ski-glisse

Publié le 6 Mars 2021

La Chartreuse orientale se présente comme une longue barrière d'environ vingt-cinq kilomètres dont le flanc ouest présente des plateaux inclinés permettant une traversée de haut vol. Rappelons au passage les diverses possibilités :

1- L'intégrale au plus court : Dent, Bellefont, Granier (2000 m de déniv, 30 km)
2- L'intégrale par les sommets : Dent, Rocheplane, Lances, Manti, Alpe, Granier (2500 m de déniv, 35 km)
3- L'intégrale + rochers du Midi en descendant jusqu'à Perquelin et fin à la Pallud (3300 m de déniv, 45 km). Faite en 2013.
4- La méga traversée Grenoble - Chambéry (3600 m de déniv, 70 km). Faite en 2008.
5- La petite traversée : col de Marcieu - col du Coq : aup du Seuil, Lances, Midi, Dent (2200 m de déniv, 15 km). Faite en 2020.
6- ...

La deuxième est la plus équilibrée et demeure skiable en ce début mars malgré des conditions dignes d'une seconde quinzaine de mars en faces nord et d'une mi-avril en faces sud !! Avec un isotherme zéro annoncé assez bas, les risques de non-dégel en altitude, les neiges peu enthousiasmantes du moment... ce genre de "voyage" à côté de la maison s'impose comme une des belles idées de ce début de printemps météorologique.

Lulu la machine du plateau est partante. Après une dépose de voiture un peu fastidieuse à la baraque forestière du Granier, l'aventure commence en baskets au Baure de Saint-Pancrasse vers 8h15. Nous ne mettrons pas les peaux avant le bas du vallon de Marcieu : montée à la Dent au sec puis dans les traces (crampons non utilisés) pour le pas de l'Oeille, cheminée de Paradis puis crête de Rocheplane à pied également et idem pour Bellefont et arête sud des Lances bien secs. Les skis seront toutefois bien utiles pour gagner un temps fou dans la traversée Dent => Lances : une première du sommet de la Dent jusqu'au pied de la cheminée de Paradis puis une seconde de Rocheplane à sous Bellefont : les 2x1,5 km sont réalisés en moins de dix minutes ce qui est inconcevable à pied.

La descente des Lances nous offre du bon ski transformé et le long vallon de Marcieu demeure plaisant avec une glisse sur une neige parfaite : un piéton même coureur, sans parler de l'enfoncement, serait complètement distancé. Les peaux sont enfin mises pour rejoindre la crête ouest du Grand Manti ; traversée (descendante donc sans peaux) un peu fastidieuse vers le pré Pratcel (là encore, gros gain de temps sur le piéton) puis re-peaux vers la croix de l'Alpe et le beau vallon de Pratcel. Du ski agréable jusqu'à l'Alpette où il faut encore traverser le plateau avec les peaux : les Gignoux et leur débattement inégalé vers l'arrière sont un atout. Le pas des Barres est sec et vite avalé. Quand on en sort, le sommet du Granier n'est encore pas tout proche malgré le faible dénivelé : il nous faudra pas moins de trente minutes pour l'atteindre et sans traîner. On n'aura pas chômé avec une Lulu en pleine forme et pourtant, cela fait 6h qu'on a quitté la Dent.

Reste à trouver le sésame de sortie : d'abord l'unique passage pour se sortir du plateau sommital (pas évident à vue sans traces bien marquées - la géo-localisation change vraiment la donne) ; puis le pas de la Porte, déneigé sur son entrée sud. Les skis seront précieux pour négocier la raide traversée enneigée qui suit. Encore quelques virages sur une neige bosselée et un peu de sanglier et le dernier déchaussage arrive, un peu plus haut que ce que je pensais, vers 1400 m. Restent 500 m de portage en baskets sur un super sentier garni de feuilles pour retrouver la voiture.

En résumé :
- Une traversée magnifique (déjà dit).
- Tout à fait logique à skis en cette période de conditions dégradées ; à pied, ce serait une mission.
- 8h30 quand même pour l'ensemble. Avec les mêmes conditions de neige, un dénivelé équivalent sur du terrain classique sans ces longueurs et avec moins de manips me prendrait 5h/5h30. C'est donc long et il ne faut pas regarder uniquement le D+.

 

Post scriptum : Arrivé à la maison un peu après 18h et déjà des contrôles gendarmerie à l'entrée de Bernin. Je ne conteste évidemment pas le fait de mettre en place des situations barrière au Covid mais interdire aux gens d'être dans la nature après 18h me met en rogne. Nous sommes nombreux (et de plus en plus j'ai l'impression) à nous dire qu'au-delà du virus, le tournant que prend notre société et ses fondements est dramatique. Nous n'avons pas le choix de vivre avec ce virus ; par contre, les mesures prises par le gouvernements sont des choix et peuvent donc être autres. Certaines ne sont pas tolérables à mon sens.

Montée à la Dent
Montée à la Dent
Montée à la Dent

Montée à la Dent

Cheminée de Paradis

Cheminée de Paradis

Rocheplane
Rocheplane
Rocheplane

Rocheplane

Lances de Malissard
Lances de Malissard
Lances de Malissard
Lances de Malissard
Lances de Malissard

Lances de Malissard

Alpettaz
Alpettaz

Alpettaz

Pratcel
Pratcel
Pratcel

Pratcel

Croix de l'Alpe
Croix de l'Alpe

Croix de l'Alpe

Pas des Barres
Pas des Barres

Pas des Barres

Granier
Granier

Granier

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #ski-glisse

Repost0

Publié le 28 Février 2021

J'avais ébauché une liste de randonnées à skis "enfant" il y a quelques années, en réfléchissant aux manips possibles (remontées mécaniques, TC...) pour augmenter le ratio D-/D+. Bon, pour les remontées, il va falloir attendre. Mais au final, les courses s'enchaînent et la progression des enfants ados est désormais palpable.

Aujourd'hui, ce sera la classique crête de Brouffier dans le massif du Taillefer. Avec le printemps précoce, ce sera une très bonne idée car si la neige est encore bien présente au parking à 1500 m, l'enneigement demeure moindre que celui de Belledonne et si l'anticyclone perdurait encore une semaine avec les mêmes températures, il faudra déjà compter avec des interruptions d'enneigement.

Même si la neige froide avec peinture sur les arbres reste de loin ma préférée pour le plaisir de la trace, celui de la descente et celui des yeux, la neige de printemps rencontrée nous aura permis une ambiance "nouvelle" pour cette saison, et des conditions fort agréables : à la montée, sans les gants et en t-shirt (sauf les derniers mètres) ; à la descente avec du ski ludique et facile, quand bien même je le trouve un peu ennuyeux.

Les filles, désormais étiquetées "ado" et non plus "enfant", commencent à bien se faire plaisir et à réaliser de véritables randonnées. Avec 900 m de dénivelé, on touche là à ce qu'on a fait de plus long cette saison. Il est probable que je n'irai pas sur plus long pour l'instant ; c'est à nous d'adapter les sorties à celles des enfants et ne pas les faire couiner sur ce qu'on aurait envie de faire. La barrière des 800 m de dénivelé, qui marque la limite de la cotation 1 dans le Toponeige, a parfaitement été estimée par l'auteur de la collection (Volodia).

A noter les conditions semblant très bonnes sur le Taillefer (pas de la Mine qui passe à peaux). Et l'horaire de descente adapté : 14h a minima. Très surpris de voir des skieurs (plusieurs...) descendre en fin de matinée sur une neige détestable. Cette saison, qui marque un pas en avant sur l'essor du ski de randonnée, voit de nombreux (très bons) skieurs (alpins) se mettre à la peau, mais manquant encore de connaissance. Nous ne sommes que fin février : il est illusoire d'espérer un dégel d'une face ouest avant deux ou trois heures après le zénith !

La liste des sorties s'allonge mais surtout celle des projets !!

La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge
La liste s'allonge

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Taillefer, #ski-glisse

Repost0

Publié le 26 Février 2021

Cette histoire a commencé le 19 octobre dernier. Malheureusement, trois jours trop tard. Cela faisait un moment que les loups traînaient sur ce secteur ; nous les avions entendus à trois reprises dont un fois avec les filles. Mais cette carcasse de cerf aurait gagné à être trouvée 72h auparavant. Malgré tout, il fallait tenter notre chance et nous y remontions dès le lendemain avec Morgan pour mettre en place un "studio" en plein air avec quatre caméras.

En voici quelques nouvelles au sortir de l'hiver... 

Loups
Loups
Loups
Loups
Loups
Loups
Loups
Loups

Loups

Biches

Biches

Chamois
Chamois
Chamois

Chamois

Hermine

Hermine

Tétras-lyres. Il y avait aussi d'autres oiseaux (casse-noix, grive litorne...), du renard, du bouquetin, martre, écureuil...

Tétras-lyres. Il y avait aussi d'autres oiseaux (casse-noix, grive litorne...), du renard, du bouquetin, martre, écureuil...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #loup, #ski-glisse

Repost0

Publié le 20 Février 2021

Peut-on d'ores et déjà tirer le bilan de cet hiver ? Nous sommes à une semaine du mois de mars (et donc du printemps météorologique), le manteau neigeux en Isère vient de passer à zéro à 1100 m d'altitude (hormis quelques fonds de vallées encaissées) et on nous prévoit (au moins) quinze jours anticycloniques avec des températures allant de 5 à 10 degrés supérieures aux normales !!

Prévisions à Grenoble

Prévisions à Grenoble

La question mérite d'être posée même si on n'aura pas la réponse : rien ne dit qu'on ne vivra pas une "glaciation" tardive et un printemps pourri type avril 2012 ou mai 2013. En revanche, ce qui est presque certain, c'est que le ski en Préalpes va tirer sa révérence d'ici ces deux semaines. Et même si on prenait du grand mauvais ensuite, la neige alors fraîchement tombée serait vite balayée une fois le beau temps revenu. Il faudrait vraiment une période de mauvais temps durable pour remettre l'hiver au programme sur Chartreuse et Vercors. Nous le saurons assez vite... En observant la balise nivôse du col de Porte (Chartreuse, 1300 m), on peut estimer qu'il restera moins de 40 cm de neige d'ici ces deux semaines. Il n'en faudrait pas deux supplémentaires derrière... (pour info, la moyenne de passage à zéro de cette balise sur ces dix dernières années se situe le 17 avril). Quant à la dent de Crolles, dont je fais généralement la dernière à skis autour de fin mars - début avril, elle pourrait être out dans deux semaines. Un record depuis 2011 ! Comme quoi, il ne suffit pas que la neige tombe : il faut aussi qu'elle reste. Le contraste entre les ubacs (très bien enneigés au-dessus de 1500 m) et les adrets (qui vont dérouiller) d'ici la mi-mars pourrait être saisissant.

Hiver 2021. Quel hiver ?

Cet hiver n'aura pas été marquant par la quantité de neige en plaine ou même vers 1000 m. C'est d'ailleurs pour cela que le sol est déjà sec à ces altitudes après seulement quelques jours de beau. En revanche, entre 1500 et 1800 m, il est excédentaire depuis la mi-janvier. Mais surtout, c'est sans doute un des meilleurs crus que j'ai pu voir concernant la qualité de la neige. Je n'ai pas souvenir d'avoir pu faire des sorties intégralement poudreuses, sans que le vent, le redoux ou la pluie ne viennent l'abîmer pour plusieurs jours, et ce, pendant pratiquement deux mois.

Pour illustrer l'enneigement en plaine, voici les données de cet hiver si on en restait là (relevés à Bernin, Isère, ait. 300) :
Jours avec chute de neige : 9 (moyenne 13)
Cumul de neige au sol  : 38 cm (moyenne 52 cm)
Nombre de jours avec chute de neige ou neige au sol* : 25 (moyenne 28)

* Il s'agit du nombre de jours où un carré dans un champ repère, à plat mais à l'ombre, reste enneigé. Le dernier jour avant la fonte, la vallée est donc globalement sèche.

Plus haut, le col de Porte (1300 m) accuse un cumul d'environ 380 cm à ce jour, et donc, compte tenu des prévisions, ce chiffre sera identique d'ici deux semaines. Il est tout à fait possible qu'il en tombe encore autant d'ici le mois de mai même si cela est peu probable. Pour information, la moyenne annuelle se situe aux alentours des 6 mètres. Nous verrons si on s'en approche ou pas. Du côté de l'Aigleton (Belledonne, 2240 m), le cumul atteint les 7,5 m mais cette valeur est un peu faussée par les chutes de neige (inutiles pour l'hiver) survenues entre fin septembre et mi-octobre (environ 1 mètre). Je n'ai pas la valeur moyenne mais durant les hiver 2013 et 2018, on avait dépassé les 10/11 mètres (record pour 2013 avec neige au sol en continue de fin octobre à mi-juillet !!!). Il est tout à fait possible que cette valeur soit atteinte cette année. De manière générale, la bascule se situe autour de 1500 m en Isère, 1300 m sur la Haute-Savoie : en-dessous, l'enneigement aura été déficitaire ; au-dessus excédentaire. A ce jour... A suivre !

Petit tour à la Dent. Encore un peu et on y grimpe ! (sans le vent).

Petit tour à la Dent. Encore un peu et on y grimpe ! (sans le vent).

Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.
Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.
Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.
Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.
Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.

Encore un tour à la Dent (mais seulement jusqu'aux falaises - sans faire le pas de l'Oeille donc) avec les filles. Une rando qu'elles n'avaient pas encore fait. Voilà qui est fait pour parfaire leur connaissance des classiques locales avant la fonte.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo, #Chartreuse, #ski-glisse

Repost0

Publié le 16 Février 2021

Mon activité autour du loup est quelque peu ralentie. Comme souvent autour de la faune, j'aime prendre les espèces les unes après les autres et apprendre à les connaître. J'ai passé deux années et demi à essayer de suivre les loups d'une vallée et j'ai beaucoup appris. Alors certes, je me considère toujours comme novice et ai encore beaucoup à apprendre. Mais il faut reconnaître que l'ampleur de la tache est parfois décourageant : d'abord le terrain (du dénivelé, de la distance, du hors-sentier parmi le pire de ce qu'on doit rencontrer dans nos Alpes), ensuite l'animal (un fantôme, une intelligence), au final la goutte d'eau dans un vase bien plein, le vol de deux caméras cette année.

Si la pilule de la première a été assez rapidement avalée, la seconde est passée plus difficilement avec un peu de résignation. Certains doivent peut-être s'en réjouir en lisant ces lignes. Je pense notamment à ceux qui détestent le loup pour des raisons qu'on connaît. Grand bien leur fasse ; pour ma part, il ne me viendrait pas à l'esprit d'être content lorsqu'un berger farouchement opposé au loup se ferait prélever des brebis par Isengrin. Au-delà de ces considérations personnelles, on peut se poser la question concernant la pose de ce type de caméras qui se généralise et notamment pour la protection de l'intimité de chacun. Pour le moment, la règlementation n'interdit pas vraiment de faire quoi que ce soit, encore qu'il faille théoriquement l'autorisation du propriétaire. Il faut notamment le prendre en considération lorsque nous sommes en terrain public (ex : ONF). Pour le reste, je peux comprendre que des personnes soient gênées par cette pratique, qu'elles soient chasseurs ou "simples" randonneurs. De mon côté, j'atteste que tous les plans de personnes sont systématiquement mis à la poubelle, sauf dans deux cas :
1- Personnes non reconnaissables (loin ou de dos), lorsque le plan pourrait me servir ;
2- Personne(s) susceptible(s) d'avoir vu ma caméra (pour éventuellement essayer - probablement en vain - de retrouver le coupable d'un vol a posteriori). Je précise que dans ce cas, les images sont gardées à la maison et non diffusées.

Il reste que le "passant" qui tombe sur une caméra peut ne pas avoir envie d'être filmé et être tenté de la voler. En ce qui me concerne, l'acte n'est quand même pas "facile" car il aura fallu couper le câble de sécurité (ou les attaches arrière) ce qui signifie que les coupables possédaient dans leur sac le matériel adéquat et donc, étaient déjà bien intentionnés ! Précisons qu'il existe une manière toute simple de signifier son mécontentement : il suffit d'ouvrir la caméra et de voler uniquement la carte mémoire. Evidemment, j'en serais un peu dégoûté mais ce serait nettement moins pire...

Pour en revenir à mon activité autour de ces caméras automatiques, elles restent indispensables pour apprendre, comprendre. C'est toujours un grand plaisir que de mettre la carte mémoire dans l'ordinateur et découvrir ce qui s'est passé pendant des semaines. Cette caméra avait été posée autour du 20 septembre et je n'y étais pas retourné depuis. Une fois sur place, terrain méconnaissable mais je retrouve assez facilement le bon arbre. Il faudra creuser : pas moins de deux mètres de neige à cet endroit !!!

225 vidéos. Il y aura de quoi éplucher. Au final, beaucoup de cerfs (normal, c'est leur coin), mais aussi du loup, renard, lièvre variable, martre, oiseaux... Un régal !! Sans compter encore un bon moment dehors et beaucoup de plaisir à se déplacer à skis sur la neige, avec quelques petites pentes au passage... et plus de 1600 m de dénivelé. Quand on aime, on ne compte pas !

Cerfs
Cerfs
Cerfs
Cerfs
Cerfs

Cerfs

Loups
Loups

Loups

Renard

Renard

Lièvre variable

Lièvre variable

Nivose

Nivose

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #brame du cerf, #loup, #ski-glisse, #animaux

Repost0