Publié le 31 Décembre 2013

Cela faisait un moment que je n'étais pas allé à l'Eglise. En chaussant les skis ce matin dans cette forêt du nord de Belledonne, je ne savais toujours pas d'ailleurs si j'allais y aller.

31122013-IMG_4100.jpg

En forêt, la neige est infâme. Le chemin, bien que large, est raide et parcouru au centre par une tranchée due aux passages en raquettes et en skis de la veille. On imagine le combat à la descente...

31122013-IMG_4102.jpg

Cela ne nous empêche pas de poursuivre car on espère la poudre plus haut, à la sortie de la forêt. Et c'est effectivement le cas. On rattrape un groupe de cinq parti plus tôt et on poursuit dans le vallon.

31122013-IMG_4104.jpg

Tracer ici est un véritable plaisir. On est à l'ombre mais on commence à caresser la possibilité d'une sortie au soleil.

31122013-IMG_4113.jpg

Jusque vers 2400 m, nous sommes confiant sur la stabilité de la neige dans cette face ouest. Reste le petit couloir de sortie. Aucun signe ne trahit une instabilité de la neige mais nous n'avons aucune certitude, comme souvent et il est difficile de se mettre à l'abri si ça se décroche (alors que jusque là, c'était le cas). Du coup, on se décide à prendre un couloir raide plein sud juste à gauche où au moins, nous sommes sûr que la sous-couche est saine. Manu se colle à la trace, suivi par Louis. L'idée est de descendre, soit par le couloir lui-même si la neige est bonne (peu probable), soit par le couloir classique que l'on vient d'éviter mais à la descente, en trois courbes, on sera beaucoup moins vulnérable.

31122013-IMG_4117.jpg

Sympathique montée un peu alpine.

31122013-IMG_4122.jpg

Delle en termine avec le couloir et on sort au sommet de la crête que l'on appelle la crête de l'Eglise ou de la porte d'Eglise.

31122013-IMG_4127.jpg

Un bout de crête skis au pied et c'est la plongée dans la pente. Manu a posé cinq courbes ; Louis en posera quatre et demi. Ca ne pinaille pas.

31122013-IMG_4128.jpg

A droite, le couloir de descente ; à gauche, l'amorce du couloir de montée.

31122013-IMG_4129.jpg

A l'ombre, c'est toujours aussi bon.

31122013-IMG_4139.jpg

Delle dans le petit mur au-dessous du lac des Naves

31122013-IMG 4141 31122013-IMG 4143

A gauche, nos traces en face ouest (poudre). A droite, le versant sud de Tigneux sûrement croûté.

31122013-IMG_4149.jpg

Séance de jumps autour du chalet de la Petite Valloire.

31122013-IMG_4152.jpg

Ski de combat pour la partie finale : croûte et obstacles au programme !


Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2013

30122013-IMG_4093.jpg

Non il ne s'agit pas de l'équipe de France de football (je me désintéresse de ce sport depuis plusieurs années) ni de mes filles en skis même si j'observe avec grand plaisir des progrès à chaque nouvelle sortie mais d'une appellation ironique que je réserve à une certaine catégorie de comportements.

Allez, c'est un peu taquin pour une fois mais sans rancune aucune. Je me permets donc d'égratigner ceux que j'appelle avec ironie les "champions du monde" (hein Nico B ?). Ce matin donc, on monte en famille skier au Collet-d'Allevard. Je passe sous silence les véhicules qui circulent sur route absolument noire avec des chaînes (j'en vois presque à chaque coup) ; c'est du domaine du banal bien que grandement absurde.

Non ce matin, sur un kilomètre un peu avant d'arriver à la station, sur la portion à l'ombre qui avait laissé de la neige sur la route, on se retrouve bloqué. Une file interminable de véhicules arrêtés. Sur le coup, je ne rigole pas du tout. Deux catégories de champions :

- cat 1: le néophyte-égoïste. Trait caractéristique : n'est pas capable d'anticiper sur l'état d'une route alors que son véhicule n'est pas équipé de pneus hiver. Il aurait dû, compte tenu de son équipement inadapté, téléphoner à la station avant de monter pour s'informer et/ou prévoir suite à la chute de neige de l'avant-veille une forte probabilité de route enneigée sur cette portion à l'ombre (seconde proposition plus difficile à estimer j'en conviens). Je ne lui en veux pas pour ça. Second trait caractéristique : en a rien à faire des autres et, une fois en train de patiner, préfère planter son véhicule au milieu de la chaussée pour mettre les chaines plutot que de faire demi-tour et descendre quelques hectomètres chaîner en un endroit non gênant (dans le cas précis, il y avait d'intersection avec la route de Beauvoir). Je lui en veux un peu pour cette seconde attitude en revanche.

- cat 2 : le stressé-pourtant bien équipé. Trait caractéristique : a bien les pneus hiver mais, lorsqu'il observe un "cat 1" arrêté sur la chaussée pour chaîner, n'ose pas doubler. Du coup, le suivant se retrouve devant deux véhicules à dépasser, etc. A partir d'un nombre x de véhicules, le dépassement devient fort compliqué et les suivants n'entrent plus dans cette catégorie (ouf ! pour eux).

Pour l'anecdote, après avoir attendu au moins une douzaine de secondes, je prends la file de gauche (à cette-heure-ci personne ne descend du Collet et de toutes façons, vu la route, sûrement très lentement). Je suis immédiatement suivi par une cohorte d'autres véhicules. Je dépasse je ne sais combien, plus d'une centaines de véhicules assurément. Bon on arrive à la station ; on n'a perdu que deux ou trois minutes dans cette affaire, tout va bien. En plus on a les forfaits donc pas besoin d'aller en caisse. Oui mais c'est la "nuit du Collet" (qui se déroule le jour, allez comprendre) et il y a du monde et surtout des jeunes venus de Vaulx-en-Velin (entre autres) et qui sont lâchés sur le télésiège sans avoir jamais mis de skis. Je passe les détails mais il y a de quoi en faire un sketch (je n'en suis pas capable mais si on pouvait éviter de le demander à Dieudonné...). 

Le reste de la journée se passe sans encombre, sans même trop de monde, au soleil et avec une belle neige. Et un beau partage avec Emma, Steph et Yann que l'on ne voit pas si souvent malgré leurs origines pinsotines (enfin, pour Yann-Eric). Merci les amis, à refaire.

30122013-IMG_4091.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2013

Depuis que j'habite en Grésivaudan, je me suis rapproché d'un quart d'heure de Belledonne et de la Chartreuse est, tandis que je me suis éloigné d'autant du Vercors. Un quart d'heure vous me direz, ce n'est pas grand chose. Oui mais quand tout était à 45 minutes skis aux pieds de la maison, ça fait maintenant un choix entre trente minutes ou une heure de route. C'est donc pourquoi je ne fréquente plus aussi souvent le Vercors et même, disons-le carrément, très rarement. Il faut dire que j'ai bien écumé le massif pendant quelques années et que c'est bien aussi de découvrir les moindres recoins des autres...

29122013-IMG_7221.jpg

Aujourd'hui, les conditions de ski s'annoncent bonnes avec de la neige fraîche et un remplissage qui devient correct même si les cailloux ne sont pas encore toujours bien masqués. Le risque d'avalanches est élevé. Rien d'exceptionnel mais comme souvent dans les débuts d'hivers pauvres en neige, on a un risque plus important que lors des hivers comme 2013. Mieux vaut un mètre d'un coup que cinq fois vingt centimètres. Et puis il y a les médias. Aujourd'hui, on prévient, à juste titre, parfois un peu trop car pour le néophyte, quiconque irait faire de la poudre aujourd'hui serait pris pour un inconscient, justement à cause de tout le buzz que l'on en fait. En même temps, les jours précédents ont été catastrophiques avec plusieurs accidents mortels un peu partout.

29122013-IMG_7229.jpg

Il s'agit donc de trouver une course relativement sûre en essayant de faire du bon ski. Avec le redoux, les pentes inférieures à 2000 m sont plutôt saines au niveau de la sous-couche. L'idée est donc de rester dans les Préalpes et pourquoi pas le Vercors ? Un pas dans la barrière est me tente bien d'autant que ça passe souvent avec un enneigement total compris entre 50 et 80 cm, surtout si la sous-couche a été densifiée par le vent et/ou la pluie ce qui est le cas. Yannick est partant pour aller y faire un tour alors c'est parti.

29122013-IMG 7235

Peu de neige au parking à St-Andéol mais juste ce qu'il faut pour ne pas toucher. J'étais allé au pas Etoupe à la même époque en 2001. L'hiver 2002 (donc) avait été pauvre en neige et, après avoir réalisé le couloir de la Peyrouse en conditions correctes, j'avais traversé pour aller à l'Etoupe mais avait buté sous un ressaut rocheux non skiable. Du coup, c'est un des pas classiques de la barrière est que je n'avais pas encore skié intégralement.

29122013-IMG_7238.jpg

Dès la sortie de la forêt, ça sent la poudre à plein nez ! On remonte la pente précdent le couloir le sourire aux lèvres.

29122013-IMG_7246.jpg

Dans le couloir, c'est beaucoup moins bien. D'abord les chamois. Ils remontent le couloir devant nous et envoient des purges.

29122013-IMG_7244.jpg 29122013-IMG_7252.jpg

Ensuite, le pied passe à travers la croûte inférieure mouillée par le redoux de la veille. Un vrai cauchemar pour l'ascension. Je ne regarde même pas la montre de peur de prendre... peur en voyant la moyenne horaire. Mais peu importe, qu'est-ce que c'est beau !

29122013-IMG_7250.jpg 29122013-IMG_7258.jpg

La descente du couloir ne restera pas dans les annales. En plus, la sortie est plaquée par le vent et on ne peut pas enchaîner deux virages. Il faut d'abord "nettoyer". En revanche, la partie inférieure est avalée à grande vitesse.

29122013-IMG_7275.jpg

Il est évident que le bon est sous les couloirs et au-dessus de la forêt. On décide alors de remettre les peaux et de remonter en direction du couloir de la Peyrouse. Deux raquettistes alpinistes emboîtent nos traces dans l'Etoupe.

29122013-IMG_7279.jpg

Et puis finalement, étant données les conditions dans les couloirs et la longue traversée pour rejoindre le pied du second convoitée, on décide de rester sur notre ligne et de viser une niche au pied des rochers qui se trouve assez haut sous les tours du Playnet, probablement à la même altitude que le pas Etoupe.

29122013-IMG_7283.jpg

L'endroit est confortable et on profite de la vue sur les massifs environnants.

29122013-IMG_7292.jpg

Ainsi que vers la descente qui nous attend.

29122013-IMG_7294.jpg

Une bonne session de poudre malgré deux ou trois cailloux taquins.

29122013-IMG_7315.jpg

Le meilleur reste le cône orienté nord-est et directement issu de la niche de laquelle on descend.

29122013-IMG_7310.jpg

Cône déjà un peu abîmé par les purges venant des rochers qui chauffent.

29122013-IMG_7321.jpg

Fin tranquille dans les vergers où l'on ne touche pas en raison de la croûte humide bien regelée. Une bien belle matinée dans cette barrière est du Vercors toujours aussi magique.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2013

27122013-IMG_4665.jpg

Fenêtre de beau. Courte mais réelle. Fenêtre de beau et neige fraîche. Allez, zou. Direction Combloux pour ce dernier jour en 74. Vu l'état de la sous-couche sous 1600 m, j'opte pour une montée par les pistes, à une heure à laquelle il n'y a pas de skieurs. Bien agréable pour se mettre en jambes au milieu des sapins enneigés.Je croise un skieur parti bien tôt pour le Petit Croise Baulet et déjà en train de descendre puis rattrape et dépasse un raquettiste et un skieur dans la montée.

27122013-IMG_4667.jpg

Du coup, je suis quitte pour tracer vers le Grand Croise Baulet, un privilège rare. Ne m'attendant pas à une chute de neige si importante (40 à 50 cm ici au-dessus de 1800 m), je n'avais emporté que les Dynastar PDG. Je n'avais jamais tracé dans la profonde avec ceux-ci. Eh bien malgré leur légèreté, c'est plus pénible qu'avec mes fats. Le ski s'enfonce, a du mal à en sortir et en plus, la talonière de la Plum 145 est trop basse ; c'est inconfortable et il faut forcer.

27122013-IMG_4672.jpg

Heureusement, le paysage est somptueux et j'atteins le sommet en milieu de matinée. D'autres skieurs ont pris ma trace mais ils sont encore au bas de la face. J'ai donc la pente pour moi tout seul et je prolonge le plaisir en aval du col de l'Avenaz, versant ouest.

27122013-IMG_4675.jpg

De toutes façons, il faut remettre les peaux alors tant qu'on y est, on n'est pas à 100 m près. De retour au Petit CB je regarde les suivants qui vont descendre.

27122013-IMG_4677.jpg

Tout le monde a l'air de se faire plaisir. Aucune touchette. Par contre, bien qu'il y ait ma trace pour remonter, personne ne prolonge la descente et tout le monde sabote un peu cette belle face est en traversant assez haut pour rejoindre le col de l'Avenaz. J'avais déjà observé cette façon de faire lors d'autres balades dans le coin. Je trouve ça dommage car on doit de toutes façons remettre les peaux pour remonter au PCB. Autant les mettre 100 m plus bas (seulement) en skiant la face dans son intégralité non ?

27122013-IMG_4679.jpg

Passées ces considérations personnelles, je descends le versant est du PCB encore peu tracé alors que beaucoup y montent. Ce ne sera pas la même neige dans l'après-midi. Lorsque je rejoins les pistes, je croise Atma Singh (Yogi Tea). On discute cinq minutes avant que je me laisse glisser une dernière fois, sur les boulevards dammés.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2013

26122013-IMG_4639.jpg 26122013-IMG_4638.jpg

Lendemain de Noël. Envie de se dégourdir les jambes malgré le mauvais temps. Je reprends la même direction que deux jours plus tôt. Appareil photo à la main, cherchant quelques détails illustrant cette chute de neige providentielle pour les vacanciers.

26122013-IMG_4641.jpg

5 cm à 500 m d'altitude en vallée de l'Arve ; 20 cm vers 1200 m. Ce n'est pas énorme mais il y en a sans doute davantage à 1800 m. Nous verrons ça demain.

26122013-IMG_4657.jpg

Je pars en chaussures montantes ; pas de skis ni de raquettes (de toutes façons je n'en ai pas - de raquettes). J'ai bien espoir de rencontrer des cerfs mais aujourd'hui encore, c'est niet. Et pas la moindre trace fraîche. Finalement, ce sera dans les derniers pas de la descente, à côté de la voiture que je rencontre trois biches qui se laissent admirer.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost 0