Publié le 24 Septembre 2018

La première fois que je suis venu sur ces arêtes lors d'un soir après le boulot, j'eus droit à un magnifique flux de nord avec une mer de nuages au-dessus de laquelle j'émergeais un peu sous le pic de Barlet. C'était en 2007 mais au mois de juin. L'histoire va se reproduire lors d'une nouvelle sortie "after taf" avec Candice. On ne va pas s'enfermer sur un mur d'escalade alors que l'horaire d'été nous laisse encore la possibilité d'aller dehors, d'autant que je sens qu'il y a un "beau coup à jouer" avec ces nuages. Et bingo !

Laissons les images parler d'elles-mêmes.

Mais pour la petite histoire, on notera que l'Escaper (Beal) a montré ses limites dans l'auto-décrochage de rappel : un tressage avec une maille dans le mauvais sens (mauvaise manip' de bibi, le matos n'en est pas responsable mais du coup, il faut être vigilant) mais surtout un gros bloc qui donne un angle à la corde proche du relais sur un rappel déjà pas très raide et l'effet yoyo recherché sur le dispositif est limité. Après trente à-coups je jette l'éponge et remonte. Au final, je désescaladerai le passage. Ca a du bon car désormais, je sais que je peux faire le bazar sans matériel alors que dans mes souvenirs, on ne pouvait pas zapper le rappel. Et pour remonter en face, au sommet, plutôt que de taper droit dans les dalles avec quelques pas de 3 (2 pitons en place), on peut tirer à droite et rester dans du domaine limite rando. Du coup, la course n'a plus lieu d'être dans les courses d'alpi PD(inf) mais devient une alpi-rando F où il faut être vigilant, notamment dans cette désescalade en terrain pourri belledonnien.

Bref, place aux images.

On émerge des nuages vers 2200 m au-dessus d'Orionde

On émerge des nuages vers 2200 m au-dessus d'Orionde

En route vers le soleil

En route vers le soleil

C'est magnifique ! Et ce n'est que le début

C'est magnifique ! Et ce n'est que le début

Devant le Ferrouillet. Une envie d'aller là-haut

Devant le Ferrouillet. Une envie d'aller là-haut

Les arêtes au-delà du pic de Barlet

Les arêtes au-delà du pic de Barlet

En arrivant au niveau rappel en face est

En arrivant au niveau rappel en face est

Sortie des dalles nord, tout proche du sommet. On retrouve le soleil

Sortie des dalles nord, tout proche du sommet. On retrouve le soleil

Derniers mètres sous le sommet

Derniers mètres sous le sommet

Arrivée au sommet du Grand Replomb

Arrivée au sommet du Grand Replomb

Au sommet, devant le rocher de l'Homme. On va profiter du modèle assorti turquoise : sac, doudoune et casque Petzl Meteor

Au sommet, devant le rocher de l'Homme. On va profiter du modèle assorti turquoise : sac, doudoune et casque Petzl Meteor

Quelques plans du sommet. Difficile de faire un tri.
Quelques plans du sommet. Difficile de faire un tri.
Quelques plans du sommet. Difficile de faire un tri.
Quelques plans du sommet. Difficile de faire un tri.

Quelques plans du sommet. Difficile de faire un tri.

Comme il y a du vent et qu'il doit faire 2°C d'après ma montre, on ne s'attarde pas et on commence à descendre l'arête sud-ouest
Comme il y a du vent et qu'il doit faire 2°C d'après ma montre, on ne s'attarde pas et on commence à descendre l'arête sud-ouest
Comme il y a du vent et qu'il doit faire 2°C d'après ma montre, on ne s'attarde pas et on commence à descendre l'arête sud-ouest

Comme il y a du vent et qu'il doit faire 2°C d'après ma montre, on ne s'attarde pas et on commence à descendre l'arête sud-ouest

On plonge dans la mer ?
On plonge dans la mer ?

On plonge dans la mer ?

Derniers feux : on se pose ici avant la nuit, à l'abri du vent, histoire de se ravitailler un peu et de faire les dernières images.
Derniers feux : on se pose ici avant la nuit, à l'abri du vent, histoire de se ravitailler un peu et de faire les dernières images.
Derniers feux : on se pose ici avant la nuit, à l'abri du vent, histoire de se ravitailler un peu et de faire les dernières images.

Derniers feux : on se pose ici avant la nuit, à l'abri du vent, histoire de se ravitailler un peu et de faire les dernières images.

Dernière image du jour avant la descente par l'efficace sente du versant ouest qui rejoint le sentier de montée au niveau du habert des Jarlons. Je ne l'avais jamais faite celle-là : sans doute la manière la plus rapide et la plus facile pour aller au sommet.

Dernière image du jour avant la descente par l'efficace sente du versant ouest qui rejoint le sentier de montée au niveau du habert des Jarlons. Je ne l'avais jamais faite celle-là : sans doute la manière la plus rapide et la plus facile pour aller au sommet.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #paysages

Repost0

Publié le 19 Septembre 2018

Hormis les sorties de préparation/repérages qui, cette année, se résument plutôt à des sorties "plaisir" et des visites de contrôle des caméras automatiques car le terrain est désormais bien maitrisé, le brame a commencé pour moi le 13 septembre. La météo est pour le moment très chaude et tempère leurs ardeurs. Pour le moment.

- Jeudi 13 septembre. Sortie de contrôle et de vérification des acteurs sur un site. Un seul raire mais bonne nouvelle, les animaux sont déjà bien actifs.

- Samedi 15 septembre. Ecoute crépusculaire avec les filles. Quelques raires mais calme relatif.

- Dimanche 16 septembre. Affût en fin de journée sur une souille d'altitude. Rien ne sortira mais beau concert à la tombée de la nuit. Ca semble parti.

Première image 2018. Et quelle image ! Certes, il est loin mais j'adore l'ambiance. Je suis à l'affût sur un couloir raide dans lequel les animaux sont nombreux quand, de l'autre côté, ce cerf remonte une pente et s'arrête un instant sur une crête avant de disparaître.

Première image 2018. Et quelle image ! Certes, il est loin mais j'adore l'ambiance. Je suis à l'affût sur un couloir raide dans lequel les animaux sont nombreux quand, de l'autre côté, ce cerf remonte une pente et s'arrête un instant sur une crête avant de disparaître.

Dans le couloir surveillé, pas mal d'animaux : ce jeune cerf est resté un bon moment

Dans le couloir surveillé, pas mal d'animaux : ce jeune cerf est resté un bon moment

Quant à celui-ci, plus gros, il semble avoir détecté quelque chose

Quant à celui-ci, plus gros, il semble avoir détecté quelque chose

Une biche et son faon de l'année sont aussi de la partie. Ainsi que d'autres que nous ne verrons pas en images ici

Une biche et son faon de l'année sont aussi de la partie. Ainsi que d'autres que nous ne verrons pas en images ici

Après ces observations, petit tour à l'étage supérieur et rencontre de ce chamois.

Après ces observations, petit tour à l'étage supérieur et rencontre de ce chamois.

Pas de doute, ça a bien démarré

Pas de doute, ça a bien démarré

Ecoute du soir avec les filles le week-end. Quelques raires et hulotte également
Ecoute du soir avec les filles le week-end. Quelques raires et hulotte également

Ecoute du soir avec les filles le week-end. Quelques raires et hulotte également

Le dimanche, l'automne pointe son nez

Le dimanche, l'automne pointe son nez

Voici le décor que j'avais en face de mon téléobjectif. Les couleurs vont arriver. On espère un cerf ici dans quelques jours

Voici le décor que j'avais en face de mon téléobjectif. Les couleurs vont arriver. On espère un cerf ici dans quelques jours

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf, #paysages

Repost0

Publié le 12 Septembre 2018

Trois sorties récoltes pour cette saison. Déjà plusieurs tartes et autres desserts, sans compter celles mangées sur place. Le reste va soit au congélateur pour garnir les tartes, soit en confiture bien que ce ne soit pas ma préférée qui reste la framboise.

Tout cela reste un plaisir, parce qu'il ne faut pas trop regarder le temps passé sur le terrain et à la maison. Trois sorties restent ainsi pour moi une moyenne en un maximum. Pas envie/besoin d'en faire plus.

Etant donnée l'abondance de certains secteurs, une sortie pourrait d'ailleurs suffire. Mais je préfère limiter le temps de cueillette qui devient vite rébarbatif et l'intégrer dans une sortie plus longue en montagne : je pars avec un gros sac mais rempli d'air, n'entravant donc pas la possibilité de faire du dénivelé. Au retour, je passe par un coin connu/repéré et je récolte durant deux heures avant de redescendre.

A noter que cette époque, le début septembre, est un beau moment pour aller en montagne avec moins de monde en raison des occupations de rentrée, et des couleurs qui commencent déjà à virer. N'oublions pas que le vrai automne, l'automne bio-météorologique, a commencé depuis deux semaines déjà. Au-dessus de 2000 m, cela est bien visible avec les arbustes à myrtilles qui commencent à virer au jaune/rouge mais aussi les fougères et d'autres plantes. Ma saison préférée malgré une diminution rapide des jours.

 

Côté couleurs, ça vire
Côté couleurs, ça vire

Côté couleurs, ça vire

Bonne densité sur les spots cette saison
Bonne densité sur les spots cette saison

Bonne densité sur les spots cette saison

Myrtilles 2018
Myrtilles 2018

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #recoltes

Repost0

Publié le 10 Septembre 2018

Anecdote, c'est le nom d'une voie en face ouest de la dent de Crolles que j'avais péniblement parcourue en 2000 avec Nicolas : mouillée, fraîcheur et brouillard au rendez-vous... Avec les températures actuelles, c'était une occasion rêvée pour un after taf avec Candice, pendant qu'il en est encore temps, avant d'aller s'enfermer sur la résine.

Ce n'est pas la plus belle du coin mais ayant pratiquement tout fait ici, mises à part la dernière Mussato et Excès de Zèle, trop dures pour être réalisées avant la nuit compte tenu de l'heure de départ, c'était une bonne idée d'y (re)venir pour (moi) Candice.

L'attaque se fait juste à droite de Kilukru. Cotations : 6a/A0 ; 6a+ ; 5c ; 6a ; 5c ; marche ; 6b/A0 (dernière longueur de excès de zèle).

L'anecdote du jour : la veille, dans nos échanges SMS, je replace le "n'oublie pas ta frontale", la miss étant habituée de ce genre de petit oubli sans conséquence. Au pied de la voie, une satisfaction : "Lio, je n'ai rien oublié aujourd'hui !". Malheureusement, c'est Bibi qui fera la une des étourdis : ni mousqueton à vis, ni système d'assurage. Il nous restera deux mousquetons de sécurité, un Reverso et treize dégaines. Si cela devait vous arriver, pas de panique : on assure le leader au demi-cab sur un 'squif à vis et le second avec le second vis et le Reverso puis on utilise une dégaine pour le relais. Deux cabestans sur deux mousquetons simples, en restant en tension, ne doivent pas poser de problème.

L1, après l'actif besogneux du départ

L1, après l'actif besogneux du départ

L2, superbe !

L2, superbe !

L3, plus facile, moins d'ambiance mais fort jolie

L3, plus facile, moins d'ambiance mais fort jolie

L6 (excès de zèle), majeure. Qui réussit le pas de réta soit disant 7a+ (bloc) ?

L6 (excès de zèle), majeure. Qui réussit le pas de réta soit disant 7a+ (bloc) ?

Dernier feu

Dernier feu

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 9 Septembre 2018

Je fais rarement la promotion "directe" d'ouvrages sur ces pages et c'est sans doute une erreur tant il paraît régulièrement des publications fort intéressantes sur nos activités et passons favorites.

Le loup est un animal à part dans nos montagnes. Tantôt décrié, tantôt adulé, il laisse rarement indifférent. Certains rêvent de le rencontrer, d'autres souhaitent purement et simplement son éradication. Comme cela a presque toujours été le cas dans l'histoire excepté durant les quelques années de sa disparition en France, le loup rajoute une difficulté au travail des éleveurs. C'est indiscutable. L'homme a, depuis le début de son ère, résolu beaucoup de problèmes rencontrés en éliminant ce qui le gênait sans autre forme de procès. Aujourd'hui, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme sur la biodiversité. Si nous voulons pérenniser  notre "règne" sur la planète, si nous ne voulons pas laisser une atmosphère invivable à nos enfants, nous ne pouvons plus agir ainsi. Notre défi, c'est justement de ménager la chèvre et le chou, le loup ou l'agneau. C'est là toute la problématique qui s'offre à nous et dans un monde où, nombreux sont ceux qui font passer leurs intérêts personnels immédiats plutôt qu'une vision globale à moyen et long terme, fort heureusement d'autres s'évertuent à diffuser des messages d'espoir, sensibiliser, amener à comprendre ces enjeux et à respecter cette nature dont nous avons un besoin impératif pour survivre.

Parmi ces gens, Sébastien De Danieli publie aujourd'hui son second ouvrage, après "Montagne secrète : rencontres sauvages en Belledonne", dédié au canidé. "Comme un ombre" retrace sept années de recherche, d'apprentissage, d'observations souvent à distance à l'aide d'appareils automatiques, de travail... autour du loup. Le loup mais aussi d'autres animaux qui fréquentent les mêmes milieux sont à l'honneur. La petite "promotion" de ce livre ici s'articule autour de plusieurs constats :
- une approche du milieu que j'applaudis des deux mains, avec tout le respect qui sied
- un travail à ma connaissance jamais abordé de cette façon sur le loup dans un autre ouvrage
- un travail mené sur le massif de Belledonne que j'affectionne en tout premier lieu
- un éditeur qui a la même approche (Fred Renaud, Mokkö)
- la qualité du résultat à n'en pas douter bien avant d'avoir eu le livre entre les mains (quelques photos disponibles en avant-première sur le site)

En acquérant cet ouvrage, les passionnés autour de cette espèce en prendront à coup sûr plein la vue, en apprendront sûrement, participeront de la sorte à le promouvoir et à feront leur petit pas personnel pour la protection de cette espèce.

La souscription (voir ici) est ouverte jusqu'à fin octobre. Vous bénéficiez de 10% de remise, votre nom en tant que contributeur et vous pouvez même avoir une dédicace de l'auteur.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #loup

Repost0