Le plus beau granite de Belledonne ?

Publié le 19 Septembre 2020

Le massif de Belledonne se compose essentiellement de roches cristallines fragilisées par les (millions d') années. On emploie généralement le terme de gneiss sans faire de distinction entre amphibolite, serpentinite, gabbro... Je ne suis pas très calé en géologie mais il convient de faire la part entre les roches sédimentaires (calcaires...) formées par dépôts successifs (on voit les strates...) et les roches cristallines (contenant des cristaux), lesquelles se divisent en deux parties : les roches magmatiques (issues du refroidissement de magmas) et les roches métamorphiques (métamorphosées par augmentation de température et/ou pression => recristallisation).

La partie centrale de la chaîne de Belledonne demeure cristalline mais le détail est beaucoup plus compliqué que cela. L'utilisation du terme "gneiss" par la communauté grimpante est soit incomplet soit erroné comme on le comprend sur les cartes de Maurice Gidon qui font la référence. On retrouve ce gneiss dit amphibolite sur les hauts sommets (puy Gris, aiguilles de l'Argentière, Grand Pic...) mais aussi des secteurs avec cette belle roche parfois de couleur verte qu'est la serpentinite (Galeteau...). Ce sont des roches métamorphiques. A ne pas confondre avec les gabbros qui s'immiscent par zones notamment dans le secteur de Chamrousse et qui est une roche magmatique (plutonique). On le retrouve dans les voies de Philippe Halot : Eulier, Vans...).

La roche magmatique "de référence" demeure le granite et c'est bien lui qui forme le socle de "l'accident" des Sept-Laux, ce grand plateau atypique du centre de la chaîne. On lui a par ailleurs donné le nom de granite des Sept-Laux, jusqu'à son extrémité nord à la pointe de Rognier, en passant par une fine bande sur la crête de l'Eglise, les Berlanches, le Grand Charnier et les Grands Moulins. Et autour des lacs des Sept-Laux existent probablement les plus beaux blocs rocheux de granite de Belledonne. C'est ici que nous avons déniché ce petit éperon et équipé en deux séances (un peu plus de vingt heures de terrain) trois voies d'escalade au superbe rocher, deux entièrement équipées sur plaquettes, et une en terrain dit traditionnel. En voici le détail même si il est probable qu'il faille attendre la saison prochaine pour en profiter confortablement compte tenu de l'altitude (2300 m) et l'orientation.

 

 

Triangle du lac Blanc 2320 m

Généralités
Ce petit triangle rocheux offre des vues magnifiques sur le plateaux des Sept-Laux. Composé de granite à la qualité quasi irréprochable, peut-être le plus beau du massif, il se prête à des escalades récréatives, contemplatives et initiatiques. De quoi apprendre et ou se faire plaisir sans se faire peur. Trois voies y ont été ouvertes durant l'automne 2020, dans l'optique de transporter un matériel minimaliste compte tenu de l'approche depuis la vallée. Il sera tout indiqué de faire étape sur le plateau, soit au refuge en période d'ouverture (mi-juin => mi-septembre), soit en bivouaquant. L'orientation est nord-ouest ; idéal par temps chaud l'été et praticable jusqu'à la fin septembre tant qu'il ne fait pas froid. Le soleil ne touche pas le pilier central (Trilaux) avant 15h à la mi-août.

Accès

Parking
Station du Pleynet 1450 m. Se garer tout au bout du parking.

Approche du refuge (1h50)
Nouvelle approche qui permet d'économiser 270 m de dénivelé à la montée et s'épargner la raide forêt depuis le Fond-de-France moyennant 100 m de remontée (en douceur) au retour.

Prendre une piste forestière herbeuse qui descend. Après deux cours lacets, elle part vers le sud. Ne pas prendre d'autres pistes qui descendent sur la gauche et rester toujours à flanc vers le sud. La piste devient sentier dans la forêt et rejoint une autre piste le long du torrent du Pleynet à 1350 m. Traverser le torrent et monter par cette piste pour rejoindre le sentier classique à 1500 m. Le suivre en passant par l'itinéraire du chalet du Gleysin de la Ferrière et le Cul-de-la-Vieille (plus rapide que par les Deux Ruisseaux). Après une traversée ascendante sous le roc de Pendet, un raidillon amène au premier lac, le lac Noir. On le contourne par l'est pour arriver au lac Carré. Traversée le barrage entre le lac Carré et le lac Cottepens pour atteindre le refuge.

Approche des voies (0h30)
Reprendre le GR738, passer entre les lacs de la Motte et le lac Cottepens (pont de pierre) et longer intégralement ce dernier jusqu'à son extrémité sud. En cinq minutes, gagner à gauche la base du triangle par une pente douce mi-herbe mi-rochers.

Les voies

Trilaux
5b (5a obligé) ; corde 30 m ; 8 dégaines ; ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan le 13 septembre 2020
Cette voie est la première ouverte sur le secteur. Elle parcourt le centre du triangle en suivant un pilier assez marqué sur le haut. Une petite longueur de transition à corde tendue (1 point pour donner la direction) amène à la dernière dalle magnifique. L'ensemble est assez soutenu dans la difficulté et les cotations pourront paraître un poil serrées. Cependant, l'adhérence du rocher est remarquable et facilite la tache. La première longueur, peut-être la plus belle de tout le secteur, est la plus dure et la plus soutenue.
Le nom évoque à la fois le secteur des Sept-Laux, la trilogie de ce triangle avec un petit clin d'oeil sans aucune prétention à Trilio, voie mythique des frères Rémy au mont Aiguille.

Narvalaux
5a (5a obligé) ; corde 50 m ; 8 dégaines ; friends 0.3 à 2 + petits câblés ; ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan le 13 septembre 2020
C'est une voie en trad' qui se protège remarquablement bien et constitue de ce fait une excellente école du terrain d'aventure. Elle pourra servir de prélude à la traversée Toit – Pyramide moyennant une heure de marche pour rejoindre le sommet du Toit à la sortie de la voie.
L1 : 5a (42 m). Cairn au départ. Suivre une rampe-dièdre en oblique à droite jusqu'à ce qu'elle bute sous des surplombs ; s'en échapper à droite pour rejoindre un petit pilier qu'on remonte avant de revenir à gauche par une fissure jusqu'à une excellente terrasse au pied de la grande dalle verte. 2 goujons dans la longueur ; relais sur 2 goujons.
L2 : 5a (30 m). Remonter la magnifique grande dalle en son centre avant de revenir sur son bord gauche. 2 goujons dans la longueur ; relais sur deux goujons.
L3 : 4c (25 m). Rester sur le fil à gauche en cherchant volontairement la difficulté. Une fissure à gauche amène au sommet du pilier ; relais aux choix multiples sur un gros bloc. Cette longueur est de loin la moins belle de tout le secteur.
L4 : Transition jusqu'au pied des dalles terminales.
L5 : 4c (25 m) Remonter la dalle par un système de petites fissures puis en tirant à gauche en dalle. 2 goujons dans la dalle ; relais sur 2 goujons, commun aux autres voies.
A noter qu'il est tout à fait possible de la parcourir avec une corde de 30 m si le second accepte de démarrer à corde tendue dans les 10 premiers mètres de L1 en 3c.
Le nom de la voie est un clin d'oeil à l'expression locale « narvalo ! » dont nous vous laissons le soin de chercher la signification si besoin.

A Laux Playmobil
5b (5a obligé) ; corde 30 m ; 8 dégaines ; ouverture (du bas) : J. Pierson et L. Tassan le 20 septembre 2020
Cette voie se déroule intégralement en dalles sur la partie gauche du pilier. Elle est pratiquement plein nord et sera à éviter après une pluie. Contrairement à Trilaux, les longueurs sont peu soutenues et la cotation se justifie généralement que sur quelques mètres, parfois un peu teigneux comme le petit pas de départ de L5. Avec une corde de 50 m on pourra doubler L1+L2 et L3+L4.
Le nom de la voie est une évocation des petits tracas du jour de l'ouverture, juste après une pluie, où il a fallu parfois s'employer pour pouvoir passer, l'un des ouvreurs s'exclamant à un moment, les deux pieds dans une sorte de bénitier : « Là, c'est carrément une piscine pour Playmobil ! ».

Descente
Sans difficulté par les pentes du versant sud (herbe et blocs) pour revenir à l’attaque, ou par le petit couloir au nord, un peu plus pénible mais toujours sans difficulté.

Astuces / idées

Approche
Il est possible de monter en VTTAE jusqu'à 1500 m (ou en VTT tout court d'ailleurs) depuis le parking classique de Fond-de-France et la piste forestière qui longe le torrent du Pleynet.

Eau
Il est inutile de se charger en eau. On pourra boire à la montée en démarrant la course puis ensuite au pied du roc de Pendet à 1900 m (source, tuyau) voire même avant en début de saison. Au-delà, il y a de l'eau partout. Prévoir une gourde filtre pour être tranquille.

Escalades
Pour « rentabiliser » la marche d'approche, les plus carnivores pourront sans souci enchaîner deux voire les trois voies du secteur. Sans compter la possibilité de poursuivre plus haut vers le Toit et la Pyramide. En prélude, on pourra aussi gravir le pilier dominant le refuge (Be in spire) ou les arêtes du Mouchillon (voire les deux !) le premier jour puis bivouac/refuge. On reste ainsi dans un niveau modéré.

Corde
Pour A Laux Playmobil et Trilaux, une cordée de trois ne disposant pas d'une corde de 60 m doit pouvoir s'en sortir avec une seul brin à double de 50 m et donc un encordement à 25 m. Pour cela, il suffira d'utiliser une vache pour les relais en reliant les deux points avec une sangle (et économiser au maximum la corde) et accepter pour la dernière longueur de « A Laux Playmobil », de finir à corde tendue, les seconds démarrant alors dans du 2a+ !

Bonne grimpe !

Les voies du triangle

Les voies du triangle

Ambiance du dernier jour d'ouverture, entre les gouttes...
Ambiance du dernier jour d'ouverture, entre les gouttes...
Ambiance du dernier jour d'ouverture, entre les gouttes...
Ambiance du dernier jour d'ouverture, entre les gouttes...

Ambiance du dernier jour d'ouverture, entre les gouttes...

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

*V* 21/09/2020 13:42

Merci pour ces belles ouvertures ! Pour les petits grimpeurs de 5 comme quoi, on devrait se faire plaisir. J'ai hâte de tester, l'été prochain peut-être.
Je ne connais pas du tout le coin, par où s'effectue la descente ? En rappel ? Ou bien faut-il redescendre par le petit collet de droite et le pierrier que l'on devine sur la 1ère photo ? Encore merci pour les plaquettes et le topo ;)

lta38 21/09/2020 21:43

Hello. J’ai ajouté l’info descente qui avait été oubliée. Oui ça descend à pied sans histoire d’un côté ou de l’autre (Très facilement au sud). Ne te charge pas d’une longue corde. Pour les deux voies équipées, un brin de 30 m suffit largement !

*V* 21/09/2020 13:42

Il fallait lire "comme moi" et non "comme quoi" ;)