paysages

Publié le 15 Novembre 2016

Comme beaucoup d'entre nous j'ai suivi l'actualité de ces derniers jours et ressenti une émotion certaine en écoutant les premières paroles de l'Englishman in New York au Bataclan.

Le titre de Sting, "fragile", m'a ainsi trotté dans la tête toute la journée, accompagné d'un certain nombre de souvenirs, bons ou mauvais, nous rappelant combien la vie est fragile, éphémère.

Ce soir, je suis parti à la recherche de l'éphémère : un couché de soleil au-dessus des nuages. L'instant n'est pas si fréquent, ne dure que quelques minutes et demande souvent anticipation et effort. Fragile !

Speed : c'est aussi le titre que j'aurais pu donner à ce billet. En effet, en finissant à 15h30 à Montbonnot, il n'était pas gagné de me retrouver face au coucher du soleil, environ un quart d'heure avant la disparition de l'astre sur l'horizon, au moment où la lumière est la plus belle. Le temps de partir, de faire la route bien glissante dans la dernière partie et je ne suis qu'à 16h20 sur les peaux. En tenant compte de quelques portions de faux plat, d'un sac à dos alourdi par le matériel photo et du matériel de ski moyennement léger emporté, il ne sera pas possible de monter à 1200 m/h, en tout cas pour moi sur ce parcours. Je fais de mon mieux et atteint le dôme des Oudis au bout de 31 minutes (pour info, Mathéo Jacquemoud qui gagne l'épreuve de Vertical Race l'an dernier sur un parcours légèrement optimisé tombe à 21'08"...).

La suite est connue : l'instant est magique, double car après le couché de soleil, j'assisterai au lever de la pleine Lune. Deux mots à propos de cette pleine lune que nombre de médias ont qualifié de super lune. Bien évidemment, il s'agit d'une supercherie. L'orbite elliptique de la Lune se situe grosso modo entre 350 et 410000 km de la Terre. En ce moment, elle passe au plus proche, au moment de la Pleine Lune. A une distance record depuis soixante-dix ans. Certes. Mais pas de quoi s'extasier. L'oeil nu ne doit pas être capable de faire la différence. Lire cet excellent article de Guillaume Cannat (on y trouvera entre autres une image montrant cote à cote les disques apparents de la Lune depuis la Terre aux distances extrêmes dites apogée et périgée).

Vous ne trouverez donc pas de "grosse" image de Lune ici. En fait, je suis surtout venu chercher le coucher de soleil au-dessus des nuages et l'éclairage de la Lune au-dessus de ces mêmes nuages. La vraie photo de Lune qui se lève au moment même où le soleil se couche et se mélange au ciel rosé, c'était la veille car ce soir, elle se levait beaucoup trop tard. Malheureusement, la veille, le ciel était couvert à tous les étages.

Place aux images.

L'instant tant attendu et tant rêvé par tous ceux, conscients et bloqués au-dessous pour des raisons familio-professionelles. H-10 (minutes)

L'instant tant attendu et tant rêvé par tous ceux, conscients et bloqués au-dessous pour des raisons familio-professionelles. H-10 (minutes)

H+10 (minutes) : à l'opposé, le ciel se pare d'un dégradé cyan -> magenta

H+10 (minutes) : à l'opposé, le ciel se pare d'un dégradé cyan -> magenta

Première descente sur le bas de l'Eterlou

Première descente sur le bas de l'Eterlou

Envie de plongée. En face, seuls Chamechaude, la dent de Crolles et la Grande Sure (à peine) émergent

Envie de plongée. En face, seuls Chamechaude, la dent de Crolles et la Grande Sure (à peine) émergent

Encore des couleurs direction Vercors alors que sur Belledonne, le bleu nuit s'impose

Encore des couleurs direction Vercors alors que sur Belledonne, le bleu nuit s'impose

Deuxième montée jusqu'à l'Oursière. La Lune s'est levée. Sous les nuages, les lumières du Haut Bréda.

Deuxième montée jusqu'à l'Oursière. La Lune s'est levée. Sous les nuages, les lumières du Haut Bréda.

Sud-ouest. De beaux éclairages. Encore des couleurs sur l'horizon, la mer de nuages éclairée (mais pas partout) par la Lune ou/et par la ville, Vénus...

Sud-ouest. De beaux éclairages. Encore des couleurs sur l'horizon, la mer de nuages éclairée (mais pas partout) par la Lune ou/et par la ville, Vénus...

Nord-ouest. On se croirait en plein jour (temps de pose plus long)

Nord-ouest. On se croirait en plein jour (temps de pose plus long)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #paysages

Repost0

Publié le 29 Octobre 2016

On ne peut pas réussir à chaque sortie. Aujourd'hui, c'était destination lagopèdes. Avec espoir d'autres sujets de rattrapage au cas où. Le coin ne manque pas de richesses. Malheureusement, ce fut chou blanc. La faute à ce vent de nord-est plus fort que prévu et imprévisible sur ce secteur ?

La moindre flaque est glacée
La moindre flaque est glacée

La moindre flaque est glacée

Les classiques couleurs dont on ne peut se lasser
Les classiques couleurs dont on ne peut se lasser

Les classiques couleurs dont on ne peut se lasser

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages

Repost0

Publié le 27 Octobre 2016

Une mer de nuages. Des couleurs d'automne... Forcément, il y a matière à en prendre plein la vue. Etant donnée l'altitude des nuages, je pars pour Belledonne avec pour idée de me poster sur la crête de la Berlanche pour le bouquet final. Cela fait (excepté l'hiver à skis) depuis 1999 que je n'ai pas remis les pieds dans le Veyton. Il faut dire qu'avant, on montait en voiture au plan de l'Ours (1300 m). Ensuite, la route a été fermée au début des années 90 à la Chevrette (1100 m). Cela rajoutait une vingtaine de minutes. Acceptable. Et puis, au début des années 2000, une barrière est apparue tout en bas à 650 m. Je savais de source officieuse qu'on pouvait lever la barrière sans risquer de prendre un papillon. Ce temps est révolu. Avec le cadenas, la messe est dite. Il faut se farcir les sept kilomètres de piste jusqu'au plan de l'Ours à pied avant de commencer à pénétrer dans le haut Veyton. Autant dire que la montée de Tirequeue n'est plus pratiquée qu'à la descente, au retour d'une virée en arrivant par le haut (sentier du Vay essentiellement) avec remontée au Praillet pour boucler sur Gleyzin. Ce n'est pas l'itinéraire emprunté ce jour puisque je suis remonté aux pics de Berlanche mais cela reste l'itinéraire le plus approprié pour visiter le vallon le plus sauvage de Belledonne.

Les myrtilles donnent la couleur. On va s'en servir en fin de journée pour les premiers plans

Les myrtilles donnent la couleur. On va s'en servir en fin de journée pour les premiers plans

Montée au col du Vay

Montée au col du Vay

Lac supérieur et pointe de l'Aup du Pont

Lac supérieur et pointe de l'Aup du Pont

Vallon de Périoule

Vallon de Périoule

La mer de nuages remonte. Je vais finir par passer à ras puis remonter

La mer de nuages remonte. Je vais finir par passer à ras puis remonter

Arrivée au sommet du pic nord de Berlanche, j'entame la redescende finale et m'arrête ici

Arrivée au sommet du pic nord de Berlanche, j'entame la redescende finale et m'arrête ici

Reverse camera. Dans les deux sens, il y a matière pour dans quelques dizaines de minutes

Reverse camera. Dans les deux sens, il y a matière pour dans quelques dizaines de minutes

Deux cents mètres plus bas, le crêt Pointu émerge tel une île avec son pylône porteur du câble reliant Pinsot au barrage du Carré

Deux cents mètres plus bas, le crêt Pointu émerge tel une île avec son pylône porteur du câble reliant Pinsot au barrage du Carré

La lumière décline

La lumière décline

La mer vient lécher les pentes

La mer vient lécher les pentes

On tire dans le rose

On tire dans le rose

Dernière image sur la place choisie

Dernière image sur la place choisie

Feu

Feu

Peut-être la plus belle image de la soirée ; mais tout cela est subjectif

Peut-être la plus belle image de la soirée ; mais tout cela est subjectif

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 24 Octobre 2016

Pour cette sortie où je n'aurai vu qu'un seul chevreuil et pas le moindre cerf, de nombreuses idées envahissaient toutefois mon esprit.

Depuis maintenant quatre automnes, je fais cette sortie de démontage du toit de l'affût principal afin de ne pas proposer une surcharge avec la neige à venir, la construction n'étant pas encore ISO 9012. Cela ne signifie pas que c'est forcément la dernière sortie "brame" mais il est clair qu'il n'y aura plus d'affût ici cette saison. Il me fallait aussi rapporter le matériel laissé à demeure qui m'a permis de monter plusieurs fois vite et light. 

La deuxième réflexion tourne autour de ce coin qui possède de multiples inconvénients à commencer par un accès long et non trivial mais aussi un environnement semi-boisé rendant les placements aléatoires pour l'observation et a fortiori, la photo. En contrepartie, le coin est pratiquement désert. Loin des sentiers battus, je n'y ai rencontré en environ soixante-dix sorties, qu'une seule fois un groupe de chasseurs. Ils m'avaient dit qu'ils étaient là pour le chevreuil... Drôle de choix que de venir ici où j'ai dû observer un "malheureux" chevreuil qu'une fois sur quinze ou vingt passages alors qu'il existe, non loin, des zones plus favorables. "Pour le cerf, on attend la fin du brame" m'avaient-ils confié. Je veux bien les croire et ce, pour deux raisons : le cerf en rut est immangeable d'une part ; d'autre part, "on" m'a piqué une bâche laissée sur place durant la fin de l'automne (donc après le brame et étant donné le peu de visiteurs ici, il y a fort à parier que ce soit un chasseur) alors que celle-ci était là depuis la mi-septembre. Cependant, une chose me gêne. Si la forme est bonne, le fond ne l'est pas. Tuer un cerf pendant ou après le brame ne change rien au résultat pour la population ; le problème c'est bien le dérangement pendant la période de reproduction. Que l'on chasse le cerf, le chevreuil ou n'importe quel oiseau sur une zone à cerf pendant le rut perturbe la reproduction. Point. D'ailleurs, ce matin-là, après deux coups de feu, la zone où ça bramait bien au petit jour avait été complètement désertée.

Autre idée évoquée ce matin, les couleurs de l'automne. Ca y est. Elles sont là. Avec quinze jours de retard pratiquement. Sauf pour certaines essences (planes, sorbiers) pour lesquelles les feuilles ont littéralement séché sur l'arbre avant de tomber sans donner ces belles couleurs d'automne. Malgré une observation minutieuse depuis des années, je n'arrive pas à tirer de conclusions. Il se pourrait toutefois que la seconde quinzaine d'août soit déterminante. Elle correspond à un moment de l'été où la luminosité a sérieusement décru. En cas de période fraiche et humide, j'ai l'impression que la coloration des feuilles sera avancée. En cas de sécheresse et chaleur (comme cette année), ça semblerait être l'inverse.

Cette sécheresse de fin août - début septembre a d'ailleurs interdit aux cèpes la pousse habituellement promise. Alors que c'était bien parti avec la chanterelle en milieu d'été. Mais il semblerait que ces bolets soient en train de faire leur pousse d'automne. Les jours à venir (la pluie de demain suivie d'un réchauffement) nous le confirmeront (ou pas).

Et le brame me diriez-vous ? Si autour des affûts, c'est bel et bien fini et notamment sur le secteur du bas où un passage m'aura permis de voir l'absence de traces des jours précédents, j'ai pu constater énormément de passages récents (deux/trois jours précédents max) sur les clairières supérieures, bien plus que je n'en ai vu depuis le début du brame. Cette activité n'est peut-être que nocturne mais avec la douceur et le soleil annoncées en fin de semaine, une vérification s'imposera. A suivre, pour un hypothétique dernier round.

Le sorbier à l'honneur
Le sorbier à l'honneur

Le sorbier à l'honneur

Les bouleaux/trembles pas mal non plus

Les bouleaux/trembles pas mal non plus

La hêtraie-sapinière approche de son apogée colorée
La hêtraie-sapinière approche de son apogée colorée

La hêtraie-sapinière approche de son apogée colorée

Les cèpes
Les cèpes
Les cèpes

Les cèpes

Les amanites
Les amanites

Les amanites

Un bec-croisé des sapins au sommet d'un... épicéa

Un bec-croisé des sapins au sommet d'un... épicéa

Les cerfs, invisibles ce jour mais toujours présentsLes cerfs, invisibles ce jour mais toujours présents

Les cerfs, invisibles ce jour mais toujours présents

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #paysages, #recoltes

Repost0

Publié le 12 Octobre 2016

Dernier jour de beau temps avant un passage perturbé puis un week-end bien rempli pour les filles ; aussi, je leur propose d'aller manger le soir au niveau d'une cabane avec l'espoir d'entendre et voir quelques animaux. L'idée est accueillie positivement. Il n'en reste pas moins qu'il faut gérer la montée en la meublant avec des histoires, des discussions. Le petit défi du jour consiste en ce que les filles identifient tout ce qu'elles voient ou entendent durant la marche.

Citons pêle-mêle le brame du cerf toujours au rendez-vous, un chevreuil sur le chemin, des traces de sanglier, des arbres (épicéa, sorbier, noisetier...). Un peu plus loin, un pic noir passe devant nous et se pose sur un tronc.

- Il creuse des trous occupés ensuite par la chouette de "Tegmam", nous dit Emie.

Nous gagnons une superbe boulaie. L'heure du goûter. Puis la cabane. Il fait bien froid mais un petit feu nous permettra de conserver une température supportable. Durant le dîner, une chevêchette se fait entendre, ainsi que la troupe de becs-croisés qui la houspillent.

Descente à la tombée de la nuit. Ca brame encore un peu. Stella voudrait sortir sa frontale mais je l'encourage à essayer encore de s'en passer car on distingue suffisamment le sentier. C'est alors qu'un animal s'agite dans un bosquet. Il nous a repérés. Il s'enfuit en courant sur une piste forestière si sèche qu'on croirait entendre un cheval sur le bitume ! Puis il remonte, traverse le sentier devant nous à une trentaine de mètres. Dans une semi-obscurité, nous distinguons des bois, alors qu'il ralentit comme pour nous saluer en coupant notre itinéraire. Un raire. Le cerf disparaît dans la sombre forêt.

Quelques champignons durant la montée

Quelques champignons durant la montée

Une montée paisible et variée

Une montée paisible et variée

Des feuilles mauves !

Des feuilles mauves !

La superbe forêt de bouleaux/sorbiers

La superbe forêt de bouleaux/sorbiers

Pause goûter

Pause goûter

Sorbier

Sorbier

Pause dîner

Pause dîner

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #paysages, #balade

Repost0