Abruzzo 2017 J3

Publié le 10 Juillet 2017

Lever alors qu'il fait encore nuit mais la pleine Lune nous dispense d'utiliser la frontale. Une arête nous amène au sentier rejoignant la Meta depuis le monte Miele. Avant de gravir ce sommet prisé sur lequel des frontales redescendent déjà, nous faisons un aller retour au sud par le sauvage "sentier" menant à la Metuccia. Direction ensuite la Meta, pays du chamois des Abruzzes. Il ressemblerait comme deux gouttes d'eau au nôtre s'il n'y avait pas ces longues cornes.

Des biches nous fuient au lever du soleil

Des biches nous fuient au lever du soleil

Une ombre sur la crête

Une ombre sur la crête

Deux beaux chamois sous le sommet de la Meta

Deux beaux chamois sous le sommet de la Meta

Cache-CacheCache-Cache

Cache-Cache

Gros plans : adulte et éterlouGros plans : adulte et éterlou

Gros plans : adulte et éterlou

Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour
Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour

Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour

Tout est dit

Tout est dit

Vue vers le sud sur le mont Tartaro

Vue vers le sud sur le mont Tartaro

La suite est assez cocasse. Nous décidons d'emprunter l'arête nord menant au mont Tartaro. Une magnifique chevauchée hors sentier mais facile, au milieu des chamois. Nous rencontrons deux Italiens à proximité de ce sommet, ayant eu la même idée que nous mais dans l'autre sens. Nous poursuivons sur l'arête est avant de descendre par la forêt en navigant à vue jusqu'à la voiture. Une longue "expédition sauvage" au milieu des cerfs.

Nous apprendrons par la suite que cette zone est totalement interdite. Ce blog relate ma vie en montagne ; il doit aussi retracer les erreurs. La carte dont nous disposions "Parco d'Abruzzo, Iter Edizioni" au 1:25000 ne mentionnait qu'une réserve intégrale à l'est du monte Marsicano. En réalité, il vaut mieux utiliser la carte "officielle" su parc (au 1:50000), ou en tous cas l'avoir en complément. Sur celle-ci, il est mentionné toute la partie du parc située en réserve dite intégrale et elle est importante. Dans cette réserve, l'accès est autorisé... mais uniquement sur les sentiers balisés. Une situation que nous ne connaissons pas en France puisque la seule véritable réserve intégrale (Lauvitel en Ecrins) est tout simplement exempte de passage humain (et n'occupe qu'un petit territoire). Avec un autre randonneur remontant hors sentier la vallée Lunga et faisant fuir tout le troupeau de biches (350 têtes !!!!!), nous étions donc cinq "hors-la-loi" ce jour-là. La question qui me vient à l'esprit est : serait-ce aussi des Italiens mal renseignés ou s'écarter des sentiers est-il toléré dans la mesure où l'on ne court pas après les bêtes ?

350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous
350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous

350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous

Une vielle chèvre garde les cabris

Une vielle chèvre garde les cabris

Eterlous

Eterlous

Cinq cerfs et pas mal d'andouillers. Ils avaient l'air accablés par la chaleur

Cinq cerfs et pas mal d'andouillers. Ils avaient l'air accablés par la chaleur

Ce groupe-là a fini par nous repérer après de longues minutes d'observation

Ce groupe-là a fini par nous repérer après de longues minutes d'observation

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #randonnée sportive, #paysages

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mazaleyrat 21/07/2017 12:06

Tres chouette, je suis admiratif des photos et le texte donne un éclairage sympa. Bravo

lta38 22/07/2017 17:52

Merci à vous. Bonne lecture sur ces pages !

jerome dauvergne 19/07/2017 15:48

Impressionnant cette faune !

lta38 20/07/2017 17:33

Y'a du "monde" partout !