Publié le 29 Juillet 2021

Les choses sérieuses commencent. Bien sûr, hors de question d'utiliser la très circulante D50 direction Pontarlier. Aussi, on se farcit un petite section à pousser pour rejoindre une crête sur laquelle de petites routes vallonnées traversent six villages jusqu'à l'Hôpital-du-Grosbois où une voie verte descend vers la Loue. Nous n'y verrons pas le moindre autre cycliste. La voie n'est pas goudronnée mais fort agréable, surtout dans le sens de la descente jusqu'à Ornans. C'est en fait une ancienne voie ferrée avec un petit tunnel sympa à mi-chemin.

La vallée de la Loue est superbe. Les villages aussi : Ornans, Lods. Splendide ! On remonte un peu sur la fin pour rejoindre un mini camping (les Oyes) où il n'y a qu'une seule tente à notre arrivée, une de plus et deux "camions" le soir. On ne peut faire plus tranquille.

55 km ; 500 m de dénivelé.

Magnifiques petites routes
Magnifiques petites routes

Magnifiques petites routes

Voie verte

Voie verte

Ornans
Ornans
Ornans

Ornans

Pause sur la Loue

Pause sur la Loue

Lods

Lods

Camping au bord de la Loue
Camping au bord de la Loue

Camping au bord de la Loue

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 28 Juillet 2021

Maintenant que les filles sont capables de faire de belles étapes à vélo y compris avec du dénivelé, les horizons s'ouvrent pour découvrir un coin, une région, un pays... selon ce mode de locomotion qui permet toutes les haltes souhaitées sans les contraintes de la voiture, tout en liant le côté sportif. L'actualité sanitaire aura finalement dicté mes choix. L'arrivée des vaccins aura permis de réduire les cas graves "Covid". Une très bonne chose après un an et demi de complications de nos quotidiens. Seulement voilà. Il y a la maladie (indépendante de notre volonté), il y a les vaccins (que des scientifiques éclairés ont mis au point ; merci à eux) mais il y aussi la politique qui, une fois de plus, m'aura bien déçu. Si le vaccin est une bonne chose, le passe-sanitaire aura achevé de me démoraliser. Ses effets néfastes sur le "vivre ensemble" (clivage entre les uns et les autres) comme sur certaines professions (restaurateurs...) déjà bien massacrées par les mesures sanitaires depuis un an m'ont quelque peu cassé le moral. C'est pourquoi je ne souhaitais pas faire du passe-sanitaire un outil "touristique". Aussi, je resterai en France et éviterai les lieux soumis au passe. Et au final, j'ai pu constater avec soulagement que malgré les injonctions gouvernementales, de nombreux professionnels soumis au passe étaient remontés comme ce gérant d'un camping eu au téléphone :
- On est soumis au passe et on le demande mais si vous ne l'avez pas on fait quoi ? On vous interdit l'entrée ? Vous arrivez à vélo en itinérance trempés comme des rats et on vous refuse l'hospitalité ? Pour le coup, le remède ne serait-il pas pire que le mal ? C'est comme notre salle "détente". En théorie, on doit la fermer mais avec la météo de cet été on laisse les campeurs sous tente sans autre abri ? Ce n'est pas la conception de notre métier. Donc on vous accueillera. On vous refusera peut-être une table au restaurant en intérieur mais vous pourrez planter votre tente et accéder aux sanitaires en respectant bien les gestes barrière. Fin de la démonstration.

C'est donc parti pour une traversée du Jura. L'idée de base, c'était de s'approcher de la frontière puis de cheminer à cheval entre la France et la Suisse en traversant par des pistes forestières. La météo en décidera autrement mais le "jeu" et le piment de ces petites aventures n'est-il pas justement là ?

Etape 1 :
- Voiture jusqu'à Oyonnax. Parking gratuit (non surveillé) devant la gare.
- Train jusqu'à Bourg-en-Bresse. Changement.
- Train jusqu'à Besançon, arrivée à 16h09.
- Vélo jusqu'à Baume-les-Dames : 45 km le long du Doubs sur voie verte en guise de prologue tranquille.

Recommandations :
- Avec un ou des enfants de moins de 12 ans, bonne réduction sur les TER (40%) pour l'enfant et l'adulte qui l'accompagne mais à condition de rester dans la région. Du coup, ne pas prendre le billet "Oyonnax - Besançon" mais le couper en 3 : Oyo - BnB + BnB - St-Amour + St-Amour - Besançon. Ainsi, seule la deuxième section (BnB - St-Amour) est à cheval sur AURA et BFC et donc sans réduction. Un peu dommage que la SNCF nous "oblige" à être malin pour profiter de la réduction sans tricher.
- Eviter la D50 pour aller au camping de l'Ile de Pont-les-Moulins (gavée de camions) et passer par la paisible D331 (petite bosse supplémentaire)

Réflexion personnelle :
La France est un des pays au monde les plus variés en terme de...beaucoup de choses dont le paysage et le patrimoine. Pourquoi aller chercher si loin ce qu'on peut vivre tout près ? Il est clair que je continuerai à aller voir un peu plus loin régulièrement (comme en Norvège que j'adore en tout premier lieu) mais je prends autant de plaisir à parcourir et découvrir notre belle France.

Stop à Chanaz (74)

Stop à Chanaz (74)

En gare d'Oyonnax (01)

En gare d'Oyonnax (01)

Passage rapide à Besançon (25)

Passage rapide à Besançon (25)

Pont sur le Cusancin, affluent du Doubs à Baume-les-Dames

Pont sur le Cusancin, affluent du Doubs à Baume-les-Dames

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0

Publié le 24 Juillet 2021

Retour au 35 mm fixe pour voyager léger en plein format. 20 ans que je n'avais pas utilisé cette focale que je n'affectionne pas particulièrement. Mais il faut bien lui reconnaître quelques avantages. Et cela oblige le photographe à penser différemment ses prises de vues. Fort intéressant.

J'ai donc acquis ce petit 35 mm f/1,8 "macro" d'occasion et en voici un aperçu rapide.

++ Très grande ouverture => flous superbes !
++ Qualité optique irréprochable
++ Diaph 9 lamelles => flous superbes (je répète) et étoiles magnifiques en fermant
+ Option "macro", grossissement 1/2, intéressant
- Pas si petit que ça et quand même 300 g
- Tarif pas donné (550€ neuf, autour de 350€ en occase, c'est mieux)
- AF qui patine parfois sur une map rapprochée avec un fond diffus
- AF bruyant

Au final, très content de cette acquisition en attendant plus large et plus court (quitte à être un peu moins lumineux). 28 f/2,8 ? 24 f/2,8 ? 16 f/2,8 ? Nous verrons, et nous verrons à ce moment-là si je garde le 35.

Essai du 35 RF
Essai du 35 RF
Essai du 35 RF
Essai du 35 RF
Essai du 35 RF

Essai du 35 RF

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0

Publié le 23 Juillet 2021

L'automne dernier, je me posais déjà la question de la qualité du rocher. Au passage notons que l'appellation "triangle du lac Blanc" n'est pas justifiée et que je propose de le renommer "rocher du lac Cottepens". En remontant sur ces lieux maintes fois depuis le début de l'été, je me demande maintenant si ce n'est pas le plus beau décor de Belledonne, avec celui du lac Blanc de Freydane. Sans vouloir hiérarchiser tout ça, on relèvera sans ambiguïté la qualité paysagère du plateaux des Sept-Laux, ce que tous les randonneurs rencontrés et venus ici pour la première fois attestent.

Je persiste et signe à dire qu'il faut vraiment prendre le temps de monter grimper là-haut. Tous les grimpeurs ne passent pas du 7 (et plus) et ne sont quand même pas restreints par une "petite" marche d'approche. Avec le refuge justement, cette approche passera comme une lettre à la poste.

Le refuge parlons-en. Tenu depuis quatre ans par Hervé, aidé par Polo et Manon, il fut l'occasion de beaux échanges humains entre nous mais aussi avec les randonneurs venus faire étape ici. Et tout le plaisir pour moi de renseigner un marcheur avec un gros sac ou un trailer en baskets sur l'état des cols, les alternatives au parcours qu'ils envisageaient, les plus belles boucles du coin...

Cette dernière journée là-haut aura été ponctuée par quelques désagréments mineurs qui font tout le piment de ces petites aventures. Le premier fut, une fois lancé sur l'autoroute, une sursaut de mémoire : "Bon sang, j'ai oublié le casse-croûte dans le frigo, je n'ai rien à manger pour toute la journée ; en plus je n'ai pas pris de petit-déjeuner !". Pas grave, j'ai prévu de m'arrêter à la Framboisine à Goncelin : le pain y est bon et leurs quiches sont top. A l'entrée, je déchante : congés annuels. Encore pas grave, il y a deux boulangeries à Allevard. A 7h, l'une comme l'autre m'annonce n'avoir pas de salé avant 7h30 - 8h (donc au moins 8h quoi !). J'en sors avec deux pains au chocolat et un sandwich de dépannage. Autant dire qu'à 9h une fois là-haut, j'aurai tout dévoré.

Heureusement, Céline me dépanne à la Martinette avec ses paniers pique-nique. Merci à toi ! Je monte léger, le matériel étant déjà là-haut. Cela faisait un moment que je n'avais pas mis de chrono : 58 minutes jusqu'au lac Noir depuis le pont sur le Pleynet. On vieillit tout doucement... Enfin je ne me plains pas après avoir croisé des randonneurs ayant mis 4h30 jusqu'au refuge. Je bulle au refuge avec café en amuse-gueule puis attaque vers 10h. Le troupeau de brebis (et patou) sont pile sur ma cachette de plaquettes. Je ne peux les récupérer de suite ou alors il faut s'immiscer au milieu du troupeau ce qui est guère recommandé. Tant pis, je commence avec ce que j'ai. Au final, je serai quitte pour un aller-retour. Je plie à 16h et gagne le refuge pour des partages, des images, avant le repas du soir.

Après le coucher de soleil, je remplis le gros sac et descend tout le matériel. Je m'aperçois que ma frontale s'est déchargée. Ainsi, je mettrai plus de temps à descendre qu'à monter le matin. On se rend compte que l'oeil s'adapte très bien à l'obscurité tant qu'on est hors de la forêt. Le téléphone tenu à la main me dépannera sur la partie basse.

C'en est terminé des projets là-haut. Il faut savoir faire ces choses-là avec modération et ne pas vouloir créer des voies sur tous les bouts de rocher. Reste à voir quel sera l'écho reçu. En attendant, voici quelques images du décor.

Trois vues depuis des relais de "symphonie..."
Trois vues depuis des relais de "symphonie..."
Trois vues depuis des relais de "symphonie..."

Trois vues depuis des relais de "symphonie..."

Laurent dans L6 de "symphonie..."

Laurent dans L6 de "symphonie..."

Le lac Cottepens
Le lac Cottepens
Le lac Cottepens

Le lac Cottepens

D'autres vues du coin
D'autres vues du coin
D'autres vues du coin

D'autres vues du coin

Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge
Tranches de vie au refuge

Tranches de vie au refuge

Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge
Coucher de soleil depuis le refuge

Coucher de soleil depuis le refuge

Il est temps de rentrer vers la vallée

Il est temps de rentrer vers la vallée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 22 Juillet 2021

J'adore ce coin découvert dans mon enfance. La beauté du décor ne fait aucun doute. Mais pour le grimpeur, y compris celui qui aime la montagne et les longues randonnées jusqu'au pied des voies, le ratio temps d'approche - longueur des voies d'escalade reste défavorable.

C'est ce point que j'ai travaillé. Je ne pouvais pas déplacer les montagnes. Ni créer des parois inexistantes. Alors, j'ai "joué" avec ce que le terrain nous offre, et le matériel. L'idée était de monter ici dormir au refuge (voire en bivouac) puis de réaliser un long enchaînement le lendemain. Trois voies d'escalade de 5 à 6 longueurs entrecoupées de marche, suivies d'une traversée d'arêtes. Ainsi est né le panoramique des Sept-Laux. Je n'ai pas eu le temps de le parcourir d'une seule traite mais je vous le livre sans attendre pour que vous puissiez en profiter. Et nous avons fait en sorte que le matériel à trimballer soit léger.

Ce petit challenge local consiste donc à enchaîner plusieurs voies partant du lac Cottepens jusqu'au sommet de la Pyramide.

1- Approche. Du refuge, 30 minutes jusqu'au pied de Trilaux.

2- Trilaux. 6 longueurs, 5b

3- Marche 30 minutes sur la croupe menant au pied de l'antécime.

4- Deuxième dose. 5 longueurs, 4c

5- Marche 15 minutes : du collet, redescendre versant nord puis traverser et remonter un névé raide (ou un pierrier selon la date) jusqu'à l'attaque.

6- Cache à Laux. 6 longueurs, 5c (crux en L2, 5b obligatoire).

7- Rejoindre facilement le sommet du Toit (5 minutes).

8- Traversée Toit-Pyramide, 4a (décrite dans mon topo Belledonne Escalade)

9- Arête nord de la Pyramide en descente (3c)

10- Col de l'Amiante versant ouest (névés raides ou pierriers).

 

Matériel : l'ensemble a été pensé pour transporter un matériel léger compte tenu de la longueur et du retour (1600 m de dénivelé jusqu'en vallée) :

  • 1 corde à simple 30 m (ou un brin 50 pour doubler certaines longueurs)

  • 8 dégaines

  • friends 0,5 et 0,75

  • sangles

Bonne course !

Vue d'ensemble avec également la localisation de "symphonie..."

Vue d'ensemble avec également la localisation de "symphonie..."

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0