Brame 2016 (X) : silence radio

Publié le 22 Septembre 2016

Pour être complet et juste, il faut parler de cette sortie. J'ai trois heures devant moi. Il fait à peu près beau. J'hésite entre profiter de ce temps pour rester sur le secteur de proximité ou griller une bonne heure sans traîner pour atteindre le secteur supérieur. Et si ça ne brame pas autour de l'affût, prendre encore du temps pour aller se poster sur un autre secteur plus haut où la vue s'élargit sur le secteur.

J'hésite et me mets en route sans avoir encore décidé. Je suis motivé pour monter car je voudrais recaler le piège photo qui vise trop haut par rapport à la sente de passage. Finalement, ça attendra le week-end. Je ne veux pas non plus trop me griller alors que les vraies hostilités n'ont pas encore démarré. J'ai déjà pris un peu de sommeil de retard. Il va falloir tenir et ce ne sont pas les fêtes prévues les week-end à venir qui vont m'aider ! Mais ne nous plaignons pas car nous avons la chance de vivre de grands moments dans ces forêts. Je resterai en bas donc.

Première endroit habituellement fréquenté par des biches : rien. Je poursuis. Deuxième secteur favorable : rien. Troisième : toujours rien. Je monte vers l'affût et dérange un cerf au passage. Evidemment, malgré l'absence de son et d'observation, "ils" sont bien là. Mais bien discrets pour le moment.

Je passe une heure trente à l'affût : rien de rien. Je pensais que ça allait monter en puissance de jour en jour,  mais, je devrais l'avoir pourtant intégré depuis le temps que j'observe, il y a des jours comme ça où il ne se passe rien. Où c'est calme. Je ne sais pas pourquoi. Y a-t-il eu une partie de chasse spectaculaire dans le secteur ce matin ? Ou est-ce tout simplement des creux dans le cycle hormonal des animaux ? Dans tous les cas, rien ne se passe. Je me décide à aller voir la place de brame juste en amont de l'affût. Bien trafolée il y a deux jours, il n'y a pas eu de nouveau passage aujourd'hui et la nuit précédente. Je me résigne à rentrer un peu avant la nuit en repassant sur les secteurs favorables traversés à l'aller. Je n'y observerai que deux sangliers (ils ont d'ailleurs bien "travaillé" le coin) malheureusement dans un talus bien touffu et ne pourrai pas faire d'image malgré la proximité. Pas la moindre biche. Mais où sont-ils ???

Un cerf et deux sangliers observés brièvement. En tout en pour tout cinq ou six raires en trois heures et à distance. Pas une image. Chou blanc comme on dit. Ca fait partie du jeu et rend les grands moments encore plus forts. ce sera donc un des très rares articles (on doit les compter sur les doigts de la main) sans image depuis la création de ce blog. A suivre

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost 0
Commenter cet article