A chacun son Everest

Publié le 30 Avril 2017

La Dent, décor du début... et de la fin

La Dent, décor du début... et de la fin

Une forêt verdoyante !Une forêt verdoyante !

Une forêt verdoyante !

Du sommeil en retard depuis plusieurs jours = aucun programme défini à l'avance. Une bonne nuit réparatrice, un petit déjeuner en famille sur la terrasse, du tri d'images. Voilà une matinée bien remplie. Midi, c'est décidé. Je sors les baskets et pars pour un tour complet des Petites Roches : c'est l'altitude parfaite en ce moment pour profiter du tendre vert printanier et ne pas patauger dans la neige avec les chutes récentes. De nombreuses portions de sentiers me sont encore inconnues alors go.

12h30. Départ de Saint-Pancrasse par le sentier de "tour de pays" qui, grosso modo, passe juste au-dessus des falaises. C'est vert, c'est beau mais en revanche, c'est beaucoup plus exigeant que je ne le pensais : bec Margain, les Gaudes, cascade des Dioux, belvédère du Puy... Ca monte et ça descend tout le long. L'altitude d'arrivée (chapelle Saint-Michel) est à peine cinquante mètres au-dessus du parking de départ. J'avais bien en tête toutes ces montées/descentes mais je n'aurais pas imaginé les... neuf cents mètres de dénivelé à parcourir !!!

Saint Hil' : dans l'axe des rochers du midi

Saint Hil' : dans l'axe des rochers du midi

Une barre et ça repart

Une barre et ça repart

Jolis décors forestiersJolis décors forestiers

Jolis décors forestiers

Ce n'est pas la grande forme au col de Marcieu et je crains un peu le retour par la longue traversée sur la piste de ski de fond, surtout en voyant là-bas, tout au fond, la dent de Crolles !

Finalement, je me mets à trottiner dès le départ. La piste ne monte pas beaucoup et les deux-cents cinquante mètres de dénivelée positive passent bien. Et finalement, je vais réussir à courir sur l'intégralité du retour. Comme quoi, les chiffres, c'est une chose mais le côté "roulant" (ou pas) d'un itinéraire a vraiment son importance. D'où la différence que l'on a entre une Echappée Belle et ses "sentiers" cassants et un UTMB et ses boulevards. Paraîtrait même le Grand Duc, bien que nettement plus court, soit plus difficile que l'UTMB. C'est en tous cas ce que m'avait dit mon ami trop tôt disparu Olivier Cordeuil (vainqueur Grand Duc !!! et 20è - ou pas loin - à l'UTMB).

Chapelle Saint-Michel ; tout au fond à droite, la dent de Crolles !

Chapelle Saint-Michel ; tout au fond à droite, la dent de Crolles !

Les belles falaises de l'Aup du Seuil, un des plus beaux coins de Chartreuse

Les belles falaises de l'Aup du Seuil, un des plus beaux coins de Chartreuse

Retour finalement très agréable avec quelques rares sections les pieds dans la neigeRetour finalement très agréable avec quelques rares sections les pieds dans la neige

Retour finalement très agréable avec quelques rares sections les pieds dans la neige

Traversée des pistes de Saint-Hilaire : ça commence à sentir bon

Traversée des pistes de Saint-Hilaire : ça commence à sentir bon

4h30 pour ce parcours d'environ 28 km et 1300 m de dénivelé. Cela n'a rien d'un exploit, d'autant que j'y suis allé tranquille. Pour la petite histoire, j'ai "perdu" du temps en faisant régulièrement le point sur la carte (une bonne dizaine de fois), en prenant quelques photos (une bonne dizaine de fois aussi) et, mine de rien, ça prend bien une minute à chaque arrêt. Pour continuer sur les arrêts nécessaires, j'ai fait le plein d'eau aux Gaudes (j'avais emporté un litre et déjà but un demi-litre) et me suis octroyé deux minis pauses barre de céréales. Ainsi qu'une pause facultative d'environ dix minutes parce qu'on est là aussi pour profiter... d'être là et que justement si je ne fais pas de "compétition officielle", c'est peut-être justement parce que j'ai besoin de ce côté contemplatif.

Cela ne m'empêche pas d'être attaché aux horaires comme repères personnels ; pas seulement pour la performance personnelle mais aussi pour être capable de savoir le temps nécessaire à telle ou telle entreprise. Et ça marche plutôt bien.

Puisqu'on est dans cette notion de performance (très relative ici), je ne pouvais pas ignorer que pendant ce temps, on apprenait le décès d'Ueli Steck. Tôt le matin, avant qu'on en parle sur tous les médias, je suis tombé par hasard sur cette triste nouvelle que j'ai, dans un premier temps, cherché à recouper. Mais le miracle n'a pas eu lieu : son accident (chute au Nupste) a bien été confirmé.

Ueli faisait partie de ces pures lumières, ultra polyvalent (technique/physique/mental, grimpe/glace/mixte/haute altitude...) ; un des plus grands alpinistes que la planète ait engendré à ce jour. Il savait qu'il vivait sur le fil. Il savait que ça finirait peut-être/probablement comme ça. Il l'avait intégré, accepté. Mais il a vécu SA vie et c'étaient SES choix. Une vie remplie et intense. A la vitesse à laquelle il grimpait, il est sans doute déjà sur le plus haut des nuages. Ciao l'artiste.

La vie continue pour ceux qui restent "en-bas". Je ne peux m'empêcher de penser à Kilian Jornet, actuellement sur l'Everest et toute l'année "là-haut mais sur terre". Comme disait mon ami Pierre Gignoux, on va maintenant trembler un peu plus pour lui. Tout comme Ueli, Kilian et tant d'autres savent ce qu'ils risquent. Mais ils savent aussi tout ce qu'ils ont "gagné".

Modestement, à mon niveau, ce "petit" tour des Petites Roches m'aura beaucoup apporté. L'aventure continue et les projets ne manquent pas.

Une fois n'est pas coutume, un "emprunt" à IGN pour montrer le parcours du jour

Une fois n'est pas coutume, un "emprunt" à IGN pour montrer le parcours du jour

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost 0
Commenter cet article