Articles avec #brame du cerf tag

Publié le 22 Septembre 2020

Deux "petites" sorties matinales pour profiter de ces senteurs de septembre. On "sent" bien que l'automne est là mais la palette de couleurs n'a pas encore vraiment commencé. Quant aux températures elles sont carrément estivales. On ne s'en plaint pas car on peut prendre le petit déjeuner en terrasse sans souffrir de la canicule l'après-midi. Ce sont ces températures-là qu'on aimerait avoir comme maximales en juillet-août.

Pour le reste, le brame du cerf a commencé en montagne mais avec timidité.

Senteurs de fin d'été
Senteurs de fin d'été

Senteurs de fin d'été

Plaisirs d'automne
Plaisirs d'automne
Plaisirs d'automne

Plaisirs d'automne

Prémices du brame

Prémices du brame

Cherchez le renard

Cherchez le renard

Lever du jour dans la vallée avant de partir

Lever du jour dans la vallée avant de partir

Cumulus congestus de fin de journée : c'est encore un peu l'été

Cumulus congestus de fin de journée : c'est encore un peu l'été

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #brame du cerf, #animaux

Repost0

Publié le 10 Octobre 2019

Deux options s’offrent à moi pour le brame. La première consiste à aller se poster sur un secteur fréquenté par les cerfs comme une souille ou un replat en lisière de forêt. Avantage : ces moments d’affûts sont de très grands moments lorsqu’un cerf se pointe. Avec une belle proximité. Inconvénients : frustration lorsque rien ne se passe et peu ou pas d’observation. La seconde option consiste à aller se poster en lisière de forêt avec vue sur un milieu ouvert fréquenté par les animaux. Avantage : on profite à la fois du son et de l’image même si on venait à ne pas faire de photo correcte pour des raisons d'éloignement. Inconvénients : la proximité avec les animaux est plus rare ; les observations sont plus lointaines. C’est parfois moins bien aussi pour les photographes. Pour cette journée annoncée grand beau après une petite chute de neige jusqu’à 1500 m, je choisis l’option 2 avec l’espoir de faire de belles images d’ambiance. J’espère notamment mettre encore en valeur les animaux au milieu des myrtilles couleur rouge, le tout saupoudré de neige. Et c’est un peu ce qui va se passer. Cette sortie aura été riche en enseignements également. Je pense qu’en secteur découvert, après recoupement de sorties, les cervidés font comme les rennes : ils marchent face au vent. Du coup, par vent de nord, ils seront majoritairement dans la combe la plus au nord et inversement. Merci Thomas de m'avoir incité à mettre l'accent là-dessus. On continue à en apprendre... Place aux images.

Le premier cerf avant le lever du soleil
Le premier cerf avant le lever du soleil

Le premier cerf avant le lever du soleil

Sur les crêtes, ça s'active
Sur les crêtes, ça s'active

Sur les crêtes, ça s'active

Ce dix cors viendra défier le douze cors local

Ce dix cors viendra défier le douze cors local

Le douze local. Le maître des lieux
Le douze local. Le maître des lieux

Le douze local. Le maître des lieux

Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.
Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.

Qui me gratifie d'un passage à proximité pile où je le souhaitais, avant de rejoindre le couvert de vernes.

Changement de vallon après que la place a été laissée libre. Midi ; les cerfs sont très nombreux (je dénombrerai 12 mâles et près de 15 biches). Premières observations lointaines histoire de bien repérer tous les protagonistes
Changement de vallon après que la place a été laissée libre. Midi ; les cerfs sont très nombreux (je dénombrerai 12 mâles et près de 15 biches). Premières observations lointaines histoire de bien repérer tous les protagonistes
Changement de vallon après que la place a été laissée libre. Midi ; les cerfs sont très nombreux (je dénombrerai 12 mâles et près de 15 biches). Premières observations lointaines histoire de bien repérer tous les protagonistes

Changement de vallon après que la place a été laissée libre. Midi ; les cerfs sont très nombreux (je dénombrerai 12 mâles et près de 15 biches). Premières observations lointaines histoire de bien repérer tous les protagonistes

Une croupe boisée me permet d'approcher non sans immenses précautions. Je vais mettre une heure pour faire 100 m de dénivelé négatif. Les animaux brament en plein soleil tel ce douze cors, pendant que moi je me pèle l'ognon à l'ombre, les pieds gelés dans une mixture de neige et de boue
Une croupe boisée me permet d'approcher non sans immenses précautions. Je vais mettre une heure pour faire 100 m de dénivelé négatif. Les animaux brament en plein soleil tel ce douze cors, pendant que moi je me pèle l'ognon à l'ombre, les pieds gelés dans une mixture de neige et de boue
Une croupe boisée me permet d'approcher non sans immenses précautions. Je vais mettre une heure pour faire 100 m de dénivelé négatif. Les animaux brament en plein soleil tel ce douze cors, pendant que moi je me pèle l'ognon à l'ombre, les pieds gelés dans une mixture de neige et de boue
Une croupe boisée me permet d'approcher non sans immenses précautions. Je vais mettre une heure pour faire 100 m de dénivelé négatif. Les animaux brament en plein soleil tel ce douze cors, pendant que moi je me pèle l'ognon à l'ombre, les pieds gelés dans une mixture de neige et de boue

Une croupe boisée me permet d'approcher non sans immenses précautions. Je vais mettre une heure pour faire 100 m de dénivelé négatif. Les animaux brament en plein soleil tel ce douze cors, pendant que moi je me pèle l'ognon à l'ombre, les pieds gelés dans une mixture de neige et de boue

Un intrus, enfin, plusieurs. Une harde de quatre chèvres et leurs cabris passent à proximité de mon filet de camouflage

Un intrus, enfin, plusieurs. Une harde de quatre chèvres et leurs cabris passent à proximité de mon filet de camouflage

Au-dessus, ça s'excite. Ce huit cors sombre ne lâche pas les deux biches qui traînent autour d'un bosquet
Au-dessus, ça s'excite. Ce huit cors sombre ne lâche pas les deux biches qui traînent autour d'un bosquet

Au-dessus, ça s'excite. Ce huit cors sombre ne lâche pas les deux biches qui traînent autour d'un bosquet

Un cerf vient le défier. Malgré une plus grosse ramure, il repartira avec une belle leçon et un bois en moins.
Un cerf vient le défier. Malgré une plus grosse ramure, il repartira avec une belle leçon et un bois en moins.

Un cerf vient le défier. Malgré une plus grosse ramure, il repartira avec une belle leçon et un bois en moins.

Plus haut, c'est également bien animé
Plus haut, c'est également bien animé

Plus haut, c'est également bien animé

Super moment : ce cerf va m'offrir une proximité relative que je trouve parfaite pour les images.
Super moment : ce cerf va m'offrir une proximité relative que je trouve parfaite pour les images.
Super moment : ce cerf va m'offrir une proximité relative que je trouve parfaite pour les images.

Super moment : ce cerf va m'offrir une proximité relative que je trouve parfaite pour les images.

Il faut bien rentrer et je suis complètement encerclé. Je me creuse la tête pour limiter le dérangement et profite d'une accalmie vers 16h pour "raser les murs" (i.e. traverser la combe à la limite des bosquets de vernes), laissant les animaux à leurs ébats un peu plus haut. Cependant, et je l'avais vu aux jumelles, deux cerfs et deux daguets sont sur le dernier passage obligé pour quitter la combe. Je dérange deux biches que je n'avais pas vu ; le cerf, alors couché, se lève, et prend tranquillement la même direction.

Il faut bien rentrer et je suis complètement encerclé. Je me creuse la tête pour limiter le dérangement et profite d'une accalmie vers 16h pour "raser les murs" (i.e. traverser la combe à la limite des bosquets de vernes), laissant les animaux à leurs ébats un peu plus haut. Cependant, et je l'avais vu aux jumelles, deux cerfs et deux daguets sont sur le dernier passage obligé pour quitter la combe. Je dérange deux biches que je n'avais pas vu ; le cerf, alors couché, se lève, et prend tranquillement la même direction.

Tout en continuant à bramer au milieu de l'endroit rêvé. je termine avec deux images que j'adore, le tout sous un ciel voilé à ce moment-là, faisant davantage ressortir les couleurs.
Tout en continuant à bramer au milieu de l'endroit rêvé. je termine avec deux images que j'adore, le tout sous un ciel voilé à ce moment-là, faisant davantage ressortir les couleurs.

Tout en continuant à bramer au milieu de l'endroit rêvé. je termine avec deux images que j'adore, le tout sous un ciel voilé à ce moment-là, faisant davantage ressortir les couleurs.

Et les deux daguets en-dessous. Je vais attendre qu'ils soient hors de ma vue pour passer.

Et les deux daguets en-dessous. Je vais attendre qu'ils soient hors de ma vue pour passer.

Parti de la maison à 5h, je rentre à 19h (!!!). Une journée complète d'immersion brame où je ne rencontrerai qu'un seul randonneur à cinq minutes du parking au retour. Trois sorties en trois semaines sur mes deux secteurs préférés. Je ne pense toutefois pas y retourner cette année. Les animaux sont vraiment paisibles. Ne leur mettons pas trop la pression même si j'ai tout fait pour limiter le dérangement.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #Belledonne

Repost0

Publié le 5 Octobre 2019

Autre type de sortie que je trouve fort agréable, les sorties au final nocturne. Nous entrons dans la meilleure époque pour celles-ci : le soleil commence à se coucher suffisamment tôt pour qu'on puisse rentrer de nuit sans arriver au bercail à des heures dérangeantes pour le lendemain.

La météo capricieuse de ce samedi et l'espoir d'une éclaircie de fin de journée nous pousse davantage à choisir cette option... La petite troupe grimpe jusqu'à une petite cabane où sera pris le repas du soir à la tombée de la nuit sur fond de brame du cerf et de chouette hulotte. L'éclaircie de 17h était encourageante mais la soirée se terminera dans le brouillard. Ce dernier se dissipera en début de nuit, permettant une descente comme espéré. l'occasion de mettre tous ses sens en éveil : allumer la lampe le plus tard possible, écouter la nature, du moins une partie de celle-ci, qui se réveille. Les cousins ont adoré malgré des températures un peu frisquettes et dignes de ce qu'on appelle couramment le temps automnal.

Montée diurne, ambiance d'automne
Montée diurne, ambiance d'automne
Montée diurne, ambiance d'automne

Montée diurne, ambiance d'automne

Descente nocturne. Quelle ambiance !
Descente nocturne. Quelle ambiance !
Descente nocturne. Quelle ambiance !

Descente nocturne. Quelle ambiance !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade, #brame du cerf, #Belledonne

Repost0

Publié le 3 Octobre 2019

Commence par un lever à 5h du matin et une montée sèche pour profiter du lever du jour au-dessus de la mer de nuages. Un oubli d'objectif ne me permet pas de vous proposer une image ou deux mais ce n'est pas grave. La journée se poursuit par une descente dans la forêt où les cerf brament. Ce n'était pas le but premier de la sortie mais n'ayant pas oublié le téléobjectif, au cas où, je m'octroie une demie-heure de "pause-affût" (je n'ai rien mangé depuis la veille) sur un passage régulier d'animaux. Un cerf me fera le plaisir de passer au bout de quelques minutes.
Je poursuis la descente... Une bonne douche. Et hop, au boulot. D'abord quelques corrections de copies puis trois heures de cours. Une fois les cours de l'après-midi dispensés, retour à la case départ pour les dix ans de ma petite Emie. Avec un beau coucher de soleil sur mon massif préféré. Avant l'extinction des feux, encore quelques préparations à peaufiner pour le lendemain. Il est déjà 23h. Ca suffira pour aujourd'hui. J'aime particulièrement ces journées où tout s'enchaîne sans temps mort, tout comme celles davantage "mono-tache" mais sur une plus longue durée.

Une histoire de 10 : un cerf dix cors, le coucher de soleil de 7h10 et 10 ans de vie, déjà !
Une histoire de 10 : un cerf dix cors, le coucher de soleil de 7h10 et 10 ans de vie, déjà !
Une histoire de 10 : un cerf dix cors, le coucher de soleil de 7h10 et 10 ans de vie, déjà !

Une histoire de 10 : un cerf dix cors, le coucher de soleil de 7h10 et 10 ans de vie, déjà !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 1 Octobre 2019

Dans les endroits très reculés et non fréquentés par les hommes (même les chasseurs évitent ce secteur en raison de la difficulté à rapporter un éventuel cerf tué), les cerfs peuvent bramer toute la journée. Et quand nous en entrons dans le pic d'activité, ils peuvent le faire à découvert.
8h. Je suis en place sur une petite plateforme en lisière de forêt. Au-dessus de moi, un milieu semi-boisé que je m'interdis de parcourir (dérangement obligatoire), en-dessous également. Je garde en revanche une belle visibilité sur des places de brame à découvert mais à une distance un peu lointaine pour de (belles) photos. L'avantage, c'est que je sais arriver ici en limitant le dérangement et que je suis assez bien placé pour ne pas être repéré une fois sur place.. Je dénombre probablement sept cerfs bien en voix. Le premier est un douze cors qui brame à découvert mais assez loin. Il finit par faire le tour du propriétaire et venir sur la place la plus proche de mon poste de guet.

Le douze cors

Le douze cors

Il se dirige alors en plein dans l'alpage. Très belle observation. A proximité d'une biche et d'un daguet. Avant de repartir bramer sur la place du fond puis de descendre dans les vernes. Je pense alors qu'il ne reviendra pas. C'est alors qu'un autre cerf plus jeune passe au même endroit mais sans s'y attarder et semble emprunter une sente qui vient droit sur moi. Je l'entends, il approche. Il va sortir à quelques mètres. Je ne pourrai faire aucune photo avec une telle proximité. Je choisis de me tapir au sol et de ne pas bouger. Il passe... magnifique !

Le 12 dans l'alpage

Le 12 dans l'alpage

Biche et daguet

Biche et daguet

Le deuxième cerf qui va passer à moins de dix mètres de moi

Le deuxième cerf qui va passer à moins de dix mètres de moi

Je me dis qu'entre les deux, j'aurais eu le temps d'aller me poster à l'orée de cette clairière, ce que je n'ai jamais osé faire jusqu'ici. J'hésite car d'une part, je ne sais pas si dans le bout de forêt à traverser il y a d'autres animaux silencieux et puis, compte tenu de l'heure (9h30), doute que les animaux ressortent à découvert. Une demie-heure plus tard, le douze refait la même boucle et monte encore plus haut dans l'alpage, complètement à découvert.

Non, il ne m'a pas vu. C'est juste qu'il regardait dans cette direction à ce moment-là.

Non, il ne m'a pas vu. C'est juste qu'il regardait dans cette direction à ce moment-là.

Deuxième occasion ratée. Etat des lieux : au-dessus, quatre cerfs (dont le jeune passé tout près) qui ne semblent pas bouger d'un iota. Au-dessous, un ou deux autres, assez bas. Et le douze en pleine prairie assez loin. Il va sûrement regagner ensuite la forêt en bas, et peut-être repasser sur la place convoitée. Je tente et vais me poster en lisière. Cinq minutes plus tard, j'y suis sans encombre. A peine installé, le voilà qui revient mais au lieu de poursuivre vers moi, il décide d'aller se faire entendre auprès de ses congénères qui me dominent ! Caramba encore raté. Je décide rester là quand même au cas où. Je suis très bien placé. Un jeune cerf sorti de je ne sais où va venir tout près.

Jeune cerf
Jeune cerf

Jeune cerf

La voie étant de nouveau libre, je monte sous un autre bosquet réservant une bien meilleure vue. j'ai laissé mon sac à dos vingt mètres plus bas. Je m'installe avec le filet entre deux vernes, le trépied et le petit tapis de sol pour les genoux... Mal installé car dans la pente mais bon, le poste de vue est excellent...
Le douze revient puis... se couche en plein alpage, hors de ma vue. Il reste ainsi une bonne demie-heure en bramant de temps à autre. Aux jumelles, je ne distingue que le bout de ses bois, couché sur un replat. Il va forcément se lever. Il suffit d'être patient.

Et il va m'offrir un des meilleurs affûts que j'ai pu réaliser jusqu'ici.

Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame
Brame 2019, acte III : la quintessence du brame

Midi. Ca brame encore à couvert. Je surveille l'alpage qui chauffe au soleil. Ca va encore passer, plus loin. J'aime moins ces images, lumière beaucoup trop dure. Le concert demeure exceptionnel.

Des cerfs dans l'alpe en plein midi
Des cerfs dans l'alpe en plein midi

Des cerfs dans l'alpe en plein midi

Au retour, je fais un grand détour pour ne pas traverser toute la zone et revient par un autre secteur. Là, aussi, malgré la chaleur, ça brame en pleine journée et les animaux sont visibles. J'en profite un moment avant de rentrer. Un cerf viendra même crier tout près. Quelle  journée !

Un cerf tout près

Un cerf tout près

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #Belledonne

Repost0