Et la hauteur de cale ?

Publié le 30 Décembre 2017

C'est un sujet que j'aborde superficiellement dans le hors-série n°450 de Montagnes Magazine consacré au ski de randonnée et déjà abordé sur ce blog il y a deux ans. Depuis, le matériel à évolué. Alors, je remets le sujet sur la table. Plus les années passent, plus je trouve que c'est un détail qui a son importance et qui est pourtant passé sous silence dans les comparatifs des fixations. Il serait bien que les fabricants évoluent car les modèles de type "randonnée", les plus classiques quoi, me paraissent inadaptés. Explications.

La hauteur de cale d'une fixation de randonnée varie de 35 mm (talonnières dites "race") à 55 mm (talonnières rando type Plum Guide ou Speed montée sur un rail de réglage). La première cale, c'est celle qu'on utilise dans 80% des cas voire 100%. Cette hauteur est donc primordiale.

Il y a de multiples situations de montée mais on peut les résumer ainsi :

1- Les montées "classiques", en suivant une trace ou en neige ferme. La majorité des situations. La cale de base doit répondre à cette situation en priorité.

2- Les grosses traces en profonde (la spatule se relève à l'avant => cale plus haute nécessaire pour éviter de se fusiller les mollets) ; on peut mettre dans la même catégorie les traces raides obligatoires genre passage forestier sur une piste trop raide (en général, ça ne dure pas).

3- Les faux (et vrais) plats. Une cale trop haute est très inconfortable => dans ce cas, il faut passer en position à plat (quand elle existe - c'est normalement toujours le cas sur les fixations à cale haute).

Pour la situation 1, la bonne hauteur peut dépendre des aptitudes des uns et des autres mais grosso modo la cale de type "race" est quasi parfaite. Mais on peut avoir une cale plus haute comme celle des anciennes TLT Speed (la référence) à 50 mm. Donc en gros de 36 à 50 mm. Mais pas plus. Les actuelles TLT Speed Turn sont montées sur un rail de réglage (bien pratique pour changer de chaussures) mais le constructeur a oublié de diminuer la talonnière (sans doute le confort de garder le moule de base pour conserver un prix attractif). Du coup, on est passé à 55 mm tout comme sur les Plum Guide et bien sûr d'autres modèles plus lourds. Pour moi, c'est trop. On force sur les genoux ; on perd le débattement de la chaussure, pourtant vanté par les fabricants. C'est un comble d'augmenter le débattement des chaussures... et de le diminuer à cause de la fixation. En outre, avec de telles cales, il faut changer de position lorsque l'on est en situation 3. 

Pour la situation 2, la bonne hauteur se situe plutôt vers 50-55 mm afin de compenser l'inclinaison du ski. Du coup, les fixations décriées sont cette fois bien placées et les fixations race insuffisantes.

Résumons :

- Fixations "race" nickel pour suivre une trace ou neige ferme et aussi pour les faux-plat => majorité des cas. On est gêné en revanche pour les grosses traces.

- Fixations "classiques" nickel pour les grosses traces, obligation de changer de cale pour les faux plats et le cul entre deux chaises pour la majorité des situations.

Conclusion : si vous êtes compétiteur ou amateur de gros dénivelés d'Oisans de printemps, les fixations race suffiront et vous gagnerez du poids. Pour la meilleure polyvalence, il faut oublier les fixations classiques en attendant que les fabricants évoluent et opter pour les modèles que l'on peut qualifier d'intermédiaires : la Dynafit TLT Superlite ; les ATK SLR release,  Haute Route et RT/RT Lightweight (bravo les Italiens !) (à voir aussi les nouvelles Dynafit Speed/Speedfit et la Salomon MTN)... disposent d'une première cale à 36 mm et une seconde à 50 mm. Ainsi, on est confort avec la première cale pour la majorité des situations y compris les plats (pas besoin de la position 0°) et pour les grosses traces, on passe en position haute, généralement pour longtemps (on ne fait pas la trace pendant cinq minutes !). Bref, finalement, j'ai tendance à dire que les modèles les plus utilisés sur le terrain (Dynafit Speed Turn, Plum Guide/Yak) sont finalement les moins bien pensés niveau cale de montée.

ATK Haute Route 2.0 : 175g, cale 0 (du coup pas vraiment utile), 36 et 50 mm. Plaque de réglage optionnelle : compter +5mm mais on reste dans les clous (40/55 mm). Inconvénient : il faut se baisser pour tourner la talonnière à la main afin d'avoir la cale haute (comme les 4 ATK sélectionnées ici).

ATK Haute Route 2.0 : 175g, cale 0 (du coup pas vraiment utile), 36 et 50 mm. Plaque de réglage optionnelle : compter +5mm mais on reste dans les clous (40/55 mm). Inconvénient : il faut se baisser pour tourner la talonnière à la main afin d'avoir la cale haute (comme les 4 ATK sélectionnées ici).

ATK RT2.0 Lightweight : 290 g. Rien d'autre qu'une Haute Route montée sur une plaque R01 + frein ski. Si on ne veut pas le frein, prendre (donc) une HR + plaque R01.

ATK RT2.0 Lightweight : 290 g. Rien d'autre qu'une Haute Route montée sur une plaque R01 + frein ski. Si on ne veut pas le frein, prendre (donc) une HR + plaque R01.

ATK SLR Release : 135 g. Cales 36/50 + 5 mm si on met la plaque R01. Il faut aussi tourner la talonnière pour avoir la cale haute. Sécurité : on passe avec une talonnière type "race" donc dureté fixe (selon le ressort choisi) => moins "bien" que les précédentes du coup. Serait ma préférée s'il n'y avait pas cette histoire de sécurité. A mon avis le meilleur compromis polyvalence / race / légèreté

ATK SLR Release : 135 g. Cales 36/50 + 5 mm si on met la plaque R01. Il faut aussi tourner la talonnière pour avoir la cale haute. Sécurité : on passe avec une talonnière type "race" donc dureté fixe (selon le ressort choisi) => moins "bien" que les précédentes du coup. Serait ma préférée s'il n'y avait pas cette histoire de sécurité. A mon avis le meilleur compromis polyvalence / race / légèreté

Dynafit TLT Superlite 2.0 : 175 g. Cales 36/50 + 5 mm si on rajoute une plaque de réglage. Sécurité réglable arrière latérale et frontale. Mais il faut tourner la talonnière pour passer de la cale normale à la position descente (!). C'est donc plus contraignant que sur une ATK.

Dynafit TLT Superlite 2.0 : 175 g. Cales 36/50 + 5 mm si on rajoute une plaque de réglage. Sécurité réglable arrière latérale et frontale. Mais il faut tourner la talonnière pour passer de la cale normale à la position descente (!). C'est donc plus contraignant que sur une ATK.

Dynafit TLT Superlite : 185 g. Cales 36/50 + 5 mm si on rajoute une plaque de réglage. Sécurité réglable frontale/latérale et tout se passe au bâton (cales/descente) sans tourner la fix'.

Dynafit TLT Superlite : 185 g. Cales 36/50 + 5 mm si on rajoute une plaque de réglage. Sécurité réglable frontale/latérale et tout se passe au bâton (cales/descente) sans tourner la fix'.

Dynafit TLT Speed/Speedfit : 285/310 g. 3 positions de cale (dont la première semble ok au regard de ce billet). Par contre, faut tourner pour passer à la position descente. Sécurité OK

Dynafit TLT Speed/Speedfit : 285/310 g. 3 positions de cale (dont la première semble ok au regard de ce billet). Par contre, faut tourner pour passer à la position descente. Sécurité OK

Salomon MTN : 295 g. Hauteurs de cale à vérifier mais de visu, ça semble pas mal. Tout se passe au bâton et réglage possible. Sécu OK.

Salomon MTN : 295 g. Hauteurs de cale à vérifier mais de visu, ça semble pas mal. Tout se passe au bâton et réglage possible. Sécu OK.

Bilan (partagé par Volodia) : pour une utilisation en ski de randonnée contemplative (gros dénivelés, randonnée classique, voire pente raide...), bref pour l'immense majorité des randonneurs qui cherche une fixation fiable, légère, avec un minimum de sécurité, pratique à utiliser et avec des cales bien pensées, aujourd'hui, on ne fait pas mieux qu'une TLT Superlite première du nom. Malheureusement, il devient difficile d'en trouver neuves sur le marché. A défaut, la Superlite 2.0 devient aujourd'hui ma référence (reconnaissons que cette histoire de cale à tourner à la main n'est pas non plus une punition... mais quand même...) juste devant la ATK Haute Route en raison de son tarif un peu inférieur. Mais si on souhaite y rajouter une plaque de réglage, alors c'est ATK qui prend la tête en raison des seulement 34g supplémentaires (vs 65g pour la plaque Dynafit pour le TLT SL). Avec le surcoût, il sera intéressant de se pencher sur une nouvelle TLT Speed(fit) (comme quoi, celle qui a été le modèle phare pendant des années... le nom redeviendrait-il une référence ?) qui à perdre quelques grammes :
- ATK HR 2.0 + plaque = 540€ (ouch !) ; 210 g
- Dynafit TLT SL 2.0 + plaque = 480€ (quand même) ; 250 g
- Dynafit TLT Speed (nouvelle de ce nom) = 400€ ; 285 g
- Dynafit TLT Speedfit = 360€ ; 310 g

A noter que ces modèles sont récents et devraient voir leurs prix baisser un peu. Et si on achète au bon moment (plusieurs périodes dans l'année où on a des remises de 20 et + % et pas seulement sur les sites de vente à distance mais aussi en magasin), on peut espérer rentrer dans des tarifs raisonnables.

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Quentin 13/10/2018 05:44

Super article très intéressant et tout à fait d'actualité au vu des modèles comparés. Effectivement, je trouve aussi que la TLT Speed Superlite (première génération) était la fixation idéale. Heureusement, le seul inconvénient de la seconde génération reste mineur.

Merci pour ce contenu de qualité et bonne continuation.

lta38 15/10/2018 11:04

Merci Quentin. A voir la nouvelle Marker Alpinist que j'ai eu en mains (sans le double décimètre) mais dont la cale reste plus basse que sur une Speed, probablement autour des 40 mm. Et à un prix défiant toute concurrence (280 euros au Vieux Campeur) pour un modèle de ce poids-là (moins de 500 g la paire). A mon avis un futur best-seller !