velo

Publié le 30 Décembre 2023

Avec les aléas climatiques, on skie toujours certes mais on marche aussi au sec, on grimpe, et pour finir, on fera du vélo. Ce sera notre dernière sortie de l'année avec les filles. Le tour de Bramefarine était une belle façon de profiter du soleil après avoir quitté la vallée sous un petit brouillard tout en nous permettant de découvrir un circuit que nous n'avions pas encore parcouru à vélo.

Au départ de Goncelin via le Cheylas, Pontcharra, Saint-Maximin, le Moutaret, Allevard, Crêts-en-Belledonne et quelques petites variantes pour éviter la route principale. 42 km et 600 m de dénivelé. 

Et pour finir
Et pour finir
Et pour finir
Et pour finir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #vélo

Repost0

Publié le 2 Novembre 2023

Probablement le dernier circuit de vélo itinérant de cette année. Je vous en parlerai un peu plus tard plus en détail. Nous sommes partis des limites de la Lozère (Saint-Laurent-d'Olt) en direction de l'ouest, suivant la nouvelle vélo route du Lot jusqu'à Flagnac puis sommes revenus par le sud via la véloroute de Conques. 

Des routes en excellent état pour pédaler, des montées parfois raides et beaucoup de patrimoine à visiter. Il serait dommage de passer ici têtes baissées tant les murs ont des histoires à nous raconter. Tous les villages valent le détour. Quant à la gastronomie... On aura sûrement trop mangé et pas assez roulé.

Quelques chiffres : 4 jours, 200 km, 2600 m de dénivelé.

Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron
Vélo en Aveyron

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo, #Massif Central

Repost0

Publié le 18 Juillet 2023

Mézenc - Valence (+ Grenoble -> Bernin). 118 km ; 300 m D+

Le périple initial était prévu en onze jours mais comme à chaque fois, non seulement il y a de petites variations sur le tracé, mais aussi sur les longueurs. Ayant grapillé de la distance sur les trois dernières journées, il est possible de boucler aujourd'hui. Même si les cinquante premiers kilomètres sont descendants, les filles son sur-motivées pour passer la barre des 100 kilomètres, d'autant qu'elle le sera très nettement. Problème, ils annoncent la journée la plus chaude de l'été à ce jour (40°C à Grenoble), l'enfer). J'impose un départ à 6h. Cahier des charges accepté avec le sourire.

Nous démarrons à l'aube et observons le lever de soleil derrière les Alpes au bout de quelques centaines de mètres de descente !! Splendide nature, tout est calme. Deux mini-remontées nous mènent à Saint-Clément. Pas âme qui vive. La roue qui descend dans la vallée est splendide. Sinueuse, étroite, à flanc de colline, et avec des vues dégagées. Un régal à cette heure-là. Pas la moindre voiture. Et le bitume fraîchement refait.

Pause au Cheylard pour le petit dej'. On admire les martinets qui voltigent au-dessus de la rivière. La suite emprunte intégralement le Dolce via jusqu'à la Voulte (65 km). Au passage, on admirera l'intelligence des anciens qui avaient construit cette ancienne voie ferrée. Tracé astucieux, progressif. Sur l'autre rive, la route destinée aux voitures monte et descend. Architecture pitoyable de l'homme "moderne" pourtant équipé de bien meilleurs moyens. Bon, en réalité, c'est parce que la voiture tolère une route aussi peu efficace, tandis que le train demande des courbes peu prononcées (pour garder la vitesse) et surtout peu raides (pour ne pas glisser sur le métal des rails, sinon, c'est la crémaillère et 20 km/h). Mais cela marque quand même le développement à la va-vite de ces dernières décennies.

La température reste agréable jusqu'au bout. On dirait u'il fait moins chaud que prévu. On récupère la via Rhôna pour monter à Valence. Le ciel est légèrement couvert ce qui tempère les portions au soleil. Et heureusement, c'est à peu près plat et avec un léger vent favorable. Le train est à l'heure, presque vide et climatisé. Ce n'est finalement que dans les dix derniers kilomètres pour revenir à la maison que nous prendrons un coup de chaud sur cette journée que je redoutais. Au final, c'est passé crème avec trois à quatre degrés de moins que les températures annoncées (c'est assez rare qu'ils se plantent dans ce sens mais on ne s'en plaindra pas).

On rentre avec des images plein les yeux. Les filles ont énormément progressé. On s'est régalé. Il est temps (surtout pour elles) de retrouver un vrai lit avec un vrai matelas, même si la tente NEMO a parfaitement rempli sa mission. Au passage, un petit clin d'oeil et des remerciements au groupe Katadyn France qui accompagne nos voyages :

Nous avons pu utiliser le matériel suivant :
- tente NEMO Hornet Osmo 3p. 3 places, 1500 g seulement tout compris. Auto-portante, montage ultra-rapide, nombreuses poches de rangement + 2 absides de dimension intéressantes, séchage ultra rapide. De loin, la meilleure tente 3 places que j'ai eue. Un seul bémol : le système d'attache de la porte du double toit (on la roule et on l'attache pour faciliter l'entrée dans la tente et les manips d'installation du matériel) n'est pas très bien fichu et peut se détacher.
- matelas NEMO Tensor (insulated - inutile ici - ou pas). Très confortables, gonflage rapide grâce au sac Vortex fourni avec le matelas
- douche NEMO Helio. Environ 600 g. Le petit surplus pas vraiment nécessaire mais que nous avons emporté pour l'occasion. Contenance de dix litres. Pompe de gonflage pour mise en pression, tuyau avec pommeau au bout. Pratique et facile. Rangée, elle s'apparente à un cylindre de 20 cm de base et de 15 cm de hauteur. Le seul bémol réside dans la difficulté à vider entièrement le cylindre de son eau (quand on n'en a plus besoin). Il en reste toujours un petit fond. En rentrant à la maison, bien mettre tout ça au soleil pour évaporation complète.

- Filtre Katadyn Be Free. Indispensable, surtout qu'ici, il y a du pâturage partout. Alors, quand on lit "eau non surveillée"... Faut-il encore présenter ce petit produit génial ?
- Pharmacie de secours Pharma Voyage Pocket. Pas eu besoin et c'est très bien. Mais au cas où...
- Réchaud (et cartouche 250) Optimus Crux.
- Lyophillisés Trek'N Eat. Quand même autre chose que les Décat'...

​​​​​​​Merci !!!

Au lever du jour
Au lever du jour

Au lever du jour

Dolce via
Dolce via
Dolce via
Dolce via
Dolce via
Dolce via

Dolce via

Contrat (presque) rempli

Contrat (presque) rempli

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Massif Central, #nuitée, #vélo, #matériel

Repost0

Publié le 17 Juillet 2023

Lanarce - croix de Peccata. 50 km ; 1300 m D+ avec la petite ascension (à pieds) de la roche Pointue.

Départ dans la fraîcheur : le ciel est couvert. Parfait pour pédaler. Un petit col nous mène à Saint-Cirgues-en-Montagne. Puis un autre au lac d'Issarlès. Vient alors le gros morceau de la journée jusqu'à La Croix de Peccata, au pied du Mezenc. Pause à l'ombre (car le soleil a fini par s'imposer) puis c'est reparti. Plein cagnard sur ces plateaux désertiques. Je décide de couper par un chemin repéré sur la carte. Après une courte descente, c'est l'impasse (le chemin n'existe plus). Pour éviter de revenir en arrière, un local nous conseille un autre chemin, celui-là non marqué sur la carte. Je suis dubitatif mais faisons confiance aux locaux. Un local qu'on va maudire en traversant un champ, des herbes jusqu'à la poitrine, en poussant le vélo et en faisant une tranchée, le chemin disparaissant subitement comme indiqué sur... la carte. Nous trouvons bien des jalons en bois balisés en jaune : sans doute un ancien chemin (on distingue une vague trace). Nous sortons de ce traquenard complètement fourbus pour monter aux Estables à 1300 m d'altitude. Nous sommes passés en Haute-Loire. Le thermomètre annonce 25°C mais en plein soleil, dans des pentes à 10% avec un vélo chargé, c'est déjà quinze de trop ! Nous faisons le plein d'eau et filons jusqu'à la Croix. Ouf. Mission accomplie. Il est à peine 16h. Sous les conseils de Mick Souveton, fort grimpeur de Haute-Loire, nous nous laissons descendre pour aller bivouaquer un peu plus bas au pied d'un petit site d'escalade. Soirée superbe avec petite ascension de la roche Pointue pour voir le coucher du soleil.

A noter un fait récurrent sur certaines images : l'absence de casque sur la tête. Si je suis limite un peu trop protecteur lorsque je suis avec mes filles, ce n'est pas au point d'être débile pour les obliger à le garder inutilement lorsqu'il s'agit de l'ascension d'un col à moins de 10 km/h en plein soleil ! Le casque est donc porté systématiquement sur les plats, les descentes et mêmes les courtes montées ou lorsqu'il fait frais dans celles-ci mais enlevé pour le confort lors d'ascension chaudes.

Départ dans la fraîcheur

Départ dans la fraîcheur

La Loire

La Loire

Lac d'Issarlès

Lac d'Issarlès

Le plateau avant de monter aux Estables
Le plateau avant de monter aux Estables
Le plateau avant de monter aux Estables

Le plateau avant de monter aux Estables

Montée à la croix de Peccata

Montée à la croix de Peccata

Soirée à la roche Pointue
Soirée à la roche Pointue
Soirée à la roche Pointue
Soirée à la roche Pointue
Soirée à la roche Pointue
Soirée à la roche Pointue

Soirée à la roche Pointue

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Massif Central, #vélo, #nuitée

Repost0

Publié le 16 Juillet 2023

Lac de Charpal - Lanarce. 56 km ; 700 m D+

Une matinée durant laquelle on a envie de prendre son temps. Le soleil dissipe rapidement les brumes apportées par la petite pluie de la nuit. Instant magique au bord du lac de Charpal. Non loin de notre tente, nous avons sympathisé avec un connaisseur des lieux, Mick s'il se reconnaît en lisant ces lignes, friand de VTT. Il m'offre le café et la discussion et pendant que les filles terminent leur nuit. Cette traversée du Massif Central nous aura apporté de très belles rencontres avec des gens qui habitent ce magnifique territoire.

L'étape passe par Châteauneuf-de-Randon (ravito), Pierrefiche (pause méridienne au calme sur la pelouse devant l'église) puis Langogne (pause glace) où nous traversons l'Allier pour revenir en AURA (Ardèche). La route remonte. Festival de petites routes absolument désertes. Même la D108 entre Lespéron et Lanarce demeure peu passante. Le petit camping a l'air tranquille. Nous nous poserons là (7€ à trois !), sachant qu'il y a pas mal de commerces le long de la route nationale juste au-dessus du village. La pizzeria est top. Charcuterie locale à gogo. Une étape somme toute assez tranquille mais suffisante pour les filles après deux jours intenses.

Réveil
Réveil
Réveil

Réveil

Pistes forestières sur le plateau du lac de Charpal
Pistes forestières sur le plateau du lac de Charpal

Pistes forestières sur le plateau du lac de Charpal

Petites routes ardéchoises
Petites routes ardéchoises

Petites routes ardéchoises

Bien installés à Lanarce

Bien installés à Lanarce

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Massif Central, #nuitée, #vélo

Repost0