Grande !

Publié le 28 Février 2015

Suite au brouillard de dimanche dernier, je voulais revenir "finir le boulot". L'idée était à la base de rejoindre le col de la Valloire, quelques 1800 m de dénivelé au-dessus du parking d'un seul jet. Son orientation sud-ouest et ses pentes douces mis à part quelques talus en font un objectif envisageable même après de belles chutes de neige. La trace est là et ça monte vite. Je croise Pascal qui descend et a fait le tour par l'Eglise. "C'est beau là-haut". J'ai hâte d'y être car pour le moment, c'est la purée de pois, comme dimanche dernier mais en bien moins épais. J'en sors à 2000 m seulement. Déjà 1000 m que je grimpe. J'atteins le lac de la Folle après avoir suivi une "mauvaise" trace sans m'en apercevoir. Il est 15h30 (précision, je suis parti à 14h). Il me faut du coup redescendre une petite centaine de mètres sur le lac Blanc. Voyant que la trace est faite aussi sur le col d'Arguille, je vise finalement ce dernier qui paraît débonnaire alors que j'ai failli m'y faire très mal cet automne.

Montée au col d'Arguille

Montée au col d'Arguille

Le temps s'est voilé par rapport au matin mais il semblerait que ça se redégage un peu plus tard au vu de ce que je vois à l'ouest. Au-dessus de moi, les couloirs de la Grande Valloire me tendent les bras. Je ne les ai jamais fait. La neige est abondante mais me paraît stable. C'est un peu bizarre voire presomptueux d'annoncer que ça "paraît stable" alors que la nivologie est bien compliquée. Les accidents de ces derniers jours nous l'ont rappelé. Il y a même eu, je l'apprendrais le soir en rentrant, un skieur décédé au Charmant Som en Chartreuse. Par risque 2, à 1600 m d'altitude dans la combe nord-ouest que nous avons tous descendue en grosse poudre...

Mais aujourd'hui et ici, je le sens bien. La poudre n'a pas été ventée à part légèrement en surface. Il n'y a pas de cohésion. Le cône est bien convexe et court. Je serai rapidement dans le couloir et a priori à l'abri. Etant donnée l'heure, le soleil ne chauffera plus suffisamment pour que ça dégueule au-dessus alors go !

Quelques conversions dans le premier couloir puis je passe en mode brassage

Quelques conversions dans le premier couloir puis je passe en mode brassage

Après 100 m de dénivelé dans le cône d'attaque puis autant dans le premier couloir, je mets les skis sur le sac. Etant parti pour une rando tranquille, je n'ai pas de matériel d'alpinisme. Ni piolet, ni crampons. Mais bon, un couloir, même raide, si c'est bien poudreux, on s'en passe. Au pire, si il y a des ressauts en neige dure, eh bien je buterai. Je ne choisis pas le couloir est, évident et bien connu (mais rarement fréquenté) mais un autre couloir orienté nord-ouest et qui semble sortir très près du sommet, si toutefois ça passe. Je n'ai aucune info sur ce couloir. Ce sera la découverte.

Le vide se creuse peu à peu ; le soleil est revenu

Le vide se creuse peu à peu ; le soleil est revenu

La trace est fort pénible. par moment, je m'enfonce jusqu'à la taille. Mais quel bonheur d'être là. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé dans une pente de cette envergue en solo.

Vers le haut, un beau billard

Vers le haut, un beau billard

Peu à peu les sections du couloir se dévoilent. Et à chaque fois, ça passe.

Des conditions de folie. La descente s'annonce facile.

Des conditions de folie. La descente s'annonce facile.

J'étais parti à 14h puis au pied du couloir à 16h. J'avais estimé qu'il y avait entre 400 et 500 m de dénivelé à monter dans le couloir. Je pensais régler ça en 1h. Il est déjà 17h15 et je ne suis pas encore en-haut...

Ca brasse mais le bonhomme a le sourire. Notez que le bas de la micro polaire est bien blanche. C'est dire si ça brasse !

Ca brasse mais le bonhomme a le sourire. Notez que le bas de la micro polaire est bien blanche. C'est dire si ça brasse !

Après une dernier coude, j'aperçois encore la sortie. Je brasse alors de plus belle dans cette dernière section à l'ombre. Pour sortir à la brèche, la pente devient très raide et la neige plus dure mais bien ancré sur les chaussures, j'arrive à planter les bâtons à l'envers et je sors sans souci.

Haut du couloir : l'entrée à 50° avec un super grip

Haut du couloir : l'entrée à 50° avec un super grip

Encore une petite section en face nord-est après la brèche et on aboutit sur l'arête sommitale à 2860 m d'altitude selon l'altimètre soit moins de 30 m sous le sommet. Le temps de me préparer et je vais attaquer la descente vers 17h45.

L'entrée ne pose pas de problème et les virages s'enchaînent rapidement

L'entrée ne pose pas de problème et les virages s'enchaînent rapidement

J'arrive alors dans la section au soleil. Quelle ambiance !!!

Coup d'oeil dans le rétro

Coup d'oeil dans le rétro

Coup d'oeil en bas. Ca se passe de commentaire.

Coup d'oeil en bas. Ca se passe de commentaire.

Le haut de la partie ensoleillée présente une neige ferme mais avec une super accroche et 5 à 10 cm de poudre dessus. La pente flirte avec les 50° à cet endroit mais ça passe tout seul.

Quelles conditions ! Quelle lumière ! Quel décor !

Quelles conditions ! Quelle lumière ! Quel décor !

Une nouvelle étroiture qui se gère facilement (cinq mètres de dérapage) et voici dans une section à l'ombre gavée de poudre.

Section à l'ombre à mi-hauteur

Section à l'ombre à mi-hauteur

Je m'arrête sans cesse pour faire des photos. On se sait plus où donner de la tête.

Rétroviseur sur les traces de la partie médiane

Rétroviseur sur les traces de la partie médiane

Lumière de plus en plus jaune

Lumière de plus en plus jaune

Epoustouflant !

Epoustouflant !

Petite variante bien raide. Avec cette neige, c'est plié en trois virages.

Petite variante bien raide. Avec cette neige, c'est plié en trois virages.

Les difficultés sont désormais derrière moi. Avec cette descente, j'ai retrouvé les réflexes de couloir. Les portions qui me paraissaient bien raides à la montée ne le sont pas tant à la descente. J'avais oublié ce "phénomène" de sensations.

Coup d'oeil dans le rétro

Coup d'oeil dans le rétro

Sur l'arête qui sépare les deux branches inférieures du couloir

Sur l'arête qui sépare les deux branches inférieures du couloir

Quelques courbes dans le cône et je rejoins l'ombre. Le soleil est maintenant bien bas et passé derrière l'arête de la Grande Roche. C'est le moment de se retourner et de contempler d'où l'on vient.

Cliquez sur les images. On voit bien les 2/3 du couloir. La partie finale à droite est masquée.Cliquez sur les images. On voit bien les 2/3 du couloir. La partie finale à droite est masquée.

Cliquez sur les images. On voit bien les 2/3 du couloir. La partie finale à droite est masquée.

Les traces venant du col de la Valloire

Les traces venant du col de la Valloire

Les chalets de la Grande Valloire ; notez la passerelle dont la hauteur de neige à cet endroit la dépasse allègrement. J'ai sondé 2m50 dans le talweg (1900 m d'altitude)

Les chalets de la Grande Valloire ; notez la passerelle dont la hauteur de neige à cet endroit la dépasse allègrement. J'ai sondé 2m50 dans le talweg (1900 m d'altitude)

Fin de journée exceptionnelle. La mer de nuages s'est presque entièrement dissipée en un quart d'heure. A l'ouest, un front est en vue. Signes d'un changement de temps. Je vais en profiter encore un peu en laissant parler le petit GM1.

Au fond le chalet de la Petite Valloire

Au fond le chalet de la Petite Valloire

Solitude absolue

Solitude absolue

Bis

Bis

Ter

Ter

Du très grand ski jusqu'au bout !Du très grand ski jusqu'au bout !

Du très grand ski jusqu'au bout !

Evitez les variantes tant qu'on n'a pas nettement dépassé le ruisseau Perdu !

Evitez les variantes tant qu'on n'a pas nettement dépassé le ruisseau Perdu !

Chacun se fera son opinion. La mienne peut être faussée par les conditions du jour : neige, lumière, solitude. Mais j'ai quand même envie de dire que cette Grande Valloire, c'est un sacré vallon. Il faut le mériter. Une forêt dense qui ne skie pas tous les ans (cette année, ça passe crème) et du dénivelé. A minima 1400 m pour sortir sur une crête. Et pas loin de 2000 pour les plus hauts sommets. Et ce couloir : 450 m de dénivelé, tortueux (à aucun moment on ne le voit en entier et durant l'ascension, on se demande tout le long si ça va passer), assez raide (on ne doit pas être loin de 45°/400 m - 5.2/E2) avec des sections courtes à 50°, qui sort tout près d'un des plus hauts sommets du massif (90 m de moins que le GPB seulement).

On a beau faire des dizaines de milliers de mètres de dénivelé. C'est quand même autre chose d'être là que d'enchaîner les Pravouta même si ces petites bosses de Chartreuse nous apportent beaucoup de plaisir.

Grande Valloire ; Grande Grande sortie aujourd'hui ! Ca va être dur de faire mieux cette saison.

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

laurent 01/03/2015 20:16

Tes photos sont vraiment splendides... un régal! Sans parler des conditions et de ce secteur de Grande Valloire, chapeau pour le brassage sport en solo!!
Convaincu!!

lta38 06/03/2015 08:04

Effectivement il y a un risque notamment en aval du lac Blanc mais ce jour-là il faisait frais. D'ailleurs, les autres vallons de ce coin de Belledonne (combe Madame, Gleyzin, Veyton, Bens) sont aussi exposés après une chute de neige récente.

Le Ced 05/03/2015 21:39

Plutot des avalanches qui peuvent survenir des côtés du vallon.

lta38 01/03/2015 21:39

De quel traquenard parles-tu ? De la nivo ou d'un truc propre à ce vallon ?

Le ced 01/03/2015 21:08

Beau voyage, mais gaffe quand meme au traquenard de cette foutu Grande Valloire....

Mick 01/03/2015 18:41

Je viens de regarder à nouveau tes photos et je reconnais, on était monté par le couloir de gauche (sur ta photo "coup d'oeil dans le rétro) pour retraverser plus haut car comme il est plus ouvert à ouest, la neige était plus tassée et ça brassait nettement moins que dans le couloir de descente.

JulBont 01/03/2015 13:35

Conditions majeures et photos magnifiques pour ta sortie, bravo! Tu a su mettre en exergue ce qu'est le "Grand Belledonne"!

lta38 01/03/2015 13:54

Merci. Bien aidé par la montagne cependant !

Mick 01/03/2015 09:23

Salut Lio,
belle lumière en effet !
J'ai un petit doute, est-ce que cela correspond à celui-là : http://micketval.over-blog.com/article-pic-de-la-grande-valloire-couloir-nw-5-1-e2-116627930.html , que l'on avait skié il y a 2 ans ?
Mick.

lta38 01/03/2015 13:03

Ca a l'air d'être le même oui. Par contre, je comprends pas "ta" traversée. Seulement des courbes pour moi. Sans doute une différence de remplissage. Comme quoi, malgré les quantités astronomiques de 2013, ça n'accrochait pas partout.