Publié le 24 Octobre 2018

Oh la belle étape ! Elle commence pour moi à sept heures du matin. Je place quelques bûches dans le poêle dont profiteront les filles une heure plus tard à leur lever, ainsi que l'équipe sympathique de quatre hollandais qui découvrent le secteur. Quant à l'autre petite famille iséroise avec qui nous avons partagé le dortoir, ce sera juste après mon départ car ils ont une belle étape pour rejoindre le refuge de la dent de Parrachée dans leur tour des glaciers de la Vanoise avec leurs deux enfants dont une fille de sept ans.
Je pars immédiatement faire le lever de soleil aux lacs de l'Arpont. Le glacier éponyme recule à vitesse grand V...

Aux lacs de l'Arpont. 8h15
Aux lacs de l'Arpont. 8h15

Aux lacs de l'Arpont. 8h15

La suite commence par une partie en montée jusqu'à une longue traversée vers les petits lacs des Lozières. Assurément un de beaux endroits de la balade. En été, il y aurait sûrement foule, à juste titre. Aujourd'hui, nous ne croiserons que deux randonneurs. L'eau reste omniprésente. Malgré la sécheresse historique et le recul glaciaire important, les ruisseaux jalonnent cette traversée. Ils nous dispensent de porter le précieux liquide. La gourde-filtre Katadyn Be Free trouve toute son utilité.
Un gypaète adulte vient passer pile au-dessus de nous. Magnifique ! Le 70-200 est, à cet instant, dans le sac à dos. Inutile de tenter une photo au grand-angle et pas le temps de changer de matériel !

Une des nombreuses traversées de ruisseaux

Une des nombreuses traversées de ruisseaux

Les glaciers paraissent proches... au téléobjectif
Les glaciers paraissent proches... au téléobjectif
Les glaciers paraissent proches... au téléobjectif

Les glaciers paraissent proches... au téléobjectif

Aux lacs des Lozières
Aux lacs des Lozières

Aux lacs des Lozières

Après cette traversée ponctuée de montées et descentes très "roulantes", il faut rejoindre le lit du Doron par une descente plus importante. On retrouve les chemins d'alpage qui permettent aux propriétaires terriens de rejoindre leurs chalets. fort heureusement, nous sommes au coeur de la zone centrale du parc de la Vanoise et cette circulation reste confidentielle. Les près de quatre-cents mètres de dénivelé pour remonter au plan du Lac passent comme une lettre à la Poste. Il faut dire que le sentier est bien tracé et d'une inclinaison modeste. Nous parvenons au refuge en milieu d'après-midi. L'idée de départ était d'y dormir puis de prendre tranquillement la matinée du lendemain pour redescendre à Termignon. Nous nous installons. C'est la pause. Les filles profitent de jouer simplement dans la nature.

Dans la remontée sur le plan du Lac
Dans la remontée sur le plan du Lac

Dans la remontée sur le plan du Lac

Farniente au plan du Lac
Farniente au plan du Lac

Farniente au plan du Lac

Le repas du soir est pris au coin du feu. Avec le ciel rougeoyant sur la dent Parrachée. 19h30, la pleine lune éclaire les glaciers. L'envie est forte d'une petite marche nocturne. C'est décidé ; le retour se fera ce soir. La marche sur la piste ne pose aucun problème sans allumer la frontale. C'est même fort agréable. Nous descendons en discutant tranquillement tous les quatre. A l'oratoire Saint-Antoine, l'option "express" est envisagée : le genou de Val tire trop pour descendre par le sentier dit "via alpina" après cette journée. Et descendre par la route est longuet. Il est convenu que les filles, afin de ne pas se refroidir, descendront par la route et bibi par le sentier en mode rapide, après s'être délesté du sac. Vingt minutes plus tard, je suis au pont du Châtelard et remonte en voiture récupérer tout le monde sur la route de Bellecombe, au niveau du Suffet. Une option intéressante à connaitre si on est un peu limite en termes de dénivelé. Notamment dans le sens contraire : après être redescendu au pont du Châtelard depuis l'Arpont, un esclave entraîné peut remonter chercher le véhicule sur la route de Bellecombe.

Juste après le coucher du soleil, depuis le plan du Lac
Juste après le coucher du soleil, depuis le plan du Lac
Juste après le coucher du soleil, depuis le plan du Lac
Juste après le coucher du soleil, depuis le plan du Lac

Juste après le coucher du soleil, depuis le plan du Lac

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 23 Octobre 2018

Première journée d'un "petit" tour de trois jours en famille. Départ à la mi-journée après pique-nique sur la table prévue à cet effet au parking du pont du Châtelard et mille mètres de dénivelé d'une seule traite pour atteindre le refuge de l'Arpont. Bravo aux filles qui ont très bien marché, surtout dans la première partie très raide jusqu'au entier balcon : 750 mètres où pas une minute ne pinaille. Au niveau de l'intersection, les moutons sont encore là. A tout ceux qui clament l'entretien (indispensable...) des montagnes par les troupeaux, je les encourage à venir faire un tour à cet endroit précis : des millions de crottes, plus un brin d'herbe au sol. Bref, un désastre. Des troupeaux de quelques dizaines de moutons intelligemment répartis, je dis pas mais là... Même constat chez des amis sur les troupeaux de plusieurs milliers de têtes du Mercantour avec le massacre de l'alpage du Lauzanier... Petite parenthèse terminée.

Nous arrivons au refuge au milieu de l'après-midi, de quoi laisser du temps au farniente, aux jeux et à l'organisation de la soirée. Le secteur passe assez vite à l'ombre et la fraîcheur s'installe. Heureusement, le refuge est pourvu d'un poêle très efficace et généreusement alimenté en bois. Nous n'avons pas eu à en utiliser beaucoup car la petite pièce chauffe vite. Un bon point. Les dortoirs sont en excellent état. Dommage qu'il y ait encore des antiques couvertures (qui grattent). Le nouveau bâtiment (fermé en hiver au niveau de la pièce principale) s'intègre très bien dans le paysage : il mélange moderne et traditionnel avec son doublage pierre typique et son toit-terrasse. Sa courbure épouse celle du terrain.

Coucher tôt ; demain belle journée en perspective avec de la distance.

Aperçus de la montée à différents étages
Aperçus de la montée à différents étages
Aperçus de la montée à différents étages

Aperçus de la montée à différents étages

Les dortoirs

Les dortoirs

Beau ciel du soir

Beau ciel du soir

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #nuitée

Repost0

Publié le 22 Octobre 2018

Certains pensaient il y a plusieurs années que l'ouverture de voies dans les Alpes était globalement terminée. Certes, les éperons, les faces les plus marquants ont été gravis. Mais on constate que non seulement on continue d'ouvrir, mais en plus, en nombre conséquent. Et avec parfois de très bonnes surprises comme cette facette du Gerbier en Vercors où la voie des Plombardiers de Fara, délaissée et fort peu équipée, cohabite désormais avec trois nouvelles voies modernes de grande classe, signées Bruno Béatrix, Christian Chillet. C'est une voie ouverte exclusivement par ce dernier qui sera aujourd'hui notre objectif. Ayant peu grimpé l'un et l'autre ces derniers temps, on choisit un itinéraire centré sur le 6b et ce sera une excellente surprise. Un grand bravo à l'ouvreur qui a su trouver une ligne de grande classe et qui l'a intelligemment équipée : nous n'avons rien rajouté. Tous les points sont très bien placés et les sections dites aérées ne présentent aucun piège. Super travail Chichi ! Et sans vouloir relancer la polémique, juste une petite remarque en passant. Cette voie est désormais sur c2c. C'est une bonne chose pour la communauté. Et la source est citée. C'est bien. Chacun va pouvoir faire ses propres commentaires dans les compte-rendus. Par contre, pourquoi l'avoir décrite longueur par longueur ? D'abord, l'intérêt est limité car une fois dans la voie, il suffit de suivre les plaquettes (à la limite, deux mots pour les deux jonctions sur vires et c'est tout), mais surtout, il suffisait de mettre le lien (ce qui a été fait) sur le site de l'ouvreur. Ce faisant, on a la même information, les précisions peuvent être données par chacun dans les compte-rendus et l'ouvreur n'a pas l'impression qu'on lui "récupère" sa rédaction. A méditer pour de prochaines nouvelles voies. En attendant, le topo original (qui suffit et est vraiment bien fait) est ici.

Commentaires personnels :
- L1 : 5b ou 5c : très belle à trous, rare pour un tel niveau
- L2 : 6a. Un peu péteux au départ. Grande envolée
- L3 : 6b. Magnifique, à trous !
- L4 : 6a/b. Un pas retors
- L5 : 6b. Longue !
- L6 : 6c. Péteux avant un pas vraiment technique puis surplomb athlétique.

- L7 : 6b/b+ Majeure. Surplomb à bacs puis trous techniques à placement
- L8 : 5c. Courte mais sympa
- L9 : 6a. Un pas

Matériel : corde 50 m simple, 14 dégaines. 

Approche, descente (2x45 min) tout à pied. Voir l'excellent topo de Christian.

Dans l'ordre : L3, L4, L7, L8
Dans l'ordre : L3, L4, L7, L8
Dans l'ordre : L3, L4, L7, L8
Dans l'ordre : L3, L4, L7, L8

Dans l'ordre : L3, L4, L7, L8

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 21 Octobre 2018

Un moment que je n'étais pas revenu sur ce sommet en mode "baskets". Automne 2014 pour être précis. Ce matin, j'avais "juste" envie de m'extirper de cette mer de nuages qui stagne en vallées et de prendre de la hauteur. Ca sent enfin l'automne avec les premières gelées, un peu de vent rafraichissant au sommet.
Parti de nuit du Collet d'Allevard, je monte par les Plagnes puis le col de Claran (je déteste au plus haut point le sentier de l'arête de l'Evêque qui traverse vers la pierre du Carré, tout en dévers, étroit, chaotique). Le plus rapide après expérimentation de toutes les solutions, est, de loin, la montée par la piste de ski "Cembro") jusqu'à la cabane de feu le téléski du Soleil puis le sentier qui traverse sous les Plagnes en légère descente.

Une fois au sommet atteint sans courir en 1h45, je décide de poursuivre vers le sud jusqu'au col de la Bourbière puis le refuge des Férices. Hors sentier, la première partie est plutôt agréable. En revanche, la portion entre le col et le replat vers 2100 m est vraiment infâme. Je ne l'avais faite qu'une seule fois en mode "sec" et dans le sens de la montée ce qui est moins problématique. Là, avec tous ces blocs instables, on est obligé d'être sur ses gardes toute la descente et pour faire 200 m de dénivelé, on met du temps. Ensuite, on retrouve une sente de mieux en mieux marquée.
Poursuite vers le bas dans le Bens jusqu'à pré Nouveau puis le GR qui remonte au col de Claran. Une jolie boucle, de longueur équivalente à celle qui part du Gleyzin, monte au col du Vay puis descend le Veyton et revient par le Praillet depuis le plan de l'Ours. Dans les deux cas, sans doute le moins ingrat pour visiter le haut Bens ou le haut Veyton sans se farcir les interminables pistes forestières inférieures (interdites aux véhicules).

Lever du jour vers le col du Golet

Lever du jour vers le col du Golet

Sommet du Grand Charnier

Sommet du Grand Charnier

Givre vers le col de la Bourbière

Givre vers le col de la Bourbière

Haut Bens vers 2100 m

Haut Bens vers 2100 m

Le Grand Miceau juste avant d'arriver au "refuge" des Férices

Le Grand Miceau juste avant d'arriver au "refuge" des Férices

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 18 Octobre 2018

Le brame commence sérieusement à décliner ; en certains secteurs, on reste même sur sa faim. Pour ma part, cela ressemble beaucoup à 2014 où le pic aura été court et certains secteurs étonnamment calme. En revanche, en 2014, il a eu une période faste entre le 20 et le 30 octobre. Cela se renouvellera-t-il cette année ? En attendant de le savoir, on maintient une observation sur le terrain, toujours agréable en cette saison. Et puis, on commence à être rôdé. Il m'arrive de porter le matériel sur près de 2000 m de dénivelé. Certes, bien cuit au retour mais la récupération reste rapide. Evoluer en montagne en cette saison est toujours un immense plaisir.

- Vendredi 12 : montée nocturne pour aller dormir sur une crête d'altitude. Quelques observations et écoutes lointaines. L'essentiel était ailleurs.

Les couleurs arrivent même si ça sèche vite

Les couleurs arrivent même si ça sèche vite

Toujours les myrtillers en feu

Toujours les myrtillers en feu

Beau coucher de soleil

Beau coucher de soleil

Un tarp pour unique protection

Un tarp pour unique protection

Samedi 13 : Je redescends d'un étage et arrive de nuit à mon poste d'affût prévu. Les cerfs donnent de la voix dans le secteur. Deux fois deux frontales semblent remonter dans cette direction ce qui est inhabituel. Sans doute des chasseurs de chamois (étant donné qu'ils ne chassent pas le cerf à cette date). A ma grande surprise, ces messieurs sortent à découvert en pleine place de brame, faisant fuir une trentaine d'animaux (qu'ils avaient vus) sans aucun scrupule. Comportement bizarre. On a beau ne pas être sur ce sujet-là tel jour, il me semblait qu'il était important de limiter son impact pour des soit-disant amoureux de la nature. Bon, relativisons car ils ne feront que passer et cela n'empêchera pas les cerfs de se remiser dans un secteur difficilement accessible et de bramer toute la matinée. Je me dirige donc vers ce coin que je connais bien, en me disant que j'ai peu de chances de faire quelque chose en restant ici. Et effectivement, je vais passer quatre bonnes heures à l'affût en bordure d'un couloir où ça bouge beaucoup.

première photo du jour : ce dix cors couché derrière un arbre

première photo du jour : ce dix cors couché derrière un arbre

Et juste au-dessus ce 12 suit une harde de biches. Pas un grand décor comme arrière-plan mais le moment est sympa

Et juste au-dessus ce 12 suit une harde de biches. Pas un grand décor comme arrière-plan mais le moment est sympa

Le 10 rejoint le groupe et donne de la voix
Le 10 rejoint le groupe et donne de la voix

Le 10 rejoint le groupe et donne de la voix

Plus bas, trois cerfs (ici deux sur la photo) brament en continu toute la matinée

Plus bas, trois cerfs (ici deux sur la photo) brament en continu toute la matinée

Une zone en point d'observation à distance depuis le même endroit : des biches et cerfs y paissent tranquillement. Je vais sans doute essayer d'aller m'y poster avant la fin de la saison car le coin est vraiment joli

Une zone en point d'observation à distance depuis le même endroit : des biches et cerfs y paissent tranquillement. Je vais sans doute essayer d'aller m'y poster avant la fin de la saison car le coin est vraiment joli

Une heure plus tard, le même endroit au soleil. Beaucoup moins joli

Une heure plus tard, le même endroit au soleil. Beaucoup moins joli

Ce cerf viendra se placer pile où je l'attendais. Une image plutôt agréable

Ce cerf viendra se placer pile où je l'attendais. Une image plutôt agréable

Une biche et son faon me détectent sur le chemin du retour en plein terrain découvert alors qu'il est déjà 13h

Une biche et son faon me détectent sur le chemin du retour en plein terrain découvert alors qu'il est déjà 13h

De même que ce jeune cerf

De même que ce jeune cerf

Dimanche 14 : Matinée dodo + famille. Départ vers 14h30 pour faire un affût du soir. Le vent de sud n'augure rien de bon. Au final, quelques observations lointaines, pas beaucoup de son et pas la moindre image d'animaux.

Un bien joli décor

Un bien joli décor

19h15. On peut plier

19h15. On peut plier

jeudi 18 : Bien sûr ça sent la fin mais il y aura encore de bons moments. J'approche par un nouvel endroit histoire de connaitre un peu mieux : mauvaise pioche avec du terrain compliqué et vent dans le dos. J'oublie l'endroit prévu pour affûter et rejoins une place connue. Deux cerfs brament de temps à autre et d'autres trainent en "satellites". Je fais quelques images un peu lointaines puis remonte en direction des sommets. Je surveille une ouverture où passeront une bonne vingtaine d'animaux mais jamais comme il faut pour ma photo. Sur le retour, quatre cerfs brament à tue-tête en pleine forêt. L'occasion d'approcher un peu puis de se poster en les laissant venir. Mais je laisse tomber. D'abord il est déjà 15h et il ne faut pas que je traine trop ; ensuite, avec la sécheresse, le moindre pas en forêt est repéré à un kilomètre. Mais c'est toujours sympa de profiter de ces ambiances sonores.

Le premier cerf du jour. Je pense qu'il m'a détecté à cause du vent car il va remonter tranquillement mais sûrement.

Le premier cerf du jour. Je pense qu'il m'a détecté à cause du vent car il va remonter tranquillement mais sûrement.

De même que ces deux biches. Bien mal placé à cause du vent, je change de coin

De même que ces deux biches. Bien mal placé à cause du vent, je change de coin

Ca brame ! Noter le second cerf et les deux biches (ou biche et faon)

Ca brame ! Noter le second cerf et les deux biches (ou biche et faon)

Un autre vient taquiner ce 14 cors

Un autre vient taquiner ce 14 cors

Un peu plus près, un 12 et ses trois biches

Un peu plus près, un 12 et ses trois biches

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #paysages

Repost0