Publié le 26 Septembre 2021

Il y a deux jours, suite à la lecture de ce billet, j'écrivais ces mots sur les réseaux, en citant une phrase clé de cet article :

"Il y a trois acteurs dans la tragédie du loup: les éleveurs, les écologistes et les chasseurs. Chacun a sa solution. Ce résumé me paraît parfait. Plus on s'en mêle, pire c'est. Il y a fort à parier que ce serait moins pire pour tout le monde (éleveurs ET loups) si on laissait tout ça se débrouiller. En résumé, le loup est protégé et donc, devrait être interdit de tir mais on pourrait laisser aux bergers le droit de défendre leur troupeau en cas d'attaque. Le loup est un animal intelligent : ce serait beaucoup plus productif de lui montrer qu'il ne doit pas s'approcher de tel endroit plutôt que d'octroyer des quotas de tirs, sans connaître le loup qu'on va tirer ni ses intentions. Ce qui se passe actuellement est la pire des solutions : on tire des loups à l'aveugle et on affaiblit les meutes. De ce fait, des loups seuls ou des meutes diminuées n'ont d'autres choix que de se rabattre sur les proies faciles que sont les moutons. Cet amateurisme administratif se retrouve dans bien d'autres domaines où, soit pour acheter un minimum de paix sociale, soit par manque de moyens, soit par manque de connaissance des décideurs (ou tout ça en même temps), on fait les choix des plus mauvais".

En parlant de tragédie, je ne pouvais pas mieux tomber. Le jour-même, on découvrait le cadavre d'un loup pendu devant la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur dans les Hautes-Alpes. Le village berceau du réalisateur Jean-Michel Bertrand (La vallée des loups, Marche avec les loups), où j'ai moi-même habité durant une année, est le théâtre d'un acte symbolique, vingt-et-un an après celui pendu devant le Casino d'Allevard, ma commune "de coeur" dans Belledonne. L'auteur de ces faits ne sera probablement pas puni. Est-ce parce qu'on ne le trouvera pas ou parce qu'on ne fera pas l'effort de le trouver pour ménager la cause agricole ? Si c'était cette deuxième solution, cela met un peu plus d'eau au moulin que j'évoque un peu plus haut. Et j'ai ma petite idée là-dessus. En théorie, on risque très gros en braconnant un loup. Alors pourquoi risquer ? Peut-être parce qu'on sait qu'on ne risque justement pas grand chose. On se rappellera les actes commis par des éleveurs en colère qui n'ont pas vraiment été suivis de pénalités proportionnelles : séquestration du président du parc de la Vanoise (en 2015), neutralisation du film "marche avec les loups" à Tende avec insanités et violences devant des familles. (en 2020)... pour ne citer que ces deux-là.

En attendant, de mon côté, je continue mon petit chemin personnel consistant à mieux connaître le monde (naturel) qui m'entoure, et faire partager mes connaissances pour espérer apporter une goutte d'eau dans le respect et la protection de ce patrimoine fragile, menacé, et pourtant indispensable. Et je vous ré-invite à (re-)lire la fiction "le loup" de Jean-Marc Rochette et sa postface par Baptiste Morizot qui résume assez bien la situation actuelle.

Lupus et compagnie, de presque nuit
Lupus et compagnie, de presque nuit
Lupus et compagnie, de presque nuit
Lupus et compagnie, de presque nuit
Lupus et compagnie, de presque nuit
Lupus et compagnie, de presque nuit

Lupus et compagnie, de presque nuit

Et de jour
Et de jour
Et de jour
Et de jour
Et de jour

Et de jour

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #loup, #animaux

Repost0

Publié le 25 Septembre 2021

Je n'ai pas encore rencontré l'ours brun à ce jour. Ma tentative dans les Abruzzes en 2017 avait été un échec. Mais comme je le disais, s'il devait revenir dans nos Alpes françaises, je le verrais dans le Vercors. Sans l'ombre d'un doute et je ne suis pas le seul. A quand la concrétisation de ce projet ?

Cependant, d'autres zones peuvent être favorables à son retour. Mon ami JP le voyait dans Belledonne. Immense sportif passionné, JP avait marqué le petit monde grenoblois par ses sorties à vélo où rares étaient ceux qui pouvaient le suivre comme en témoigne le non moins monstrueux Matthieu Bordin. La référence, c'était "coq en stock". Outre l'allusion à l'illustre personnage de bande dessiné, l'exploit m'avait laissé sans voix : réaliser dix fois l'aller-retour au col du Coq depuis le bas (10000 mètres de dénivelé) dans la même journée était une première sans doute pas reprise depuis. Et le tout sans coke !

J'ai appris à connaître JP via le monde des réseaux sociaux. On s'est rapproché par le côté contemplatif. Quand il ne faisait pas du vélo ou du ski de randonnée "ventre à terre", il partait à la découverte des lacs de Belledonne ou des fleurs, réalisant des photos posters panoramiques. Sa quête des lacs de Belledonne (ses "100 lacs de Belledonne") ou encore des "100 sommets en une année" était inspirante, tout comme les sorties complices avec sa chienne Gaïa "dog at the top". Nous avions fini par nous organiser sur le terrain : une dent (de Crolles) par ci, un tour à Pipay par là. Je me souviens d'un jour où je débarquais au parking de la Dent avec deux copains. Il était là, par coïncidence. Nous étions donc quatre mais mon idée de départ était de monter "tranquille". JP donna rapidement le ton. Je dus serrer les dents derrière. Si je finis au sommet avec quelques secondes d'avance, ce n'est que grâce à ma connaissance du terrain et à la chance qu'il soit probablement dans un mauvais jour...

Un peu plus tard, il me confiait son envie de se hisser au sommet du Grand Pic de Belledonne mais sans oser y aller seul (JP n'était pas un grimpeur). Je l'y conduis avec plaisir et comme prévu, la corde resta dans le sac à dos. En 2019, il m'annonçait qu'il était malade. Depuis ce jour, je ne l'ai jamais entendu se plaindre. Il me disait être heureux et que malgré l'avenir incertain, il le resterait. JP s'était mis aussi à l'aventure contemplative procurée par les caméras automatiques. Après quelques conseils, il s'était équipé et avait fini par réussir à filmer des loups. Nous nous sommes finalement assez peu croisés mais échangions régulièrement. Malgré la maladie qui progressait et semblait dessiner une issue inévitable, il gardait le sourire. Sa force morale m'impressionnait. Même dans les derniers moments, il est resté heureux de vivre.

En 2020, JP venait d'écrire une nouvelle de type fiction qui avait été retenue pour être publiée dans un petit recueil local coopératif.  Dans "Nouvelles au balcon" aux éditions "Belledonne moi la main", JP  parle de la réintroduction de l'ours en Belledonne avec son histoire "la Tuine de l'ours". Il me dit s'être inspiré de moi pour son personnage principal, prénommé Lio et instituteur à mi-temps. Il m'offre un exemplaire du livre avec une dédicace : "Merci Lionel de m'avoir inspiré le personnage de ma nouvelle. Je l'ai écrite comme une feuille de route pour la réintroduction de l'ours en Belledonne. Je te laisse maintenant le soin de faire de cette utopie une réalité. Je compte sur toi !!!".

De mon côté, je lui dédicaçais le livre d'images "Belledonne, beauté sauvage" auquel j'ai modestement participé. Lors de cet échange au printemps dernier, chez lui à Theys, je le trouvais toujours aussi radieux d'embrasser la vie. Observer les oiseaux depuis sa fenêtre ou aller les écouter depuis une piste forestière sans marcher était devenue une adaptation qu'il acceptait. Ce fut la dernière fois que nous nous sommes croisés en direct.

Aujourd'hui, ses amis lui ont rendu un hommage sur le sommet de la dent de Crolles. Je mesure maintenant combien j'aurais aimé profiter davantage de son amitié. Profitons de la vie pendant qu'elle est encore là. Veille sur nous JP !

Pour JP

Pour JP

Sortie à Pravouta avec JP et "dog at the top"

Sortie à Pravouta avec JP et "dog at the top"

Sur la dent. En hiver et en été
Sur la dent. En hiver et en été
Sur la dent. En hiver et en été

Sur la dent. En hiver et en été

Grand Pic de Belledonne. Malheureusement ce jour-là, suite à la casse de mon petit hybride Panasonic, j'avais un APN pourri en dépannage.
Grand Pic de Belledonne. Malheureusement ce jour-là, suite à la casse de mon petit hybride Panasonic, j'avais un APN pourri en dépannage.

Grand Pic de Belledonne. Malheureusement ce jour-là, suite à la casse de mon petit hybride Panasonic, j'avais un APN pourri en dépannage.

Nouvelles au balcon
Nouvelles au balcon
Nouvelles au balcon

Nouvelles au balcon

JP avait réussi à filmer le loup : ici une capture d'écran d'une de ses vidéos en format très compressé.

JP avait réussi à filmer le loup : ici une capture d'écran d'une de ses vidéos en format très compressé.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #portraits

Repost0

Publié le 22 Septembre 2021

Je ne présente plus la chevêchette, maintes fois illustrée sur ces pages. En cette sortie, l'unique but était de la monter à nouveaux à mes filles, et aux filles de mon ami Nico peu habituées à la voir. Ayant la chance de connaître un couple facile à observer, nous profitons de ce beau mercredi pour y retourner.

L'elfe des forêts
L'elfe des forêts
L'elfe des forêts

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #chevechette

Repost0

Publié le 19 Septembre 2021

Il est une des forêts les plus sauvages de France : celle de l'intérieur du Vercors. Du bec de l'Orient au-dessus d'Autrans jusqu'au cirque d'Archiane et à l'ouest au-delà du plateau d'Ambel, alternant puissante hêtraies-sapinières et ouvertures, la forêt du Vercors est un joyau unique. Si l'ours devait revenir dans nos Alpes françaises, sans nul doute que ce serait l'endroit le plus favorable pour l'accueillir.

Une partie de cette forêt est classée en réserve naturelle. Ce statut est le plus sévère en France en terme de restrictions humaines, hormis celui de réserve intégrale dans laquelle l'homme n'a pas droit de pénétration. La réserve naturelle des hauts plateaux du Vercors est la plus grande des réserves naturelles de France. Malgré des dérogations apportées à certaines pratiques théoriquement non compatibles avec le statut de réserve (chasse, pastoralisme intensif), elle demeure un lieu formidable où nous sommes allés volontairement nous perdre ce soir avec les filles. La récompense de cette randonnée d'immersion avec écoute du cœur de la forêt à la tombée de la nuit fut les quatre chevêchettes qui se sont répondues à proximité de notre poste. Moi qui suis un habitué de cette espèce je n'avais jamais eu droit à un tel concert. Elles furent suivies du brame du cerf, du vol de la hulotte et enfin des hurlements des loups qui auront mis la banane aux filles, et au plus grand. Une soirée inoubliable.

De quoi rêver à ce que ce secteur, sans aucun doute le plus favorable en France au-delà des Pyrénées, devienne un jour le théâtre du retour de l'ours brun. Ce serait un projet magnifique pour la nature et l'homme. A suivre !

Ambiances
Ambiances
Ambiances
Ambiances
Ambiances

Ambiances

Chevêchette attitude
Chevêchette attitude
Chevêchette attitude
Chevêchette attitude
Chevêchette attitude

Chevêchette attitude

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Vercors, #loup, #chevechette, #paysages

Repost0

Publié le 18 Septembre 2021

La coupe Icare, c'est la manifestation annuelle de vol libre que beaucoup attendent. Annulée l'an dernier pour cause de Covid, elle a été maintenue cette année malgré une réduction des événements dont les fameux déguisements qui concentrent beaucoup de spectateurs. Une des animations les plus spectaculaires restent les vols de Montgolfières. Ils ont généralement lieu à cinq reprises : le vendredi et le samedi (matin et soir) et le dimanche matin. Il est cependant rare que les cinq créneaux soient maintenus en raison des conditions météo.

Nous y attachons une importance particulière car les ballons ont tendance à terminer leurs vols dans les champs à côté de la maison. C'est alors un peu l'effervescence : enfants qui courent dans tous les sens, véhicules garés en travers, attroupements... 

Cette année, avec les filles nous avions calé un créneau pour les suivre du début à la fin avec les vélos, du gonflage à l'atterrissage. Ce fut le vendredi soir. Le samedi matin, nous étions à l'affût de leur arrivée, avec, pour ma part, le jeu de m'essayer à quelques illusions d'optiques sur les images, tels des ballons semblant posés sur des toits de maison ou des cheminées. En tous cas, carton plein pour les trois premiers lâchés de ballons 2021 !

Ballons du vendredi matin
Ballons du vendredi matin
Ballons du vendredi matin
Ballons du vendredi matin

Ballons du vendredi matin

Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir
Ballons du vendredi soir

Ballons du vendredi soir

Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin
Ballons du samedi matin

Ballons du samedi matin

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vol

Repost0