On n'a pas glandé au Glandon

Publié le 23 Août 2019

En 2009, j'achève les dernières traversées d'arêtes prévues afin de sortir mon topo Belledonne Escalade. Après avoir réalisé les trois parties des aiguilles de l'Argentière (Petites Aiguilles, Grande Aiguilles orientales, Grande Aiguilles occidentales), je songe alors à l'enchaînement des trois d'une seule traite. C'est un gros morceau parce qu'il faut normalement environ quatre heures par traversée soit une douzaine d'heures en tout. Beaucoup de cordées mettent même davantage en perdant trop de temps dans les manips de corde et ne pratiquant pas assez la corde tendue.

Thibaut est partant pour tenter l'aventure. Avec lui, ça ne devrait pas pinailler. De mes souvenirs de ces parcours, il y aura des passages où nous n'irons pas plus vite qu'en cordée : dans les rappels (8 ou 9 en tout) mais aussi dans les longueurs à "tirer". Du coup, j'entrevois difficilement de diviser par deux le timing, d'autant qu'il faut tenir compte de la fatigue possible en dernière partie mais aussi du besoin de ravitaillement qui demandera quelques pauses supplémentaires. Il y a également une inconnue : la remontée à l'aiguille Répiton-Préneuf. Dans cette partie (la traversée occidentale des Grandes), on chemine en sens inverse des autres à l'habitude et on ne trouve absolument aucune info sur le passage dans ce sens. D'après mes souvenirs, le rappel est vertical sur une dizaine de mètres. Sera-t-il possible de remonter ? Et en grosses ? De protéger ?
Nous partons dans l'espoir de passer en moins de 9 heures. Et comme il y a un petit risque d'orage en fin de journée, nous assurons le coup en démarrant à 5h30 de la voiture.

La journée va se dérouler à merveille et surtout, nous allons aller beaucoup plus vite que prévu. Nous ne tirerons que trois longueurs : la montée à la pointe Elisabeth (5a) avec la méthode "micro-traxion" (le leader grimpe en tête, assuré par le second, mais ne s'arrête pas au relais où il fait passer la corde dans une micro-traxion. Il poursuit la longueur suivante et une fois à bout de corde, le second démarre. S'il venait à chuter, ce serait la poulie qui le retiendrait et il ne ferait pas tomber le leader), la montée à l'aiguille Dulong de Rosnay sur 25 m (4b - dans mes souvenirs, c'était plus difficile, mais c'est quand même bien raide) et le fameux passage de la Répiton-Préneuf qui se fait finalement bien avec un bon Camalot 0,4 à six mètres du relais. La corde servira sinon pour les neuf rappels de l'ensemble mais tout le reste se fera en solo ce qui garantit une bonne rapidité de progression : il n'y a rien de plus pénible que de progresser avec une corde dans les pattes. Alors, quand on est sûr de soi....

Epilogue de la traversée, l'aiguille de Marcieu sera rejointe après seulement cinq heures d'escalade. Ce sera la surprise du jour. Il est à peine 11h30. Nous savourons le moment et restons presque une heure au sommet. Au moment d'attaquer la descente dans le gros tas de caillasses de la voie normale de Marcieu, les jambes tirent. Le retour est bien casse-pattes. Pas étonnant que les cordées préfèrent la traversée des Petites Aiguilles et son accès plus rapide et moins chaotique.

Grosse satisfaction d'avoir réalisé cette traversée élégante et longue. Un must de Belledonne.

Aiguilles de l'Argentière, traversée intégrale

Matériel : corde 55 (à cause du dernier rappel du coup de Sabre) ou 50 m + Escaper ; 5 dégaines rallongées, 3 sangles, Camalot 0,3 à 1

Itinéraire (entre parenthèses le timing du jour incluant deux mini pauses - une à chaque jonction)

- Du col du Glandon, monter à la brèche du Piniollet (1h)
- Suivre l'arête jusqu'à l'aiguille Capdepon (3b), descendre au coup de Sabre en 4 rappels, remonter à la pointe Elisabeth (2 longueurs en 5a) puis traverser jusqu'à l'aiguille de la Combe (aérien, 3b) et descendre au col de la Combe (1h45)
- Gagner la pointe J. Gaillard par la rive gauche du couloir évident (3b) puis tout le long sur les arêtes jusqu'au col Dulong de Rosnay en passant à l'aiguille d'Olle puis à la Saint-Phalle. Du 3b tout le long, assez soutenu, 3 rappels jusqu'à 25 m, un dans chaque redescente (1h15).
- Montée à l'aiguille Dulong de Rosnay (mur en 4b au départ puis facile), petit rappel de l'autre côté. Aiguille Répiton-Préneuf (5b) puis rappel de l'autre côté, aiguille Baroz, aiguille Michel (un passage 4c), aiguille de Marcieu (3c + boîte aux lettres) (2h)
- Retour par le couloir sud de Marcieu et la casse de l'Argentière, un beau programme pour les jambes (1h30)

Quelques image (la vitesse de progression ne m'a pas permis de faire mieux)

 

Réveil dans la montée à l'aiguille Capdepon

Réveil dans la montée à l'aiguille Capdepon

Premier rappel du coup de Sabre

Premier rappel du coup de Sabre

Première longueur de la pointe Elisabeth (5a)
Première longueur de la pointe Elisabeth (5a)

Première longueur de la pointe Elisabeth (5a)

Sur les arêtes vers l'aiguille de la Combe

Sur les arêtes vers l'aiguille de la Combe

Arrivée à l'aiguille St-Phalle

Arrivée à l'aiguille St-Phalle

Rappel en descendant vers le col Dulong de Rosnay

Rappel en descendant vers le col Dulong de Rosnay

Ne pas s'aventurer dans les faces... ruinées !

Ne pas s'aventurer dans les faces... ruinées !

La longueur pour monter à l'aiguille Répiton-Préneuf (5b)

La longueur pour monter à l'aiguille Répiton-Préneuf (5b)

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Belledonne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marcel Crozier 26/08/2019 13:57

Merci bien joli la bambée

lta38 26/08/2019 16:15

Merci !