Quelle journée !!!

Publié le 22 Novembre 2014

Il s'est passé tellement de choses que l'on aurait pu tout aussi bien classer cet article dans "balades" ou "animaux". L'idée de départ d'aller voir les bouquetins sur les crêtes du Vercors est rapidement abandonnée en raison de la neige au profit des chamois du Charmant Som. Les filles sont enthousiastes pour l'un ou l'autre. Je pensais trouver de la neige sur la route à partir du virage plein nord à 1450 m. Je m'étais dit : au mieux ça passe en voiture, au pire, on montera à pied. Mais quelle ne fut pas la surprise de trouver une barrière physique dès le col de Porte, pour préserver le damage des pistes de fond, au demeurant inutile étant donné la chaleur qu'il fait. Tout ça pour trois jours. Bon d'un autre côté, le site du Charmant Som, soumis à grosse pression touristique, retrouve sa tranquillité hivernale un peu plus tôt que d'habitude du coup et ce n'est pas si mal. Sauf que ça bouscule nos plans.

22112014-P1040451.jpg

Après pas mal de tergiversations, il est déjà 10h15 lorsque nous partons des Revols pour monter jusqu'au Collet du Charmant Som. Nous devrions y être tranquilles et avec un peu de chance, y apercevoir des chamois. La balade de repli s'annonce sympa. Là encore, ça part pourtant mal. Les forestiers ont eu la bonne idée de débarder à cette époque où le cycle regel-dégel rend les sentiers humides. Le chemin est donc bien défoncé et transformé en un immense bourbier inévitable. Au bout d'un moment, c'est insupportable. Vingt minutes de marche là-dedans avec les filles, des habits de sanglier. Je ne pensais pas en avoir besoin, si bien que sans carte IGN c'est un peu la misère pour trouver un plan (C). Et mon Smartphone HTC étant une merde finie (oui je râle là), je galère pour me connecter sur geoportail ou autre et récupérer le fond de carte, alors que c'est 3G plein pot.

22112014-P1040480.jpg

Au final, on finit par y arriver et j'imagine de couper droit dans le pentu pour retrouver le sentier plus haut. Ouf, on sort du bouzin. A partir de là, la nature va se montrer généreuse. Je lance deux phrases et j'ai immédiatement une réponse de chevêchette. L'oiseau, hyper excité, va venir à trois mètres de nous, pour le plus grand bonheur des filles.

22112014-P1040468.jpg 22112014-P1040477.jpg

Images non recadrées au 45-150 Lumix. Etant donné l'état d'excitation de l'oiseau, je limite les rappels et après avoir passé une quinzaine de minutes à ses côtés, nous repartons.

22112014-P1040472.jpg

Les filles sont en forme et les lacets menant au Collet sont vite avalés. Il nous aura fallu une heure en tout en otant la pause chevêchette vs les 1h50 indiqués sur le panneau.

22112014-P1040485.jpg

Je propose alors de poursuivre jusqu'au pied des dalles qu'elles connaissent pour les avoir déjà gravies en escalade et d'aller pique-niquer au soleil. La neige fait son apparition sur le sentier dans les portions à l'ombre mais rien de bien méchant.

22112014-P1040491.jpg

Grignottis au pied des dalles au soleil puis, n'étant pas du tout tenté par le retour par le même sentier en finissant dans la boue, j'explique aux filles qu'on va faire une boucle par les Bergeries et revenir par un autre sentier (celui d'Orgeval) - qui finira peut être lui aussi dans la boue mais ne le sachant pas, l'espoir fait vivre.

22112014-P1040494.jpg

Arrivés au pied de la combe sud-est, un chamois nous toise. Nous décidons de suivre ses traces et remontons la combe.

22112014-P1040505.jpg

Au final, on arrive sur la crête sommitale. Etant donnée l'heure et la chaleur, c'est l'occasion de faire le premier bonhomme de neige de la saison.

22112014-P1040511.jpg

Bon on ne va pas se contenter de l'antécime. Maintenant qu'on est là, on finira à la croix du sommet. 

22112014-P1040498.jpg

14h15. Le sommet du Charmant Som pour nous tous seuls. Les avantages de la barrière. Il y a bien trois randonneurs qui remontent la combe nord-ouest et un autre sur l'antécime mais c'est tout. Normalement, il y a foule ici.

22112014-P1040502.jpg

Nouvelle bonne surprise, un chamois coupe le plateau sommital tout près de nous. Une belle observation pour tout le monde.

22112014-P1040507.jpg

Un beau mâle en rut. Nous sommes en plein dans la saison des amours.

Nous reprenons la descente par l'arête sud, peu enneigée mais les pieds commencent à être bien mouillés. Partis en baskets (avec les chaususres de neige dans la voiture au cas où), ce n'était pas le plus adapté dans ces neiges humides.

22112014-P1040512.jpg

Un autre chamois nous observe. Les filles auront eu aujourd'hui leur dose de pleine nature, et d'effort (800 m de dénivelé quand même, et de la distance).

La neige reste encore bien présente dans les versants nord.

22112014-P1040515.jpg

Les bergeries ont revêtu leur habit d'hiver. Ca patauge. Dans les chaussures, ça fait "schlik schlik" dit Stella. Heureusement, la route est en grande partie déneigée et on rejoint l'Oratoire sans trop de souci. Le hic, c'est que le sentier qui descend sur les Cottaves démarre en versant nord et il y a 30 cm de neige humide non damée (pas de passage).

Les filles commençant à avoir ras le bol de patauger dans la neige, on descend par la route vers le col de Porte jusque vers 1450 m puis on prend l'ancienne piste de ski jusqu'à retrouver la route.

22112014-P1040522.jpg

Il n'y a plus qu'à la suivre jusqu'aux Cottaves puis aux Revols. La boucle est bouclée. Quelle journée !

22112014-P1040525.jpg


Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost 0
Commenter cet article

MonCahierNature 25/11/2014 18:35


Le cri de la chevêchette est-il bien celui-là : http://www.dailymotion.com/video/xdk3r6_chouette-chevechette_animals ?


Tu utilises un appeau ?

lta38 26/11/2014 20:37



C'est bien ça. Pour le reste, je n'utilise que ma propre voix.



Sebastien 25/11/2014 09:05


L'oiseau est magnifique.
"Je lance deux phrases et j'ai immédiatement une réponse de chevêchette". Euh... c'est quoi tes phrases ??? Comment fais-tu pour les voir ?!??
Bravo à toi, bravo aux filles et au doudou.

lta38 25/11/2014 17:16



J'imite tout simplement le chant de l'oiseau. C'est la technique utilisée pour recenser les populations, à utliser avec parcimonie et uniquement en ayant déjà une bonne connaissance de l'espèce.
Quand les recenseurs ont une réponse, ils arrêtent et notent la présence. La chevêchette ne craint pas l'homme et se laisse approcher sans souci ; en revanche, si on abuse des imitations ou de la
repasse du chant, cela peut les perturber, surtout en période de nidification (février-juin). Décidément, ce Charmant Som réserve de bien belles choses. a+