Traversée de Belledonne, J2

Publié le 7 Juillet 2013

trav-bel 2407

Derniers regards à travers la fenêtre du refuge. Il va falloir y aller. Les jambes sont lourdes mais la motivation est intacte.

trav-bel 2415

Dans la montée au rocher Blanc, le ton est donné. Malgré l'isotherme 0°C à 4500 m, le regel est béton. J'avais pris soin de noter que le regel par nuit clair est effectif jusque 1500 m en-dessous de l'isotherme 0°C. On n'aurait donc dû n'avoir qu'un faible regel à 3000 m. En réalité, c'est béton dès le départ. Nous sommes inquiets (surtout moi) pour le col de l'Amiante et les derniers 50 m raides.

Je tente de monter le plus haut possible en skis mais la pente est trop raide, la neige est trop dure. Je stoppe. Thibaut, plus prudent et d'un toucher de neige sans doute un peu moins bon que le mien sur les skis, a déjà choisi de monter dans les rochers. Je lui dit qu'en tapant du pied dans la neige, ça devrait le faire, piolet à la main.

trav-bel 2418

Et là, les rôles s'inversent. Thibaut en bon alpiniste est à l'aise ; de mon côté, je suis un peu taquet sur une portion où les semelles ne touchent la neige que sur 2 ou 3 cm. Thibaut, avec une belle élégance, se sacrifie pour tailler quelques marches et on passera comme ça. Le piolet aura été indispensable pour ces 50 m. On aura remarqué sur la photo un très bel exemple à suivre en cas de glissade : les bras nus :((

trav-bel 2421

L'"escalade" finale est splendide avec le soleil qui nous cueille.

trav-bel 2424

Face à la pyramide.

trav-bel-2425.jpg

Premier sommet de la journée. Le culmen de la journée, mais aussi de toute la traversée, dépassant la Croix de deux petits mètres.

trav-bel 2430

La neige est encore un peu dure dans la descente mais rien de catastrophique.

trav-bel 2432

De toutes façons, faut avancer. A 2100 m sous la Marmotane, on refait le plein d'eau (déjà !) et on attaque la montée au Tepey. A pied sur 150 m déneigés au départ puis on chausse sur la pente sud vers 2250 m.

trav-bel 2441

Ca monte, ça monte. Derrière le rocher Blanc, skiable encore un bon moment !

trav-bel 2446

Petit coup d'oeil au rocher d'Arguille. On aurait pu le gravir mais les petits couloirs est sont déneigés et on est là pour faire du ski.

trav-bel 2450

Premier grand col de la journée. Il y en aura d'autres.

trav-bel 2451

Côté Maurienne, la descente est à point.

trav-bel 2453

Le second grand col de la journée est en vue, la selle du puy Gris (et le Puy à sa droite, magnifique triangle rocheux)

trav-bel 2456

La montée est raide ; en fait, on se trompe de vallon ce qui nous vaudra 100 m de redescente. Il fait chaud ; on n'avait pas besoin de ça. Gros coup de bambou pour ma part. La chaleur, la fatigue de la veille, un foncier sans doute un peu moins bon qu'il y a deux ou trois ans... N'ayons pas peur de le dire, nous sortons l'élastique, Thibaut devant. Et ça change tout. Pourtant, je n'ai pas l'impression de vraiment en profiter mais il s'opère sûrement quelque chose de psychologique et j'avance à nouveau à un rythme correct.

trav-bel 2458

Selle du puy Gris. Le chapeau est sorti. On est aussi obligé de passer en mode crème solaire bien que j'en ai une sainte horreur.

Une courte descente nous amène à proximité du col de Comberousse.

trav-bel 2460

Nous avons en effet décidé de se payer le sommet de la pointe homonyme afin de skier la face nord-est. On aura pris soin de noter que l'enneigement exceptionnel de cet été est bien loin de combler le manque glaciaire par rapport aux années 80. Voyez ici...

trav-bel 2461

Nous gravissons la pointe par son arête est. Tiens je ne l'avais jamais faite celle-là. C'est assez alpin et bien pourri comme souvent dans le coin. Mais c'est du terrain que je connais bien et m'y sens à l'aise. Un ressaut un peu plus costaud nous oblige à un contournement par le nord, les pieds sur une pente de neige fort raide.

trav-bel 2466

Ca c'est fait. La vue se dégage sur le prochain col : le col Morétan.

trav-bel 2467

On fait un peu plus plus la grimace mais le jus est revenu en ce qui me concerne. Thibaut reste en forme et très régulier.

trav-bel 2464

Coup d'oeil au sud-ouest sur les Trois Laux. Bien blanc aussi. Au fond, les vallons du Pra sans doute skiables jusqu'en août cette année sauf canicule continue.

trav-bel 2469

La descente de la face nord-est est une formalité avec toutefois trois virages fort raides en haut qu'il vaut mieux ne pas rater (surtout en t-shirt, sans gants... les guignols...). Ce sera la plus sérieuse de la traversée.

trav-bel 2474

En montant au Morétan, Comberousse dans le rétro. Remarquer l'écrasante domination de l'enneigement par rapport à l'année dernière qui n'était pas mauvaise et en même temps le côté rocheux de la face par rapport aux années 80...

trav-bel 2476

Le col est vite avalé. Je n'aurais pas cru reprendre du poil de la bête. Mais on sent bien que ça commence à tirer et la chaleur est accablante.

trav-bel 2478

Descente fantastique sur les lacs.

trav-bel 2483

Les cumulus espérés trainent pour nous faire de l'ombre en remontant au col du Pertuis. On suffoque mais ça déroule.

trav-bel 2484

Il est temps que ça se termine ; la photo du "sommet" est floue.

trav-bel 2486

Le brouillard espéré vient nous emm... dans le début de la descente du col du Pertuis. A 2365 m ce sera le col/sommet le plus bas de la traversée. On pourrait imaginer que la descente soit la plus courte.

trav-bel 2488

Il n'en est rien. Balayé par de redoutables avalanches de printemps, le Pertuis reste normalement skiable à 1500 m fin mai/début juin.

trav-bel 2489

Cette année, ce sera un 7 juillet. Plus de 800 m de ski continu dans ce couloir. Certes c'est un peu sale, surtout vers le bas mais en faisant attention, ça passe sans skis cailloux car les pierres sont des pierres "posées" sur la neige et qui bougent avec le virage. Quant aux branches et autres saletées, elles altèrent la glisse mais pas le matos.

Il serait bien toutefois que des passages viennent l'entretenir, qui sait qu'il soit skiable d'ici un mois !!!

trav-bel 2493

Guère plus de 400 m de dénivelé en basket pour finir à Gleyzin où Mélanie vient nous chercher. Un grand merci à elle.

Les chiffres du jour : 2900 m de montée ; 3900 de descente dont 3500 m skiés. 

Sur deux jours : 6500 m de montée ; 7100 m de descente ; 6400 m de ski. Ratio ski/marche = 90%.

Pour tous les deux, cela restera un beau voyage et une belle réussite même si on aurait pu être plus ambitieux en finissant aux Grands Moulins. Mais pas sûr qu'on aurait tenu alors on ne regrette pas le beau final du Pertuis. Et on n'en a pris plein les yeux. Merci Belle Donne !!!


Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Commenter cet article

jp renaud 09/07/2013 21:41


Finalement, la réalisation de l'objectif n'est que la récompense d'une bien belle idée. Je dis bravo avec une pointe d'admiration et une once de jalousie.

lta38 10/07/2013 08:49



Merci pour vos commentaires. L'idée n'est pas si originale que ça ; il fallait juste garder la motivation du ski sur névé (qui ne vaut quand même pas la poudre) et bien connaître le massif et
l'enneigement pour passer aux bons endroits. Merci JP pour ton SMS.



jan le yéti 09/07/2013 20:06


Superbe !


Bravo pour l'idée, la détermination, la beauté de la réalisation !


 


jan