Publié le 23 Février 2022

Ce billet pourrait être mis en parallèle avec celui-ci. Je possède (donc) ces deux objectifs et on peut se poser les deux questions suivantes :
1- Quand on a le 100-500, quel intérêt d'avoir en plus le 100-400 ?
2- Le 100-400 ne suffit-il pas ?
Commençons par la seconde question. Oui, ce 100-400 suffit lorsqu'on cherche une optique légère à transporter un peu partout pour faire des paysages rapprochés ou de l'animalier en plein jour. Il devient insuffisant pour faire de la photographie animalière de qualité pour les raisons suivantes :
- 25% de focale en moins (ce n'est pas rien)
- A focale équivalente, perte de luminosité. Par exemple, f/8 vs f/5,6 à 350 mm ; f/5,6 vs f/4,5 à 135 mm
- Pas de collier de pied même en option
- AF moins performant (moins rapide et moins bon)
- Le piqué du 100-500 est tout simplement exceptionnel
- Bokeh incomparable entre 470 f/6,3 et 400 f/8.

Si ce 100-400 avait existé dès le départ, j'aurais donc quand même opté pour le 100-500 car je voulais un télézoom (très) qualitatif. Cependant, à la sortie du premier, j'ai bien été tenté de l'essayer en parallèle du 100-500. En effet, bien que d'un poids/encombrement record (voir ici) pour une telle focale, ce 100-500 prend quand même un peu de place, notamment une fois rangé dans sa housse de transport (un peu indispensable si on veut le garder longtemps). Cela le met out pour une optique à avoir (presque) toujours en fond de sac. Ce qui n'est pas le cas de ce nouveau 100-400. Jugez plutôt sur cette image !

Outre l'encombrement, le 100-500 Canon est à 1365 g ; le 100-400 Nikon à 1435 g et le 100-400 Sigma (plus léger que le Sony) à 1140 g. Le 100-400 RF affiche, lui, 635 g sur la balance !! Absolument inégalé.

Outre l'encombrement, le 100-500 Canon est à 1365 g ; le 100-400 Nikon à 1435 g et le 100-400 Sigma (plus léger que le Sony) à 1140 g. Le 100-400 RF affiche, lui, 635 g sur la balance !! Absolument inégalé.

Le 100-400 RF s'annonçait donc comme LE téléobjectif à avoir toujours sur soi. Voici maintenant quelques semaines qu'il m'accompagne. Les premiers essais sont concluants. Monté sur le mini RP, le piqué est étonnant à toutes les focales y compris au 400 mm. Ses qualités (et c'est déjà pas mal), s'arrêtent là. On peut évidemment noter aussi des défauts, certains étant directement remarquables sur le papier :
- ouverture f/8 à 400 (et même très très largement en deçà)
- AF poussif
- pas de traitement tous temps
- pas de collier de pied possible
- pare-soleil optionnel et incompatible avec celui de mon 70-200 f/4 (pourtant de même diamètre)
A noter qu'aujourd'hui, je peux partir en mode "voyage" avec le RP, le 16, le 35 et ce 100-400, le tout ne pesant que 1600 g !

Pour finir quelques images faites avec le 100-400 RF lors de cette balade de fin de journée sur les hauteurs de Saint-Ours en Ubaye.

100-400 RF en montagne
100-400 RF en montagne
100-400 RF en montagne
100-400 RF en montagne
100-400 RF en montagne
100-400 RF en montagne

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Ubaye, #matériel, #animaux

Repost0

Publié le 22 Février 2022

En Haute Ubaye comme partout sur les Alpes du sud, l'enneigement est catastrophique avec des adrets secs jusqu'à 3000 m ! Et ce qui est frappant, c'est qu'à l'aube du printemps, on ne ne voit pas arriver le moindre flocon. On peut dire qu'hormis quelques journées ponctuelles qui ont suivi les premières chutes de neige (sans la garantie de ne pas toucher un caillou sous jacent), la saison de ski de randonnée n'a jamais vraiment commencé ici. Et il est probable que sous 2000 mètres, elle ne commence pas. D'après les météorologues, il faut remonter à 1990 (32 ans en arrière donc !!) pour trouver une telle misère.

Qu'à cela ne tienne ; ce sera un col de Mirandol versant sud en monde automne. Et sous le ciel bleu azur du sud. Au menu, aigle royal, chamois, bouquetin, renard... Quelques glissades sur les bouts de névés sommitaux et un bon bol d'air (pas trop) frais.

Ceci étant, j'aurais été très surpris du pourcentage de pistes de ski ouvertes dans certaines stations et du bon ski effectué grâce à l'enneigement dit "de culture". Ces observations m'amènent à plusieurs remarques, pas forcément liées les unes aux autres.
- Vars : du très bon ski sur les pistes. Par contre, attention à ne pas faire tomber un bâton depuis un télésiège car il faudra marcher dans l'herbe, la terre et les cailloux pour aller le chercher.
- Vars encore. Nous ne connaissions pas. Ce sont globalement de larges boulevards assez plats mis à part le secteur du col de Crévoux. Une station très intéressante pour les vacanciers, moins sans doute pour chercher un peu la difficulté.
- Vars enfin : quelques remontées antiques. On a adoré le vieux télésiège deux places de Peynier (qui peut rester tel quel car sur un secteur excentré et avec une raideur moyenne suffisante pour être relativement efficace). En revanche, le point noir reste le télésiège pinces fixes de la Mayt. Noeud névralgique avec Risoul, d'une pente très faible, plus de 15 minutes dessus et encore, à prier qu'il n'y ait pas un arrêt. Plus de 200 sièges. Je n'ose pas l'imaginer en pleine période des Marseillais...
- Enneigement artificiel. On a entendu beaucoup de critiques des pistes enneigées artificiellement en Chine pour les JO. Attention quand même car les Chinois disposent d'un gros barrage en amont et il est facile de faire venir l'eau dans la station contrairement à chez nous où il a fallu organiser son acheminement spécialement pour le ski. Et au final, cette année, les Alpes du sud sont logées à la même enseigne que les pistes de Pékin. Après, il est vrai qu'à Pékin, c'est tout les ans car le site est désertique. Difficile de se prononcer sur ceci ou cela mais c'était juste pour qu'on pense à se poser les bonnes questions avant de s'exciter parfois un peu vite sur la toile.

Saint-Ours

Saint-Ours

Montée, avec le petit saupoudrage de la nuit
Montée, avec le petit saupoudrage de la nuit

Montée, avec le petit saupoudrage de la nuit

Quelques animaux
Quelques animaux
Quelques animaux
Quelques animaux

Quelques animaux

Pour rire, un peu de ski sur herbe à Vars durant ce séjour ubayen. Car au final, on aura fait du bon ski... sur neige !

Pour rire, un peu de ski sur herbe à Vars durant ce séjour ubayen. Car au final, on aura fait du bon ski... sur neige !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Ubaye, #randonnée sportive

Repost0

Publié le 21 Février 2022

Une petite crête de l'Alpette avec les filles. Une neige pas facile à skier ; ça forme la jeunesse. Le secteur du col de Larche hérite d'un enneigement catastrophique. Les locaux semblent avoir abdiqué compte tenu de la faible fréquentation des lieux. L'essentiel de ce petit séjour en Ubaye était ailleurs...

Montée par le versant est (croûté)
Montée par le versant est (croûté)
Montée par le versant est (croûté)

Montée par le versant est (croûté)

Crête sommitale

Crête sommitale

Descente par le versant nord en neige froide mais pas si facile à skier
Descente par le versant nord en neige froide mais pas si facile à skier

Descente par le versant nord en neige froide mais pas si facile à skier

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Ubaye, #ski-glisse

Repost0

Publié le 20 Février 2022

Petit séjour sur le sud des Alpes qui, cette année, vit sa plus mauvaise saison hivernale depuis l'hiver 1990. Au passage, petite halte au Lautaret pour une randonnée avec les filles. On se croirait début mai ! La foule se dirige vers le pic Blanc, notre objectif à nous-aussi. Mais rapidement, je comprends que compte tenu des dernières petites chutes de neige (et de pluie), de l'orientation du vallon et de sa configuration, ce sera tout crouté. Il faut viser les pentes sud. On tire donc à droite où nous serons finalement pratiquement seuls une fois dépassé les premiers groupes. Notre balade trouvera naturellement un final plein sud un peu raide sur la crête à l'est du col du Galibier. Et mis à part les (faux-)plats où il faut veiller à ne pas enfourner dans la croutasse, ce sera du très bon ski de quasi printemps, face à la Meije et à la Barre.

Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret
Halte au Lautaret

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #Cerces

Repost0

Publié le 18 Février 2022

Deuxième jour en sud Vanoise. Départ pour un circuit autour de Lanserlia et Vallon. Cela commence par un lever de soleil phénoménal... 

Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2

La première descente versant nord-est de Lanserlia est franchement mauvaise. Nous espérons un peu de neige rapportée mais le vent a globalement tout cartonné. Cela me rappelle les conditions rencontrées à mes débuts par manque d'expérience et surtout par choix de destinations non pas en fonction des conditions mais des envies de montagnes... Et quand on voit l'état en altitude... plus on monte, moins il y a de neige. Globalement, il y en a moins en haut qu'à 1800 m à l'abri. Le vent a sublimé une grande partie des chutes ; ici, à aucun endroit nous avons trouvé plus d'un mètre de neige au sol.

Du même coup, nous abandonnons l'idée de départ et montons directement au col de Lanserlia. Après une bonne descente versant sud, à notre grande surprise, nous remettons les peaux pour aller skier la face sud de la pointe de Lanserlia. A 13h, ça colle déjà ; il ne faut pas traîner. Quelle chaleur !!! Un banc près d'un petit chalet nous incite à la pause contemplative et restauratrice. Sur ces deux jours passés là-haut, nous aurons apprécié le calme de ces lieux, hormis le passage de quelques avions. Rare !

Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2
Immersion mauriennaise J2

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #Vanoise, #paysages

Repost0