Publié le 15 Août 2011

2011-08-4774---copie.JPGAprès une petite semaine sans les enfants, on se retrouve au complet et on prend la direction du sud du sud, dans les Calanques de Marseille, avec, comme d'hab, l'excellent accueil de Karinette et Ced à Sormiou. Pour ce premier soir, après une journée festive, le temps est compté. On n'aura pas le temps de faire une grande voie. Ced propose une virée en bateau jusqu'au Cancéou où l'on devrait pouvoir faire une petite séance de bloc au-dessus de l'eau. L'eau est à 21°C, la falaise est passée à l'ombre afin de ne pas cramer. C'est donc le bon moment.

2011-08-4782---copie.JPGAprès une approche sans effort, nous voici au pied d'un monstre toit. Je tremble à l'idée de m'en mettre une à vingt mètres au-dessus de l'eau mais ouf, la ligne visée n'est pas si haute.

2011-08-4786---copie.JPGOn mouille à 30 mètres du rocher qu'il faut ensuite rejoindre à la nage. Ced ouvre le bal et rejoint la base du toit.2011-08-4787---copie.JPGCette grimpe au-dessus de l'eau sans autre matériel que les chaussons est parait-il à la mode et s'appelle le "deep water"

2011-08-4784---copie.JPGComme en bloc, les bras sont vite mis à rude épreuve. En plus le coin ne se prête pas à l'échauffement : c'est soit trop facile soit tout de suite déversant bien qu'avec de bonnes prises. Le plus dur consiste souvent à sortir de l'eau sur un rocher ultra-tranchant : de vraies lames de couteau.2011-08-4788---copie.JPGLe tout sous l'oeil du Cancéou où sont équipées de très belles voies : l'aube, la mouiète et le levant m'ont toutes laissées d'impérissables souvenirs.2011-08-4792---copie.JPGRetour dans une belle lumière du soir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 14 Août 2011

De passage dans le sud, je ne résiste pas à aller faire un tour à nouveau sur le spot de bloc d'Aurons. D'ailleurs, je ne suis pas le seul ce dimanche. Certains ont même installé des moulinettes sur les arbres du sommet. C'est vrai que la plupart des blocs sont hauts et la chute serait désastreuse. Pour les autres, il vaudrait mieux avoir un crash pad quand même car il y a des cailloux, des racines... Je garde donc de la marge dans le niveau intermédiaire (blocs jaunes).

2011-08-4714.JPG 2011-08-4718.JPG

 

Bon, la sortie est aussi un prétexte à une balade familiale (à pied depuis la maison) et à la découverte des lieux.

2011-08-4709.JPG 2011-08-4726.JPG

 

Les filles ne sont pas équipées mais ça ne les empêche pas de trouver un certain intérêt aux lieux.

2011-08-4711.JPG

Du sommet d'un bloc, Stella contemple le panorama.

2011-08-4725.JPG

Sur le chemin du retour, les premières mûres nous attirent. La maturité est ici en avance sur nos régions montagneuses.

2011-08-4727.JPG

Quant à la figue, si elle est bien présente à Grenoble et dans les vallées voisines, dès que l'on prend de l'altitude, elle est absente ou alors mûrit très tard, quand elle le veut bien, et encore, parfois sans goût. Alors ici, autant en profiter.

2011-08-4729.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 13 Août 2011

2011-08-4695---copie.JPGC'est facile à retenir : dans nos massifs, la mâturité de la myrtille, c'est le 15 août.

2011-08-4689---copie.JPGSous l'oeil du Grand Replomb, je chemine dans la pessière en direction d'un spot à myrtilles.

2011-08-4691---copie.JPGEn chemin, un invité de marque : le cèpe de Bordeaux.

2011-08-4693---copie.JPGPlus haut, les myrtilles sont là, en abondance.

2011-08-4701---copie.JPGBon, ça suffira pour aujourd'hui.

2011-08-4699---copie.JPGLa descente s'effectue sous une belle lumière du soir.

2011-08-4702---copie.JPGUne belle fin de journée sur Belledonne

2011-08-4706---copie.JPGDe retour dans la vallée, y'a encore un peu de boulot. La moitié de la récolte au congel' pour les tartes et autres desserts, l'autre moitié part en confiture.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #récoltes

Repost0

Publié le 12 Août 2011

Depuis le temps qu'on devait se programmer une "petite" sortie avec Oliv', je lui propose un aller-retour express au Grand pic de Belledonne. La donne est simple : tout en solo, matos mini (baskets, coupe vent, eau, sucre), deux bâtons et feu !2011-08-4665---copie.JPGN'ayant pas fait de longues sorties physiques depuis près de quatre mois, le départ n'est pas hyper rapide afin de tester la "machine" mais on arrive tant bien que mal au lac Blanc en 1h15 alors que l'objectif du jour se dévoile.

2011-08-4667---copie.JPG 2011-08-4672---copie.JPG

 

Les bâtons sont déposés au col de la Balmette après une montée fatiguante dans un raide éboulis instable puis c'est parti pour l'arête nord. En empruntant les passages les plus faciles, il n'y a qu'un seul pas de 3, si bien que cette voie normale ne devrait être côtée que F et non PD. C'est d'ailleurs à mon sens plus délicat en raison du terrain mais plus facile techniquement que la pointe Percée dans les Aravis. 2h25 après être partis, nous nous dressons au sommet du point culminant du massif.2011-08-4675---copie.JPG2011-08-4679---copie.JPG

Nous nous octroyons quand même un quart d'heure de pause pour profiter de se restaurer un peu et du panorama puis c'est la descente.

 

Je m'attendais à ce qu'elle soit plus longue que la montée comme souvent dans ce type de terrain mais finalement, nous mettrons exactement le même temps qu'à la montée pour rejoindre le col de la Balmette (35 minutes).

 

Une fois récupéré les bâtons, la descente s'accélère et on file sur la moraine de Freydane à un rythme soutenu jusqu'au lac Blanc. Je pensais continuer ainsi mais Oliv attaque dans le raidillon sous le lac si bien que la descente défile très très vite. On se met même à trottiner dans les courtes remontées du sentier en direction de pré Comte : la température est relativement fraîche et s'y prête, d'autant qu'ici, avec la forêt on est à l'ombre. 1h05 après avoir quitté le col de la Balmette, la descente est pliée (4h23 l'aller-retour complet pause comprises).

 

En limitant la pause sommet au strict minimum et en attaquant un peu plus à la montée, je dois pouvoir passer sous les 4h. Y a-t-il un record homologué sur ce sommet ?

2011-08-4681---copie.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 11 Août 2011

A en voir le nombre de cordées (10 tout au plus) qui aura grimpé sur cette falaise de plus de 2 km de long en cette magnifique journée d'été, on peut conclure sans prendre trop de risques que la falaise du lac Besson dans le massif des Grandes-Rousses est encore une belle inconnue.2011-08-4551---copie.JPG

Pourtant, dans un décor idyllique, à quelques minutes du parking, plus d'une centaine de voies de 1 à 4 longueurs attendent le grimpeur. La marche d'approche, au-dessus des lacs Besson, face au Taillefer et à Belledonne fait vite oublier le décor de la station de ski que l'on côtoie durant l'approche motorisée.2011-08-4549---copie.JPGL'autre belle inconnue est la première voie du jour. La "belle inconnue" car c'est son nom, commence cool par une longueur en 5b : un pas au début, un à la fin et du facile entre les deux. Dans la suivante, la difficulté monte (6a) et la grimpe est un peu expo avec quelques points un peu loin.

2011-08-4559---copie.JPG 2011-08-4561---copie.JPG

 

Après une L3 où ça grimpe encore bien (5c), on débouche au soleil en ayant pris de la hauteur sur le plateau des lacs où l'animation commence à s'intensifier. La descente s'effectue en rappels. Il ne sera pas possible de gruger car la voie fait 110 m. Il faut fractionner en trois morceaux. Autour de nous, quelques cordéess sont sur le rocher mais c'est loin d'être la foule.

2011-08-4563---copie.JPG 2011-08-4579---copie.JPG

 

Après une pause midi, on repart cette fois au soleil (qui vient toucher la paroi vers les 13h)pour une autre voie du secteur, bien nommée "les trois longueurs".

2011-08-4591---copie.JPG 2011-08-4600---copie.JPG

 

L'escalade sera un peu plus cool que la précédente (5a/5c/5b) et aussi plus courte. Cependant, il faut rester concentrer : malgré l'équipement sur goujons, L2 (30 m) ne comporte que 5 points.

2011-08-4608---copie.jpg

2011-08 4610 - copie

Avec ce panorama et cette météo, c'est vraiment une journée pur plaisir et en plus on grimpe léger. Une fois au sommet, la descente est pliée en deux rappels dont le premier avec un peu de fil d'araignée au niveau d'un petit toit.


 

En passant au pied d'un mur rouge, je ne résiste pas à l'idée d'aller me frotter à une belle longueur en 6a+. Un gneiss avec de belles réglettes.


Ce sera suffisant pour aujourd'hui où on aura pris notre temps.


A la descente, nous décidons de faire le tour du plateau lacustre afin de visiter les lieux, très adaptés à un bivouac avec les enfants.


C'est sûr, il faudra encore revenir ici.

2011-08-4638---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0