Publié le 21 Février 2016

Pour commencer, un petit clin d'oeil à mon partenaire et quelques mots pour le lecteur : s'il m'arrive de faire un retour sur un ski, une veste ou une paire de chaussures, le retour est objectif (enfin objectif... disons qu'il est ce que je pense vraiment) que ce soit Adidas ou une autre marque. Dans tous les cas, jamais je n'encenserai un produit qui ne me convient pas ou que je juge médiocre.

Lorsque je dis que j'ai apprécié les Scope GTX, la Longsleeve ou encore les Raven, c'est que c'est vraiment le cas.

Des pieds pour les grands et les petits

Des pieds pour les grands et les petits

Aujourd'hui, à l'image de cet hiver où les températures font le yoyo et sont globalement douces, nous partons pour une balade à pied en moyenne montagne, équipés de chaussures faites pour aller dans la neige.

Pour ma part, il s'agit de la Conrax CP. Elle ne fait pas dans la légèreté mais en même temps, ce n'est pas le but et compte tenu de son programme on peut difficilement lui demander mieux. Elle paraît solide avec ses renforts, dotée d'une belle semelle crantée, d'un laçage rapide protégé sous le rabat rapide. Respirante et imperméable. Le type de chaussure à la fois fait pour flâner en station après le ski comme pour aller passer une journée les pieds dans la neige. Ou à raquettes. Mais aussi (surtout ?) pour plus que cela (je ne l'ai pas encore expérimenté) : elle est cramponable et avec sa rigidité, on peut espérer aller dans du fort raide et glacé. François Kern l'a utilisée lors de son expé en terre de Baffin avec des températures qu'aucun endroit (habité) de France n'a connu lors de ce mémorable hiver 2016. Moi qui, jusque là, opérais avec de simples chaussures Goretex et rentrais trempé avec parfois les pieds gelés, je confirme que c'est un autre monde. Pour les petits, le modèle Adisnow possède une bonne semelle avec membrane Climaproof et doublure Primaloft pour l'isothermie, la même que celle que j'ai dans mes doudounes de la marque. Préférez le modèle à scratch, moins précis mais qui permet à l'enfant d'être autonome s'il ne sait pas faire ses lacets. Et à l'école, cela évite à l'enseignant d'avoir à faire soixante paires de lacets avant d'aller en récréation (je sais de quoi je parle...).

Bon allez, fermons cette petite parenthèse matériel.

Mais que fait Emie avec un sac à la main ?

Mais que fait Emie avec un sac à la main ?

Montée, pique-nique au soleil puis sieste (pour les grands) et jeux (pour les petits). Et descente via un itinéraire bis où l'on comprend l'utilité d'un sac plastique : il ne prend pas de place dans le sac à dos et permet d'optiminiser la glisse à la descente.

Descente en culing sur sac plastique

Descente en culing sur sac plastique

Ca sent le printemps (sur la photo on n'entend pas les chants des mésanges et des grives).

Ca sent le printemps (sur la photo on n'entend pas les chants des mésanges et des grives).

Seize heures. Retour au bercail. SMS de Nico. "Je monte à la dent pour le sunset". Ca va être "liquide" mais bon...

16h45 au parking. J'attaque dans une mixture boueuse puis dans de la neige liquide. Je pousse péniblement mes skis sur une trace censée économiser ma progression. Mais quelle raideur ! Comment peut-on tracer aussi raide ? Au sommet, je rejoins Nico et Laurent de Diverticimes, venu faire quelques images.

Nico arrive au sommet

Nico arrive au sommet

Deux skieurs démarrent un peu avant le couchant

Deux skieurs démarrent un peu avant le couchant

Belledonne, derniers feux

Belledonne, derniers feux

Nico et Laurent en pleine discussion. Dans le ciel, des avions mais aussi le divertidrone

Nico et Laurent en pleine discussion. Dans le ciel, des avions mais aussi le divertidrone

L'emblème de la Dent sous l'oeil de la Lune

L'emblème de la Dent sous l'oeil de la Lune

Le soleil est repassé à "droite" de Chamerchaude : on va vers les beaux jours

Le soleil est repassé à "droite" de Chamerchaude : on va vers les beaux jours

Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil
Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil

Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil

Et le ski ? Eh bien je m'attendais à pire au vue de la montée. Une neige bien portante dans le pas. Une traversée certes très moyenne où ça gratte un peu et puis un talweg bien glissant qui ramène jusqu'au col des Ayes. De quoi faire encore des grandes courbes dans la prairie et retour par la route bien tassée.

Mais quand même cette saison :

- Pas une seule descente à skis en coupant les lacets par le sentier

- Montée par le sentier de la Gorgette soit à pied soit à skis mais sur une épaisseur minimale

- Aucune descente intégrale sans être certain de ne rien toucher

- Mis à part dans le pas de l'Oeille (et encore, le crux est déjà bien dégarni), des quantités bien faibles

- S'il ne reneige pas significativement on ne skiera pas la Dent au mois de mars ce qui serait une première pour moi depuis que je suis revenu à Grenoble en 2003.

2016 est définitivement un mauvais cru pour la neige sur les Préalpes. A moins d'une doublette mars-avril abominable ce que personne ne souhaite.

Une sortie ski sur la Dent à l'image de cet hiver.

Ski crépusculaire

Ski crépusculaire

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #balade, #paysages, #matériel

Repost0

Publié le 19 Février 2016

Après la petite perturbation de la nuit/matinée, des éclaircies sont annoncées pour la fin de journée. Et à 14h, ça semble se préciser. Il n'en faut pas moins pour motiver les troupes afin de tenter le "coup du soir". Nico est partant. On retourne dans le secteur de Saint-Mury car on voulait explorer le verrou direct de montée à la Sitre.

Une piste d'accès quasi parfaite

Une piste d'accès quasi parfaite

Ca part plutôt bien mais au niveau du premier verrou, c'est le but malgré le soleil : trop de neige fraîche sans cohésion (soixante centimètres de neige roulée), passage à 45°, progression quasi impossible à skis avec deux ou trois passage "verneux". Et c'est pire à pied. Du coup, on tire à gauche, ayant découvert que la combe sud-ouest de la Sitre skiée en partie haute dimanche dernier se prolonge vers le bas par un couloir que l'on remontera tout à peaux. Le temps semble se recouvrir mais la visibilité reste bonne jusqu'en haut de la combe où on a même le droit à un rayon de soleil. Bref car très vite les nuages nous enveloppent.

Epaule de la Sitre dans le pâté

Epaule de la Sitre dans le pâté

Plutôt que de descendre là-dedans on attend l'éclaircie en remontant un couloir bien raide qui donne accès au sommet même de la pointe de la Sitre. Je ne mets pas les crampons et me retrouve rapidement le nez sur la pente. Il me faut sortir le piolet pour émerger au sommet après un passage à 55°.

Le mur sous le sommet

Le mur sous le sommet

Toujours pas d'éclaircie : on skie trois-cents mètres plein sud sur le "trou" de la Sitre et on remet les peaux, en attendant. Il est désormais 18h15. Le soleil se couche et on ne le verra pas. Il est temps d'enlever les peaux et de descendre par la combe tracée dans l'après-midi. Non sans franchir l'arête sud-ouest au niveau du chemin d'été : le seul passage relativement abordable, moyennant un petit mur à 50°, très court mais exposé. Encore du brouillard puis ça s'éclaircit en-dessous.

L'éclaircie du soir, trop tard

L'éclaircie du soir, trop tard

On y reviendra : par belle météo et avec un peu plus de neige pour éviter un peu de ski sanglier sur cent mètres entre 1500 et 1600 mètres. On ne gagne pas à tous les coups et c'est tant mieux. Les réussites n'ont que plus de valeur !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 18 Février 2016

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 17 Février 2016

Depuis le temps qu'on était en contact avec Jan... Aujourd'hui je lui vends un (supposé) beau circuit belledonien avec quelques interrogations d'itinéraires sur la "traversabilité d'une ou deux brèches. Il n'en faut pas davantage pour le motiver à faire le déplacement depuis le Vercors.

Ca commence par une montée au milieu des aiguilles de givre

Ca commence par une montée au milieu des aiguilles de givre

A la rencontre de la lumière

A la rencontre de la lumière

Et une neige qui s'annonce parfaite.

Et une neige qui s'annonce parfaite.

La nivôse 1827 indique enfin des quantités raisonnables (environ 120 cm)

La nivôse 1827 indique enfin des quantités raisonnables (environ 120 cm)

La journée se poursuit par une trace exceptionnelle au-dessus des chalets de la Petite Valloire. La montagne pour nous tous seuls.

La journée se poursuit par une trace exceptionnelle au-dessus des chalets de la Petite Valloire. La montagne pour nous tous seuls.

Après 1200 m de montée, les effets du vent commencent à se faire sentir

Après 1200 m de montée, les effets du vent commencent à se faire sentir

 Neige cartonnée et fraîcheur un peu plus haut mais c'est vraiment beau.

Neige cartonnée et fraîcheur un peu plus haut mais c'est vraiment beau.

Sortie à la pointe de l'Eglise sous les rafales du vent de sud.

Sortie à la pointe de l'Eglise sous les rafales du vent de sud.

On poursuit plein nord dans les entrailles confidentielles de la montagne de l'Oule. Ici ce n'est que le royaume des chamois et des aigles.

On poursuit plein nord dans les entrailles confidentielles de la montagne de l'Oule. Ici ce n'est que le royaume des chamois et des aigles.

On repeaute à la limite des vernes pour franchir un col sur la crête de Tigneux.
On repeaute à la limite des vernes pour franchir un col sur la crête de Tigneux.

On repeaute à la limite des vernes pour franchir un col sur la crête de Tigneux.

La brèche convoitée passe comme une lettre à la Poste

La brèche convoitée passe comme une lettre à la Poste

Descente orgasmique sur le lac du Leat.

Descente orgasmique sur le lac du Leat.

On sort les chaises et c'est le farniente sur la terrasse du chalet.

On sort les chaises et c'est le farniente sur la terrasse du chalet.

Comme on n'est pas encore rassasiés on remonte vers le cirque de Tigneux

Comme on n'est pas encore rassasiés on remonte vers le cirque de Tigneux

Puis en direction d'un petit couloir sud que je n'avais pas encore fait.

Puis en direction d'un petit couloir sud que je n'avais pas encore fait.

Cette fois le compte est bon

Cette fois le compte est bon

Neige toujours aussi mauvaise dans la troisième et dernière descente (ca devient une habitude)

Neige toujours aussi mauvaise dans la troisième et dernière descente (ca devient une habitude)

Plus bas, la piste forestière bien skiante nous sauve comme prévu du portage imposé cette année par le faible enneigement de la pessiere de Belledonne

Plus bas, la piste forestière bien skiante nous sauve comme prévu du portage imposé cette année par le faible enneigement de la pessiere de Belledonne

 

On déchaussera à guère plus de cinq minutes de la bagnole.

Retour au bercail avec le sourire aux lèvres et un pot de miel maison.

Merci Jan, recordman probable du Moucherotte avec 159 ascensions en une année !

Ceux qui pensent que je suis un fanatique de la dent de Crolles peuvent s'asseoir.

Pour conclure sur cette belle journée. Environ 2,5 kmV. Trace à faire sur... 2,5 kmV en montée comme en descente ! Trois montées, trois descentes (encore...). Seulement trois skieurs croisés au premier sommet, venus par le versant Gleyzin. Du grand ski et du très bon ski exceptés la portion plein nord entre 2550 et 2200 m de la première descente bien cartonnée par le vent du nord et les deux-cents derniers mètres finaux sur la piste ramenant à la voiture (cailloux et petit portage).

J'aurais pu titrer "Belledonne for ever (III)".

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 16 Février 2016

Trélod, le film

 

Deux jours fort sympathiques chez des amis dans les Bauges et malgré un brouillard tenace, on ne pouvait pas laisser passer de si bonnes conditions de neige sans aller y faire un tour.

Étant à cinq minutes du parking, le regard se tourne naturellement vers le Trelod dont le couloir nord doit être vierge alors qu'il était trop tracé quand je l'avais skié en 2005. Il fallait réparer cet écueil. Un couloir, c'est vierge sinon rien !

Au final on aura eu droit à une belle éclaircie de 9h30 à 11h30 puis une mer de nuages à 2000 mais sans que ce ne soit trop épais à l'intérieur.

Une fois de plus, trois montées, trois descentes (c'était déjà le cas l'avant veille, le jeudi d'avant...) ; plutôt que de saboter l'approche en franchissant les bosses à peaux, on skie depuis le sommet sud de la dent des Portes vers le collet à l'ouest du bonnet de Tirebras puis le talweg sud qui semble passer sur la carte. Au final une barre nous arrête. Passera, passera pas... Du haut, ca parait toujours plus haut. Je vais voir prudemment en dérapage. Ca passe !!! Avec un petit tout droit (déçu même qu'il n'y ait pas de jump).

Ensuite direction le Trelod. La suite se passe comme prévu : descente du couloir vierge à vue et à grande vitesse, remontée à la dent des Portes et ski d'une variante en face ouest.

Une bien belle matinée avec Jean-Marc et ses Scarpa Laser chaussées sur les Powder. Collector !

Le making of, dont des captures d'écran gopro (vous les reconnaîtrez facilement).

Traversée givrée sous la dent des Portes

Traversée givrée sous la dent des Portes

La petite barre de Tirebras. Presque du RAS

La petite barre de Tirebras. Presque du RAS

Au fond à droite, la première descente. On remonte au Trélod

Au fond à droite, la première descente. On remonte au Trélod

Derniers mètres sous le sommet. Mer à 2000. Au fond, la tête du Colombier émerge à peine.

Derniers mètres sous le sommet. Mer à 2000. Au fond, la tête du Colombier émerge à peine.

Ca va être bien bon !

Ca va être bien bon !

Variante ouest de la dent des portes pour finir

Variante ouest de la dent des portes pour finir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0