randonnee sportive

Publié le 13 Août 2021

Je viens ici depuis mon enfance. En fouillant un peu dans mes archives, je vois que j'ai bien dû y passer une petite quarantaine de journées. Il faut dire que le coin est séduisant. Mon accès préféré reste celui depuis le Fond-de-France mais il faut reconnaître que la première moitié en forêt n'est pas particulièrement intéressante. En somme, elle ressemble à toutes les approches de Belledonne.

Depuis quelques années, l'exploitant a créé une nouvelle piste forestière depuis la passerelle à 1350 m sur le Pleynet, tout en réaménageant la piste qui relie cette passerelle à Fond-de-France. Cet ensemble de pistes arrive à 1500 m d'altitude et fait la jonction avec le sentier classique. Il est beaucoup plus long de monter par là mais en revanche, cela devient possible à vélo, encore plus intéressant avec une assistance électrique.

Pour le piéton, on peut rejoindre cette passerelle par un sentier légèrement descendant, en 10-15 minutes depuis le Pleynet et atteindre le point 1500 sans fatigue, s'épargnant ainsi plus de 400 m de dénivelé sur le raide sentier classique. Petit tout d'horizon des possibilités d'accès et précisions sur ce nouveau raccourci encore peu connu. Les différentes options sont tracées sur la carte.

- Rouge : montée classique la plus efficace par le cul de la Vieille. Dénivelé : 1000 m tout pile. Temps moyen : 2h30. Particularité : raide tout le long.

- Orange : variante par les Deux Ruisseaux. Dénivelé : 1000 m également. Temps moyen : 2h45 (plus longuet en seconde partie). Intérêt : aucun (tout aussi caillouteux et moins efficace) sauf pour changer de point de vue (bouclette) au retour.

- Bleu : accès classique par le Pleynet. Dénivelé : 850 m (nombreuses courtes redescentes). Temps moyen : 3h. Particularité : traversée ultra longue, inefficace pour gagner les lacs. Uniquement dans un but de varier l'aller et le retour. Dans ce cas, si utilisé au retour après montée depuis Fond-de-France, liaison par l'itinéraire vert.

- Jaune : nouvel accès, le plus efficace et le plus économe. A noter la variante blanche pour un accès VTT (AE) depuis Fond-de-France avec vélo à planquer à proximité du point 4.
Détail de l'accès jaune :
1- Du fond du parking du Pleynet, prendre un chemin herbeux (clôture) qui descend. Deux lacets dans une coupe de bois puis moins raide en forêt direction sud.
2- Au bout de quelques minutes, il repique à gauche : ne pas le suivre mais continuer tout droit par une sente étroite qui mène au pont 1351 sur le Pleynet. Au retour, il faudra donc composer avec cette courte remontée (90 m de dénivelé) qui passe comme une lettre à la poste (peu raide) y compris si on est bien cuit, je parle en connaissance de cause.
3- Remonter la large piste forestière en douceur jusqu'à ce qu'elle bascule sur l'autre versant. Peu après, elle amorce une (courte) redescente inutile qui rallonge de près de dix minutes, mais permet la jonction avec l'itinéraire rouge à 1500 m.
4- Au point où elle redescend, une piste moins "propre" part sur la droite. La suivre. Ne pas prendre un embranchement à gauche ("raccourci à Hervé") mais garder cette piste jusqu'un peu plus haut où elle amorce un net virage vers la droite.
5- A cet endroit, repérer à gauche une trace de plus en plus marquée au fil du temps et qui monte dans la forêt pour rejoindre une croupe herbeuse où elle est moins marquée. Cette trace disparait dans la prairie qu'on remonte à vue sans difficulté jusqu'à rejoindre le sentier bleu juste avant de traverser la conduite. Pour ne pas louper ce point au retour, c'est à l'endroit où le sentier bleu amorce une remontée.
Dénivelé : 750 m (+ 100 m au retour). Temps moyen : 2h15 (dont 2h de montée). Particularité : le plus rapide, le moins dénivelant et le moins fatigant du fait d'une première moitié dénivelant en douceur.
NB : j'ai commencé à "baliser" les tronçons 4 et 5. Tronçon 4 : cairn au point de départ, un autre un peu plus loin pour éviter de prendre l'embranchement à gauche puis un troisième à l'endroit où il faut le quitter pour prendre 5. Tronçon 5 : plusieurs cairns mais pas très rapprochés pour le moment. Dans le sens descente, cairn à l'intersection avec le sentier venant du vallon du Pra.

Accès aux 7 Laux raccourci depuis le Haut-Bréda

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 10 Août 2021

Les filles ne connaissent pas les lacs des Sept-Laux. Enfin, pas tout à fait mais ça date un peu. Pour que mes projets (ouvertures récentes de voies d'escalade) de l'été soient complétés ici, il me fallait y revenir avec elles.

Le premier jour, je serai surpris de leur efficacité à la montée puisque nous mettrons moins de deux heures depuis le Pleynet par le nouvel itinéraire dont je ferai très bientôt un topo. Dès leur arrivée, elles sont saisies par la beauté des lieux.

Entre le farniente au bord de l'eau avec trempette, la pause ravito au refuge, le repérage des blocs pour l'escalade du lendemain avec amusements sur les dalles de granite, la préparation du campement... tout simplement des moments très simples mais privilégiés à trois, la journée aura été parfaite.

Dans la nuit, nous observons les éclairs très nombreux au loin sur les Aravis tout en bénéficiant ici d'un ciel parfaitement étoilé. Le simple double toit emporté aura été la bonne option.

Ouch le décor !
Ouch le décor !
Ouch le décor !
Ouch le décor !
Ouch le décor !

Ouch le décor !

Un granite parfait
Un granite parfait
Un granite parfait
Un granite parfait
Un granite parfait

Un granite parfait

Camp cinq étoiles
Camp cinq étoiles
Camp cinq étoiles

Camp cinq étoiles

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 9 Juillet 2021

Chaque massif a ses particularités. Ca aide de les connaître. Avec l'humidité de la nuit et le flux de nord-ouest, on s'attend à une mer de nuages sur le versant ouest de Belledonne le matin et probablement les reliefs accrochés plus ou moins toute la journée. Il faudra aller assez haut... et versant Oisans pour assurer le coup.

Le départ de Rieu Claret à plus de 1700 m d'altitude est un bon plan. Comme prévu, il fera grand beau toute la journée. Direction le lac de l'Ane. Puis le col de l'Agnelin. Les névés permettent un retour rapide jusqu'au lac encore à moitié gelé ici à 2400 m. Le paysage est splendide. Une très belle randonnée qui clôt cette bonne (première) semaine (de vacances) avec les filles.

Les alentours du lac de l'Ane
Les alentours du lac de l'Ane
Les alentours du lac de l'Ane
Les alentours du lac de l'Ane
Les alentours du lac de l'Ane
Les alentours du lac de l'Ane

Les alentours du lac de l'Ane

Des sommets au télé : Grande Casse émergeant des nuages, aiguilles de l'Argentière (grandes), Pyramide
Des sommets au télé : Grande Casse émergeant des nuages, aiguilles de l'Argentière (grandes), Pyramide
Des sommets au télé : Grande Casse émergeant des nuages, aiguilles de l'Argentière (grandes), Pyramide

Des sommets au télé : Grande Casse émergeant des nuages, aiguilles de l'Argentière (grandes), Pyramide

Coup d'oeil sur les Rousses et le lac de Grand Maison
Coup d'oeil sur les Rousses et le lac de Grand Maison

Coup d'oeil sur les Rousses et le lac de Grand Maison

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 30 Juin 2021

L'aigle royal (Aquila chrysaetos) est le moins majestueux que les grands vautours. Il est plus fréquent que le magnifique gypaète. A titre personnel, je l'observe très régulièrement et bien plus souvent que le faucon pèlerin. Il vient rarement toiser de près l'observateur comme peuvent le faire les vautours. On l'observe souvent seul ou en couple, plus rarement à trois avec le jeune ce qui en fait un moment moins spectaculaire que lorsque les vautours s'enroulent par grappes. Et pourtant, c'est pour moi le rapace diurne le plus "noble". Il ne s'agit pas de hiérarchiser les espèces mais l'observation d'un aigle royal est celle qui me marque le plus parmi ces grands planeurs.

Il faut dire qu'avec quand même ses plus de deux mètres d'envergure en moyenne, il est loin d'être "ridicule" ; et puis il y a sans doute ce qu'il représente pour notre faune de montagne. Une image de puissance. Une gueule "d'enfer". Bref, le royal, c'est le plus "grand" ! Il porte bien son nom. En "courant" sur des arêtes, une fois aussi en sortant de la tente avec les filles lors d'un bivouac, enfin une dernière fois lors d'un affût au brame du cerf, j'ai eu la chance de l'observer quelquefois de très près posé : des rencontres qui marquent.

Lors de cette balade des Férices à Arpingon, le couple local m'a fait de belles apparitions, rendant cette randonnée sauvage encore plus belle.

Les aigles d'Arpingon
Les aigles d'Arpingon
Les aigles d'Arpingon

Les aigles d'Arpingon

Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée

Paysages de fin de journée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #animaux

Repost0

Publié le 27 Juin 2021

Ce n'est pas le point culminant du massif mais tout simplement le nom d'un (haut) sommet. Le Toit est également appelé rocher du lac du Cos, car situé pile à l'aplomb de ce dernier. Son arête sommitale est quasi plate et sépare le sommet nord 2835 m du sommet sud 2832 m. Je l'avais déjà gravi deux fois ; probablement des deux façons les plus "classiques". Une première fois à skis lors du tour de la Pyramide au départ de Rieu Claret. Une deuxième à pied, toujours depuis le même point de départ, mais en passant par l'arête sud dite arête de l'Agnelin dans la mise à jour de mon topo Belledonne Escalade (5b non équipé).

Mon ascension de ce jour est sans doute la plus abordable car faite intégralement en baskets malgré des névés dont on contourne facilement les parties les plus raides et mal regelés aujourd'hui. Seule la pente menant au collet donnant accès à la dernière arête oblige à un court passage névé à 35°. La vue sur les lacs est superbe. Dommage que le site ne soit pas un peu nettoyé des débris humains aujourd'hui inutiles et dus à l'exploitation hydraulique. 

A la descente, je fais un détour par le lac de l'Agnelin en débâcle, superbe ! Un site à préserver à tout prix, un air de Corse ou de Mercantour en Belledonne. Et la flore en explosion : lys orangés entre 1200 et 1500 m, lys Saint-Bruno entre 1500 et 1700 m, troles entre 1700 et 1900 m, ancolies, premiers rhododendrons etc. Chez les animaux, sans chercher à voir quoi que ce soit de particulier, les habituels vautours fauves et bouquetins. Encore une belle sortie qui accuse plus de 1700 m de dénivelé et 21 kilomètres linéaires dans la matinée. On ne dirait pas ! A noter qu'il est inutile e se charger en eau : alimentation possible partout, avec filtre de préférence. Névés en versants nord et dans toutes les combes > 2200 m. Les descentes sont rapides mais gare si ça regèle le matin !

Le Grand Pic. Une heure après un lever de soleil faramineux, vu depuis... la voiture !!

Le Grand Pic. Une heure après un lever de soleil faramineux, vu depuis... la voiture !!

Troles et bouquetin(e)
Troles et bouquetin(e)

Troles et bouquetin(e)

Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin
Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin

Les lacs depuis le Toit ; le lac de l'Agnelin

Galipettes granitiques
Galipettes granitiques

Galipettes granitiques

Lys orangés
Lys orangés

Lys orangés

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #animaux, #paysages

Repost0