velo

Publié le 11 Novembre 2021

Les filles sont bien motivées par le vélo alors on poursuit ainsi tant que la neige n'est pas là. Direction le Bourget-du-Lac où nous laissons la voiture pour un tour complet du lac du même nom. On commence par le col du chat et le belvédère d'Ontex après quelques kilomètres d'échauffement. Le soleil peine à émerger ; il n'apparaît qu'à notre arrivée au belvédère.

S'ensuit une descente un peu fraîche puis du plat plein soleil entre Conjux et Chindrieux. très peu de voitures sur tout le circuit. On attaque ensuite la montée d'en-face : le col de la Chambotte. Cinq kilomètres à 8,7% de moyenne, ça pique. A ce jour le plus difficile qu'auront fait les filles avec leurs vélos assez lourds (14 kg - VTC), plus adaptés à l'itinérance que nous avons l'habitude de faire qu'aux sorties journées sur bitume. Bonne récompense avec la longue descente sur Aix où nous rattrapons la corniche pour le plaisir du décor. Une fois quitté les quais d'Aix proprement dit, le retour se faire sur la voie verte de bord de lac. Comme à chaque fois, on y observe le comportement à la Française complètement égoïste : je marche à plusieurs de front et en plein milieu alors que c'est justement une voie partagée (piétons, vélos, trottinettes, skis-roues...). Alors certes, c'est jour férie, après-midi et soleil mais rien n'empêche que le piéton ne marche pas à plus de deux de front et sur le côté droit de la chaussée. Si besoin de converser à plusieurs, il y a les plages, les ports d'Aix etc. Je reste malheureusement pessimiste sur l'utilisation partagée de ce type d'infrastructures.

Hormis ces quelques kilomètres de slalom pénible, l'ensemble est somptueux, varié, avec deux belles montées assez équilibrées (le "gros" morceau reste la Chambotte), deux longues descentes et quelques portions de plat pour récupérer. Le circuit fait 60 km et affiche 1000 m de dénivelé. Avec deux pauses prolongées de 30 minutes (une pour le repas du midi et une au bord du lac pour le plaisir un peu avant de boucler), en étant partis à 10h45, on se retrouve à la voiture à 15h30. Je ne pensais pas qu'on finirait si tôt ; j'avais même prévu l'éclairage. Encore une fort belle sortie ; plus qu'à préparer la prochaine !

col du Chat
col du Chat

col du Chat

Belvédère d'Ontex
Belvédère d'Ontex

Belvédère d'Ontex

Conjux, rive nord
Conjux, rive nord

Conjux, rive nord

Chambotte
Chambotte
Chambotte
Chambotte
Chambotte

Chambotte

Bord du lac (Tresserve)

Bord du lac (Tresserve)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 27 Octobre 2021

Les filles avaient envie de vélo. Comme maintenant je ne les attends plus vraiment sur le vélo, on peut envisager de jolis circuits, toujours dans l'objectif de découvrir de nouveaux horizons. Je n'ai jamais mis les pieds en Bugey et finalement, ce n'est pas si loin. Direction le 01 donc et après une heure trente de route, on décharge le matériel au Petit Abergement. Nous attaquons directement par un col (Cuvillat) puis c'est la descente sur Champdor. La suite est assez plate jusqu'à Corcelles puis Brénod où, après avoir rempli les gourdes et fait le plein de Comté (la coop fermait à 12h15, il était 12h08 !!), nous poursuivons vers le nord jusque dans la combe de Léchaud où nous ferons la pause méridienne, très prolongée...

Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey

C'est clairement à partir de là que le paysage va valoir son pensant d'or. Les hêtraies sont superbes. Le calme absolument reposant. Nous n'avons pas croisé cinq voitures depuis le départ. Nous gagnons le col de Colliard puis traversant celui de Belle Roche. Toujours par de petites routes et une montée assez raide, nous gagnons le golet Sapin où, pour la première fois de la journée, nous allons sortir du goudron pour rejoindre la D55.

Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey

L'idée était de passer par la chapelle de Retord puis gagner le plateau par un chemin assez raide (poussette à prévoir) mais une fois à la chapelle, demi-tour car le chemin en question traverse une clôture avec des vaches et un panneau "propriété privée" nous demande de ne pas l'emprunter. Retour donc en arrière et on passera par le col de Curvery. La montée au plateau de Retord nous donnera du fil à retordre car c'est bien raide et caillouteux. Il faudra pousser un peu sur quelques (courtes) sections. Au passage, petit détour pour aller admirer le mont Blanc.

Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey

La paysage est vraiment somptueux. Nous sommes absolument seuls sur le plateau après avoir dépassé la ferme de Retord est l'envie de s'y poser un moment nous gagne. Après avoir traversé de nombreuses prairies au terrain presque chaotique pour nos vélos dits "tous chemins" (et non VTT), on sort le matériel et c'est la grosse pause de l'après-midi. On n'en oublierait presque que dans peu de temps, il y fera vraiment froid.

Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey

Le temps tourne ; il nous faut boucler. Après le plateau vient la descente sur les Plans d'Hotonnes qui serait presque à classer VTT (facile) mais ça passe pour tout le monde sans descendre du vélo. On rejoint enfin le bitume et il n'y a plus qu'à fermer le circuit en se laisser descendre sous les dernières lumières du début de soirée. Un circuit magnifique que je recommande. 60 km (petit détour par la chapelle compris) et environ 1100 m de dénivelé.

Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey
Un magnifique tour du haut Bugey

Les titres auxquels vous avez échappé :
- Du fil à retord(re)
- Un automne à Hotonnes
- Un circuit-journée sans Abergement

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #vélo

Repost0

Publié le 2 Août 2021

Ce lundi s'annonce plutôt bien. Pas ou très peu de pluie. En revanche, la suite n'est guère réjouissante. La décision est prise de boucler avec un jour d'avance par une grosse étape. On en profite pour faire le plein de fromage à la fruitière locale...

On n'ira pas au plus court ; d'abord, on évite les grands axes routiers ; ensuite, il serait dommage de ne pas profiter du paysage offert par les lacs : Grandvaux, Etival, Vouglans... Et aussi de petits étangs forestiers typiques.

En partant à 10h du matin, avec une bonne pause à midi, de nombreuses haltes pour faire le point sur la carte, faire des photos, remplir les gourdes aux fontaines ou dans les cimetières, nous arriverons à 17h à Oyonnax après une étape de 80 km et 800 m de dénivelé, à ce jour la plus longue réalisée par les filles. Aucun exploit ; mais tout de même, avec des vélos qui ne sont pas en carbone (14 kg), lestés de bagages (au pifo 5 kg pour Emie ; 8 kg pour Stella ; 14 kg pour moi).

Lac de l'Abbaye
Lac de l'Abbaye
Lac de l'Abbaye

Lac de l'Abbaye

Prénovel

Prénovel

Pause

Pause

Petit étang forestier

Petit étang forestier

Lac d'Etival
Lac d'Etival

Lac d'Etival

Petites routes forestières juste après une brève mais intense averse où Emie nous trouvera une excellent abri sous des hêtres denses
Petites routes forestières juste après une brève mais intense averse où Emie nous trouvera une excellent abri sous des hêtres denses

Petites routes forestières juste après une brève mais intense averse où Emie nous trouvera une excellent abri sous des hêtres denses

Vouglans

Vouglans

Tout est écrit

Tout est écrit

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 1 Août 2021

Il fallait que cela arrive. Ce qui est intéressant dans ces voyages à vélo, c'est de devoir chaque jour s'adapter aux conditions, aux nouveaux paramètres qu'on n'avait pas prévus. Il est illusoire de vouloir tout planifier, de préparer minutieusement chaque étape avant de partir. Et devant la météo qui s'annonce de pire en pire, on décide de glisser vers l'ouest plus tôt pour perdre de l'altitude (gagner quelques degrés) et fuir les montagnes qui retiennent les nuages. Le Risoux c'est sans doute magnifique mais sous la pluie et sans la vue sur le Mont-Blanc... On reviendra.

10h. Une éclaircie nous incite à partir. Je fixe un abri forestier en guise de premier point de repos si besoin. Deux options pour s'y rendre. Je choisis la plus économe en distance et en dénivelé mais au prix de deux kilomètres sur chemin forestier. Peut-être l'erreur. La pluie nous saisit pile au départ de cette piste. Modérée au départ. On avance. Mais au moment où la piste devient chaotique, c'est le déluge. On tente de s'abriter sous un épais épicéa mais ça dure. Ca finit par mouiller et refroidir. Branle-bas de combat : direction l'abri sans se poser de question. Il faut pousser les vélos et traverser parfois des flaques avec de l'eau jusqu'à la cheville. Epique ! Les filles ne flanchent pas et ne paniquent pas. Grand moment ! Et c'est là qu'un petit abri rustique dont on aurait à peine ouvert la porte par grand beau temps devient un luxe. Et Stella de dire : Papa c'est super, j'adore cette ambiance. Moments privilégiés.

Après un bon festin, un bon séchage et l'arrêt des hostilités, on repart pour finalement s'arrêter assez vite à Saint-Laurent-en-Grandvaux car le prochain camping serait bien loin et je suis peu enclin à bivouaquer par ces conditions. La troupe s'organise : une petite salle pour nous tout seuls. Tout sèche, la tente est montée. Demain sera grand confort !

Pour l'instant tout va bien
Pour l'instant tout va bien

Pour l'instant tout va bien

Ca va moins rigoler dans un instant

Ca va moins rigoler dans un instant

Le luxe de la vie
Le luxe de la vie
Le luxe de la vie

Le luxe de la vie

Retour sur les routes

Retour sur les routes

Confort du soir
Confort du soir
Confort du soir

Confort du soir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 31 Juillet 2021

Enfin je dis ça, je n'en sais rien. Mais en passant à Mouthe, village reconnu pour détenir la température la plus froide de France et en allant faire un tour à la source du Doubs, on s'est vraiment senti au coeur de la partie montagneuse de ce département.

Avant de partir, la météo annoncée m'avait incité à chercher une nuit en "dur" pour un peu de confort. Les choix furent restreints et ce fut le gîte du Montagnon à Chapelle-des-Bois. A la base, on pensait passer par le lac de Joux en Suisse sur les conseils de JC mais le dénivelé de la veille m'invite à faire une étape plus cool pour les filles. Et puis, la vue sur le Mont-Blanc étant probablement absente, on se gardera le coin pour un futur périple.

Encore de fort belles petites routes ; 40 km seulement (le point de chute réservé ayant scellé la distance à parcourir) mais quand même 500 m de dénivelé. En fin de journée, on fait le plein de fromage à la fruitière de Chapelle : une adresse incontournable. Bio, bien meilleur que celui qu'on trouve chez nous et nettement moins cher. Heureusement qu'on n'habite pas dans le coin : on se transformerait en vache !

Le long du Doubs, partie amont
Le long du Doubs, partie amont

Le long du Doubs, partie amont

Source du Doubs

Source du Doubs

Superbe massif du Jura
Superbe massif du Jura
Superbe massif du Jura
Superbe massif du Jura

Superbe massif du Jura

Arrivée à Chapelle-des-Bois et sa fruitière
Arrivée à Chapelle-des-Bois et sa fruitière

Arrivée à Chapelle-des-Bois et sa fruitière

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0