Lettre à Jean-Marc Peillex

Publié le 17 Août 2017

Monsieur Peillex, sur un ton un peu présomptueux et condescendant (ce n'est pas un procès sur la forme mais la remarque tombe à point nommé quand on défend une certaine humilité face à la montagne), vous signifiez dans un nouvel arrêté concernant la voie normale du mont Blanc, "la fin de la récréation", i.e. la fin des "conneries" (excusez du mot mais aucun ne sied mieux que celui-ci) sur cet itinéraire, entendons par là, la fin des touristes en short et baskets. 

Je tenais à vous signaler que vous ne réglerez rien du tout avec cet arrêté qui pourrait même être contre-productif.

  • Tout d'abord, cette liste est à mes yeux incomplète : le casque, les gants manquent à l'appel. Entre les pierres du couloir du Goûter et l'altitude, ces deux éléments sont à mettre au devant de la scène. Je vous invite à relire l'incantation à l'ascension du Mont-Blanc en "fast & light" que j'ai écrite dans Montagnes Magazine en juin dernier avec une liste précise du matériel recommandé.
  • Elle frise aussi le ridicule (le coup de la crème solaire m'a bien fait sourire, de même que le masque de ski qui pourra être utile certes par grand mauvais temps mais dans ce cas, autant prescrire un sac de couchage de secours et une pelle à neige aussi pour se creuser un abri).
  • Enfin elle impose un matériel inutile pour une ascension en solo (corde), à moins que votre objectif soit d'interdire d'y aller seul bien que ce mot me fasse doucement sourire. Quand j'y suis allé "seul", j'ai arrêté de compter après avoir dépassé deux cents personnes...).

Monsieur le Maire, je tenais à vous rappeler la responsabilité qui est la vôtre en amont des problèmes que vous soulevez. Vous accusez Jornet de montrer le mauvais exemple mais vous promouvez votre ville grâce au toit de France. Saint-Gervais-les-Bains devient Saint-Gervais Mont Blanc. Sur la page d'accueil du site, de belles photos de "la Bosse". Toute la communication faite autour de ce sommet mythique est la première responsable. 

D'autre part, si je regarde ma liste de matériel pour le Mont Blanc en fast & light, je m'aperçois que je suis globalement en règle, tout comme l'immense majorité des prétendants au sommet. Même les chaussures (des chaussures d'approche basses mais aussi rigides en pointe que d'autres modèles plus techniques). Même en imaginant que vous modifiiez cette liste, je vous assure que vous ne résoudrez rien ainsi. Les accidents qui prêtent à réflexion en montagne, vous l'avez vous même dit, relèvent de l'inconscience. Pas de l'imprudence. Quand on va en montagne, on va sur un terrain a priori dangereux. On est donc imprudent. L'inconscience, c'est de ne pas se connaître. Tout le problème est là. L'autonomie. Nous y voilà. Toute l'alchimie de ce sport, c'est de savoir si je peux aller en relative sécurité ici ou là avec mes compétences et si oui, avec quel matériel. Imposer une liste ne sert à rien. Kilian (et il est loin d'être le seul) est bien plus en sécurité en baskets (même si reconnaissons-le, ce n'est pas le matériel le plus adapté à la pente de neige au-dessus du refuge Vallot) que bon nombre de randonneurs croisés en grosses, fatigués par un effort auquel ils ne sont pas habitués, marchant en crabe avec des crampons utilisés pour la première fois et croulant sous le poids de leur sac à dos. De même que caler sa sortie dans des conditions météorologiques idéales (et donc de reporter et/ou changer d'objectif si ces dernières ne le sont pas) est un facteur primordial de sécurité n'entrant pas encore compte dans votre "restriction".

Au contraire, avec cet arrêté vous prenez des risques. Vous faites croire à certains qu'avec cet équipement, ils sont parés, sans même se poser la question de leur expérience. Vous limitez la réflexion et la préparation personnelles qui sont formatrices. Vous ouvrez une porte à ce qu'on vous accuse de ne pas avoir fait de même sur d'autres itinéraires ou dans d'autres situations...

Monsieur le Maire, on en reparle dans quelques années mais vous ne réduirez pas les accidents ainsi. Comme partout, il y a des inconscients. Un peu plus ici qu'ailleurs mais pas à cause de l'équipement Monsieur Peillex. A cause de la suprématie du Mont Blanc en terme d'altitude, du hasard de l'existence de cette voie normale "facile", de l'utilisation commerciale qu'en font les communes alentour dont la vôtre et si... de l'équipement en fait. Mais pas celui du sac à dos ; l'équipement mécanique en trains, téléphériques et refuges autour de ce sommet et faits par les hommes afin de le rapprocher de monsieur tout-le-monde. 

Je vous invite à réfléchir à tout cela et à revoir votre copie avant les évaluations de rentrée avec comme ligne de conduite, la formation, la prévention et l'autonomie.

Bien à vous

Lionel Tassan

Rédigé par lta38

Publié dans #humeur, #escalade-alpi

Repost 0
Commenter cet article