Publié le 12 Juillet 2020

De son vrai nom C/2020 F3, la comète Neowise a été découverte par une téléscope automatique au mois de mars dernier. Il faut peut-être remonter à Hall-Bopp (1997) pour voir un tel spectacle. Elle est visible en regardant vers le nord-nord-est, près de la constellation du Cocher. Si vous ne l'avez pas encore vue, ne laissez pas passer cet événement inédit. Deux heures avant le lever du soleil (oui, c'est tôt...) mais dès maintenant, elle est également visible deux heures après le coucher du soleil direction nord-nord-ouest. Plutôt que de répéter ce que disent les spécialistes, je vous donne le lien de mon préféré : allez voir toutes les informations sur le blog de Guillaume Cannat. Pour ma part, deux réveil piquants (3h...) en trois jours : le premier pour monter au bec Charvet et la photographier devant la dent de Crolles (mais avec une lumière blafarde) ; le second avec accès voiture tout simplement, dans le Grésivaudan, pour essayer de l'avoir devant des sommets un peu découpés (dent d'Arclusaz dans les Bauges). Et en bonus, quelques images de la sortie qui a suivi (tant qu'à être debout) sur les Grands Moulins en Belledonne.

Depuis le bec Charvet. Canon EOS 6D + 300 f/4 + TC 1,4x. 2,5s - f/5,6 - 1600 ISO

Depuis le bec Charvet. Canon EOS 6D + 300 f/4 + TC 1,4x. 2,5s - f/5,6 - 1600 ISO

Toujours depuis le bec Charvet. Canon EOS 6D + 24-70 f/4 @70 mm. 2s - f/4 - 800 ISO

Toujours depuis le bec Charvet. Canon EOS 6D + 24-70 f/4 @70 mm. 2s - f/4 - 800 ISO

Encore depuis le Bec... Canon EOS 6D + 24-70 f/4 @38 mm. 1,6s - f/4 - 400 ISO

Encore depuis le Bec... Canon EOS 6D + 24-70 f/4 @38 mm. 1,6s - f/4 - 400 ISO

Ma préférée, pourtant faite à l'APS-C. La belle lumière fait l'essentiel du boulot. Depuis le Grésivaudan (La Terrasse - la comète devant la dent d'Arcluse - Bauges). Canon EOS 100D + 70-200 f/4 @91 mm équivalent 24x36 = 146 mm. 4s - f/4 - 800 ISO

Ma préférée, pourtant faite à l'APS-C. La belle lumière fait l'essentiel du boulot. Depuis le Grésivaudan (La Terrasse - la comète devant la dent d'Arcluse - Bauges). Canon EOS 100D + 70-200 f/4 @91 mm équivalent 24x36 = 146 mm. 4s - f/4 - 800 ISO

En revenant des Grands Moulins
En revenant des Grands Moulins
En revenant des Grands Moulins
En revenant des Grands Moulins

En revenant des Grands Moulins

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages

Repost0

Publié le 9 Juillet 2020

Dernier jour de ce mini séjour. La température est montée d'un cran. Après un début de matinée à traîner vers Névache, on va faire quelques longueurs au rocher du Bez à Serre Che (1 minute de marche d'approche, v. topo Briançon Climbs (Rolland). Joli caillou et multiples possibilités pour sortir au sommet en 5c max. En revanche, le soleil tape déjà beaucoup trop. Sans le petit vent des jours précédents. A midi, on redescend par le sentier et on n'a plus trop envie de bouger. On terminera par un casse-croûte à l'ombre, la passerelle du Chazelet et un petit plouf au plan du Lac (Vénosc), sur le chemin du retour.

Réveil à Lacou (Névache)

Réveil à Lacou (Névache)

Rocher du Bez
Rocher du Bez

Rocher du Bez

Passerelle des Terrasses

Passerelle des Terrasses

Plan du Lac
Plan du Lac

Plan du Lac

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #paysages

Repost0

Publié le 8 Juillet 2020

C'est peut-être la plus belle randonnée à la journée faite avec les filles. La lumière absolument parfaite, l'esthétisme de la boucle (deux cols, tour logique de la tête de la Cassille), le décor varié et super classe (bucolique magnifique le long de la Clarée, le lac des Béraudes, un des plus beaux des Alpes avec le lac Blanc de Belledonne, minéral ensuite avec quelques névés à passer puis verdoyant sous le Queyrellin), l'effort (environ 20 km pour 1200 m de dénivelé, fait aujourd'hui en six heures tout compris). Tous les ingrédients étaient réunis. Inutile de trop s'attarder sur les mots, place aux photos pour cet itinéraire hautement recommandé. A noter la top boulangerie à Névache (ville Haute - accès à pied) : pain, salé, sucré.

Première partie rive droite de la Clarée
Première partie rive droite de la Clarée
Première partie rive droite de la Clarée
Première partie rive droite de la Clarée
Première partie rive droite de la Clarée

Première partie rive droite de la Clarée

Dans la raide montée au lac des Béraudes

Dans la raide montée au lac des Béraudes

Le lac des Béraudes en allant au col du même nom
Le lac des Béraudes en allant au col du même nom
Le lac des Béraudes en allant au col du même nom
Le lac des Béraudes en allant au col du même nom
Le lac des Béraudes en allant au col du même nom
Le lac des Béraudes en allant au col du même nom

Le lac des Béraudes en allant au col du même nom

Au col, la vue sur les Ecrins

Au col, la vue sur les Ecrins

On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet
On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet
On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet
On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet
On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet

On passe versant ouest et on traverse toute la face de la Cassille avant de remonter au col du Chardonnet

Lac de la Mine et descente par le Chardonnet et le Queyrellin
Lac de la Mine et descente par le Chardonnet et le Queyrellin
Lac de la Mine et descente par le Chardonnet et le Queyrellin

Lac de la Mine et descente par le Chardonnet et le Queyrellin

Repas du soir et petite grimpette pour finir la journée à Lacou
Repas du soir et petite grimpette pour finir la journée à Lacou
Repas du soir et petite grimpette pour finir la journée à Lacou

Repas du soir et petite grimpette pour finir la journée à Lacou

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 7 Juillet 2020

La journée avait mal commencé. L'idée de départ était d'aller grimper à Rocca Bianca au fond de Saint-Véran mais la route d'accès étant fermée sans navette (Covid machin...), je choisis l'approche depuis Agnel. Il y a un peu de distance mais cela devrait rester correct. Mais une fois au parking, je suis pris d'un doute avec la météo : vent très froid, nuages qui lèchent déjà les crêtes depuis l'Italie. Si jamais cela venait à déborder comme certains modèles l'imaginent, ça sent rapidement la journée loose. Du coup, retour sur le secteur Arvieux et pique-nique à midi dans le bucolique plan du Vallon sous Furfande.

Et puis c'est parti pour le col de Furfande au milieu des tapis de rhododendrons et autres fleurs. Le secteur est absolument splendide ! Une fois au col, rebelote la petite bise. Les filles mettent même la polaire. Les vautours viennent nous saluer, ainsi qu'un aigle royal, tout près ! Magnifique. On tire à gauche toute pour traverser à droite en ascendance vers le point bas du sommet le plus au nord de la crête de Croseras. De très belles dalles ont été équipées pour faire grimper des débutants : sept longueurs de 25 m (dont une jonction un peu plus longue) en 3 permettent de gagner le sommet, très proéminent. Malgré l'apparente facilité des cotations, ça grimpe quand même et avec les baskets, les filles mesurent la différence de précision. Surtout Stella avec qui je partagerai les longueurs en tête. Une fois au sommet, il faut redescendre en suivant l'arête vers le sud puis dans un couloir (assurage tout le long) où un rappel de 25 m permet de s'affranchir d'une dalle raide. Retour en terrain raide et pierreux.

Encore une très jolie course dans un coin que je ne connaissais pas.

Petit dej' royal

Petit dej' royal

Montée au col de Furfande
Montée au col de Furfande

Montée au col de Furfande

L'objectif à gauche

L'objectif à gauche

De la très belle escalade facile
De la très belle escalade facile
De la très belle escalade facile
De la très belle escalade facile
De la très belle escalade facile
De la très belle escalade facile

De la très belle escalade facile

Crête sommitale
Crête sommitale

Crête sommitale

Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...
Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...
Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...
Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...
Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...

Parce que le décor vaut autant que la gestuelle...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 6 Juillet 2020

Départ tardif pour ce premier jour, le temps de préparer les affaires, faire les courses et surtout la route. Il est 15h30 lorsqu'on arrive au parking du Queyron au-dessus de Villargaudin (Queyras). L'objectif en vue ne paye pas de mine. Inconnue au bataillon, la crête de la Balari est écrasée par les sommets environnants (Croseras, Rattier...) mais le panorama face à la Font-Sancte est des plus beaux. Après une marche d'approche de trois-quarts d'heure (à peine - on peut même compter le temps de s'équiper et de laisser les sacs qu'on récupèrera au retour), on débouche à un petit col pas très loin du sommet. Lumière splendide. Il fait presque frais avec un petit vent de nord. On se laisser glisser dans un couloir herbeux et dix minutes plus tard, après un bout de pierrier, on est à l'attaque de "micro-calcifications". C'est une voie quasi parfaite pour l'initiation (gaffe quand même aux chutes de pierres sur le bas si d'autres cordées sont engagées). Les longueurs sont courtes (25 m ; à trois une un brin de corde à double de 50 m suffit, en bricolant un peu - voir ci-dessous) ; cela permet de bien communiquer et de ne pas avoir trop d'élasticité si le second a besoin d'aide. Les trois premières longueurs ne sont pas inoubliables mais les quatre suivantes sont vraiment top. Le petit sommet est bien individualisé et domine ses vallons. Un rappel de 15 m amène sur une courte arête puis à un couloir qui revient sur l'approche parcourue deux heures avant. Tout est dans le topo du Queyras de Guillaume Vallot. Merci à lui !
L1 : 3b. Relais à construire dans le couloir à gauche avec une sangle sur un becquet. 25 m
L2 : 4b. 25 m
L3 : 4c. 25 m jusqu'à l'arbre (relais sur sangle). Traverser ensuite 5 m à droite jusqu'au vrai relais.
L4 : 5c. 25 m. Majeure !!! Les points sont bien placés pour le second si besoin. En tête, ça peut paraître un peu loin pour un débutant.
L5 : 4c. 25 m. Relais confort
L6 : 5b. 25 m. Encore une très belle longueur
L7 : 5a. 25 m. Très belle escalade.
L8 : 1b+. 25 m. Jusqu'au sommet.

Marche d'approche paisible
Marche d'approche paisible

Marche d'approche paisible

La longueur clé (5c) : majeure !
La longueur clé (5c) : majeure !
La longueur clé (5c) : majeure !

La longueur clé (5c) : majeure !

Plus haut, sur le fil d'un vague éperon. Quel décor !

Plus haut, sur le fil d'un vague éperon. Quel décor !

Sommet !
Sommet !

Sommet !

Petit rappel pour descendre

Petit rappel pour descendre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0