiner sur la neige

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 1 Décembre 2020

Bon, il ne s'agit pas vraiment de la première chute de neige de la saison avec ce qui est tombé fin septembre et en octobre mais on sait que tant que décembre n'est pas là, le capital acquis n'est point garanti et que la température globale de nos Alpes demeure trop élevée pour une bonne conservation. Novembre ayant été sec de chez sec, on peut dire que c'est aujourd'hui la première véritable offensive de l'hiver, pour le premier jour de l'hiver (l'hiver météorologique, le seul, le vrai, qui englobe les mois de décembre à février).

Le mot offensive pourra paraître exagéré en terme de précipitations : 5 cm de neige à 1200 m mais 5 cm aussi à 2500 m. Pas de quoi faire le moindre virage à skis. Mais les flocons se sont invités jusqu'en plaine et les températures sont régulièrement négatives ces derniers jours. On a relevé jusqu'à - 3°C en Grésivaudan et -10°C dans les "fosses à froid" du Vercors ou du Jura. Et si les modèles ne voient pour l'instant pas de grosses précipitations en vue sous quinzaine, en revanche, les températures devraient perdurer sur la lancée. Il semblerait par ailleurs que les Pyrénées pourraient recevoir une bien meilleure couche de neige que les Alpes en cette fin de semaine. A suivre.

En attendant, et juste à temps avant la fermeture de la route du col du Coq ce midi, une petite dent (de Crolles) à pied pour s'imprégner de l'ambiance, au milieu des becs-croisés très actifs. A noter pour les "piétons" que ce fut la Dent la plus glissante que j'ai faite (sur plus de 200 passages) en montant par le trou du Glaz et en descendant par le pas de l'Oeille. En baskets, je la déconseille fortement au randonneur sans expérience et pied alpins. Mieux vaut attendre dix centimètres de plus pour une meilleure "accroche" !

Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée
Becs-croisés des sapins et mésange huppée

Becs-croisés des sapins et mésange huppée

Ambiances
Ambiances

Ambiances

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive, #animaux

Repost0

Publié le 28 Novembre 2020

Les filles ont été privées de nature durant un mois. Privées d'escalade, de marche, d'évasion. Pas de dérogations pour elles. Et je ne suis pas allé jusqu'à les considérer comme modèles pour mes reportages photographiques professionnels quoique c'eut été tout à fait justifiable. Fort heureusement, le collège a permis le maintien de liens sociaux.

Nous n'étions pas les seuls là-haut. Un parking plein comme je ne l'ai jamais vu. Et beaucoup de néophytes, facilement identifiables à leur équipement. Un besoin d'espace et de "liberté" pour tous même si on ne peut pas comparer ce type de confinement avec ce qu'ont vécu nos ancêtres durant la seconde guerre mondiale. Cependant, et malgré cette affluence, un tel week-end de "libération" ne verra pas un rebond de l'épidémie à cause de ça car le virus ne s'attrape pas en extérieur et les gestes-barrières sont désormais bien intégrés. En espérant que les politiques l'intègrent une prochaine fois si besoin.

Lumière toujours aussi terrible là-haut en fin de journée.

La Dent de la libération
La Dent de la libération
La Dent de la libération
La Dent de la libération

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 25 Novembre 2020

Cette crête atypique de la chaîne de Belledonne est très connue, été comme hiver mais essentiellement sur deux itinéraires très proches et au départ du col du Barioz : le crêt du Poulet et le Grand Rocher. Pourtant, il existe plusieurs façons de la parcourir un peu plus sportivement et en chevauchant au moins toute la partie découverte entre le crêt du Poulet et le col du Merdaret. On pourra partir soit du côté Grésivaudan, soit du côté Bréda.

- Dans quel sens ? Les deux fonctionnent (nord-sud ou sud-nord)

- Où commencer ? Côté Bréda, on partira de la Ferrière avec montée au crêt du Poulet (si on opte pour le sens N-S) par le sentier passant par Montarmand. Au retour, on aura le choix entre descendre au Fond-de-France et revenir par le fond de vallée ou prendre le sentier balcon est au départ pour descendre ensuite directement sur la Ferrière. Côté Grésivaudan, on peut partir de Theys avec une approche et un retour assez longs et un peu monotone ou aller se garer à l'épingle des ruines de la Coudre à 1340 m.

- Intérêt. C'est une randonnée sans la moindre difficulté, avec un peu de distance mais tout à fait accessible à tout le monde. Son principal attrait vient des vues exceptionnelles que l'on a depuis cette crête secondaire en retrait des hauts sommets du massif. Avec un coup de coeur pour la fin du printemps (juin) et l'automne, de préférence en descendant au soleil couchant côté Grésivaudan.

- A voir. La forêt du secteur abrite la chevêchette d'Europe et la nyctale de Tengmalm pour qui saura les chercher. Les grands herbivores (cerf, chevreuil, sanglier) sont également présent et le secteur regorge de petites zones humides et toute la petite faune qui va avec.

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement.

Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher
Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher

Coucher de soleil depuis les crêtes du Grand Rocher

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 22 Novembre 2020

Avec ce circuit, on monte d'un degré en difficulté par rapport à la boucle précédente. Je la déconseille d'ailleurs en terrain glissant : temps couvert d'automne, lendemain de pluie ou restes de neige, ou alors avec un équipement de type "alpin".

J'ai essayé d'en faire un topo qui ne se perde pas dans les détails comme c'est souvent le cas tout en restant lisible. j'espère qu'il le sera... Il existe plusieurs autres versions sur le net. La version c2c est incompréhensible pour l'approche quand on ne connaît pas du tout.

On part du col de Marcieu et le plus simple, sans perdre trop de temps, est de suivre la route forestière qui part direction ouest en direction du dôme de Bellefont et ce, jusqu'à l'intersection cotée 1257 sur la carte. On peut par ailleurs rejoindre ce point plus rapidement depuis le hameau de la Bâtie. Prendre à droite un large chemin avec de vilaines balises jaunes de peinture, couper une première piste puis prendre à gauche à une intersection peu après. Le chemin monte puis finir par être presque horizontal et passe devant des réservoirs en plastique.

Peu après les réservoirs, prendre une sente à droite qui revient vers le nord : peu marquée, elle monte un instant dans la forêt avant de traverser franchement presque à plat vers le nord-est. Continuer à traverser jusqu’à un vague couloir pierreux dont on remonte la croupe rive gauche au niveau d'un gros cairn. On attaque le pas proprement dit. A partir de là, encorder des enfants ou personnes inexpérimentées.

NB : à partir de novembre, les dates de publication des billets ne correspondent plus du tout avec les dates des sorties, cause confinement.

Le couloir qui mène au pas

Le couloir qui mène au pas

Remonter ce couloir jusqu’à buter sous un ressaut : prendre en ascendance à droite pour l’éviter puis revenir à gauche au-dessus du ressaut. Traverser le couloir et remonter sa rive droite (petit passage expo en balcon juste après le couloir). On arrive sous des pentes plus raides avec une inscription jaune qui indique les deux possibilités de suite.

Un beau pilier au nord de notre itinéraire

Un beau pilier au nord de notre itinéraire

En prenant celle de droite, on remonte une sorte de couloir orientée nord-est. A sa sortie, après une légère descente, on traverse sud-ouest le long d'une barre que l’on franchira à droite par un passage en 3 (câble).

La barre qu'on suit vers le sud-ouest

La barre qu'on suit vers le sud-ouest

Le petit câble

Le petit câble

On retraverse à droite au-dessus pour sortir sur le plateau par un dernier pas d’escalade. Le retour se fait sans difficulté en allant au nord-est chercher le pas de l'Aup du Seuil.

Paysage sur le plateau

Paysage sur le plateau

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #randonnée sportive

Repost0