belledonne

Publié le 23 Juin 2022

La montagne et ses activités, ce sont également des moments forts en partage. C'était bien l'objectif de cette sortie grimpe avec David, d'autant qu'on n'avait jamais grimpé ensemble dehors. L'occasion pour moi d'inverser la tendance, une fois n'est pas coutume avec cet animal hyper entraîné. Je crains le retour de bâton l'hiver prochain...😅

Et toujours un plaisir de retrouver la Petite Corse de Belledonne et les dernières créations de la petite équipe de Stéphane Vallon. Encore merci pour le travail effectué là-haut. Un équipement cool qui permet de grimper sans stress, un beau rocher et un nettoyage efficace. A noter que les voies restent majoritairement à l'ombre (sauf celles de la face est bien entendu) jusqu'à la mi-journée ce qui est bien appréciable même si les températures sont redescendues d'un cran.

Photos IPhone 7
Photos IPhone 7
Photos IPhone 7

Photos IPhone 7

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

Ca commence à faire quelques passages sur ce sommet. C'est une histoire qui a commencé en 1997 avec Pascal et Nico  jusqu'au sommet puis avec mon frère pour la traversée vers la croix.

Au fil du temps, j'ai échafaudé des projets sur ce sommet. Y revenir simplement pour le plaisir, emmener quelqu'un ou le réaliser un peu "différemment". Le premier fut l'arête du Doigt histoire de monter versant Allemond avec le regretté "Petit" Matthieu (2003). Il a ensuite bien fallu le skier suivant la ligne ouverte par Volodia Shahshahani. Ce fut en mai 2004 avec Lionel Allemand. Ensuite, ce fut la face nord-ouest par la voie Rébuffat, accompagné de Thibaut en juillet 2009 (sortie 17). Deux ans plus tard, l'idée germait de le faire en express depuis la fin de la route de la Gorge, avec l'ami Oliv'. Cet A-R rapide m'avait poussé à y retourner mais cette fois, en partant de la maison avec approche vélo. Ce fut à l'automne 2014. Mais ce n'était pas tout.

Je m'étais mis en tête de réaliser la traversée en solo intégral. Et une première tentative de repérage avait apporté beaucoup d'éclaircissements : d'abord la faisabilité du projet mais aussi l'idée d'intégrer cette traversée dans un tour complet du lac Blanc par les arêtes de ses 12 sommets. Ce fut chose faite avec l'ami François un mois plus tard. Un de mes plus beaux souvenirs en Belledonne assurément.

Entre temps, j'y suis revenu pour le simple plaisir de partager ce sommet avec l'ami JP, tristement décédé cette année ou encore avec Cat' qui n'y étais jamais allée. Et bien sûr, pour réaliser ce projet de solo : un très grand moment !!. Il m'en restait une dernière dans les cartons : dormir au sommet. La météo de ce vendredi est au grand beau sans risque d'orage. Pas de vent et canicule en plaine. Ne serait-ce pas le créneau quasi parfait ?

Il y a de la place pour deux cordées ; c'est même plutôt spacieux. Côté matériel, il paraît indispensable de déposer un tapis en mousse basique pour éviter de percer le matelas. Petit supplément de poids mais au demeurant peu gênant tant on est peu chargé pour aller faire l'arête nord (normale ou intégrale) puis la traversée classique vers la Croix le lendemain (32 m de corde + Escaper suffisent pour les rappels).

J'ai rarement aussi bien dormi en bivouac sans tente. Le luxe de la fraîcheur, toute relative car à 3000 mètres à 7h du matin, on ne supportait déjà plus la micro doudoune... Et les bouquetins qui nous accompagnent sur le sommet toute la soirée !!

Pour cet é-nième passage sur la traversée, je me pose des questions concernant l'équipement. On trouve quelques rares plaquettes ou pitons, parfois à des endroits inutiles, mais souvent rien et parfois rien à des endroits où on n'arrive pas à protéger. On pourrait engager une concertation avec les acteurs de la montagne. Le débat est ouvert mais de mon point de vue :
- Les 3 rappels sont équipés mais on pourrait les rendre "propres" avec une deuxième plaquette (plutôt qu'un piton parfois douteux) voire une chaîne.
- Pour éviter l'utilisation d'un auto-décrocheur de rappel (délicat pour le grand public) et donc éviter d'emporter un second brin de corde qui ne servira à rien d'autre que pour ces rappels sur 2000 mètres de dénivelé, permettre au leader de la cordée de les désescalader sans être en solo en ajoutant deux ou trois points dans ces longueurs de rappel (protections naturelles quasi impossibles).
- ajouter deux ou trois points sur la traversée : dans la traversée après le dernier rappel, dans la traversée après le premier 4c, dans le crux du second 4c.

L'autre idée c'est évidemment de ne rien toucher et que chacun fasse avec l'équipement en place. Mais comme des plaquettes ont déjà fleuri ça et là, on peut à mon sens réfléchir sur comment améliorer l'ensemble sans que la traversée des Trois Pics ne devienne une voie équipée. Dans tous les cas, je trouve cette course toujours aussi belle et il faut reconnaître que le coin a vraiment de la gueule.

A noter la seule véritable petite contrainte : l'eau à emporter (nous avions pris 3 litres chacun depuis la glacier) soit 3 kg de plus entre 2400 et 2977 m dont l'escalade de l'arête nord intégrale (car bien évidemment, du parking au glacier, nous n'avons pas porté le moindre centilitre même avec la canicule car les points d'eau se trouvent au pire tous les 300 mètres de dénivelé).

Approche
Approche

Approche

Arête nord intégrale

Arête nord intégrale

Dernière longueur sous le sommet

Dernière longueur sous le sommet

Soirée au sommet
Soirée au sommet
Soirée au sommet
Soirée au sommet
Soirée au sommet

Soirée au sommet

Réveil
Réveil
Réveil

Réveil

Sur la traversée des arêtes
Sur la traversée des arêtes
Sur la traversée des arêtes

Sur la traversée des arêtes

Descente de la Croix
Descente de la Croix

Descente de la Croix

Au col de Freydane après avoir rencontré de près cinq beaux mouflons mâles

Au col de Freydane après avoir rencontré de près cinq beaux mouflons mâles

Le lac Blanc
Le lac Blanc
Le lac Blanc

Le lac Blanc

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi, #nuitée

Repost0

Publié le 12 Juin 2022

Des contraintes et la chaleur ne nous poussent pas à passer l'entier dimanche en montagne. L'idée est de profiter tout simplement d'être là ce matin, d'accrocher un petit sommet avec la vue, faire quelques glissades sur la neige... Après un copieux petit-déjeuner au soleil, on choisit l'épaule du bec d'Arguille, accessible en baskets et sans autre matériel, puis une traversée vers le col du Sambuis et le lac du même nom. Une jolie boucle jusqu'à retrouver le sentier vers 2100 m. Les filles filent vers l'épingle versant Villards tandis que je vais vers la voiture au col du Glandon avant de les récupérer. Si on doutait encore du sentier le plus efficace, elle m'auront attendu un petit moment en ayant marché cool alors que je n'ai pas l'impression d'avoir traîné. Il fait bien chaud en montagne même à 2000 mètres.

Vingt-quatre heures en immersion dans Belledonne. Des moments simples mais forts.

Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix
Début de journée autour du lac de la Croix

Début de journée autour du lac de la Croix

Ascension de l'épaule du bec d'Arguille
Ascension de l'épaule du bec d'Arguille
Ascension de l'épaule du bec d'Arguille
Ascension de l'épaule du bec d'Arguille
Ascension de l'épaule du bec d'Arguille
Ascension de l'épaule du bec d'Arguille

Ascension de l'épaule du bec d'Arguille

Descente par la combe du Sambuis
Descente par la combe du Sambuis
Descente par la combe du Sambuis
Descente par la combe du Sambuis
Descente par la combe du Sambuis

Descente par la combe du Sambuis

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #nuitée, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 11 Juin 2022

On continue dans la série "dormir dehors". Cette fois-ci, c'est avec les filles et direction l'envers de Belledonne. Avec cet été en avance, j'en avais presque oublié que c'est un des endroits les mieux enneigés du massif et que nous ne sommes que mi-juin. Dès 2200 m d'altitude, la neige tapisse encore les combes encaissées en continue et le choix du lac de la Croix s'est révélé limite pour bivouaquer dans des conditions confortables. Nous avons heureusement pu trouver une plateforme juste assez grande, à peu près plate et avec seulement quelques cailloux à enlever. Située à gauche en arrivant au lac, elle permettait d'avoir le soleil jusque vers 19h30 le soir et dès 7h le matin. Pour mieux en profiter, nous avons dîné à l'est du lac (soleil jusqu'à 20h) puis sommes montés au col de la Croix en profiter jusqu'à 21h30 (ou presque). Il faut dire que nous sommes dans les jours les plus longs le soir.

Quelques remarques sur le coin :
- L'enneigement donc, encore bien présent (plusieurs longs névés obligatoires pour monter au lac). Mais ça devrait bien fondre avec les 4 jours de chaleurs annoncés en milieu de semaine.
- Autour du lac c'est neige e
ncore majoritaire.
- Animaux : les mammifères habituels (bouquetins, chamois, marmottes) + aigle royal, vautour fauve, lagopède alpin...
- Eau : présente de partout. A contrario du week-end dernier en Vercors où nous avions trois litres par personne en début d'étape et à chaque ravito, ici je n'ai absolument pas porté d'eau sauf au maximum un litre sur moins d'une heure (genre pour aller à une crête).
- Approche : plus ça va, moins je trouve valable le départ du col du Glandon. Préférer celui en contrebas versant Villards (150 m de dénivelé en plus mais au final, moins de 100 mètres avec les petits "monte-descend" de l'itinéraire depuis le col et presque deux fois moins de distance jusqu'à la jonction des deux. 
- Bon regel la nuit mais dégel très rapide au soleil.

Album photo

Lys orangé et pique-nique à Grand Maison avant de démarrer
Lys orangé et pique-nique à Grand Maison avant de démarrer

Lys orangé et pique-nique à Grand Maison avant de démarrer

Approche verte
Approche verte
Approche verte

Approche verte

Approche blanche
Approche blanche

Approche blanche

Reco solo au-dessus du col de la Croix

Reco solo au-dessus du col de la Croix

Bivouac à l'ouest du lac
Bivouac à l'ouest du lac

Bivouac à l'ouest du lac

Pause dîner à l'est du lac
Pause dîner à l'est du lac

Pause dîner à l'est du lac

Montée du soir au col de la Croix
Montée du soir au col de la Croix
Montée du soir au col de la Croix

Montée du soir au col de la Croix

Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie
Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie

Soirée au col de la Croix, frontière Dauphiné/Savoie

Fin de partie
Fin de partie

Fin de partie

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #nuitée, #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 23 Mai 2022

La semaine qui vient de s'écouler aura été marquée par de fortes chaleurs (i.e. Tmax >30°C) voire même de très fortes chaleurs puisque la station météorologique de Grenoble-SMH a enregistré une température de 34,6°C et que donc, localement, on a forcément dépassé les 35°C ! Un phénomène qui fait suite à un hiver très éloigné de la norme et marquant par sa sécheresse. En effet, dans les Alpes du nord, après un départ exceptionnel (enneigement record de longue date à la mi-décembre), l'essentiel de la saison (i.e. de janvier à avril inclus) n'aura vu qu'une poignée de journées pluvio-neigeuses, séparées par de longues périodes anticycloniques. Pire ; les Alpes du sud (et dès le col du Lautaret) n'ayant pas bénéficié des chutes de neige de début décembre, ont vécu un hiver catastrophique, notamment au sud et à l'est des Ecrins, qui ressemble même à un "pas d'hiver du tout". De mémoire, mêmes les très mauvaises années dans les Alpes du nord depuis que je pratique la montagne en hiver (je pense notamment à 1993) n'ont pas été aussi mauvaises...

Cette sécheresse dramatique pour l'accumulation neigeuse (et donc les réserves d'eau) ne s'est pas trop remarquée de visu pour le commun des mortels avec un enneigement resté continu longtemps à 1000 mètres et la balise nivôse du col de Porte (point de repère remarquable) est définitivement passée à zéro le 20 avril (alors que la moyenne se situe au 17). Il faut dire qu'avec ces journées de beau temps, le ciel clair nocturne a permis un bon regel tout au long de l'hiver et sans coup de foehn.

Les choses ont commencé à sérieusement se gâter à partir du printemps avec la conjonction de plusieurs facteurs :
- Toujours pas de pluies significatives
- températures globalement (bien) au-dessus de la moyenne pendant plusieurs semaines
- cumul d'enneigement au sol faible du fait de la sécheresse de l'hiver
- plus de deux semaines consécutives avec une température maximale allant de 5 à 12°C au-dessus de la moyenne en mai

Les Pyrénées, qui avaient un enneigement un peu meilleur que dans les Alpes se sont littéralement faites massacrer en raison de la couche de sable tombée en mars. La station nivôse du port d'Aula est passée ces 6 derniers jours de 120 cm à... plus rien du tout. Une fonte de 20 cm/jour qui me semble être quasi un record (non ?). En Belledonne, on retrouve la fonte habituelle (un peu plus de 10 cm/jour) lorsque les températures sont à ce niveau avec un passage de 90 cm à 20 (balise de l'Aigleton). Mais le fait que cette débâcle soit conforme aux températures ne doit pas masquer le véritable état des lieux :
- la station de l'Aigleton est en passe d'être à zéro près de trois semaines avant la date moyenne de ces onze dernières années (je n'ose pas imaginer si on compare à la date moyenne de la période 1980-2010, déjà marquée par un léger réchauffement) qui se situe précisément le 14 juin.
- l'écart entre la fonte au col de Porte et à l'Aigleton (en schématisant, aux altitudes 1300 et 2300 dans les Alpes du nord) est de deux mois au printemps. Cette année, il sera de guère plus d'un mois. Les limites de l'enneigement continu actuel s'apparentent à celles d'une mi-juin mais avec le faible cumul de neige en général, ces écarts devraient se creuser. La catastrophe pour les glaciers sauf "glaciation" exceptionnelle durant l'été à venir.

En résumé, une semaine inquiétante qu'on aurait envie d'oublier. Quelques sorties illustrant (ou pas) cette débâcle précoce.

Guêpiers d'Europe devant la dent de Crolles. Ils sont revenus à la date habituelle

Guêpiers d'Europe devant la dent de Crolles. Ils sont revenus à la date habituelle

Jeune grive musicienne en Chartreuse. Les oiseaux n'ont pas attendu pour nicher.

Jeune grive musicienne en Chartreuse. Les oiseaux n'ont pas attendu pour nicher.

Petit gravelot dans la vallée

Petit gravelot dans la vallée

L'éclipse de Lune de lundi dernier. Encore un mauvais point de la semaine : troisième éclipse (totale) de lune consécutive avec nuages perturbateurs pile au mauvais moment et en pleine période anticyclonique. La guigne totale !

L'éclipse de Lune de lundi dernier. Encore un mauvais point de la semaine : troisième éclipse (totale) de lune consécutive avec nuages perturbateurs pile au mauvais moment et en pleine période anticyclonique. La guigne totale !

Balade en Belledonne : déneigement et débâcle des lacs comme pour une mi-juin.
Balade en Belledonne : déneigement et débâcle des lacs comme pour une mi-juin.
Balade en Belledonne : déneigement et débâcle des lacs comme pour une mi-juin.
Balade en Belledonne : déneigement et débâcle des lacs comme pour une mi-juin.

Balade en Belledonne : déneigement et débâcle des lacs comme pour une mi-juin.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #Chartreuse, #nivo-météo, #randonnée sportive

Repost0