Publié le 31 Juillet 2011

La petite dalle, c'est le nom d'un secteur d'escalade du côté des gorges de Crossey dans l'ouest de la Chartreuse.

1.JPG 2.JPG

 

Après une marche un peu abrupte pour Stella (Emie est plus confortable dans le porte-bébé), nous arrivons avec Val au pied de la falaise, la plus haute du secteur 1 des gorges. L'organisation commence à être rondement menée. J'installe une moulinette sur une voie praticable, ainsi qu'une stat' à côté sur laquelle je peux m'auto-assurer en étant libre de mes mouvements pour aider si besoin la jeune grimpeuse pleine d'enthousiasme.

3.JPG  4

 

La voie la plus adaptée est dénommée "captain crochet". Un 3 facile sur une douzaine de mètres de hauteur. Pour les plus petits, on trouve toujours de quoi faire au pied de la barre.

5.JPGDu relais sommital, la vue est bien dégagée sur le petit plateau située au sud du pont Demay. On y voit très bien la petite route menant à la cascade de la Pissarotte, visitée en famille quelques jours auparavant. Les relais sommitaux étant situés au même niveau et juste au-dessus d'une vire confortable, on peut y installer une petite via corda permettant aux enfants de découvrir la progression sécurisée sur corde fixe.6.JPGAprès de telles activités, tout le monde a "la dalle". Le pied des voies, relativement spacieux, est alors prétexte au pique-nique, avant une dernière activité ludique mise en place : la tyrolienne.

7.JPGEncore un bon moment en famille sur un site fort sympathique où la température du jour était parfaite.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2011

Rares sont les voies en Matheysine. J'en sais quelque chose puisque dans mon topo "Belledonne escalade" j'avais fait une sélection de voies grimpables dans ce satellite de Belledonne qu'est le Taillefer, lui-même englobant la Matheysine. Le Taillefer peut être défini à l'est par le col d'Ornon puis la Bonne au sud jusqu'à son confluent avec le Drac, ce dernier marquant la limite ouest jusqu'à la Romanche. Ainsi, la Matheysine et donc le Taillefer viennent-ils "mourir" dans les gorges du Drac ou quelques secteurs rocheux attirent l'œil, notamment du côté du pont de Ponsonnas, site hautement connu dans le domaine du saut en élastique.

C'est justement ici, juste à l'ouest du fameux pont que deux voies ont été tracées. La plus proche a été dénommée la vie du pylone, probablement parce qu'elle débouche au niveau d'un pylone d'une ligne à moyenne tension. C'est celle-ci que l'on a pour objectif avec Eric. L'accès se fait en vingt minutes depuis le pont, par une sente légèrement montante en bordure de falaise puis en cinq rappels dans la voie qui comporte six longueurs.

2011-07-4233---copie.JPG 2011-07-4222---copie.JPG

 

L'ambiance est bien présente, c'est raide et on pourrait se croire au Verdon avec les eaux vertes du Drac en contre-bas. La comparaison s'arrête là : le calcaire d'ici, bien que très bon, n'a pas l'allure fantastique de celui du Verdon et cette voie, encore très peu parcourue, est assez sale au niveau des prises de pied. Il va falloir plusieurs passages pour rendre l'itinéraireplus "standard". Enfin bon, ne boudons pas notre plaisir hormis la première longueur terreuse et la sortie végétative, la partie principale de la voie réserve une belle escalade avec des mouvements intéressants. Le plus beau passage reste la magnifique fissure large en 6a+ de L4.

 L'endroit est paisible. Quelques pêcheurs le long de la rivière, quelques véhicules sur la route en face mais plutôt discrets. Nos plus fidèles compagnons sont les hirondelles de rocher qui virevoltent le long de ces falaises. Enfin, sans oublier les sauteurs en élastiques qui s'enchaînent dans la matinée. Toutes les 3 à 5 minutes : un cri retentit dans les gorges !

2011-07-4236---copie.JPG 2011-07-4250---copie.JPG

 

De retour sur le parking, nous croisons Nathalie et Cyril qui partent pour le même objectif. Quelques jours après la parution de l'info sur Promogrimpe, il y aurait presque déjà foule dans cette voie. C'est de bonne augure afin d'améliorer son nettoyage. Un mot sur l'équipement : si il est de type béton (goujons), il n'est pas toujours judicieux avec plusieurs départs de relais où le second point est trop loin pour éviter un retour sur l'assureur en cas de chute du leader. Nous avons aussi noté deux ou trois passages pas faciles (5c/6a) avec le point assez loin sous les semelles alors, restons prudents et humble devant cette difficulté pas énorme sur le papier mais, en tenant compte en plus du terrain "évolutif", réservé à des grimpeurs un peu aguerris. L'obligatoire n'est pas à moins de 6a voire 6a+ (L2).

Petit clin d'oeil aux sauteurs en guise de conclusion :


 

 

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2011

Séance d'escalade de fin de journée avec Candice. Le cahier des charges était le suivant : passer sous les 20°C (il faisait quand même 26°C à Grenoble à 17h ce qui n'était pas arrivé depuis plusieurs jours et ce qui est trop pour grimper) et éviter la pluie. Ce dernier paramètre étant difficile à évaluer malgré les différentes infos disponibles sur le web, on décide d'aller au St-Eynard où la vue est dégagée à plus de 180°C et où on pourra se rendre compte de l'arrivée éventuelle d'un orage.

2011-07-4183---copie.JPGIci les voies font deux longueurs, tournicotent un peu pour rester dans le meilleur rocher et dans la difficulté et se descendent en un seul rappel de 45 m mais l'ambiance est grande au-dessus du Grésivaudan, d'autant, qu'en-dessous de la vire de départ, il y a encore deux falaises séparées par des banquettes et on a l'impression d'être au-dessus de 500 m de vide !

On attaque par "pat au logis" : 6a+/A0 (1 pt) ; 6a (1 pas). L1 est jolie mais L2 un peu expo, courte et herbeuse.

2011-07-4197---copie.JPG 2011-07-4190---copie.JPG


Pendant ce temps, il pleut sur l'est de l'agglo, le nord, le sud et ça lèche même la Bastille. Prendra-t-on l'eau ?

2011-07-4212---copie.JPGRetour à la vire où l'on repart quand même, dans "père faux-cul" (6b ; 6c). Un très beau départ annoncé "gros bœuf" et qui passe très bien si on ne traîne pas puis une seconde longueur très exigeante pour les pieds et très soutenue qui nous prendra du temps.   

 2011-07 4203 - copie2011-07 4206 - copie

 

On en termine avant la nuit avec L1 d'une voie non marquée sur le topo, à moins que ce ne soit "l'organique" et qu'il y ait inversion entre les noms ou les cotations sur "Grimper en Isère" (ce qui correspondrait au tracé d'ailleurs) avec la voie précédente. En tous cas, sur le terrain, il y a une voie de plus que sur le bouquin et c'est peut-être celle-ci. Peu importe, il s'agit d'une belle longueur avec un départ "abo" (A0 sur 3 pts) dans le toit puis un mur magnifique avec de gros trous et deux rétas pas faciles pour finir (6b+).

2011-07 4215 - copie 2011-07 4200 - copie

 

C'était pas gagné mais on a eu du bol avec la météo car il a dû pleuvoir un peu partout sauf ici. Un joli secteur mais peu exploité car nous avons grimpé 5 longueurs sur les 9 existantes. A noter que deux cordes fixes arrivent sous la vire. Y aurait-il (encore en préparation) une ou deux nouvelles voies dans la barre inférieure ?

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2011

Sous l'oeil de la cascade de l'Oûle au débit impressionnant pour l'époque, la petite équipe se laisse transporter par le fameux funiculaire des Petites Roches qui relie Monfort à Saint-Hilaire-du-Touvet. Très prisé des parapentistes qui ont ici tout simplement un des plus beaux sites de vol libre du monde, le funiculaire fait aussi la joie des touristes et des sorties en famille.

2011-07-4171---copie.JPG

2011-07-4159---copie.JPGCa tombe bien, nous cherchions une balade attractive pour enfants, sur un versant ensoleillé et pas trop haut en altitude étant données les températures actuelles. C'est ainsi qu'avec Emie et Stella, ainsi que Candice, Mael et Noah, nous atteignons le plateau sans aucun effort, où une aire de jeux attend les enfants.
2011-07 4174 - copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux circuits de petite randonnée sont possibles sur le plateau. Faciles car ne présentant pas trop de dénivelé et pas trop de relief, ils demandent toutefois une certaines vigilance lorsque le chemin passe en bordure de falaise : une glissade d'un petit (et même d'un adulte d'ailleurs) ne pardonnerait pas.

Ne pas manquer le passage (tables de pique-nique, arriver tôt pour avoir une place sinon dans l'herbe) par le déco des parapentes.2011-07-4176---copie.JPGEt pour les grands, ils n'oublient pas de jeter un coup d'oeil, non sans une certaine envie, sur la plus belle paroi de Chartreuse, que je ne nomme même pas vu que tous les grimpeurs la connaissent. Bref, une belle idée pour sortir les tous petits (et les plus grands aussi).2011-07-4177---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2011

Qu'avais-je de nouveau à faire sur ce sommet, belvédère archi-connu dominant Grenoble, sur lequel je suis monté en montant, en marchant, skis aux pieds..., depuis le Sappey ou le col de Vence, ou encore par le pas Guiguet désormais interdit par arrêté municipal ?

Eh bien y monter en voiture ce que je n'avais jamais fait d'une part ! Ensuite, y faire une petite balade avec ma petite Emie, la "grande" étant chez des copains. D'ici, la vue sur Chamechaude, point culminant et sommet emblématique de la Chartreuse, est imprenable.2011-07-4150---copie.JPG2011-07-4142---copie.JPGAprès une petite marche à peu près à plat sur la crête, je suis allé en repérage du côté du site d'escalade des rochers du Bret. Ce qui m'intéressait, c'était d'aller voir le secteur numéro 5 dans le topo "grimper en Isère" et sur lequel on ne trouve aucune info sur le web.


L'accès se situe au niveau de la quatrième épingle en descendant le sentier qui mène au col de Vence, en comptant depuis la terrasse sommitale. J'y ai monté un petit cairn car le semblant de précédent était bien écroulé. De là, une sente part à l'horizontale vers l'est. Bien marquée au début, elle se perd assez vite. En gros, il faut rester à niveau : j'ai élevé quelques petits cairns tout le long et élagué un peu, perçant notamment un véritable tunnel végétal dans un bosquet de noisetiers et autres arbustes épineux qui entravaient complètement le passage. On rejoint une main courante qui mène au pied des voies, plus nombreuses que dans la dernière édition du topo où 4 lignes sont décrites (j'en ai noté au moins 5). Le rocher a l'air neuf et l'ambiance ultra aérienne au-dessus de la vallée. Une à deux longueurs seulement (50 mètres de haut) mais une grosse ambiance garantie. Je viendrai sûrement voir ça de plus près.

2011-07-4143---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost 0